Affichage des articles dont le libellé est Jihad. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Jihad. Afficher tous les articles

mardi 13 janvier 2015

Le « religieux » au secours de la laïcité française.

La marche "républicaine" du dimanche 11 janvier 2015 a mis l'accent sur les "valeurs" qui sont siennes, notamment celles de liberté d'expression et de laïcité. L'une et l'autre ne sont que des concepts théoriques dont le contenu transmis et reçu est fonction des origines, de l'éducation, de l’histoire et de la condition sociale de la personne.
 
La précipitation avec laquelle la marche du 11 janvier fut décidée aura étonné plus d'un. Quel était cet objectif qu'il fallait atteindre dans des délais si courts ? Empêcher la récidive de tels attentats ou bien, pour le gouvernement, redorer son blason, ou encore préparer des actions gouvernementales futures ?
 
Les risques d'erreurs dans les messages transmis et de dévoiement dans le sens donné à la marche de dimanche dernier étaient grands. Avant la manifestation, il était déjà possible de détecter l'amalgame entre les sentiments et le soutien à exprimer aux familles éprouvées et l'appui à un journal qui ne tirait qu'à 60.000 exemplaires, ne faisant pas l'unanimité et en tant que tel incarnant une politique que tous les marcheurs de dimanche ne cautionnaient pas.
 
Au-delà de l'amalgame, cette marche et la manière dont elle fut présentée, "nous sommes des Charlie" fut révélatrice de deux contradictions :
 
1° - une première contradiction entre le soutien à un journal satirique qui ne ménage pas les religions dont l'Islam, et les accusations fréquentes d'Islamophobie que le gouvernement français porte contre ceux qui tentent de donner un avis sur l'Islam qui n'aille pas dans le sens du vent ou de l'agenda gouvernemental.  
 
2° - une deuxième contradiction réside dans le fait que le message transmis par nos gouvernants a consisté à vouloir nous faire croire que les auteurs des attentats de Paris n'étaient que des terroristes isolés dont la mission était différente de celle des jihadistes qui se battent au Proche-Orient, que ce même gouvernement et le précédent soutiennent depuis bientôt quatre ans. Dans la réalité, ces fanatiques, dans leur action criminelle, n'ont été que les émules de ceux qui, sur place, ont détruit la Syrie et l'Irak pour le compte de gouvernements dits respectables…
 
Alors que la France est encore sous le choc des événements de la semaine dernière, nous devons tenter d'éclaircir le chemin et pour nos dirigeants, de lever progressivement ces contradictions et de trouver une ligne d’évolution pour l’avenir. Cet effort devrait passer, nous semble-t-il par une redéfinition de la laïcité à la française, de plus en plus crispée sur le phénomène religieux, qui est à présent confrontée aux exigences accrue d'un Islam en cours d’affirmation en France.
 
Quelles voies de sorties envisager pour la laïcité à la française ?  "Plus de religieux et moins de religion", dirions-nous.
 
Que signifie cette expression  "plus de religieux et moins de religion" ? C’est que le « plus de religieux » peut sauver la laïcité de ses contradictions en lui faisant ademettre la pratique et le « moins de religion » la protéger en contrôlant ce qui n'est pas pratique mais idéologie, etc...En effet, le religieux correspond à la foi, à ses symboles, ses formes d'expression, ses objets, ses rites, etc...Il suppose un respect du sacré alors que sous la « religion », on retrouve l'ensemble des éléments qui font la croyance : histoire, institutions, doctrine, démographie, manifestations publiques, etc...
 
L'erreur de la laïcité à la française aurait été d'avoir ouvert la voie à la religion musulmane sans en accepter le religieux qui en découle ? Ce religieux peut se limiter, chez les chrétiens par des pratiques pouvant rester dans le domaine privé tels que prières, sacrements,  pèlerinages, exercice de la charité, traditions, etc...Pour l’Eglise cela est toutefois une limitation de la pratique qui devrait s’étendre aussi à la mission, à l’engagement dans la société mais ces engagements publics sont laissés à la discrétion du fidèle.
 
En Islam, la pratique passe par l’expression quasi-obligatoire de signes extérieurs dont l’exercice du Jihad et dans la majorité des situations, le caractère sacré est absolu.
 
La laïcité à la française pour survivre doit se mettre au « respect du religieux ». Son champs de tolérance doit s'étendre à la pratique religieuse, qu'elle soit visible ou discrète, publique ou privée. La laïcité réservant en revanche son pouvoir critique dans toutes revendications  à caractère ou connotation politique qui proviendraient des religions. L'Islam, théocratie dont une des pratiques religieuses est, nous l’avons dit le Jihad, pose un problème. Nous ne rentrerons pas dans le débat sur la justesse morale ou théologique du Jihad car il est trop inhérent à l’Islam pour en débattre mais nous expliquerons plus loin que la « trêve » devrait venir calmer les ardeurs du Jihad pour sortir la laïcité de l'impasse dans laquelle elle se trouve face à la démarche du Jihad. 
 
Comment la laïcité peut-elle surmonter la difficulté du Jihad ? Pourquoi et comment le religieux peut-il venir au secours de la laïcité à la française face à l'Islam ? 
 
L'attentat contre l'hebdomadaire Charlie a révélé que la laïcité en France était tombée en panne.

Le blasphème contre le religieux qui était une des caractéristiques de Charlie-Hebdo, déclenche une guerre mettant la laïcité dans l'embarras. Pourquoi ? Car en Islam, le blasphème contre Dieu, le Prophète et les Anges est puni de mort dans trois écoles coraniques sur quatre, les Malékites, les Chaféïtes et les Hanbalites. Pour la quatrième école, celle des Hanéfites, la décision est laissée à la discrétion du juge mais la plupart du temps, la peine de mort est prescrite. * 
 
En tolérant le blasphème, le gouvernement prend le risque de déplacer le Jihad sur son territoire et du point de vue musulman, le Jihad devient alors justifié.
 
En réalité, nous pensons que la guerre de l’Islam salafiste de la Jâhiliye** qui se déroule en Syrie et en Irak n’est pas de façon prioritaire l’éradication du Chiisme, du Christianisme ou judaïsme (il a prévu pour eux le statut de Dimmi), ni même de la secte Alaouite. Sa guerre l’oppose à tous ceux qui veulent lui barrer la route pour la domination du dar al-Islam (territoire de l’Islam) car c’est ce dar al-Islam qui devrait lui servir de tremplin pour sa guerre future sur le dar al-Harb (territoire de guerre).
 
Le prochain territoire de guerre, dar al-Harb, sera-t-il l’Europe et la France qui incarne cette obstination pour avoir toujours plus de laïcité hostile aux religions, toujours plus d’athéisme et d'exclusion de Dieu du champs des hommes ?
 
En se penchant sur le Coran, on découvre les pensées de Mohammed sur ces « non-religieux ». Il les appelle « idolâtres et de polythéistes... ».
 
Parlant de l’idolâtrie, Mohammed la qualifie d’ « injustice immense » (Coran XXXI 13, également IV 48 et16, XV 94). Assez vite, quelques années après le début de sa prédication, il rompt avec eux : « Dieu et son Apôtre***  sont dorénavant déliés de tout engagement envers les idolâtres » (Coran IX 3)...car les Infidèles **** ne sont qu'impureté (Coran IX 28). Puis, on voit progressivement s'installer dans le Coran le message que les infidèles sont par surcroît, des ennemis contre lesquels la guerre est l'état permanent et normal. Maïmonide lui-même renforçait cette tendance lorsqu'il écrivait : « Si un païen tombe à l'eau ne l'en retire pas car ce n'est pas ton prochain ». Le prochain n'étant que le Dimmis.
 
Ce qui vient d'être dit de l'Islam qui avait cours à l'époque de la Jâhiliye ne réserve pas un avenir serein aux polythéistes et aux idolâtres qualifiés par le Prophète d'infidèles. Ces derniers sont bien distincts des « scripturaires », gens du livre qui n'en font pas partie.
 
Dans le contexte actuel, la cible montante de l'Islam salafiste et des groupes extrémistes qui sévissent en Syrie, en Irak et au Yémen, ne serait que les idolâtres du VIIème siècle et le paganisme et l'athéisme du XXIème. Nous l’avons déjà dit : Ce ne sont pas tant les chrétiens ou les juifs ; pour illustrer ce que nous venons de dire, prenons le cas des chrétiens d’Irak qui ont récemment été confrontés à des groupes extrémistes. Ils ont dû fuir leurs villes avant l'arrivée des mercenaires de l'Armée Islamique de l'Irak et du Levant et des miliciens du Front al-Nosra. Seule une poignée de personnes âgées est restée sur place ;  elle a pu bénéficier de l'aman ***** dans ce qui était devenu le dar al-islam du Califat. Il est écrit : « Si parmi les Associateurs, quelqu'un te demande protection, accorde-la lui jusqu'à ce qu'il entende la parole d'Allah. Ensuite fais-le parvenir au lieu de tranquillité qu'est le sien » (Coran - sourate IX, verset 6) ». Ces faits indiquent que l’ennemi public, numéro un, est l’idolâtrie.
 
C’est ce fait que la laïcité à la française doit prendre en compte pour évoluer vers le respect du religieux, vers une bienveillance à l’égard de ce fait, en refusant tout ce qui peut l’offenser et le blesser. Lorsque la laïcité française apparaîtra conciliante et respectueuse du religieux, elle entrera avec l’Islam dans des périodes de trêves******, mais il faut savoir que ces trêves seront rompues dès le moment où les Croyants deviendront supérieurs en nombre.
 
Le politique d’aujourd’hui ne peut ignorer ces éléments sans prendre le risque de cette guerre de longue haleine qui nous menace en Europe.
_______________________________________________
 
* Ibn Taimiyya : As-Sharim al-maslul 'ala chatim ar-rassul, Ed. Hayderabad, 1904, pp. 4, 296, 299, 031, et suivantes. 
** Période idolâtre ou de l'ignorance.
*** Sous-entendu Mohammed.
**** Différents des gens du livre.
***** L'aman est une protection dont peut bénéficier le non-musulman qui se trouve en dar al-islam et qui accepte de lstatu de Dimmis et paye la jizya.
****** Mohammed préconise une guerre dans le dar al-Harb (territoire de guerre) jusqu’à ce que les Croyants aient le dessus. Il prévoit cependant des trêves qui doivent être dénoncées au bout de dix ans et dès le moment où les Croyants ont la supériorité.
 
Le Veilleur de Ninive

lundi 1 septembre 2014

Quelques réflexions sur notre monde...face au djihadisme....

Si les Etats musulmans  persistent à ne pas dénoncer, sans réserves, les méthodes guerrières totalement irréligieuses, de l'Armée Islamique d'Irak et du Levant (A.I.I.L.), ils auront contribué à dresser contre eux et contre l'Islam une partie des non-musulmans.  

Ceux qui dans le monde mettaient récemment en garde les puissances contre une guerre de civilisations, se retrouvent progressivement mêlés à une guerre entre la civilisation et la barbarie.  

Pour sauver l'Islam de la déconsidération, il est urgent  que le monde puisse entendre haut et fort les dirigeants des Etats musulmans s'élever contre la brutalité et la perversité des éléments armées de "Daech".  

A ce jour, ce que nous avons entendu, ici ou là, ce sont des musulmans qui, s'adressant aux non-musulmans, leur disent : « L'armée Islamique d'Irak et du Levant », ne représente pas l'Islam ; ce que ces hommes prônent, ce n’est pas l'Islam". Que peut-on leur répondre ? « Si c'est le cas, que les musulmans sunnites les combattent »....et nous ajoutons : Si les djihadistes deviennent un jour majoritaires en pays musulmans, cela voudra-t-il dire que l'Islam est en voie d'affaiblissement et risque même de disparaître étant donné qu’ils ne représentent pas l’Islam ?

L'A.I.I.L. révèle à la face du monde une religion que nul chrétien ne veut et ne peut accepter; l'attitude de ces mercenaires, rend même illégitime l'application du mot « religion » à leur prétendu islam qui ne ressemble en rien à cette religion musulmane des origines qui, certes avait triomphé par la force de l'épée, mais se fondait sur des maximes morales immanentes [Daech ne respecte aucune morale] et qui exigeait du musulman, un attachement à des vertus naturelles ayant déjà cours dans l'Arabie du VIIe siècle.

La menace constante que font peser les "djhadistes" sur les non-sunnites est en réalité une force arbitraire aveugle cherchant à détruire, à la racine, toutes les énergies et les instruments de progrès que les sociétés contemporaines, fondées sur l'homme, ont mis en place : la démocratie, la coexistence multiconfessionnelle, le principe des nationalités, etc...

Au bout du compte, l'avancée militaire fulgurante de l'A.I.I.L. peut se révéler fatale pour l'Islam lui-même, car ce courant, né dans la violence, risque fort de mourir dans la violence et l’Islam sunnite avec lui, si les Etats musulmans ne prennent pas la tête du combat contre l’A.I.I.L. ; cette organisation soulève dans les esprits de ceux qui ne sont pas des leurs, une volonté de résistance qui ira jusqu'à l'usage de la force et l'expression d'une exigence accrue à l'égard des dirigeants des pays islamiques sunnites.

Comparons la situation actuelle à celle qui prévalait à la fin du XIe siècle après J.-C. Un œil averti qui connaît quelque peu les principaux faits historiques de l'époque, n'aura pas trop de mal à faire le rapprochement, entre les deux périodes, qui ne se limite pas au fait que des chrétiens étaient victimes hier, dans la Syrie médiévale et le sont aujourd'hui dans la Syrie et l'Irak contemporains.

L'Europe du moyen-âge cherchait un moyen d'arrêter la progression de l'Islam. La solution trouvée fut la croisade; celle-ci a permis de retarder de trois siècles, l'invasion musulmane du continent européen et notamment de la Hongrie et de l'Autriche. Aujourd'hui, le monde est devenu muti-polaire et l'Europe, étendue à d'autres pays d'Occident se cherche une force nouvelle qui puisse freiner l'avancée de tout ce qui représente le djihadisme, le nationalisme, l'isolationisme, etc....

Pour ne traiter que du continent européen, celui-ci serait dit-on, "en formation" ;  les Etats de l'Union Européenne se chercheraient une défense commune afin d'intervenir, pour des mobiles politiques et stratégiques, dans des zones sensibles et d'intérêts pour eux, lorsque ces derniers sont menacés. Cette défense commune existait pourtant en 1095, lorsque le monde a assisté à la mise en place de la première défense européenne au départ de la croisade. Celle-ci était bien un mouvement militaire européen qui obéissait toutefois à des mobiles politiques et religieux puisque les rois s'alliaient à la papauté pour faire face à l'Islam montant.

Aujourd'hui comme il y a presque mille ans, l'Occident s'efforce de trouver la solution militaire qui, en raison d'impératifs politiques et stratégiques, va permettre de mettre un frein à l'avancée des djihadistes.

Aujourd'hui comme hier, l'Europe et ses alliés, sont ralentis dans leurs initiatives et leur volonté de contrôler et d'imposer un partage des richesses naturelles et énergétiques aux Etats qui en sont dotés. La Russie et la Chine ne suivent pas l’Occident, tandis que les Etats-Unis et l’Europe, dans leur politique purement matérialiste, s’appuient sur l’unique force et ne semblent pas vraiment tirer les leçons du passé qui était que l'influence spirituelle, morale et linguistique faisait perdurer la sympathie là où l'impact des liens économiques n'est que de court-terme. La France qui tenait un rôle important au Proche-Orient grâce à ses missionnaires et ses consuls, est désormais en "quémande" permanente auprès des Etats du Proche-Orient riches en ressources énergétiques.

Pareillement, au début du XIIIe siècle, l'urgence de la croisade, fut freinée par le détournement vers Constantinople de la IVe expédition, entraînant par là des affrontements entre Européens et Byzantins et par la suite, l'alliance entre Byzance et les musulmans. La cinquième croisade ayant échoué, une sixième fut demandée par le Pape Honorius IV à l'Empereur Frédéric II de Hohenstaufen qui montra beaucoup d'hésitations et d'atermoiements au point que Grégoire IX, son successeur, le suspendit en 1227. L'année suivante, en 1228, Frédéric II se résolut à partir pour la Terre-Sainte, en dépit de la désormais interdiction du Saint-Siège, mais son départ était déjà tardif et les croisés arrivèrent en Syrie et en Palestine avec beaucoup de retard.

N'assistons-nous pas aujourd'hui aux mêmes hésitations et erreurs conduisant à des retards qui se ressemblent, dans l'ébranlement d'une force réactive au djihadisme, en raison de considérations propres à chacun des Etats ? L’Occident semble paralysé...

Cahin-Caha, le monde essaye d'avancer, dans une certaine unité, vers un contrôle plus serré de la situation. Les Etats-Unis, l’Europe et leurs alliés feront-ils la guerre aux djihadistes ? L'initiative met clairement du temps à se concrétiser, laissant des populations se faire massacrer sur place...mais admettons qu'une coalition finisse par voir le jour et qu'enfin, elle se lance dans la bataille. A l'exemple de ce qui se produisit au XIIe siècle, l'intervention occidentale risquerait d'arriver bien tard. A la rigueur, cette intervention pourrait retarder et limiter la progression du « djihad », mais parviendra-t-elle à éradiquer la barbarie que ces groupes armés ont importée ? 

Soyons conscients et en vérité! Tout mouvement de grande ampleur à l'encontre des "mercenaires du djihad", ne pourra venir  d'Occident sans une conversion réelle. Les atouts qui avaient construit l’influence de la France et lui avait permis de gagner le respect des populations en pays musulmans, au XIXe et au début du XXe siècle, ne sont autres que ses congrégations religieuses. L’influence morale et linguistique qu’elles répandaient ont été déterminants. Aujourd’hui, la "garde religieuse" a bien baissé sous les coups du laïcisme, de l’athéisme et de la libre-pensée. Avec la matérialisation de la société et de sa politique étrangère, la France a vu perdre son influence. Ce qu’elle gagnait par la morale, la langue et la culture, elle doit désormais, l’acquérir par la force imposée car les hommes d’affaires et les financiers, qui ont remplacé les religieux et les religieuses, n’ont pas grand rayonnement.

Le retour pacifique de l’Occident en cette partie du monde, où toutes les religions sont nées ne pourrait se produire sans une purification et un anoblissement des mœurs dont étaient si capables les missionnaires totalement désintéressés. Aujourd’hui, comment cela pourrait-il en être autrement, alors que les populations occidentales sont affaiblies par une démographie en déclin, dominées par une morale athée individualiste et libertaire plus préoccupée de satisfaire ses caprices que de répondre à la détresse des victimes, et ramollies par un mode de vie hédoniste et dévirilisant.

Un mouvement rapide, efficace et de long-terme, ne sera possible pour l’Occident qu'après une prise de conscience que désintérêt, influence morale, foi et culture sont les seuls véhicules de la paix et du triomphe. Ces facteurs, armes de la sagesse et non des marchands et des banquiers, sont d’inspiration Divine et Trinitaire ; l’on y arrive par une rencontre personnelle avec Dieu à travers Son Divin Fils Jésus-Christ, être "aimable" et "adorable" , reconnu comme Dieu, par ses témoins, et par nous-mêmes, grâce à leurs témoignages, enfin par les miracles qu’il nous a révélés et le don de sa vie qu'il nous a accordée pour nous mettre sur le chemin du Salut éternel.

Comment réaliser cette rencontre avec le Christ ? Se mettre en condition et se nourrir des dispositions pour la favoriser. Elle n'est pas si étrangère à la rencontre d'un homme et d'une femme, d'un époux et d'une épouse, dont le point de départ est la sympathie qui se mue en confiance avant de prendre le visage de l'amour, pour enfin aboutir au don total de soi.

Hors de cette rencontre, du dévouement désintéressé, d’une bonne tenue morale, de la foi ardente et d’un amour de la culture conçue comme la connaissance et l'amour du passé, Dieu ne peut que rester éloigné de nos vies et le salut pour l'Occident ne demeurer qu'un voeux qui sombrera sans réponse.

Le Veilleur de Ninive.
 

jeudi 20 février 2014

Plaidoyer pour sauver les femmes du Djihad al-Nikah (le Jihad Sexuel).

A voir jusqu'au bout ce magnifique plaidoyer....pour sauver les musulmanes de l'exploitation sexuelle en Syrie par les wahabites.
 








Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.