Affichage des articles dont le libellé est Medias. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Medias. Afficher tous les articles

dimanche 21 août 2016

Grands médias sur la Syrie ? Méfiance, Vigilance, Méfiance...

Le 21 Août 2016 - Il n'est pas possible de garder le silence alors que les grands médias occidentaux trompent la malheureuse opinion publique qui ne sait plus qui croire au sujet du déroulement du conflit syrien. 

Dans la foulée d'autres médias alternatifs, le Veilleur de Ninive tente de vous révéler la vérité, car la vérité que nous chérissons, lorsqu'elle est soumise à l'ordre Divin, mène à la justice, la liberté, la fraternité, etc...Aussi, dans l'écrit qui suit, suffit-il au lecteur de suivre avec nous la démarche logique et picturale. La démonstration du mensonge médiatique se fait en six étapes.

1° - La presse internationale diffuse l'image d'un enfant recouvert de poussière et de sang qui aurait été secouru des décombres d'un bâtiment touché par un raid aérien à Alep.... L'image est diffusée par la "Syrian American Medical society" (curieusement proposée pour le Prix Nobel) ; celle-ci la transmet à Sophie McNeil de l'Agence ABC news liban. Elle fait la couverture des principaux journaux occidentaux.


2° - A présent, demandons-nous qui est le photographe à l'origine du cliché ? Nous découvrons qu'il s'agit d'un individu Mahmoud Rastan qui serait proche du mouvement Nour al-Dine al-Zenki à l'origine de la décapitation, le 19 juillet 2016, du petit Abdallah Issa, 12 ans.   
 

3° - Un exemple d'information travestie (plus grave que la désinformation), nous est donné par le Quotidien " The Sun" de Londres, qui annonce que Mahmoud Rastan a fondu en larmes au moment où il prenait la photo.


4° - Mahmoud Rastan est-il proche du mouvement Harakat Nour al-Dine al Zneki ? Regardons la photo du bas dans le quadrant; Mahmoud Rastan est en train de prendre la photo du petit Omrane. Cela a offert la possibilité à la télévision chinoise d'ironiser sur le sujet par ce commentaire, "Au lieu de poursuivre immédiatement des opérations de sauvetage, des gens ont préféré saisir une caméra".
 
Pour en revenir à Mahmoud Rastan, nous le reconnaissons, à sa chemise, dans les photos du haut aux côtés d'hommes armés qui ne sont autres que des commandants du groupe "Harakat Nour al-Dine al-Zenki"; par ailleurs sur la partie droite, deux d'entre-eux sont pris en photos, rire au visage, aux côtés du petit Abdallah en train d'être terrorisé avant décapitation.

 
 5° - Ci-dessous une preuve plus évidente encore de la proximité de Rastan et des assassins du petit Abdallah que l'on reconnait clairement sur le cliché. On revoit, entourant le petit Abdallah Issa, les deux énergumènes qui sont dans le cliché du haut en treillis avec Mahmoud Rastan.



 6° - Cette video (à ne visionner que par les plus 18 ans ; nous ne la diffusons que pour prouver l'authenticité de nos dires) montre bien que ces hommes que l'on aperçoit terrorisant le petit Abdallah sont ceux-là-mêmes qui vont le décapiter et qui sont proches de Mahmoud Rastan, qui est à l'origine de la photo.
 

La leçon de cette action de manipulation est que nous devons toujours et constamment rester vigilant à l'égard des grands médias, qui reprennent à répétition, les articles de leurs confrères qu'ils soient vrais ou faux. Leur but n'est guère la vérité car, ils ne sont pas soumis à une autorité morale supérieure qui incarne la Vérité. Les grands médias obéissent avant tout aux lobbies qui les maintiennent sous-oxygène par le financement, et aux gouvernements occidentaux qui gesticulent ici-bas en s'ingérant de plus en plus dans la liberté de la presse.
 
Le but des Etats occidentaux est toujours d'évincer le Président Bashar el-Assad pour obtenir l'affaiblissement du Hezbollah et l'isolement de l'Iran....La guerre de Syrie aura mis en exergue le rôle grossier et diabolique du mensonge au mépris de toute justice. 
 
Le Veilleur de Ninive 

samedi 20 février 2016

Syrie : "Retour sur un aveuglement"....

Le 19 Février 2016 - Depuis le début de la guerre syrienne, le Veilleur de Ninive s'est efforcé de dire la vérité sans poursuivre d'autres objectifs ; ni ambition, ni cupidité, ni allégeance ne venaient perturber ce souci de vérité simple. Aucune autre motivation n'a pu nous préoccuper dans notre effort de témoignage. Nous avons même peiné dans la chair, puisque nous devions connaître la maladie, nous ralentissant dans notre mission, en raison de veillées tardives pour dire sans cesse notre compassion et souvent notre révolte envers ces gouvernements d'Etats puissants, producteurs d'armes qui travaillaient à répandre l'injustice, le crime et le désordre moral dans une Syrie rendue exsangue. 

Rien ne sera plus comme avant, dans le coeur des chrétiens du Proche-Orient; trahis par la France et méprisés par les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. Ces derniers se sont révélés être des fournisseurs d'armes sans morale, livrant leur production à des fanatiques islamiques aveugles qui n'étaient que de pures idéologues de la mort. Ils se sont montrés de parfaits ordonnateurs de mensonges en piétinant la liberté des medias qu'ils tenaient sous leur bottes pour propager une haine inconséquente à l'égard du Président Bachar el-Assad et de tous ceux qui tentaient d'expliquer l'injustice. Voici le Président Assad, dont le régime était rejeté par un grand nombre, il y a cinq ans, élevé au rang de martyr et d'héro par l'irresponsabilité de ces Etats.

Mensonges, contradictions, incohérences, rien n'a pu freiner durant les cinq années précédentes, les pays occidentaux car, quoique leur dirigeants le veuillent ou non, le Président Assad et son régime, dont tout le monde oublie déjà la brutalité de l'appareil qu'il représentât, incarne la Syrie comme les Présidents Obama et Hollande ou le Premier Ministre Cameron sont les représentants de leurs propres Etats.

En échange du parrainage des mercenaires rebelles qu'ils exerçaient, que promettaient ces Etats occidentaux à la population syrienne ? La démocratie, nous a-t-on dit. Certes une démocratie sur un champ de ruines, alors que leurs Etats à eux, demeuraient intouchables. A qui cette démocratie devait-elle servir ? Aux sunnites auxquels ils avaient fait miroiter le pouvoir à Damas....

Les Occidentaux qui ne trouvaient pas leur compte avec les alaouites, les chrétiens, les chiites et les druzes syriens, allaient-ils être satisfaits par des mercenaires et rebelles sunnites fanatiques, pour un grand nombre étrangers au pays et de ce fait sans avenir sur place ? C'est un fait. Nous n'avons jamais entendu un seul officiel américain, français ou anglais dénoncer la présence de non-syriens au sein de ce qu'ils qualifiaient de "rebelles modérés". Ce silence est révélateur des objectifs qui étaient poursuivis ; il ne s’agissait pas de bâtir une démocratie avec les syriens, mais d’abattre le régime syrien pour qu’avec lui tout s’écroule et le remplacer par un régime inféodé et non démocratique qui fasse tampon entre l'Iran et le Hezbollah libanais. Peu importait les destructions à laquelle cette manœuvre allait conduire. Telle était la "démolicratie" promise.

L'argument qui consiste à dire que dans un pays, une minorité ne peut gouverner une majorité est dangereux car ce principe nous réserve bien des soucis dans l'avenir. Il signifierait que lorsque les musulmans deviendront majoritaires dans un des pays d'Occident, il faudra leur donner le pouvoir. Et pourtant, nous voyons actuellement en Europe ou dans les Amériques des juifs, des musulmans et des personnes  se disant athées, participer aux gouvernements de ces Etats. Faudrait-il qu'on les chasse pour que la majorité confessionnelle gouverne seule ? Pire encore, en Syrie cette majorité confessionnelle qui était promise prônait un Califat islamique intolérant à l'égard des minorités; le Veilleur de Ninive mettait en garde sur le présent blog, dès le début de la guerre, contre la radicalité des mouvements mercenaires engagés sur le terrain. Les gouvernements Occidentaux fournisseurs d'armes pouvaient-ils eux l'ignorer ?

L'argument des américains et européens encourageant la prise du pouvoir par les sunnites en Syrie à travers une guerre civile de cette brutalité, équivalait à nier la présence antérieure au "mouvement de rébellion" de sunnites activement associés au pouvoir du parti Baath. L'épouse du Président Assad, n'est-elle pas sunnite de religion ?

La video qui suit donne un regard bien plus vrai que le discours médiatique occidental qui, par ses mensonges a ouvert la voie à ce qu'on qualifie aujourd'hui, de façon malpropre, de "théories du complot". En effet, cette video rejoint le discours du veilleur de Ninive et d’autres sites alternatifs, dans la mesure où elle montre par l'image mobile ce que l'écriture et l'image figée a tenté de communiquer durant plus de quatre ans.

Les dégâts en Occident sont également énormes; ils ne sont pas humains et matériels, à part les conséquences qu’ont fait subir les quelques attentats ; les effets de la guerre syrienne sont surtout Institutionnels. Les régimes occidentaux prétentieux ont, par le matraquage de mensonges, forgé au sein de leur population des adeptes des théories du complot, qui ne croient plus aux émanations médiatiques des Institutions officielles de ces pays. Ne cherchons pas midi à quatorze heures ; le mensonge d'Etat est le meilleur aliment des partisans de cette théorie du complot. 

A présent, visionnons cette video ; elle est poignante mais aussi révoltante tant le gâchis humain est ample et injuste. Il a dépassé l'entendement. Comment encore croire aux principes de Liberté, d'Egalité et de Fraternité ?


lundi 19 janvier 2015

La "totale" liberté d'expression est-elle possible ?

Avec un peu de recul par rapport aux deux attentats survenus, à Paris, le 7 janvier 2015, nous nous sommes interrogés sur la mesure de la liberté d’expression en nous appuyant sur le simple bon sens en se posant de simples questions.  

Lorsque le Président Hollande s'adresse à ses interlocuteurs, dit-il tout ce qu'il souhaiterait exprimer ? N'impose-t-il aucun filtre au contenu de ses discours ? Lorsque ce même Président, ou son Premier-Ministre, s'adressent à la Nation, communiquent-t-ils au peuple tout ce que bon leur semble, ou bien revoient-ils leurs copies avant de prendre la parole, pour ne commettre ni erreurs, ni impairs ?

Lorsque vous lecteur, vous vous adressez à des interlocuteurs, parlez-vous en toute liberté ou bien veillez-vous à vos affirmations ? Lors de vos entretiens avec des interlocuteurs non familiers, prenez-vous la liberté de tout leur assainer ? Au sein même de vos familles, parlez-vous de façon inconsidérée à vos proches ou bien restez-vous prudent à l'égard de vos paroles, pour ne pas blesser ou offenser ?

Pourquoi le journal Charlie-Hebdo aurait-il été dispensé de cette prudence et auto-censure, que chacun d'entre-nous s'impose naturellement en certaine circonstances ? Ce n’est pas que le journal ait commis une simple « erreur de communication » à l’occasion d’un tirage. Durant des années, il s'est acharné sur certaines croyances, négligeant d’ailleurs, d’en pourfendre d’autres….  

La leçon de cette malheureuse expérience de Charlie-Hebdo est que la « totale » liberté d'expression n'a jamais existé, qu'elle n'existe toujours pas et qu'elle n'existera jamais. Que personne ne s'illusionne.

A cet égard, lorsque le Veilleur de Ninive écrit, il s'impose le respect de toutes les personnes , même des plus inhumaines qu’il dénonce….S'imposer le respect ne serait-ce que sur la forme, c’est conserver sa propre humanité et donner à l’autre, qu’on critique, dénonce ou pourfend, une chance de retour à l’humanité. Toute autre approche est destructrice et génératrice de haine. 

Le Veilleur de Ninive

jeudi 8 janvier 2015

Charlie-Hebdo : La fin ne justifie pas les moyens.

Sans tambours ni trompettes disons simplement notre peine en apprenant l'attentat du 7 janvier 2015 commis, à Paris, dans les bureaux du journal Charlie-Hebdo. Nous regrettons les morts et compatissons avec les familles.
 
Le choc passant, nous avons tendance à nous tourner vers les "vivants" qui nous dirigent. Ces derniers avaient affecté un garde pour protéger les bureaux du journal, l'intention était bonne mais l'effectif s'est avéré insuffisant. 
 
Par l'évènement produit, nous avons appris que les journalistes avait une protection ; nous en comprenons à present les raisons, mais il ne faut pas oublier que dans leurs écrits, les caricaturistes tournaient en dérision et au passage disaient du mal des croyants qu'ils soient musulmans ou chrétiens. Ils le faisaient en toute impunité, moyennant des condamnations occasionnelles se limitant à quelques menues amendes.
 
Essayons à présent d'imaginer la situation s'il venait à se créer, à Paris, un journal satirique qui ironiserait sur les homo, les juifs, les francs-maçons, les noirs, etc...Qu'en serait-t-il ? Il n'y a qu'à se souvenir du sort reserve à l'humouriste Dieudonné et de sa quenelle...Aujourd'hui, c'est tout de même étonnant de découvrir que Charlie-Hebdo était protégé en dépit de sa ligne éditoriale, alors qu'il serait, impossible à qui veut, de créer, par les temps qui courrent, le périodique que nous imaginions.
 
Certes, rien ne justifie le crime bien naturellement. La nature de cet acte destructeur n'est même pas discutable et nous souhaitons que les auteurs soient jugés et condamnés de façon exemplaire avec dénonciation de "l'idéologie" qui les a motivés à commettre cette tuerie. Nous ne croyons aucunement à l'instar des dirigeants français que ces hommes terrorisent pour terroriser. Ce n'est pas en soi une cause qui incite à donner sa vie...Ils ont très certainement des objectifs à atteindre.
 
L'événement est pour nous, cependant, l'occasion d'un petit rappel sur le fait qu'il est possible de tuer par les armes, par des paroles et par des écrits, même si le préjudice n'est pas le même. Bien évidemment, tuer, par l'un de ces trois moyens, est toujours condamnable et cela quelque soit la cible. Dans la réalité, la peine des tribunaux se veut proportionnelle au préjudice. Les "crimes rédactionnels" de l'hebdomadaire "Charlie" étaient-ils vraiment condamnés à la mesure du préjudice causé ?

Pour une religion prosélyte telle que l'islam, le préjudice engendé par les titres de Charlie-Hebdo exhibés dans les kiosques français, pouvait se révéler considérable. Le Christianisme prosélyte est dans une position similaire, mais pour les Chrétiens, la fin ne justifie pas les moyens comme cela peut être le cas dans une certaine interprétation de l'Islam, celle qui correspond à la période de la  جاهِليّة jâhilîya.
 
Curieux donc, ce retour fréquent des carricaturistes de Charlie-Hebdo sur le terrain du religieux alors qu'ils critiquaient souvent  la matière.  Est-on en droit de se demander quels objectifs étaient poursuivis par la rédaction du media ?
 
1° - Eloigner les fidèles de la religion ? Mais les lecteurs de Charlie-Hebdo étaient, pour l'essentiel, loin du domaine religieux.
2° - Provoquer ?  Mais quel est le but d'une provocation si ce n'est de susciter un conflit ?
 
Aujourd'hui, face à cet attentat qui prétend appliquer la loi du talion, mais dont nous pourrions finir par penser qu'il s'agit, en réalité, d'une tentative de déstabilisation de la société française, Musulmans et Chrétiens ne peuvent que rester unis dans ce combat que leur mènent des forces occultes et l'athéisme, dont ils sont la cible.
 
Islam et Christianisme doivent tous deux prendre garde à ne pas tromber dans la provocation. Même si une presse idéologique et athée prend plaisir à les faire sortir de leurs gonds, ces derniers doivent affronter ensemble la profanation et le sacrilège, en ne répliquant aux flèches verbales et rédactionnelles qu'en se rappelant constamment la règle essentielle devenue leur : "la fin ne justifie pas les moyens" et cela même si les medias français refusent de s'imposer la discipline du respect du sacré....Sans cette devise, en quoi les religions seraient-elles supérieures aux idéologies ?
 
Le Veilleur de Ninive.

jeudi 29 août 2013

Echos des Chrétiens de Syrie.

Dans ce reportage présenté par KTO (Cf. video ci-dessous), des chrétiens de Syrie donnent leur point de vue et expriment leur incompréhension à l'égard de la politique française. 

Nous avons fini par comprendre que les Médias français et le gouvernement de ce pays travaillent pour des intérêts qui ne sont pas français. L'absence de "démocratie" en Syrie ne menaçant en rien les intérêts vitaux de l'hexagone, pourquoi notre gouvernement n'opte-t-il pas pour une approche non-violente et diplomatique ?

Concernant les bruits de bottes et de possible bombardements sur la Syrie, le gouvernement français doit savoir que vivent en Syrie des syriens très francophones. Toute attaque, de la France contre la Syrie sera perçue comme une agression contre les francophones et la francophonie de ce pays. 

Espérons que les Chrétiens de Syrie et leurs amis dans le monde, ne finiront pas par adopter l'idée que le drame des chrétiens syriens* ne réside pas dans leur position sur l'échiquier syrien mais provient de la confiance déçue accordée antérieurement à la France, aujourd'hui athée et matérialiste ; cette France qui dénonce et renie ses traditions valeureusement bâties par ses pères, ses engagements courageusement noués par ses rois et ses présidents, ses amitiés fidèlement tissés par ses représentants.

Ô France, sur toi nous versons des larmes de tristesse et de regrets, car tu ne sais plus te rendre à la rencontre de ton destin séculaire ; tu ne sais plus que languir derrière des intérêts matériels éphémères, plus éphémères même que la vie sur terre.

Le Veilleur de Ninive.

* Au premier temps du christianisme le terme de syrien signifiait chrétien.


Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.