Affichage des articles dont le libellé est Martyrs. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Martyrs. Afficher tous les articles

jeudi 30 avril 2015

Syrie, un décret présidentiel accorde des soins gratuits pour les proches des Syriens "tombés en martyrs".

Jeudi 31 avril 2015 - Le régime de Damas a décidé de fournir des soins médicaux gratuits aux proches des personnes qu'il considère "tombées en martyrs" en Syrie, pays ravagé par la guerre depuis plus de quatre ans, selon un décret présidentiel publié jeudi par l'agence Sana.

"Les parents, enfants, et époux des personnes tombées en martyrs, ou des personnes disparues lors d'opérations militaires menées par l'armée ou (tuées) par des groupes terroristes", bénéficieront de soins médicaux gratuits et de billets demi-tarif dans les transports, indique le décret promulgué par le président Bachar al-Assad. Profiteront également de cette faveur "toutes les personnes entièrement handicapées à cause des opérations militaires ou du fait de groupes terroristes, ainsi que leurs parents, leurs époux et leurs enfants".

Toutes les personnes tuées "en martyrs" ou blessés depuis le 15 mars 2011, début de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad, sont concernées. Selon une source de sécurité à Damas, une personne est reconnue comme "martyr" par un décret presidential.
 
Source l'Orient-le-Jour du 31-Avril 2015. 

Alors que les Officiels français offraient, il y a quelques années, à leur peuple du sang contaminé, Bachar el-Assad décide de donner des soins médicaux gratuits aux proches des syriens tombés sous la violence.

Comment suite à une telle information, les régimes hostiles au Président Assad peuvent-ils se montrer si aveugles et sourds à un changement d'attitude et d'esprit du régime syrien.... C'est bien qu'il y a des objectifs géopolitiques cachés. 
 
 
 

lundi 20 janvier 2014

Syrie, perfidie et tyrannie des preneurs d'otages.


Ouanes Levonian (69ans) et son fils Minas, deux arméniens qui vivaient à Alep. Ils étaient propriétaires, leur seul bien, d’un atelier de fabrication de glaçons dans le quartier Al-Bab qui se trouve dans la banlieue d'Alep sous contrôle de l’Armée Islamique de l’Irak et du Levant [dénommé en arabe par son sigle Da'ech - داعش].
Cette usine fut occupée par les terroristes.  Comme les deux arméniens n’avaient plus de ressources pour se nourrir, ils décidèrent de trouver un arrangement avec « l’Emir » de Da’ech », en espérant qu’il leur rendrait leur bien. C’était, avec bonté, espérer dans la « magnanimité » et le courage de ces simples terroristes.

Parvenus à la résidence de l’Emir, ils sont arrêtés en raison de leur baptême et de leur appartenance à la religion chrétienne. Retenus, ils tentent de parvenir à un compromis avec les hommes de l’A.I.I.L. dont nous savons qu’ils ne tolèrent pas le maintien en vie, des « Infidèles » autrement-dit  de tous ceux qui ne sont pas musulmans.

La famille de Ouanes Lévonian, se compose de son épouse, de ses deux filles et de son fils unique, Minas, qui lui-même est marié avec 3 enfants dont l’ainé est à peine âgé de onze ans. Durant des mois, l’épouse de Ouanes et les siens se mettent à la recherche de son époux et de son fils.

Un jour récent, une sentence est prononcée par un juge du tribunal de la Chari'a de l’A.I.I.L. à l'encontre des deux Levonian; elle stipule : « Devenez musulmans et vous serez laissés en vie ». Les deux malheureux sont contraints d’accepter ayant une famille à nourir ; ils proclament la « chahada » de la conversion ; toutefois en dépit de leur proclamation, ils sont remis en prison avec la promesse d’être libérés sous trois jours. Minas demande alors pourquoi ce retard à leur libération ? La réponse ne tarde pas à venir : « Son Altesse, l’Emir n’est pas convaincu du bien fondé de votre conversion à l’Islam ». « Comment est-ce, puisque nous avons juré ? »,  répond-il. « Vous les gens du Livre votre Evangile est falsifié et votre Foi est nulle. Vous, vous êtes convertis à l'islam par ruse » leur réplique-t-on.

C’est alors qu’en raison du conflit entre mouvements rebelles, les deux hommes sont conduits chez le juge de l’A.I.I.L. devant lequel ils sont assassinés par balles. Mais la fin du drame est à venir puisque la famille, étant parvenu, à l’A.I.I.L. dans ses recherches, demande que les corps leur soient remis. La réponse de Da’ech, n’est autre que : « Vos hommes sont morts musulmans et seront enterrés selon la loi musulmane ; ils sont maintenant nos martyrs…ils ne peuvent vous être remis ».

mardi 14 janvier 2014

Récit d'un arménien qui raconte son calvaire en Syrie.

Un arménien raconte son calvaire après être passé par les mains de l'Armée Islamique d'Irak et du Levant. (discours en arabe - sous-titrage en anglais).
 

dimanche 28 juillet 2013

Sortir du silence le massacre de la ville de Khan al-Assal.

Dimanche 28 juillet 2013 - Quel est le bilan du massacre de la ville de Khan al-Assal à Alep sur lequel la presse internationale est restée très silencieuse ?

Pour tout dire, hier, nous faisions une visite à l’hôpital gouvernemental d’Alep. Qu’a-t-on pu voir ? Un premier groupe de 160 cadavres de soldats enlevés et égorgés, au sens propre du terme, par les mercenaires du Front al-Nosra.

A la vue de cette violence, nous n’avons pu soutenir notre regard face aux atrocités dont ces mercenaires ont été capables : cranes vidés du cerveau, cœurs retranchés, mains et pieds coupés.

Des corps qui ne méritent que notre respect et la prière du monde entier, ont été transportés dans des camions poubelles sous l’emblème du Croissant-Rouge et de la Croix-Rouge. En revanche, quatre-vingt corps de civils qui ne purent encore être déplacés, seront amenés à l’hôpital ce matin.


Photo empruntée au site "Modern News" - Des soldats capturés en attendant leur massacre. L’un d’eux nargue les mercenaires en indiquant le V de la victoire.

Faut-il que nous spéculions sur la manière dont ces mercenaires, affidés d’Etats étrangers, ont agi ?

Une des hypothèses développées par le site « Modern News » est que les missiles de type « Milan », de fabrication franco-allemande, vendues à l’Arabie-Saoudite, seraient parvenus aux mains d’Al-Qaïda et du Front al-Nosra, grâce à un don financier saoudien et qatarien. La même source évoque aussi le rôle de la Turquie dans le passage de ces armes. Ces missiles [Cf. l'article du blog de Jacques Tourtaux], nous ne sommes déjà plus dans les armes létales promises par la France, seraient en usage en Syrie, depuis quelques mois déjà.

Une autre hypothèse reprise par le site « Modern News » fait mention de la trahison par le commandant et des officiers de la Division chargée de garder la ville de khan al-Assal au Nord d'Alep. La même source rapporte que les officiers furent corrompus pour déplacer les points de contrôle vers des emplacements moins stratégiques, afin de faciliter la prise du quartier par les mercenaires du Front al-Nosra. L’action avait également pour but de diviser et affaiblir la troupe, pour qu’elle soit attaquée plus facilement. Cela aurait donné le résultat que nous connaissons.

mercredi 24 juillet 2013

Urgent : Alep - Des dizaines de chrétiens arméniens non-armés sont la cible d'une attaque barbare et aveugle.

A diffuser Urbi & Orbi

Alep - le 24 Juillet 2013 - Nous venons d'apprendre de source sûre, avec images à l'appui, que des dizaines de chrétiens arméniens de la ville d'Alep ont été la cible d'une attaque de groupes armés appartenant à la mouvance de Djabhat al-Nosra, alors qu'ils tentaient de quitter la ville pour Damas par une route sous contrôle de l'armée arabe syrienne. 

Une dizaine de bus les transportant ont été l'objet de tirs aveugles par mitrailleuses et obus de la part des mercenaires du Front al-Nosra. On dénombre au moins cinq martyrs et de nombreux blessés qui se trouvent dans un état grave. 

La vidéo ci-dessous montre l'attaque des assassins tirant sur des victimes innocentes en clamant "Allahou Akbar" [Dieu est Grand]; pauvre Allah qui est instrumentalisé par ces mercenaires....

A présent, quelle pirouette les régimes occidentaux vont-ils trouver pour démontrer leur non-complicité avec l'opposition syrienne, ses actes terroristes, fanatiques et aveugles, contre l'humanité et contre toutes les règles de la guerre ? 


mardi 25 juin 2013

Syrie : un ermite assassiné par des miliciens anti-régime....Que pense l'occident ?


Des rebelles ont assassiné dimanche 23 juin 2013 le Père François Mourad dans le couvent de Ghassanieh, près de Homs, en Syrie. Le monastère a été entièrement pillé par des hommes armés, rapporte le 24 juin la Custodie franciscaine de Terre sainte à Jérusalem. 

Le religieux âgé, de nationalité syrienne, qui vivait en ermite, avait quitté son ermitage au début de la guerre en Syrie. Il avait rejoint un frère affaibli et pour desservir une communauté religieuse voisine, mais également pour trouver un peu plus de sécurité. 

«Je voudrais que tout le monde sache, a pour sa part insisté le Père Halim Noujaim, Ministre régional des franciscains de Syrie, qu'en soutenant les révolutionnaires, l'Occident soutient les extrémistes religieux et aide à tuer les chrétiens... A ce rythme, il ne restera plus un seul chrétien dans ces zones», a-t-il déclaré à l'agence de presse catholique italienne SIR. 

Les franciscains, qui militent pour instaurer la trêve et oeuvrer à la réconciliation, dissuadent l'Occident de prendre des mesures susceptibles d’apporter davantage de violence et d’augmenter le nombre de morts. Pour les religieux, ce ne sont pas les armes qui sont en mesure de donner à la Syrie ce dont elle a besoin: «Les conditions pour que la paix revienne au plus vite!»

jeudi 13 décembre 2012

Les Minorités Encouragées en Occident, Egorgées en Syrie


Alep - 18 Décembre 2012 - Depuis 5 jours, la ville d'Alep est à nouveau privée d'electricité.

Un message de l'Armée Syrienne « Libre » à des homologues turques a été capté, qui reconnait l'impossibilité pour les rebelles de renverser le régime. Ce même message affirme que le seul moyen de retourner la situation est de priver la ville d'Alep de tout ce qui est essentiel, afin d'obliger le peuple à se ranger du côté de la rébellion.

La faim, le manque et le froid, il fait moins de zéro degré la nuit, assaillent la population tuant les personnes âgées et les nouveaux-nés.

Les caserne « Madrassat Mouchatt » semble avoir été reprise par l'armée arabe syrienne.

VdN - Ceux qui doutaient des informations provenant d'Alep et de Saqareb que nous vous donnions ci-dessous, vont-il se montrer aussi sceptiques à la lecture du texte que nous inspire l'atmosphère régnante à Damas, la Capitale ? 

Damas - 14 Décembre 2012 - Nous avons un retour de l'électricité après de fréquentes coupures qui atteignent naturellement l'éclairage et l'Internet. La situation est égale à elle-même, à l'exception d'hier et avant-hier où nous avons entendu 12 explosions dans Damas et ses environs. Les plus importantes furent à Qatana, Jdeydet el Fadel et près du nouveau ministère de l'intérieur qui se trouve à Kafar-Soussé. On ne compte plus nos morts et nos blessés. Imaginez de telles explosions à Paris, Londres, Berlin, Washington ou New-York et même à Doha ou Ryad. Les Salafistes et leurs acolytes perdent la tête. La rage les dévore et ils s'acharnent sur les innocents, tuant les enfants à la sortie des écoles, et des hommes et des femmes sans ménagements.

Damas et sa population s'interroge sur son devenir. Vont-ils nous tuer tous ? Du temps du Prophète, ce dernier avait inventé la tolérance des minorités, moyennant le statut de Dhimmi et le versement d'un impôt, car il avait eu besoin d'esclaves pour travailler la terre.  [La tribu des Hachem étant nomade; ses membres n'aimaient pas le travail de la terre]. 

Ici, nous n'avons même plus l'espoir d'être tolérés comme du temps du Prophète. Les Salafistes rêvent d'un monde soumis à la Charia. 

En quelques mois, la ligue des Etats qui manipulent l'ASL et les bandes satellites de cette organisation ont atteint un premier objectif de détruire le pays. Il est plus que brisé. Nous manquons de pain, de mazout, de gaz et les prix sont en fureur. 

VdN - L'Amérique et l'Europe poussent les minorités sur leurs territoires, mais les laissent se faire massacrer en Syrie. L'Occident encourage l'uniformisation confessionnelle sunnite au Proche-Orient, pendant qu'il pousse au "melting-pot" sur son territoire.

Nous avons là le signe de l'incohérence dans laquelle, l'humanité sans transcendance des  dirigeants occidentaux athées, installe leurs peuples, les appauvrissant, les déshumanisant et surtout les rendant aveugles aux forces de l'Esprit qui seules donnent lucidité et vision d'avenir. 

A présent, en lisant ce qui suit, vous comprendrez le désastre spirituel, moral, humain et stratégique que l'Occident réalisera bientôt avoir accompli en Syrie.

Alep - Jeudi 13 Décembre 2012 - (16h40) - Aujourd'hui, nous avons eu un peu plus d'électricité (6 heures par jour). Nous, chrétiens catholiques, nous apprenons d'un ami « sunnite », témoin oculaire, qu'à Saraqeb à 50 kms sur la route de Damas, le « Front al-Nasra » [autre dénomination d’Al-Qaïda], a installé un barrage auprès duquel les éléments armés arrêtent les voitures et les bus pour les contrôler. Ils invitent à descendre des véhicules, 

1 - les soldats, les agents de police, les membres du parti Baath pour les tuer directement, par égorgement.

2 - les alaouites, qu'ils enlèvent et tuent par balles sans distinction : hommes, femmes, enfants ou personnes âgées.

3 - les chrétiens, qu'ils obligent à proclamer la « Shahada », les forçant à se convertir à l'Islam pour ensuite les faire juger par des pseudo "juges" improvisés de nationalité saoudienne, afghane ou tchéchennes qui décident de leur sort. Celui-ci ne laisse guère d'espoir aux filles et aux femmes qui sont menacées d'être : 
a - violées.
b- tuées.
c - prises comme esclaves pour satisfaire le plaisir de ces meurtriers.
d - prises en otages et pour être libérées contre une rançon.

Ailleurs, dans le village de Jdaydeh, des hommes chrétiens, des fonctionnaires de la Compagnie des eaux, du téléphone, de l'électricité ou du ministère de l'agriculture sont enlevés et libérés contre des cautions.

La situation est catastrophique. Du côté d'Alep, les familles chrétiennes qui avaient tenu à ce jour, vendent leur biens à bas prix, pour prendre l'avion en direction du Liban, espérant y trouver refuge.

Priez pour nous. 

Le Veilleur de Ninive

samedi 27 octobre 2012

Syrie : appel des évêques de Damas à la réconciliation.

ROME, samedi 27 octobre 2012 (ZENIT.org) – Le Conseil des évêques catholiques et orthodoxes de Damas appellent à la paix et à la réconciliation, au lendemain de la mort du P. Haddad, martyr de la foi (cf. les deux articles de Zenit du 26 octobre 2012 sur la mort et sur les funérailles du P. Haddad).

“Nous rééditons notre appel pour la réconciliation, l'arrêt des violences, de la prolifération des armes et de l'effusion du sang, invitant au dialogue pour trouver une solution qui garantisse la paix, la liberté, la justice et l'égalité à tous les citoyens », écrivent les évêques qui dénoncent une ingérence étrangères en Syrie.

Les évêques de Damas (6 orthodoxes et 4 catholiques) réunis le jour des funérailles du P. Fady Haddad, jeudi 25 octobre 2012, ont lancé cet appel.

« Nous présentons, disent-ils, nos sincères condoléances à l'Eglise Grecque Orthodoxe - au Patriarche Ignace IV, au synode, au clergé et aux paroisses -, et nous prions le Seigneur d'accueillir dans son Royaume, le prêtre-martyr et tous les martyrs de Syrie ».

Ils condamnent ces violences en disant : « Nous déplorons  avec force les attaques qui visent les citoyens innocents,  les lieux de culte chrétiens et musulmans et les hommes de religion qui oeuvrent dans le service humanitaire et spirituel en ces jours de souffrance que traverse notre chère Syrie ».

Il dénonce l’ingérence de l’étranger dans le conflit syrien: «  Nous déplorons le complot étranger qui sème le mal et la destruction dans notre paisible pays. Car la violence et la division ne sont pas de la nature du peuple syrien et ses traditions pacifiques ».

Ils souhaitent une heureuse fête de l’Aïd el Kébir – dans la Genèse, épisode de la ligature d’Isaac - aux musulmans en ces termes : « Nous présentons nos meilleurs vœux à nos frères musulmans à l'occasion d'Aladha, leur disant: votre fête est notre fête, vos joies et vos peines sont les nôtres aussi. Frères nous avons vécu et Frères nous serons ».

Ils concluent en « rendant grâce pour le nouveau prêtre martyr couronné par le Seigneur qui saura seul consoler son Eglise, sa paroisse, sa famille et remettre la paix en Syrie ».

Ils rappellent qu’après avoir fait ses études au Séminaire St Jean Chrysostome à Balamand au Nord-Liban, le P. Fady Haddad avait été ordonné prêtre au patriarcat grec-othodoxe à Damas en 1995, et qu’il avait été nommé curé de la paroisse Saint-Elie à Catana, dans la banlieue Sud-Ouest de Damas, petite ville touchée par la crise.

C’est en tentant  une médiation pour libérer un paroissien enlevé par un groupe armé, que le P. Fady ( 43 ans) a été à son tour enlevé le 18 octobre dernier. Il a été retrouvé mort, tué d'une balle à la tête le 24 octobre 2012.

C’est le deuxième prêtre-martyr en Syrie depuis l'éclatement des violences : le P. Bassilios Nassar avait été tué en janvier 2012 à Hama (200 km au nord de Damas) en essayant de sauver un blessé.

Damas : Explosion d’une bombe lors des obsèques du Père Fadi Haddad, « martyr de la réconciliation et de l’harmonie »


Jusqu'à quand le monde chrétien va t-il assister impassible, presque comme une potiche, au massacre des Saints innocents ? 

Dans toutes les paroisses du monde, dans tout ce qui se dit chrétien, catholique, orthodoxe ou protestant, un geste de solidarité, aussi petit soit-il, s'impose, qu'en pensez-vous, envers les proches des chrétiens persécutés, à l'égard des pays où la menace pèse sur nos frères ? Des organisations caritatives existent qui se démènent pour aider... 

Peut-on demander à ceux qui n'ont pas encore posé leur geste, de bien vouloir rappeler leur baptême par ayant une pensée concrète pour les innocents menacés ? De grâce ne restons pas impassible. 

Devant Dieu il nous sera sans doute demandé qu'avons nous fait pour nos frères ? 

A présent, voici par Fides, le récit grave et tragique de la mort du Père Fadi. Que Dieu pardonne à ses assassins que le diable possède.

Le Veilleur de Ninive

Damas (Agence Fides) – Une bombe a explosé ce matin lors des obsèques du Père Fadi Jamil Haddad, le prêtre orthodoxe enlevé et retrouvé mort hier à Damas (voir Fides 25/10/2012). Selon des sources locales de Fides, l’explosion a causé la mort de deux civils et d’un certain nombre de militaires. A la Messe des funérailles, célébrée en l’église Saint Elie à Qatana par le Patriarche grec orthodoxe S.B. Ignace IV Hazim, étaient présents des milliers de fidèles chrétiens émus et désolés à cause de la perte du prêtre.

Dans un communiqué du Patriarcat grec orthodoxe d’Antioche, envoyé à l’Agence Fides, le Père Haddad est qualifié de « martyr de la réconciliation et de l’harmonie ». En effet, le prêtre « s’était engagé dans une noble mission humanitaire visant à faire libérer un membre de sa Paroisse qui avait été enlevé quelques jours auparavant ». Au cours de la médiation, le Père Haddad a été enlevé à son tour en compagnie d’un autre intermédiaire. Les ravisseurs ont demandé une importante rançon avant de les tuer.

La note du Patriarcat orthodoxe raconte la « terrible tragédie » : « Le corps du Père Fadi Haddad a été retrouvé le 25 octobre au matin dans la zone de Drousha. Sur celui-ci se trouvaient des signes indescriptibles  de tortures et de mutilations. Il a été identifié par le Père Elias el-Baba, prêtre de la ville de Hina, avant d’être transporté à la clinique de la ville. Le Patriarcat a été informé de son martyr, son sang innocent et sans tache est un sacrifice pour la réconciliation et l’harmonie ».

La note parvenue à Fides poursuit : « Nous condamnons avec force cet acte bestial et barbare contre les civils, les innocents et les hommes de Dieu qui s’efforcent d’être des apôtres de la paix. Ce sont des hommes qui tiennent unis les cœurs, pansent les blessures de la souffrance, réconfortent les malades, renforcent les faibles dans ces circonstances difficiles. Nous exprimons la profondeur de notre douleur pour ces actes cruels qui sont sans précédent dans la longue histoire de notre bien-aimée nation, construite sur le fondement de l’amour, de la coopération, de la paix et de l’harmonie ».

Le Patriarcat invite « tous les citoyens, les organisations humanitaires et les hommes de bonne volonté à condamner les enlèvements, les homicides, les destructions, les vols, les agressions contre la sécurité et le bien-être des citoyens ». « Nous rappelons tout un chacun au dialogue, à la paix et à l’harmonie – poursuit la note – afin de mettre fin au bain de sang innocent qui a lieu chaque jour ».

Le texte demande aux fidèles chrétiens « de demeurer fermes dans notre foi et dans notre espérance dans le pouvoir du Seigneur qui a voulu que nous ayons la vie et que nous l’ayons en plénitude (cf. Jn 10,10) », les invitant à « rester sur leur terre et à l’intérieur de leur nation », regardant l’avenir « avec la force de la foi ». « Nous demandons à Dieu – conclut le Patriarche orthodoxe – que le martyr du Père Fadi Haddad constitue un sacrifice offert pour les enfants de cette nation et pour une trêve dans les événements douloureux que nous vivons en ce temps ».

Le Père Fadi Jamil Haddad était né à Qatana le 2 février 1969. Il avait étudié la Théologie à Damas et au Liban. Il s’était marié et avait été ordonné prêtre en 1995 par S.B. le Patriarche Ignace IV Hazim. Il était Curé de la Paroisse orthodoxe de Saint Elie à Qatana. Une source du Patriarcat remarque que « il était aimé par tous les groupes religieux et n’avait pris aucune position politique durant le conflit en cours en Syrie. Mais il était fortement engagé en faveur de la réconciliation ». (PA) (Agence Fides 26/10/2012)

mercredi 2 mars 2011

Le ministre des Minorités religieuses du Pakistan assassiné

Le ministre pakistanais des Minorités religieuses, Shahbaz Bhatti, en février 2010
AFP/Jewel Samad

Le chrétien Shahbaz Bhatti, ministre pakistanais des Minorités religieuses, a été tué ce mardi 2 mars 2011, par des hommes armés qui circulaient en moto, et qui ont tiré sur sa voiture dans un quartier huppé de la capitale Islamabad. « Il était mort à son arrivée », a déclaré Dr Azmatullah Qureshi, le porte-parole de l’hôpital Shifah, où son corps a été transporté. Ce meurtre a été commis après celui de Salman Taseer, le gouverneur du Penjab, qui dénonçait la loi sur le blasphème.

Le ministre des Minorités religieuses a été assassiné alors qu’il se rendait sur son lieu de travail. Sa voiture a été prise en embuscade par plusieurs hommes armés qui lui ont tiré dessus. Le politicien est mort de ses blessures avant même d’avoir pu être transporté à l’hôpital.

Shahbaz Bhatti avait été récemment menacé de mort par des extrémistes pour ses positions contre la loi sur le blasphème qu’il voulait réformer. Une loi qui punit de mort quiconque est accusé d’avoir insulté le prophète. Le gouvernement n’avait pas condamné ces menaces, ce dont se plaignait le ministre. Il se disait abandonné par les autorités. Des autorités qui ont réaffirmé haut et fort, ces dernières semaines, qu’elles n’avaient nullement l’intention d’amender la loi sur le blasphème.

On a ce jour le sentiment que l’histoire se répète, et même qu’elle s’aggrave. Cet assassinat en plein cœur de la capitale rappelle celui qui s’est produit le 4 janvier dernier. A l’époque c’est Salman Taseer, le gouverneur du Penjab qui avait été tué par l’un des policiers chargés de le protéger. Le politicien avait dénoncé le caractère inique de la loi sur le blasphème.

Aujourd’hui c’est donc la consternation au Pakistan avec cet assassinat qui a coûté la vie à une nouvelle personnalité publique. C’est un signe du degré qu’a atteint l’extrémisme religieux dans le pays.

samedi 20 novembre 2010

Tirons la leçon et avec nos Martyrs entonnons le Hallel...

Les Martyrs sont tombés le 30 Octobre 2010, dans la Cathédrale Saydet el-Najat à Baghdad. Ils ne sont pas morts inutilement. 

Ils sont morts en suppliant leurs bourreaux qui tenaient le mauvais rôle des suppliés. Ils sont tombés dans l'innocence pour entrer dans la Gloire de Dieu ; leurs assassins, naïvement persuadés de leur martyr, sont allés alimenter la fournaise de l'enfer.

Oui! Nos morts et nos blessés syriaques sont Martyrs, les vrais, les reconnus, les reçus de Dieu.

Et nous, restés sur place, qui sommes désemparés, essayons de lire l'événement....

Chrétiens, on nous a rappelé plus d'une fois, que nous sommes également appelés au martyr; nous le savons par l'histoire car c'est bien le martyr qui a permis à l'église de se bâtir. Oui! le sang versé durant les premiers siècles est le liquide qui a permis de couler le ciment de l'église.

En nous désolant, en nous lamentant, en suppliant le Créateur suite à ce drame, ne voyons-nous pas déjà, le début de la purification se produire en nos coeurs et la sanctification transformer nos vies ? Convertissons-nous, et que nos richesses ne nous aveuglent plus pour que nous mettions nos ressources au service des rescapés qui sont blessés dans leur corps ou dans leur coeur.

Mais auparavant, inclinons-nous devant le sang de nos martyrs suppliants...et pleurons car nous saisissons déjà la souffrance infernale, qui attend les bourreaux suppliés.

Avec nos martyrs, entonnons : Hallelluya! Hallelluya! Hallelluya! pour les siècles des siècles.
Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.