Affichage des articles dont le libellé est Raqqa. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Raqqa. Afficher tous les articles

mardi 25 mars 2014

80 morts à Kessab en Syrie et les églises profanées.

Kessab (Syrie) - le 25 Mars 2014 - Le village de Kessab en Syrie, peuplé d’arméniens était, durant trois jours, la cible d'attaques brutales à travers la frontière syro-turque, par des bandes armées affiliées à Al-Qaïda. Ces attaques auraient coûté la vie à 80 personnes et auraient poussé la population civile de la zone à fuir vers des collines voisines pour aller chercher refuge dans les villes de Lattaquié et Basit.

Dans une déclaration écrite, le Comité national arménien a condamné les attaques et le rôle actif de la Turquie complice des groupes extrémistes dans leurs attaques ciblées contre la population minoritaire chrétienne et en Syrie. « Durant des mois, nous avons mis en garde la communauté internationale de la menace imminente des combattants étrangers extrémistes contre les minorités chrétiennes en Syrie » note la déclaration de l'ANC.

Ces attaques brutales et spontanées contre la ville de Kessab et les villages des alentours tous peuplées d'Arméniens, sont les derniers exemples de cette violence, activement encouragée par la Turquie voisine. « Nous appelons les Etats qui peuvent avoir une influence sur le conflit syrien d'utiliser tous les moyens en leur possession, pour faire cesser ces attaques contre la population civile pacifique de Kessab et leur permettre de retourner dans leurs foyers en toute sécurité. »

« Au cours des cent dernières années, c'est la troisième fois que les Arméniens sont forcés de quitter Kessab et dans les trois cas, la Turquie est l'agresseur ou du côté des agresseurs ».
Photo du centre de Kessab au moment de l'attaque

Selon les rapports de presse, l'incursion armée a commencé le vendredi 21 Mars 2014 à 05h45 par une attaque de rebelles liés à Al-Qaïda, le Front al-Nousra, Sham al-Islam et Ansar al-Sham, qui ont traversé la frontière turque pour attaquer la population civile arménienne de Kessab.

Les assaillants se sont immédiatement emparés de deux postes de garde donnant sur Kessab et d’une colline stratégique connue sous le nom d’Observatoire 45 et par la suite du point frontière avec la Turquie.

Les francs-tireurs ont visé la population civile et lancé des attaques au mortier sur la ville et les villages environnants.

Selon des témoins oculaires, les assaillants ont franchi la frontière turque avec la Syrie en traversant au vu et au su, la caserne militaire turque. Par ailleurs, selon les rapports des médias turcs, au retour les assaillants portaient sur leur dos leurs blessés pour les faire traiter en Turquie dans la ville de Yayladagi.

Quelques 670 familles arméniennes, la majorité de la population de Kessab furent évacuées par la direction de la communauté arménienne locale, vers des zones plus sûres, dans les villes voisines de Basit et Lattaquié. Dix à quinze familles qui avaient des membres trop âgés pour se déplacer, étaient incapables de quitter et ont préféré rester dans leurs maisons.

Des témoins oculaires et les médias d'Etat rapportaient que le samedi 22 Mars, les troupes syriennes ont lancé une contre-offensive pour tenter de récupérer le point de passage frontalier ; Cependant, le dimanche 23 Mars, les groupes extrémistes entraient une nouvelle fois dans la ville de Kessab prenant le reste des familles arméniennes en otage, profanant trois églises de la communauté arménienne de la ville et pillant des résidences locales, occupant la ville et les villages environnants.

Située à l’angle nord-ouest de la Syrie, près de la frontière avec la Turquie, Kessab avait jusqu'à une période très récente, échappé aux grandes batailles du conflit syrien. La population arménienne locale avait augmenté dans les années récentes, la ville servant de refuge aux populations fuyant les villes déchirées de Yacoubiyé, Rakka et Alep.

jeudi 7 novembre 2013

Syrie, L'émigration des chrétiens de l'antique ville de Raqqa

Raqqa - le 07 novembre 2013 - De notre correspondant - Les Chrétiens ne sont pas épargnés par les attaques à Raqqa.

1° La première attaque sur la ville a eu lieu en mai dernier, lorsque des éléments du Front al-Nosra se sont portés sur la récolte d’orge des terres d’Aga Yaacoub Saghtilian dans la ville de Tell-Abiad.

2° Il y a quelques jours, le corps d’un jeune chrétien a été trouvé allongé sur la route de Tabqa après qu’il eut été enlevé dans la ville elle-même.

Ces événements ont conduit les habitants de Raqqa, qui se considèrent intégrés au tissu social, à la contestation. Un certain nombre d'entre eux ont même participé au mouvement d'opposition pacifique contre le régime. Le Capitaine dissident Toni Mallouhi, Directeur de la Zone de Mansourah, a livré sa zone aux phalanges de l’Armée Syrienne Libre, au début du mois de Février, avant l’entrée des éléments armés dans la ville. Les forces du régime ont alors perquisitionné son village de Jouar al-Afs qui se trouve près de Homs et l’ont arrêté ; elles l’ont ensuite transporté à l’aéroport militaire de Raqqa pour le remettre par la suite à la section de la sécurité criminelle de Raqqa, avant que des combattants des Brigades de Nasser Salah Eddine, ne le prennent en otage, lors de leur entrée dans la ville et ne le livrent à « l’Armée Islamique de l’Irak et du Levant » «داعش» après leur allégeance à leur général.

C’est alors que l’exécution de Mallouhi a été décidée mais après l’intervention de quelques notables, le capitaine dissident fut gardé en vie suite à sa conversion à l'islam et après avoir pris le nom de Mohamed Nour Mallouhi.

Cet incident a été suivi de la destruction, par des inconnus, de la Croix placée face à l'Eglise de Notre-Dame de l’Annonciation située au Centre-ville de Raqqa. Des civils militants ont alors protesté et appelé à des manifestations pour réclamer la protection des églises. Des hommes armés masqués ont alors démonté les cloches et les croix qui se trouvaient sur le clocher de l’Eglise des martyrs et ont détruit tout ce qu’elle contenait avant de brûler la bibliothèque des deux églises. A la place des deux croix, ils ont élevé le drapeau de l’Armée Islamique de l’Irak et du Levant.

Le militant Youssef, de confession musulmane, rapporte que « la situation était difficile. Nous ne pouvions défendre nos frères avec lesquels nous vivions depuis de longues années. Notre souffrance est grande et nous ressentons de la honte et de l’impuissance. Les Chrétiens font partie de notre histoire depuis des décennies. Ils ont habité parmi nous et nous n’avons eu que des lamentations en voyant les flammes et les colonnes de fumée s’élever.

Les chrétiens ont quitté Raqqa alors qu’ils y étaient arrivés, selon des sources historiques, depuis des décennies et la dernière immigration à l’époque contemporaine, remonte à l’arrivée de quelques dizaines de familles arméniennes qui avaient fuit les massacres de 1915 que les Turcs/Ottomans avaient commis.

La peur domine les gens et personne n'ose la critique. Se plaindre de la situation en général, est devenu un tabou. Le nouvel Etat espionne et s’informe sur chaque maison, ruelle par ruelle. On cite l’exemple de personnes qui ont disparu pour avoir critiqué une décision ou exprimé du ressentiment à l’égard d’un comportement particulier. Le Conseil de la Charia qui avait été mis en place pour garantir les droits des personnes est incapable de se protéger lui-même. Son Président, Abdullah Al-Assef a été enlevé, le troisième jour de la fête d’al-Adha. Depuis, nous n’avons aucun signe de lui. Le Conseil est incapable de protéger quiconque et de conduire les affaires de la ville ; il est dans la même situation que le Conseil local dont certains des membres avaient, auparavant, été arrêtés par les brigades.

Traduit de l'arabe par le Veilleur de Ninive.

jeudi 31 octobre 2013

L'archimandrite Naaman Rawik, Curé de Raqqa et Tabqa en Syrie, témoigne et interpelle…

Le Père Naaman Rawik, Curé grec catholique de Raqqa et Tabqa en Syrie, a du se réfugier au Liban après la destruction de ses deux églises par les takfiristes.

« A leurs fruits, vous les reconnaissez ».… Aujourd'hui et après que vous ayez pénétré l’Eglise de la Croix à Tal-Abiad, dans le Gouvernorat de Raqqa, que l’ayez volée et détruite, comme vous aviez fait auparavant avec les trois autres Eglises de ce même Gouvernorat, vous avez supprimé toutes traces chrétiennes, en détruisant nos Eglises et en offensant leurs Saints patrons, en volant nos maisons et en poussant à l’exil les pasteurs et leurs paroissiens.

Merci à vous, pour vos actes qui sont le reflet de ce que vous êtes….car le bon arbre donne du bon fruit et le mauvais arbre donne un fruit mauvais. « A leurs fruits vous les reconnaîtrez », nous dit la Bible.

Pensez-vous avoir triomphé par vos crimes contre la Syrie et son histoire lumineuse, par ces actes laids et honteux qui mettent une tâche noire sur les pages de vos registres que vous porterez en vous présentant devant le juge suprême ?

« Qui fait le moindre mal, le trouvera contre lui…. » : Croyez-vous qu’Allah, Son Prophète et les musulmans en général, accepteront et béniront vos actes ?  Dieu n'aurait il pas pu créer, lui-même, une seule nation et y mettre son peuple ? « Et moi, je vous ai créé Nations et des Peuples afin que vous vous reconnaissiez et que vous vous aimiez les uns les autres » : N’est-ce pas lui qui a ordonné l’amour et la fraternité en dépit des différences qui complètent. Vous dites que la religion de Dieu c'est l'Islam. Lequel d’entre vous pourrait m’expliquer ce verset ?

L'Islam n'est-il pas dans la continuité d'Abraham qui est le père des croyants et de la religion, derrière laquelle nous chrétiens, avons commencé à marcher six cents ans avant vous ?

Un musulman n'est-il pas celui qui protège l'homme de sa propre main et de sa langue ? Et voici que les actes de vos mains témoignagent de l’enlèvement des hommes de Dieu dont vous êtes à l’origine.

Revenez à vos Livres-Saints, apprenez par eux l’Islam véritable avant qu’on ne puisse démontrer, par les versets du Coran que vous êtes devenus étrangers au Livre et à l’enseignement d’Allah sur la tolérance, que vous êtes désormais étrangers à nos mœurs arabes authentiques, que vous êtes totalement étrangers à nos traditions dans lesquelles, nous furent élevés, musulmans ou chrétiens, en Syrie et à Raqqa en particulier.

lundi 11 février 2013

Alep : Deux prêtres enlevés, sont menacés de mort.


A diffuser largement.

Alep - le 11 Février 2013 - La connection Internet vient de nous revenir, Depuis 3 jours, Alep est sans électricité ; nous nous attendons à ce que cela persiste en raison des combats qui font rage entre l’Armée Syrienne « Libre » qui tente d’occuper l’Est de la ville et l’armée arabe syrienne qui défend la position car c’est dans ce secteur que se trouvent la centrale d’électricité et les usines qui relèvent du Ministère de la Défense.

Avant-hier, deux prêtres qui se rendaient d’Alep à Beyrouth ont été arrêtés par des éléments de Forsat el-Nosra. Il s’agit des Pères Michel KAYYAL, de rite arménien catholique, et Maher MAHFOUZ, de rite grec orthodoxe. Un troisième prêtre salésien, le Père Charbel a été relâché.

Les familles des deux prêtres, sont toujours sans nouvelles ; les ravisseurs n’ont pas encore pris contact.

Il semblerait que ce soit des factions dissidentes et irréductibles de Forsat al-Nosra qui soient à l’origine des enlèvements ; l’intention serait bien de les exécuter.

Nous lançons un SOS à toutes les âmes de bonne volonté pour qu’elles expliquent autour d’elles que soutenir les rebelles est une erreur. Rien de bon ne peut sortir de cette soit disant rébellion sanglante qui se déroule en Syrie.

Plus généralement, la situation dans la ville est des plus tendues. Les accrochages se déroulent autour du quartier chrétien de Syrian al-Jadideh, dans la vieille ville et dans l’Est. L’armée syrienne a dépêché 20000 hommes pour libérer la région. Ces combats n’empêchent pas les réfugiés en provenance des villes de Tabqa et Raqqa  de venir « s’abriter » à Alep même.

Priez pour nous. 

Un Alépin

jeudi 7 février 2013

Syrie : Les Chrétiens de Raqqa et Tabqa poursuivent le chemin de croix.


Il y a un mois les villages de Raqqa et Tabqa avaient été touchés par une voiture piégée ; l’explosion avait notamment atteint l’Eglise de Raqqa ; ces derniers jours, le Père Naaman Rawik, curé grec melkite catholique de ces deux villages, avait reçu plusieurs menaces, sous le fallacieux prétexte qu’il était un sympathisant du régime.

Par miracle et par la bonté de Dieu, comme la route reliant Raqqa et Alep, est encore sous contrôle de l'ASL, ses amis lui ont préféré un autre chemin qui passerait par la Capitale. Ils l’ont alors déguisé avant de lui faire prendre le « chemin de Damas » à travers le désert ; de là, il s’est rendu au Liban où il loge dans un lieu tenu secret.

Le Curé grec orthodoxe de Tabqa, le P. Samaan Nasri vient quant à lui d’être menacé. Il lui faut trouver un moyen de s'éloigner des terroristes menaçants, qui n'hésiteraient pas à attenter à sa vie. 

Notez aussi que les chrétiens qui travaillent sur le barrage de Tabqa ont reçu l’ordre de Forsat al-Nousra de quitter le pays avec leurs familles ; il s’agirait de près de 8500 personnes. 

« Merci encore » à l’Europe et à l’Amérique qui ont encouragé cette misérable rébellion et ont permis ces migrations, alors que dans les pays d’Occident les populations matérialistes sont accrochées à leur biens comme à la prunelle de leurs yeux.

Ce qui est rassurant c’est que les cercueils occidentaux ne sont pas plus riches que les cercueils syriens…et ils sont tout aussi vides…et devant le Très haut, le jugement sera le même.

Les chrétiens de Raqqa, et ceux de Deir ez-Zor essayent également de fuir, abandonnant leurs maisons et leurs biens.

Le Veilleur de Ninive. 

Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.