Affichage des articles dont le libellé est Maaloula. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Maaloula. Afficher tous les articles

mardi 11 février 2014

Les conditions lunaires des ravisseurs pour libérer les deux Evêques et les religieuses de Maaloula

Nous apprenons que les ravisseurs des deux évêques et des onze religieuses de Maaloula exigent du gouvernement syrien une rançon, que seule la folie de ravisseurs pousse à exiger.
 
Le seul point positif de cette révendication est qu'elle permettrait de penser que les otages sont encore en vie, mais il n'est pas certain.

Le Front al-Nosra, à l'origine vraissemblabement des enlèvements, exigerait :

I -  Pour la libération de Mgr. Ibrahim et Mgr. El-Yazgi :
1° - 100 millions de dollars.
2° - la libération de 800 prisonniers de leur mouvement.
3° - la libération d'Officiers turcs, français et qataris arrêtés e Syrie.
4° - la fourniture d'une aide aux assiégés de la ville de Homs.
5° - la cessation des opérations militaires à Alep.

 
II - Pour libérer les religieuses de Maaloula leurs exigences portent sur :
1° - la libération de tous les  islamistes de la prison de Roumieh au Liban.
2° - la libération de près de 500 miliciens du Front al-Nosra par le gouvernement syrien.
3° - la libération de toues les femmes rebelles des prisons syriennes.
4° - une rançon de 75 millions de dollars.
5°- la levée du siège de Homs.

6° - la cessation des opérations militaires dans la région de Yabroud.
7°- le départ des religieuses pour le Liban avec non-retour à Maaloula afin de "purifier la
Syrie des Croisés".


Voilà que les masques tombent. Les religieuses que les rebelles avaient prétendu avoir mis à l'abri des dangers, ne sont finalement que des otages. Quelqu'un a-t-il encore un doute ?

lundi 13 janvier 2014

Maaloula, Les Cloches des églises déposées à terre.

Le Père Makarios Kallouma,  secrétaire du Patriarche d’Antioche et de tout l’Orient pour les grecs melkites catholiques a déclaré à l’Agence Novotsi que des éléments armés du « Front al-Nosra » et des membres du mouvement  « Ahrar al-Cham » ont déposé les cloches de toutes les églises de la vieille ville de Maaloula et ont incendié les sites du monastère de Sainte-Thècle et de Saint-Serge puis, ils se sont mis à fouiller les tombes pour trouver les restes de Sainte-Thècle ; ils ont également brûlé deux croix après les avoir brisées. 
 
Le Père Kallouma a révélé que les éléments armés musulmans ont volé la statue en bronze du Christ, qui avait été inauguré le 24 septembre 2008 et qui fut ensuite placée à l’intérieur du Couvent de Sainte-Thècle ; Elle avait été financée par le fonds de l’Apôtre Saint-Paul en Syrie ; la statue avait été créée par le célèbre sculpteur russe Alexandre Rokafichnikov.

Le Père Kallouma a ajouté que quelques  habitants de Maaloula avaient quitté le village en direction du Liban mais que la plupart étaient allés à Damas. Un grand nombre d’entre-eux toutefois, habite la vieille ville où les associations de bienfaisance leur apportent des aides.
 
Avec un profond soupir, le Père Kallouma poursuit en disant : « Après qu’ils nous eurent poussé à l’émigration et qu’ils eurent volé nos maisons, ils ont détruits notre pays et ont enlevé les principaux symboles religieux que représentent les cloches qui nous appellent à la prière….les éléments armés du Front al-Nosra vendent les meubles volés dans les maisons du village, puis ils brûlent les maisons comme s’ils voulaient effacer toutes traces du christianisme et supprimé notre présence.

vendredi 6 décembre 2013

Profanations, destructions, incendies, pillages dans ce village où l'on ne trouve qu'histoire, religion et amour.

Beyrouth - Jeudi 5 Décembre 2013 - (As-Safir) – « Maaloula pleure! Qui vient à son secours ? Ainsi le Curé de Zahlé le Père Fadi... résume-t-il la situation en regardant son village natal qu’il a visité pour la dernière fois en août dernier avant qu’il ne fasse l’objet d’une attaque des mercenaires du Front al-Nosra durant la première semaine du mois de septembre.
 
Le Père Fadi confirme au journal que le Front Al-Nosra qui caresse l’idée de contrôler la région, se met à brûler les maisons ; le feu a commencé à atteindre la partie antique du village qui était habité par les chrétiens ; il souligne que les religieuses, qui furent enlevées par des hommes armés ont été conduites vers une destination inconnue. Le Père Fadi assure que les habitants de Maaloula, l’antique village chrétien, s'étaient déplacés à Damas et Zahlé au Liban, où le Patriarcat, dans la capitale syrienne, entreprend de les aider en payant le loyer des trois premiers mois d’un logement qu’ils loueront. 

Il souligne que les habitants ont quitté Maaloula avec les habits qu’ils avaient sur eux, après que les éléments armés les eussent pris par surprise ; après la première attaque et leur départ précipité, ils gardaient l’espoir d’un retour au foyer, sauf que tout rêve de revenir est devenu impossible à réaliser à la suite du pillage suivi de l’incendie des maisons, causé par la seconde attaque.

Avec chagrin, dit-il, « les habitants de Maaloula ne souhaitaient que la conservation de leurs Eglises. Maaloula, le village historique et araméen a désormais disparu. C’est terminé ! Il a vraiment disparu. Le Père affirme avec certitude que le départ des habitants de Maaloula fait partie d’un plan visant à mettre les chrétiens hors du Moyen-Orient ; il insiste sur le fait que les éléments armées ont ciblé Sadad, Deir Atiyyeh, Nabak et à présent Maaloula.

Voici les dernières nouvelles parvenues du village antique : « les éléments armées se sont jurés lors de la récente attaque du village, de le brûler avec lui tout ce qu’il abrite ». La visite des monastères est interdite depuis février dernier en raison de la présence constante d’hommes armés dans l’Hotel As-Safir ».

La première attaque, explique-t-il, s’est concentrée sur l’Eglise Mar Sarkis [Saint-Serge] ; les mercenaires y ont déposé les deux Croix placées sur les coupoles, avant de se déporter sur l’Eglise Sainte-Barbe et ensuite sur le monastère Mar Takla [Sainte-Thècle] ; Un grand nombre d’Icônes, de symboles religieux et historiques auraient au passage disparu.   

De son côté, une habitante de Maaloula arrivée au Liban depuis deux jours affirme au journal As-Safir, que le retour au village n’est plus qu’un rêve pour les habitants de la région, après que les terroristes eurent incendiés le village. Elle ajoute que lors de la première attaque, les terroristes avaient mis la main sur un certain nombre de maisons qu’ils ont détruites, comme ils s’en sont pris, dès le premier jour, aux Eglises et brisé la coupole de l’Eglise Mar Sarkis ; pourtant, les éléments armés avaient assuré qu’ils ne toucheraient pas aux sanctuaires, lors de leur entrée dans le village ; ils ont profané les autels dans les Eglises et ont détruits et fait des ravages tout autour d’eux.

Cette habitante a quitté Maaloula, pour Damas, après la première attaque, en raison du fait que son mari se faisait enlever et emmener dans une zone proche de la région d’Ersal ; il fut mis en liberté contre une rançon, 52 jours après son enlèvement.

Aujourd’hui, à partir de Zahlé au Liban, elle aide les déplacés syriens qui sont en provenance de  Maaloula, son village natal. La dernière attaque, dit-elle, a été commise par des centaines de terroristes qui ont assailli le village en proclamant « Dieu est Grand » et en répétant : « Où êtes-vous les adorateurs de la Croix ».

Cette personne qui souhaite conserver l’anonymat, a essuyé des larmes plus d’une fois en évoquant le cauchemar de l’attaque première attaque : « Il est impossible de revenir si peu de temps après la prise de contrôle du village par les insurgés ; les chars de l'armée syrienne, tout comme les Eglises, ont été la cible des obus et si la bataille n’a duré que trois jours, cela est du à la supériorité numérique des terroristes sur l’armée syrienne et sur les forces de défense nationale ».

En Outre, selon un prêtre de Maaloula, le village a subi nombres de profanations et de destructions ; il a souffert d’incendies et de pillages et pour tout dire, les habitants ont pour la plupart quitté les lieux le 7 septembre après la première attaque.

Cette même source s’interroge, alors qu’elle se trouve au Liban, sur le pourquoi du silence des dirigeants chrétiens libanais proches de l’opposition ? « Ces libanais se comportent comme si ce qui se produisait à Maaloula ne les concernait pas ». Il poursuit : « Mais où sont Georges Sabra et Michel Kilo ? Ne se sont-ils pas posés comme les représentants des chrétiens au sein de l’Opposition syrienne ? Pourquoi demeurent-ils silencieux ? Et dans quel hôtel vivent-ils aujourd’hui ? »

Il rappelle que le Pape François a levé le verbe fort, lorsqu’il a dit : « Nous ne permettrons pas que le Moyen-Orient soit vidé de ses chrétiens », espérant que la hiérarchie des Eglises élève de plus en plus la voix, spécialement après ce qui s’est produit à Maaloula.

Puis à l’adresse des responsables ecclésiastiques qui voyagent, il ajoute : « Ne parlez pas en notre nom en Europe et en Amérique ; Restez à nos côtés en ces circonstances. Parlez haut mais faites-le près de nous. Ne levez pas la voix à l’étranger car, là-bas, personne ne vous entendra ; faites-le ici et de grâce, jusqu’aux limites du ciel. Nous n’avons pas besoin de vous seulement durant les fêtes et les festivals, mais en ces moments difficiles où nous souffrons ».

Il évoque ensuite l'enlèvement de six jeunes, lors de la première attaque. Ils sont toujours portés disparus ; il mentionne le meurtre de trois jeunes gens qui ont refusé de se convertir car il n’imaginait pas appartenir à autre religion que la religion chrétienne.

Pour lui, l’attaque du village de Maaloula est une réaction et une action vengeresse pour les pertes subis par les éléments armés dans les différentes régions de Syrie et spécialement dans la région de Qalamoun. «  Les terroristes qui avaient attaqué Maaloula étaient des fugitifs de Sadad, de Deir Attiyeh, de Nabak et ils y sont venus en signe de représailles » ; il poursuit : « Ceux qui veulent se venger, de qui veulent-ils le faire ? Des Saints ? Du village historique ? d’une zone abandonnée par tous, à l’exception de quelques jeunes gens restés sur place, pour protéger les habitations contre le vol ? Que trouve-t-on à Maaloula autre que l’histoire, la religion, l’amour ? A Maaloula, il n’y a ni caserne militaire, ni roquette, ni armes chimiques ». « Que voulez-vous de Maaloula qui vivait en paix ? »

Pour cet ecclésiaste, le retour au village est loin d’être proche. Parlant de cette immense perte qu’est le village brûlé de Maaloula, il affirme : « Je reviendrai pour rechercher ma maison, les photographies des membres de ma famille décédés et mes souvenirs qui sont tous restés sur place ».

Sur un plan annexe, Jean X, Patriarche d'Antioche et de tout l'Orient pour les grecs orthodoxes a fait appel aux sentiments des ravisseurs, afin qu’ils libèrent les religieuses de Mar Takla prises en otages.

Dans un communiqué, le Patriarche lance un appel : « Nous appelons la conscience humaine et les personnes de bonne volonté pour libérer les sœurs et les orphelins détenus et nous faisons appel à la conscience, que Dieu a planté dans la tête et le cœurs de chaque être humain et même chez les ravisseurs, pour la libération saine et sauve de nos sœurs.

Notre appel s’adresse aussi à la Communauté internationale et aux gouvernements à travers le monde pour la libération des sœurs de Mar Takla qui sont en otages depuis hier ; «  la détention des religieuses est considérée comme une violation flagrante de la dignité des personnes, à la paix et à prière dans l'ensemble de la Syrie et du Levant ».
 
Traduit du quotidien As-Safir par le Veilleur de Ninive.

lundi 2 décembre 2013

Halte à la lâcheté des takfiristes qui prennent 12 religieuses et des Orphelines en Otage à Maaloula.

Urgentissime, à diffuser urbi & orbi
 
Invitation à une action de rupture personnelle comme action de protestation.

Syrie (Maaloula) - 02 Décembre 2013 - Confirmation vient d'être faite que 12 soeurs dont la supérieure du Couvent de Sainte-Thècle (Mar Takla) à Maaloula (Mère Pelagia Sayyaf) viennent d'être prises en Otage avec des Orphelines qui étaient sous leur protection ; elles auraient été transportées à Yabroud. 

Appel - Mgr. Luc Khoury, Vicaire Patriarcal de Sa Béatiude le Patriarche Jean X pour les grecs orthodoxes, a lancé un appel à Sa Béatitude le Patriarche de Moscou et de toute la Russie et au Grand Mufti de la Russie pour sauver Maaloula et les religieuses enlevées par les organisations terroristes armées. 

Prendre des Otages est un crime en soi.
 
Prendre des Religieuses en Otage est un crime devant les hommes.

Prendre des Religieuses et des Orphelines en Otage est un crime devant l'humanité entière.

Posséder la Force et ne rien faire contre les preneurs d'Otages de Religieuses et d'Orphelines est un crime en soi, devant les hommes, devant l'humanité entière et devant Dieu.

Face à ce crime, nous appelons les Etats responsables et l'Eglise universelle à rompre le dialogue avec le monde sunnite jusqu'à ce que les Etats de cette nation s'élèvent pour faire arrêter les Pogroms de chrétiens et de minorités en Syrie.

Pareillement, nous appelons les chrétiens de tous les pays à rompre avec la logique de leurs gouvernements (par exemple : en rompant avec le média télévision ou en arrêtant la consommation à l'approche des fêtes de la Nativité *), si leurs dirigeants ne dénoncent pas de façon très ferme cette prise d'Otages et s'ils ne demandent pas l'intervention armée contre les infidèles takfiristes qui, nous le savons maintenant, n'arrêteront pas les persécutions à l'approche des fêtes de la Nativité.

Chrétiens de tous les pays, à ce jour nous étions assis pour assister mollement aux attaques dont sont victimes nos frères et soeurs chrétiens de Syrie....Passons à l'étape suivante. Mettons-nous debout avant de commencer des marches de protestations, là où vous vous trouvez, en faveur de la Syrie.

Le Veilleur de Ninive


* Suggérez dans les commentaires ci-dessous des idées de protestations et de ruptures avec le chaos établi.
 

samedi 16 novembre 2013

Mismiyye, un village entièrement chrétien encerclé par les takfiristes qui préparent leur entrée.

Important & Urgent.

Syrie - le 16 novembre 2013 - (11h15) - Le village chrétien de Mismiyye est actuellement encerclé par les éléments de l'Armée Syrienne "libre", alliés de l'Occident. Son Prélat actuel n'est autre que Mgr. ANTIBAS, ancien Exarque Patriarcal de l'Eglise Saint-Julien-le-Pauvre à Paris. Ce village est un des hauts lieux de pèlerinage qui fut traversé par Saint-Paul, dans sa marche vers Damas pour aller persécuter les Chrétiens avant sa conversion qui allait en faire le disciple le plus zélé de Jésus-Christ. 

Il semble que les menaces takfiristes sur les villes et les villages de Syrie où se trouvent des chrétiens ne sont pas prêtes de s'arrêter. Après Sadnaya, Maaloula et la vallée du Barada et à la suite de nombreux sanctuaires chrétiens qui furent attaqués dans de nombreuses villes, régions et gouvernorats de Syrie, un nouveau village, Mismiyye, risque fort de connaître le sort de Maaloula et Sadad ; Mismiyye est actuellement encerclé par l'Armée Syrienne "libre" qui préparerait son entrée dans le village en recevant des renforts.

Le bourg de Mismiyye est habité par près de 2000 chrétiens de rite grec melkite catholique dont la plupart, restés sur place, sont des femmes, des enfants et des vieillards. Mismiyye se trouve dans la plaine du Hauran et se situe à une quarantaine de kilomètres au sud de Damas et à 70 kms au Nord-Ouest de la ville de Deraa, à 20 kms de la ville de de Sanmin et à 7 kms du village de Khabab. 

Mismiyye fut fondé, au Ier siècle, le long de la voie romaine qui relie Damas à Basra. Ses constructions sont noirâtres car construites en pierres basaltiques. Il portait le nom de Phaena jusqu'à la conquête arabe au VIIe siècle après laquelle il adoptera son nouveau nom de Mismiyye qui signifie en arabe "village-mère".

Ce village eut des évêques importants notamment Marcus au VIe et Malkus au Ve siècle. Selon la tradition religieuse, Saint Paul serait passé plusieurs fois par Mismiyye durant ses trois années de séjours. Il aurait été caché et protégé par ses habitants. 

Signalons qu'il existe plusieurs villages grecs melkites catholiques voisins dont Khabab entièrement catholique, Tibneh, Sawara Koubra, Sougra, Soueida et le village de Philipolis [en arabe, Chahba], qui est la ville de Philipe l'arabe, Premier Empereur protecteur des chrétiens.

samedi 28 septembre 2013

Les pendules mises à l'heure...au moment où les fanatiques tiraient sur Maaloula.

Congratulations M. GALLOWAY.....
You're a real man...
and a gorgeous disciple of Jesus-Christ.
We support  you....

Le parlementaire britannique M. George GALLOWAY défend, en anglais bien naturellement, les chrétiens de Syrie et la ville de Maaloula. Il le fait avec le courage de "Rolland tenant Durandal [=son épée] en attente des secours". Il dénonce nommément les dirigeants du monde occidental, leur hypocrisie, celle des Etats-Unis, du Royaume-Uni et de la France, celle de ces "fallacieux chrétiens" [bien évidemment, ils n'ont plus rien de chrétiens], qui font leur dévotion et soutiennent les barbares envoyés en Syrie pour tuer "Hallal" les chrétiens syriens. 

"Le meilleur endroit du Proche-Orient pour les chrétiens c'était la Syrie....." dit-il... 


mercredi 11 septembre 2013

Urgence! Les rebelles menacent les Chrétiens d'Alep du même sort que Maaloula.

La ville d'Alep est menacée
du sort de Maaloula

Jeudi 12 Septembre 2013 | En direct d'Alep | Ce matin les quartiers chrétiens d'Achrafieh et de Sirianne ont reçu quelques dizaines de fusées "hawn". 

Notre correspondant sur place qui est de confession chrétienne nous a rapporté que dans la matinée, il lui a fallu emmener à l'hopital du quartier, un jeune kurde de 13 ans, qui a été blessé par des éclats d'obus en se rendant à la recherche de pain. 

Le chemin de "Khanasser", la seule voie de liaison entre Alep et le monde extérieur, est toujours sous le contrôle des rebelles qui la rendent impraticable par les francs-tireurs qu'ils ont postés. A la situation d'Alep vient s'ajouter la confrontation persistante entre ASL et Kurdes du PKK.

L'isolement d'Alep a accru le marché-noir à un point inimaginable. La bouteille de gaz butane se vend à 18.000 livres syriennes, alors qu'elle s'échangeait à 300 livres avant le début de la guerre.

Plus loin dans la vallée chrétienne de Mar Marita, non loin du Crac des chevalier (Hosn al-Akrad), les francs-tireurs sévissent aussi sur les villages chrétiens. 

Toutes ces menaces accrues sur les chrétiens, ont poussé des dizaines et des centaines de jeunes baptisés à rejoindre les milices du régime pour protéger les lieux saints des sacrilèges que commettent les mercenaires rebelles. 

On peut dire que même à Alep, le moral de l'armée arabe syrienne est bon et se maintient en dépit de la présence de près de 80.000 rebelles appuyés par des conseillers turcs et israéliens. Il faut dire qu'Alep est la clé de la Syrie. 

Pour ceux qui souhaitent aider financièrement les chrétiens de Syrie, il y a des associations caritatives qui se dévouent à cela : OdOAEDCFCO, tandis que pour aider les syriens sans considération confessionnelle, il y a AFS.

Mercredi 11 Septembre 2013 | Nous vous faisons part d'une brève communication téléphonique avec notre correspondant qui se trouve à Alep qui est coupée du monde. Voici le message reçu :  

"Ca va très très mal ! Depuis deux ou trois jours, les rebelles lancent des roquettes sur les quartiers chrétiens. Nous n'avons pu dormir cette nuit, à cause des fusée "hawns". L'approvisionnement en électricité et eau est souvent coupé ; les communications téléphoniques et internet sont exceptionnelles. Nous sommes totalement assiégés par les rebelles. Nous ne savons pas comment cela va se terminer. 

L'armée a envoyé des renforts pour nous protéger. Les rebelles ont menacé directement les chrétiens et les Alaouites, leur promettant le même sort qu'à ceux de Maaloula. Les soldats sont prêts à se battre jusqu'au bout. 

Pour le moment, l'armée arabe syrienne arrive à éloigner les rebelles. Elle a dépêché des miliciens chrétiens pour protéger les églises.

Les aides ne parviennent plus; toutes les matières alimentaires se font rares. Nous nous nourrissons de riz et de bourghol et c'est tout. Il est cependant possible de trouver quelques légumes mais il n'y a plus ni viandes, de fromages". 

Cette vidéo a été tournée au coucher du soleil hier soir. Elle donne une idée de la manière dont la nuit s'est déroulée pour les malheureux habitants d'Alep. Vous remarquerez qu'aucun grand média ne traite de la situation sur place.


jeudi 5 septembre 2013

Maaloula, la ville des Eglises et des Sanctuaires antiques serait à nouveau dans les mains du Front Al-Nosra.

Maaloula
la "Lourdes" Syrienne
symbole de l'unité islamo-chrétienne
vient encore de changer de mains le dimanche 8 septembre après avoir été reprise par les rebelles. 

Le Veilleur de Ninive avait prévenu le 12 Août 2013 de l'attaque de Maaloula, sous le titre, Syrie, Menaces très graves et imminentes sur MaaloulaDepuis, aucun commentaire des gouvernements occidentaux...Il faut dire que pour eux, il y a génocides et génocides.

Maaloula : l'armée arabe syrienne aurait investi le village et délogé les mercenaires du Front al-Nosra.

Jeudi 12 Septembre 2013 | 17h05 | Le Veilleur de Ninive | Que se passe-t-il exactement à Maaloula ? A l'heure qu'il est, l'armée arabe syrienne a atteint le couvent Mar Takla (Saint Thècle). En revanche l'Eglise Saint-Serge et Bacchus est toujours dans les mains des mercenaires du Front al-Nosra. Le bâtiment est très abîmé ; plus rassurant se trouve le fait que les trésors du l'Eglise ont pu être évacués à temps et se trouvent à l'abri.  Ce matin, dix jeunes gens, réfugiés au Monastère des Soeurs ont été libérés par l'armée arabe syrienne.


Mercredi 11 Septembre 2013 | Agence Sanaa | AFP | 
Par l'intermédiaire de l'agence officielle Sana, l'armée arabe syrienne affirme être entrée mercredi dans le village de Maaloula, pour tenter de déloger les mercenaires du Front al-Nosra.

Les unités de l'armée seraient arrivées sur la place principale du village et auraient atteint le couvent Mar Takla, après avoir tué un certain nombre d'éléments armés.

Une religieuse du couvent Mar Takla a confirmé à l'AFP l'arrivée de l'armée syrienne. Les soldats sont arrivés, sont entrés dans le couvent et ont hissé un grand drapeau syrien sur la petite fontaine qui se trouve dans la cour du couvent puis ils sont repartis en direction de l'hôtel as-Safir. La religieuse a ajouté que les soldats étaient approximativmeent au nombre de 70.

Quant à la majorité des habitants de Maaloula, ils auraient fui vers le village sunnite voisin d'Aïn al-Tiné et Damas.  

Maaloula : le village à nouveau aux mains du Front al-Nosra. 

Lundi 9 Septembre 2013 - Selon le Collectif VAN, après une première tentative d'invasion le 4 septembre stoppée par l'armée et les comités populaires, des centaines d'hommes armés syriens et étrangers sont revenus, forçant l'armée gouvernementale à se retirer. Venus de la région libanaise d'Arsal et de la ville de Yabroud au Nord-Est, les envahisseurs se livrent actuellement à des actes de barbarie envers les chrétiens du village. Nous avons contacté une habitante de Maaloula proche du monastère de Sainte-Thècle. Elle témoigne en direct ce dimanche 8 septembre à 21h30 : En ce moment, Maaloula est sous occupation. Les hommes armés (المسلحين) ont d'abord tenté une percée le 4 septembre. Par cette attaque, ils semblaient vouloir faire une démonstration de force, nous terroriser afin que nous quittions nos terres.

Ils ont tué 20 civils et en ont enlevé 15 autres. Pour le moment, nous disposons de la liste de 4 civils exécutés et de 7 disparus:

- Ilyas Damoune: enlevé
- Jihade Saalab: décapité au couteau
- Mihail Antonio Saalab: décapité
- Sarkis Habib Al Soukhn: exécuté par balles
- Antoine Lauzarios Saalab : décapité et le corps mutilé
- Moussa Chmays: enlevé
- Chadi Saalab: enlevé
- Georges Dawoud Hilani et son épouse (enlevés)
- Jamilé Mahfouz et sa fille (enlevées)

Toutes les victimes sont des civils.

Actuellement, les terroristes sont partout dans les anciennes églises et les monastères.
Ils ont incendié les monastères de Mar Sarkis et Mar Bakhos, Saint-Serge et Bacchus.
Ils ont tout fouillé, tout saccagé avec moultes blasphèmes.
De nombreux habitants chrétiens ont fui la ville vers Damas.

Autre source Asia-News.

08 Septembre 2013 - (16h38 locale) | ©Extrait d’un communiqué de l’AFP | BEYROUTH - Des rebelles dont des jihadistes liés à Al-Qaïda ont repris dimanche 8 Septembre le contrôle du village chrétien de Maaloula au nord de Damas, après de violents combats avec l'armée, selon une ONG et des habitants syriens.

Les rebelles ont envoyé des renforts à Maaloula et ont pu reprendre le contrôle de tout le village après de violents combats dans la nuit.

Il y avait très peu d'activités militaires dimanche à Maaloula ; les civils ayant commencé à fuir le village dès mercredi, a-t-il précisé.

Des habitants, joints aussi par téléphone, ont confirmé le retrait de l'armée; les rebelles seraient dans tout Maaloula. Les troupes du gouvernement s'en sont retirées, a ainsi déclaré une habitante sous couvert de l'anonymat.

« La panique s’était installée chez les habitants. Il n’y a plus grand-monde à Maaloula. Je suis resté avec mon frère », a affirmé Georges, 73 ans, un autre habitant dont la femme et les deux filles, mariées, sont parties vendredi pour Damas.

Selon lui, la situation est relativement calme. Toutes les demi-heures, on entend le tir d'un canon ou de mitrailleuses.

Une religieuse du couvent de Mar Takla a indiqué que les soeurs et les enfants orphelins (allaient) bien. Selon elle, presque tous les habitants sont partis pour Damas. Les maisons sont vides et c'est devenu comme un village fantôme.

Les combats avaient commencé mercredi par une attaque suicide attribuée au Front al-Nosra contre une position de l'armée à l'une des entrées de Maaloula.

Les rebelles s’étaient retirés de Maaloula dans la nuit de jeudi à vendredi mais les combats avaient repris samedi.

La prise de la ville par les rebelles intervient quelques jours avant la fête de l'Exaltation de la Croix, célébrée chaque année le 14 septembre. Nous rappelons que le village abrite aussi le monastère grec orthodoxe de Mar Takla, construit autour de la grotte et du tombeau de Sainte-Thècle fêtée, elle, le 24 septembre.

06 Septembre 2013 - (7h40 locale) - L'armée arabe syrienne a assiégé le village ; de violents combats s'y sont déroulés mais il semble qu'à présent, l'armée officielle a repris le village. Toutefois les éléments armés se sont retirés sur les hauteurs à l'arrière de l'hotel as-Safir.

05 Septembre 2013L'attaque de Maaloula a commencé vers 6h du matin, par l'explosion d'une voiture piégée au barrage d'entrée du village. Selon des témoins, les mercenaires du Front al-Nosra associés à d'autres de l'armée islamique de syrie, ont tué dix-huit soldats en faction (Que Dieu reçoivent leur âme); Un moment, on a pu croire que l'Eglise Saint-Elie avait été saccagée et incendiée mais il semble que ce ne soit pas le cas. Il a aussi été rapporté qu'une fusée Hawk a été lancée sur l'Eglise Saint-Georges et que les mercenaires ont tiré à la mitrailleuse sur les entrées des différentes églises.

En revanche, nous avons l'information sûre que le couvent de Mar Takla (Sainte Thècle) est indemne.

Les islamistes agresseurs, en partie constitués de Tchechènes, auraient exigé des chrétiens du village de se convertir à l'Islam mais pour le moment, il ne semble pas qu'il y ait eu des massacres dans la population.

L'armée arabe syrienne a dépêché des renforts pour tenter de reprendre ce sanctuaire qui est un haut lieu de l'antique Syrie chrétienne.

Cette vidéo vous est passée, pour donner une idée de la violence des combats.



Ici-bas nous vous passons une vidéo produite par Russia-Today sur ce qui s'est passé à Maaloula ; vous entendrez un autre son de cloche que celui passé sur les grand média officiel occidentaux.


lundi 12 août 2013

Syrie : Des menaces très graves et imminentes pèseraient sur le village de Ma'loula.

Des informations provenant directement de membres de la communauté musulmane de Ma'loula laissent entendre qu'une attaque imminente d'éléments armés du Front al-Nosra, mouvement affilié à Al-Qaïda, sur ce village très ancien serait en cours de préparation.

Si Alep était le symbole du développement économique de la Syrie, Maaloula est le symbole d'une Syrie unie et tolérante à laquelle ce pays pouvait prétendre pour l'ensemble de sa population, si le complot islamo-occidental auquel nous semblons assister actuellement, n'était pas en marche.

A Ma'lula, situé à une vingtaine de kilomètres de Saidnaya, nous nous trouvons devant deux minorités totalement intégrées vivant ensemble et non côte à côte : Une minorité religieuse et une minorité linguistique. Catholiques grecs, Orthodoxes grecs et Musulmans se partagent le village dans l'harmonie et tous deux, chrétiens et musulmans, parlent l'arabe et le syriaque dans un dialecte propre dit dialecte de Ma'loula ; le syriaque n'étant rien d'autre qu'un "dialecte araméen" très proche, pour ne pas dire identique, au galilléen que parlait le Christ.

Le monde entier va t-il assister impassible à la disparition de ce village très ancien connu depuis le XIIe siècle et dont les habitants n'ont jamais fait de mal à quiconque ? 

Ne trouvera-t-on pas un Etat au XXIè siècle pour dire STOP au carnage qui se préparerait ? 

N'entendrons-nous pas le Leader d'un grand pays taper du poing sur la table pour que les massacres de 1850 [1000 morts dans ce petit village de Ma'loula] ne se répètent pas ? 

Ne verrons-nous pas un pays Occidental, prétendument démocrate, se lever et s'interposer pour que ne se produise pas le génocide des chrétiens de Syrie dans le silence des nations ?

Le théologien Georges de Chypre parle déjà de Ma'loula au XIIe siècle. Yaqut al-Rumi en fait mention sous le vocable de Gherud غرود

Les inscriptions grecques, le grand nombre de tombeaux, les édifices de l'époque byzantine qu'on trouve à Ma'loula, témoignent de l'importance du village.

La géographie de Ma'loula est pittoresque : les flancs du village sont protégés par deux défilés étroits et inaccessibles, tandis que l'entrée principale, dirigée vers l'est est défendue par deux rochers énormes qui s'élèvent comme des fortins à droite et à gauche de la route.

Le village forme un amphithéâtre de gradins gigantesques dont les maisons s'entassent les unes sur les autres et s'accrochent au piton central. Des ruelles tortueuses et accidentées sillonnent le lieu dans tous les sens, passant sur une terrasse, traversant une maison, s'entre-croisant, pour se perdre finalement dans une impasse. Un vrai labyrinthe où seulement les habitants savent s'orienter.

Les églises sont nombreuses à Ma'lula. Il y a d'abord celles des couvents St Serge et Ste Thècle. Puis dans le village celles de St Elie et St Léonce, sans compter plusieurs petites chapelles. Ce sont des lieux de culte et non des lieux de réunion.

Pour en savoir plus sur ce village magnifique pour lequel on ne cessera pas de verser des larmes s'il subissait les agressions des fondamentalistes islamiques, vous pouvez consulter les sources suivantes : 

1 - Youtube

3 - Wikipedia : Ma'loula.

jeudi 17 janvier 2013

Chrétiens de Syrie : une cible facile pour les lâches.

Alep - le 17 Janvier 2013 - Des restes de Soeur Rima ont été retrouvés à l'emplacement de l'attentat près de l'Université à Alep, et à proximité du Couvent "Jésus l'ouvrier". Le gardien du Couvent a lui été retrouvé calciné.

C'est une véritable désolation, consternation, tragédie pour les Alépins que l'on a laissé devenir de la chair à canon et qui vivent le deuil quotidien. 

Alep - le 16 Janvier 2013 - Nous signalons que Sr Rima Nasri, un exemple de bonté et de sainteté, a disparue à la suite de l’attentat commis, Mardi, près du Couvent « Jésus l’Ouvrier ».


Sadnaya - le 16 Janvier 2013 - Quelle désolation d'apprendre que le village où se trouve le couvent de Saydnaya, résidence principale du Patriarcat Syriaque Orthodoxe qui dispose de 16 Eglises et qui abrite une icône de la Vierge remontant au VIè siècle, est bombardé depuis hier, par des éléments de l’Armée Syrienne « Libre » ; Les chrétiens du village commencent à délaisser leurs maisons, tandis qu’à Ma’aloula, qui n’est pas très loin, le Père Tawfiq, Supérieur du Couvent Saint Serge, ne cache plus ses craintes de voir son village subir le même sort.


                                               Sadnaya                                                              Ma'loula

Alep - le 16 Janvier 2013 -  Qu’ont raconté les média occidentaux, de l’attentat qui a touché l’Université d’Alep le 15 Janvier ? Voici une version locale dépêchée d'Alep même.

« Nous étions au premier jour des examens universitaires et voilà que les assassins se mettent à lancer des obus et des voitures piégées, juste devant la Faculté d’architecture et la Cité universitaire, où sont venus s’abriter les réfugiés.

Le Frère Georges Sabé, mariste, écrit : "Je veux exprimer toute la douleur de mon coeur... Encore une fois, Alep est endeuillée. L’horreur a envahi la cité universitaire, sa faculté d’architecture... Encore une fois, la terreur a frappé la ville, elle a tué sur son chemin et détruit au passage. Il était aux alentours de 13h15, le premier jour des examens universitaires à une heure d’affluence ; des jeunes sortent après avoir terminé leur examen ; d’autres viennent de rentrer dans le bâtiment ; Soudain, les murs s’effondrent, les véhicules prennent feu, le sang coule. Les lâches ont frappé. Cris et hurlements emplissent l’espace ; de partout on court, on erre, le regard hagard ; la folie vous prend. Le feu, le sang, les sanglots…Une scène apocalyptique….Pourquoi ? Pour qui ? Tout cela ne pourra en aucune façon faire cesser les larmes, guérir les blessures ou rendre confiance à ceux qui sont terriblement éprouvés. C’était une triste journée à ajouter aux autres…"

Le Veilleur de Ninive

Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.