Affichage des articles dont le libellé est Irak. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Irak. Afficher tous les articles

mercredi 18 juin 2014

"Nous devons offrir un sanctuaire aux Chrétiens irakiens".

L'Irak, ce pays qui est la grande cicatrice pesant sur la conscience occidentale moderne, vient de tomber dans les mains d'un groupe d'islamistes, si extrêmes dans ses positions et ses actes, que même les membres d'al-Qaïda fut dégoûtés de ses miliciens et décidèrent de les expulser de Syrie.
 
L'Armée Islamique de l'Irak et du Levant, (A.I.I.L.) se compose de jihadistes aguerris, dont beaucoup furent mis à l'épreuve durant la guerre d'usure qui se poursuit toujours en Syrie contre les armées du Président Bachar al-Assad.

Ces hommes sont le visage et le reflet même du mal et bientôt ils contrôleront un tout nouvel Etat ​​qu'ils auront bâti sur l'épave de l'insurrection brutale en Syrie et en Irak ; Ces êtres, peut-on encore les qualifier de ce nom, sont dominés par la ligne dure du fondamentalisme sunnite ; il leur fut inculqué un chauvinisme islamiste qui sème la terreur dans les cœurs de tous ceux qui osent croire différemment.

Nous assistons à la scène finale dans la grotesque tragédie du christianisme irakien. Un peuple qui dépassait le million de personnes, il y a à peine une décénie, qui disposait de plus de 300 Eglises fleuries, est aujourd'hui confronté à son extinction.


Ils avaient déjà été persécutés pour moitié de leur nombre initial. Leurs églises ont été bombardées, leurs vies avaient été prises, leurs libertés furent violées. Le simple fait de croire que Jésus est votre Sauveur est déjà en soi une condition de vie menacée et pleine de dangers en Irak.
 
L'arrivée de l'Armée Islamique de l'Irak et du Levant est désormais le point départ d'une persecution, à present quotidienne, pour les chrétiens irakiens. L'organisation criminelle, que l'A.I.I.L. représente, a promis un holocauste aux chrétiens emprisonnés sous leur domination de type médiéval.

La cathédrale chaldéenne catholique de Mossoul est maintenant encerclée. Les chrétiens actuellement en Irak ont seulement besoin de tourner la tête vers leur cousins de Syrie, pour comprendre ce qui les attend. Les chrétiens syriens, sous la botte de l'A.I.I.L., ont été contraints de payer une "taxe dorée", de retirer tous les symboles visibles du christianisme, de cesser tout prière publique et sont exclus de la rénovation de bâtiments religieux. Les réfractaires ont été, dans une ironie sinistre et déchirante, crucifié littéralement.
 
Nous ne pouvons pas tolérer que les chrétiens d'Irak subissent le même sort. Les voici qui tentent de s'enfuir devant les hordes de l'A.I.I.L. ; ils savent qu'ils sont à court de territoires où se rendre. Beaucoup de ceux qui ont fui la brutalité ordinaire de la période précédent l'arrivée de l'A.I.I.L, s'étaient réfugiés en Syrie. Bien Évidemment, ce n'est plus une option à present. La seule réponse, si nous voulons éviter un holocauste de nos frères et nos sœurs chrétiens, est d'ouvrir nos portes et de leur offrir un sanctuaire.

Le christianisme est la religion la plus persécutée dans le monde, et nous avons une obligation envers les chrétiens irakiens pour nous assurer que la "persécution ne devienne pas un genocide". Ces personnes n'ont rien fait de mal. Et leur souffrance est maintenant, au moins en partie, de notre faute et de notre responsabilité. Pourquoi? En raison de deux actes de lâcheté qui sont venus nous hanter :

 
1° - Notre retrait de l'Irak, après avoir échoué à doter le pays que nous avions occupé d'une sécurité minimum alors que la démocratie libérale que nous avions promise a laissé les minorités religieuses dans la crainte et au milieu d'un Etat incapable et peu désireux de les protéger.

2° - Notre refus de venir en aide aux groupes d'opposition traditionnels dans la lutte contre le Président Assad, a enhardi les djihadistes et laissé les groupes libéraux se dessécher et laisser la place à des réseaux islamistes internationaux qui se déplacent pour combler le vide. Nous avons échoué en Irak ; nous avons échoué en Syrie et maintenant notre échec est de sacrifier ces agneaux que sont les chrétiens assiégés dans ces Etats.
 
Certes, nous n'allons pas nous précipiter avec troupes et chars à la main, pour rectifier notre erreur mais au moins tentons d'atténuer l'impact de ces guerres inhumaines. 

Nous devons laisser les chrétiens d'Irak venir ici et vivre avec nous. Nous devons leur offrir un peu d'espoir au milieu de tant de ténèbres. Leur souffrance est la nôtre...et nous ne pouvons pas les abandonner une fois de plus.
 

Article publié sur le CatholicHerald.

lundi 16 juin 2014

Baghdad : Les chrétiens dépouillés de leur logements....

Baghdad - 14 Juin 2014 (Agence d'information chrétienne) - A Baghdad, des bandes armées se mettent à saisir les logements laissés par les familles chrétiennes qui ont été obligées de partir pour échapper aux violences confessionnelles.

"La plupart d'entre-elles ont peur de s'en plaindre au gouvernement car elle ne pensent pas pouvoir se protéger si un procès était intenté en vue de la libération du logement", nous rapporte M. Salim Warda de l'Organisation des Droits de l'Homme, Hammurabi.

Les Chrétiens irakiens sont plus susceptibles de perdre leur domicile car ils ne se trouvent pas dans système d'affiliation tribal qui puisse les protéger contrairement à leurs voisins musulmans.
A la suite de l'invasion de l'Irak, en 2003, par les nations occidentales sous la tutelle des Etats-Unis, il a eu un accroissement des menaces anti-chrétiennes, notamment des enlèvements et des meurtres qui ont incité des milliers de chrétiens irakiens à partir. Beaucoup de ceux qui prirent la fuite, ne vendèrent pas leurs biens dans l'espoir de pouvoir y revenir un jour. Toutefois, certains furent forces de céder leur maison à des taux bien inférieurs à la valeur marchande, car tout simplement des bandes musulmanes s'étaient emparées de leurs propriétés.

Dans son rapport sur les droits de l'homme de 2013, le département d'Etat américain a déclaré que la corruption interne avait empêché le gouvernement irakien à juger de façon efficace des demandes de restitution de propriétés dont l'importance du nombre atteint de manière disproportionnée,  les membres communautés chrétiennes.

Beaucoup de chrétiens qui ont quitté leur foyer ont fui vers la région autonome du Kurdistan, où la plupart d'entre-eux vivent désormais paisiblement dans leur propre quartier.

dimanche 15 juin 2014

Aviez-vous imaginé un degré d'aveuglement, d'obscurantisme et de fanatisme que celui manifesté en Syrie et en Irak ?

Non...nous ne devons absolument pas laisser ces fanatiques et criminels poursuivre leur oeuvre de destruction et de haine.....

Comment se fait-il que les Etats que l'on qualifiait de civilisés, ne s'indignent même plus de ce genre de discours lyriques qui conduisent droit à l'affrontement et au crime ?

Voici, plus loin, une video qui illustre l'arrivée des membres de l'Armée Islamique de l'Irak et du Levant (Da'ech) dans la ville de Tikrit en Irak. Regardez-la jusqu'au bout même si vous ne comprenez ni l'arabe du discours, ni l'anglais des sous-titres. L'homme qui fait le discours "lance le mouvement" pour la purification de la Presque-île arabique et la conquête de Rome...

Ces barbares d'une autre "humanité", peut-être même du monde animal, sont manipulés par des Etats qui aujourd'hui gardent le silence, mais qui seront prêts le jour où la menace sera directe pour eux, de les bombarder...

Mais qui paiera alors pour tous les innoncents tombés par la fourberie des nations complices ?


samedi 14 juin 2014

Les Etats-Unis frapperont-ils les "rebelles" en Irak, en s'arrogeant le droit refusé au Président Assad...?

Samedi 14 juin 2014 - 19h49 - En l'espace d'une seule journée, nous obtenons un éclairage qui donne la lumière sur notre suspicion quant à l'attitude des Etats-Unis instrumentalisant les djihadistes de l'Armée Islamique de l'Irak et du Levant (A.I.IL.).

En effet, nous avancions que les djihadistes pouvaient être utilisés pour ouvrir un front avec l'Iran mais ce soir, qu'apprenons-nous ?

Que l'Iran refuse de répliquer à la progression des elements armés de l'A.I.I.L....."L'Iran ne lancera pas d'opération militaire en Irak contre les djihadistes, mais est prêt à apporter son aide au gouvernement allié de Bagdad", a affirmé samedi le président iranien Hassan Rohani. "L'intervention des forces iraniennes n'a pas été discutée" avec le gouvernement du Premier ministre Nouri al-Maliki, a déclaré le président iranien lors d'une conférence de presse.  

L'Iran refuserait donc de tomber dans le piège qui lui est tendu.

Samedi 14 juin 2014 - 9h35 -  Curieuse propagation de la guerre syrienne en direction de l'Irak, à laquelle nous assistons ; étendu à la plaine de Ninive (terre chrétienne) et à Mossoul, le conflit se poursuit autour de  Bakouba et de la province de Diyala à proximité de Baghdad.

On nous fait le coup d'une amérique effarouchée par les djihadistes qui se "préparerait à toute éventualité".
 
Rions et pleurons ensemble, car ne serait-ce pas ces Etats-Unis, fauteurs de troubles, là où ils passent, qui seraient derrière les djihadistes de l'A.I.I.L. ? Ces derniers ne seraient-ils pas chargés de propager le conflit en Irak pour amener l'Iran à intervenir et ainsi à ouvrir le front iranien ? 
 
Voici, que d'ici peu pourrait être déclenchée cette guerre attendue contre l'Iran avec mandat pour l'Armée Islamique de l'Irak et du Levant de la rapprocher de la frontière iranienne, en vue de porter le coup en territoire persan.
 
Mais, à present, si les Etats-Unis se décidaient à frapper ou à simuler des frappes contre les éléments armés de l'A.I.I.L., ne se mettraient-ils pas alors à frapper les "rebelles" prouvant au monde qu'ils peuvent bombarder ces derniers en s'arrogeant le droit refusé au Président Bachar el-Assad qui lui devrait rester les bras croisés. Cette contradiction aurait été plus que comique, si dans leur fourberie, ils ne tuaient pas tant de victimes innocentes.
 
Le Veilleur de Ninive.

lundi 11 novembre 2013

Le destin des chrétiens d'orient

Que Peut-on encore sauver après le passage des « takfiristes » et leurs destructions contre les chrétiens ? Comment peut-on repousser, les « takfiristes », ces mêmes Turcs et Mongols qui avaient envahi Constantinople le 29 mai 1453 ?

Reconnaissons d'abord que les chrétiens d'Orient vivent toujours le temps de cette épouvantable nuit de saccage de Constantinople par les armées de « Mohammed le Conquérant » entrant dans l’Eglise Sainte-Sophie et la transformant en Mosquée, alors que le Calife Omar avait refusé de prier dans le Saint-Sépulcre pour ne pas le transformer en mosquée. Nous vivons dans un Orient qui perd son identité et  se perd  en conflits  entre différentes ethnies, confessionnelles, intégristes où chacune veut éliminer l'autre par les armes.

Reconnaissons  que nous avons abandonné la Palestine, le destin des chrétiens et leur patrimoine. Des biens d’Eglises ont été vendus.

Reconnaissons l'émigration hémorragique des chrétiens qui ont fini par se disperser partout à travers le monde, à l’exception de quelques uns restant sur place dans les églises pour prier et pleurer, car ils sont devenus comme les indiens, peaux-rouges, attendant leur disparition.

Dans le camp islamique plusieurs courants prétendent représenter l'islam modéré, mais avec des idéologies souvent creuses, et qui finissent par épouser et accepter les théories des « takfiristes » visant à supprimer l'autre.

Nous avons été indifférents à l'éradication des  assyriens, des chaldéens et des syriaques qui ont déserté leurs villages en Iraq sous les coups des bandits et voleurs intégristes musulmans, complices des « Yankis » américains. A présent, c’est au tour de la Syrie de subir, avec la même complicité américaine et les mêmes truands qui veulent faire partir les chrétiens du territoire syrien.

Nous avons un moment cru que les Chrétiens du Liban allaient poursuivre leur rôle de pionnier de la culture arabe. Mais leurs conflits interreligieux et même intra-confessionnel, a poussé les jeunes chrétiens libanais à quitter définitivement leur pays qui se vide progressivement de ses chrétiens.

Nous avons omis la situation dramatique des coptes d'Egypte avec la constitution inique de ce pays qui interdit de réparer le mur d'une église. Elle aura entraîné l’hémorragie de la catégorie instruite de la population.

La crise syrienne est un « choc » et nous sommes blessés de voir des citoyens syriens, parmi nous, qui reconnaissent la « liberté » que véhiculerait l’Armée Islamique de l’Irak et du Levant ou les « Abbayas » wahabites alors que l’essentiel de la population musulmane silencieuse est modéré et souffre tout autant de l’application de la « Charia ».

Nous, nous sommes rencontrés pour changer le « sombre destin » qui nous attend. Comment peut-on modifier le style de quelques églises, fermées sur elles-mêmes et coupées de la réalité quotidienne des chrétiens vivant l’enfer de la guerre avec leurs soucis et leurs besoins.
Comment peut-on créer des ponts avec les musulmans « illuminés » ?

Peut-on dire que notre travail commence ? Il faut agir rigoureusement en « s'armant » de la conscience du destin que nous voulons pour nous.  Nos décisions ne doivent pas perdre leur efficacité ; elles doivent être politisées.

Nous voulons un renouvellement de la renaissance, une nouvelle lumière qui ne soit guère avortée ni par des gouverneurs nationalistes, ni par des démagogues, ni par des arrivistes, ni par l’armée.

Nous voulons un mouvement basé sur la raison, qui peut renverser cette triste réalité en poursuivant un avenir meilleur.

Nous voulons une citoyenneté, une fraternité et une constitution moderne qui prône l'égalité et la justice.

Nous demandons à ce que les chrétiens reprennent leurs droits « oubliés », leurs écoles confisquées qui ont engendré des « takfiristes ».

Nous aurons alors, chrétiens et musulmans, un même destin.

Cela ne réalisera que si nous formons un seul bloc de politiciens, de penseurs et de jeunes qui affirment leurs racines et s’intègrent dans la société.

Nous ne devons oublier d’expliquer et de faire comprendre à l’autre, que le chrétien n'est ni un pèlerin, ni un esclave dans son pays, ni un voyageur qui passe de salles de transit en salles de transit dans les aéroports. Nous ne voulons pas former une « marre boueuse » mais une mer qui se purifie en permanence.

Nous devons atteindre cela avant l’arrivée d’un nouveau "Mohammed el-Fateh" [Mohammed le Conquérent].

Attention ! Ses premiers guerriers, les « Takfiristes » sont arrivés avec couperets et couteaux.

Par Ghassan Chami, Traduit par Claude Zerez.

samedi 8 octobre 2011

Irak : Ankawa, une ville qui accueille toujours plus de chrétiens.

L’Eglise demande de l’aide pour répondre à la ferveur religieuse

ROME, Vendredi 7 octobre 2011 (ZENIT.org) – Il existe un lieu en Irak où le nombre des chrétiens a triplé ces dernières années, affirme un évêque aux prises avec un fort afflux de personnes fuyants les actes de persécution et d'oppression.

Il s’agit des chrétiens d’Ankawa, un faubourg d’Erbil, la capitale kurde. Leur nombre est passé de 8.500 dans les années 90 à plus de 25.000 aujourd’hui. 1.500 d’entre eux sont arrivés ces dernières années, dont beaucoup après l’attaque du 31 octobre 2010 contre la cathédrale syro-catholique de Bagdad qui a fait 58 morts et plus de 70 blessés.

Mais les chrétiens qui arrivent à Ankawa ne proviennent pas seulement de la capitale irakienne, mais de tout le pays : Mossoul au Nord, Kirkouk au nord-est, et même Basra, à l'extrémité sud, qui se trouve à des centaines de kilomètres.

Mgr Bashar Warda, l’archevêque d’Erbil, a confié dans un entretien à l’association internationale Aide Eglise en détresse (AED), que ces personnes ont besoin d’aides. Elles arrivent en effet à Ankawa dans une situation de grande pauvreté.

« Elles ont besoin de travail, d’assistance médicale et d’un toit », a-t-il précisé, et elles « attendent beaucoup de l’Eglise ».

Nombre de ces chrétiens, a-t-il ajouté, voient Ankawa comme une étape en vue d’une éventuelle émigration vers la Turquie, le Liban ou la Jordanie.

Mgr Warda décrit ces fidèles comme des personnes « très solides dans leur foi ». Il regrette qu’il n’y ait que trois églises à Ankawa où il manque de prêtres et de catéchistes.

L’archevêque espère en la construction d’une quatrième église à Ankawa, ville où l’AED a aidé à l'évacuation de séminaristes qui étudiaient dans le district de Dora à Bagdad, et qui a été le théâtre d'une série de meurtres et d'enlèvements de chrétiens entre 2004 et 2007.

L’AED a garanti une aide pour les prêtres, du matériel de formation et des denrées alimentaires pour les familles chrétiennes, fournies par les religieuses qui passent de village en village.

mardi 2 août 2011

Irak: 15 blessés dans l'explosion d'une voiture piégée devant une église à Kirkouk

KIRKOUK (AFP) — Une voiture piégée a explosé tôt mardi devant une église syriaque catholique à Kirkouk (nord), faisant 15 blessés, et deux autres ont été désamorcées par les forces de l'ordre à proximité de sites chrétiens dans le même quartier, a indiqué la police.

La déflagration s'est produite vers 05H30 (02H30 GMT) devant l'église de la Sainte Famille au nord de Kirkouk (240 km au nord de Bagdad).

"Il y a eu 15 blessés. Ce sont des fidèles qui vivaient à l'intérieur de l'église et des gens habitant à proximité", a indiqué la source policière.

C'est la première fois que ce lieu de culte est pris pour cible, a indiqué de son côté à l'AFP l'un des prêtres officiant dans l'église, Imad Hanna. Des femmes et des enfants figurent parmi les blessés, dont deux sont dans un état grave, a-t-il ajouté.

Deux autres voitures piégées ont été repérées et désamorcées à côté d'autres sites chrétiens, a déclaré le chef de la police de la province de Kirkouk, le général Jamal Taher Baker.

"Il y avait deux autres voitures piégées, l'une près de l'église Mar Gorguis (St Georges), à moins de 2 km de l'explosion, et la deuxième près d'une école" religieuse, a-t-il dit.

Cinq chrétiens figurent parmi les blessés, et l'un des deux blessés graves est un enfant, a indiqué une source médicale à Kirkouk.

Les blessés ont été évacués vers les hôpitaux de Kirkouk et Azadi, a indiqué le prêtre.

Selon un correspondant de l'AFP sur place, l'explosion a soufflé les portes, les fenêtres, le générateur et le mobilier de l'église, et endommagé plusieurs voitures et maisons à proximité dans ce vieux quartier de Kirkouk.

Des habitants des maisons endommagées fouillaient les décombres à la recherche de leurs biens. A l'intérieur de l'église, des femmes âgées se sont rassemblées pour prier, et d'autres personnes ont fait de même à l'extérieur du bâtiment, a constaté le correspondant de l'AFP.

Kirkouk compte près de 600.000 habitants dont 10.000 chrétiens contre 50.000 avant la chute du régime de Saddam Hussein et ils n'ont pas pu célébrer cette année les fêtes de Noël après des menaces de mort adressées à des notables chrétiens de la part de l'Etat islamique d'Irak (ISI), une branche d'Al-Qaïda.

dimanche 24 avril 2011

Une bombe fait quatre blessés dans une église de Bagdad.

Publié le 24/04/2011 à 14:12, mis à jour le 24/04/2011 à 17:27

Quatre personnes au moins - deux policiers et deux civils ont été blessées dans l'explosion d'une bombe dimanche 23 avril 2011, aux abords d'une église catholique de Bagdad, a t-on appris auprès du ministère irakien de l'Intérieur. 

L'attentat s'est produit devant l'entrée arrière de l'église du Sacré-Coeur, qui était vidée de ses fidèles venus assister auparavant à la messe du dimanche de Pâques.

Cet édifice est situé dans le quartier de Karrada, dans le centre de la capitale.

Des vitres ont volé en éclats dans des bâtiments voisins. Un pick-up de la police garé devant la porte de l'église a été gravement endommagé.

Selon deux sources des services de sécurité, deux policiers et deux civils ont été blessés dans l'explosion mais un cameraman de Reuters TV a aperçu dans un hôpital des environs sept blessés - trois policiers et quatre civils.

Le 31 octobre, 52 personnes, dont deux prêtres, avaient péri lors de l'attaque par un commando d'Al Qaïda de la cathédrale syriaque catholique de Bagdad, Notre-Dame du Perpétuel Secours.
C'était l'attaque la plus meurtrière visant la minorité catholique d'Irak depuis l'intervention militaire anglo-américaine de 2003.

Selon l'Onu, des centaines de familles chrétiennes se sont réfugiées au Kurdistan irakien ou dans des pays de la région depuis l'attaque du 31 octobre qui a beaucoup marqué les esprits.

L'Irak comptait jadis environ 1,5 million de catholiques sur une population totale de 30 millions. Aujourd'hui, ils ne seraient plus que 850.000.


Par Reuters

mercredi 2 février 2011

Deux « symboles d’espérance » en Irak : un hôpital et une université

ROME, Mercredi 2 février 2011 (ZENIT.org- Les projets de construction d'un hôpital et d'une université à Ankawa, dans la banlieue d'Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, veulent être des « symboles d'espérance » pour les chrétiens du pays, une aide pour eux à construire un avenir loin de la violence et des intimidations qui ont obligé tant de fidèles à fuir le pays.

Les deux bâtiments, souligne l'association internationale Aide à l'Eglise en Détresse (AED), seront érigés sur deux terrains que le gouvernement a promis de leur donner, soit près de 30.000 mètres carrés pour l'université et 8.000 mètres carrés pour l'hôpital, situé juste à côté, qui aura 100 lits et 8 salles d'opération.

En annonçant les deux projets à l'AED, l'archevêque d'Erbil, Mgr Bashar Warda a précisé que ceux-ci fourniront des postes de travail, de formation, et d'autres opportunités aux milliers de chrétiens venus se réfugier dans la région, relativement plus sûre, du Kurdistan, pour échapper à la violence religieuse qui touche surtout Bagdad et Mossoul.

Le projet de ces deux constructions, a-t-il ajouté, est « une réponse à la conscience accrue que parmi les chrétiens arrivés en masse dans la région, figurent beaucoup de personnes qualifiées, dans des secteurs professionnels comme l'instruction et la médecine surtout ».

Dans une région qui ne peut faire face aux demandes d'une population croissante, le fait que « les gens qui arrivent ici se proposent eux-mêmes » est une bonne chose, mais cela peut aussi aider à éviter « un nouvel exode de chrétiens d'Irak ».

L'hôpital et l'université, qui pourraient ouvrir dans trois ans, seront gérés par l'Eglise, mais tout le monde pourra y avoir accès, indépendamment de leur appartenance religieuse ou politique.

jeudi 25 novembre 2010

Mésopotamie, Terre Chrétienne, Terre de Croyances et Terre de Foi.

Toi, Chaldée, ayant eu Ur pour capitale, dont les origines sont antérieures au déluge, tu comptes parmi les plus fidèles des terres puisque tu fus le vrai berceau d’Abraham. Comment t’accuse-t-on aujourd’hui d’infidélité ?

Toi, terre des Sémites et de Sumer, qui es en Babylonie, tu as donné l’écriture, baptisée du nom très évocateur de « Cunéiforme », que même les conquêtes des Rois Sargon, par leur empire, n’ont pu faire disparaître.

Toi Babylonie, qui éleva Nabopolassar ton Empereur, lequel mit sa main dans celle des Perses pour former un Empire qui fit la gloire des Darius; Nest-ce pas sur ton sol qu’Alexandre le Grand termina sa longue route et s’y éteignit ?

Toi Mésopotamie, terre des croyances et de foi, peu d’événements t’affecteront trois siècles durant, avant l’arrivée du Messie ; C’est de chez toi que les mages virent le signe étoilé, et entreprirent la longue marche vers Bethléem. Aussi, n’est-ce pas de ta race que furent parvenus les premiers hommes à son chevet ?

Terre de Mésopotamie, toi la chrétienne tu le fus au tout début ; Terre d’Abraham et terre des mages ; terre d’accueil et terre de gloire, tu n’as pas connu le repos ; N’est-ce pas sur ton sol que l’esprit de l’homme fermenta si activement ?

Terre de Babylonie, plus connue de nos jours sous le vocable de terre d’Irak. Sapor y relanca la conquête. Yazgard Ier roi des Perses apporta calme et tolérance, qu’il en soit béni, tandis que Vahram V, son successeur, fut l’infâme roi de la persécution anti-chrétienne.

Mésopotamie, Ô terre d’Abraham, Héraclius parvint à tes portes. Il peina à rentrer dans Ninive. Plus tard, les hommes de Mohammed le suivirent, l’épée à la main, ils l’emportèrent ; mais les fidèles du Christ, qui l’habitaient ne se découragèrent pas d’écrire et de continuer à diffuser lettres et enseignements de foi.

Terre des lettres et du savoir, tu donnas Rabboula puis ensuite Ibas qui professa à « l’école des Perses » ; c’est de toi que nous virent Barsauma, Accacius, Mana et Narsès.

Terre des « écoles spirituelles », celle des Perses et celle de Nisibe ». L’une tombe, l’autre se fonde… Zenon détruit « l’ Ecole d’Edesse »,  Narsès la refonde à Nisibe. Terre de défis et terre de recommencements qui vous abrite toujours en dépit de vos tribulations, vous « Nestoriens », « Syriens  Orientaux » et ultérieurement « Syriens Occidentaux », Orthodoxes et Catholiques, mais tous frères en Christ.

De ton sol sortirent Elisée bar Kozbâyé avec ses traités contre les mages et les  hérétiques, Joseph Ahwaz le « grammairien » et Abraham bar Kardahé dont les discours sur la consolation des défunts est une réponse aux événements.

Toi, Mésopotamie orientale, ta terre ne fut jamais en friche : on ne peut citer tous les esprits qui donnèrent du fruit mais évoquons Mar Aba I, évêque de Nisibe, Thomas d’Edesse, Théodore de Merv, Hanana d’Adiabène, successeur d’Ahwaz à l’école de Nisibe qui attira huit cents disciples. Que de thèmes ils développèrent et qu’ils n’ont su taire !  

Ô Chrétiens de Mésopotamie, à l’intention de ceux qui vous ignorent ou qui vous combattent, il suffit de mentionner les Syriens Orthodoxes, Siméon évêque de Beit-Arscham, dit le « sophiste perse », pour avoir combattu les doctrines adverses, Théodore Bar Koni, evêque de Kaschkar, Jesuyab II originaire de Gedala près de Mossoul, Jésuyab d’Adiabène, Jean de Beit-Garmai. Et Marouta évidemment, le Métropolitain orthodoxe de Tagrit, Mar Aba II, patriarche, et Cyprien de Nisibe.

Chrétiens syriaques et nestoriens, vous surent vivre avec éclat au milieu des cours musulmanes lorsque ces cours étaient glorieuses ; Gabriel Boktjesu y fut médecin sous trois califes Haroun el-Rachid, Amin et Al-Ma’moun. Que dire de Honein rendu célèbre pour ses traductions syriaques et arabes de livres grecs ?

Terre du Christ, Terre chrétienne, Terre syriaque, Terre nestorienne, de votre sol et avec ses roches furent élevés de nombreux couvents et monastères. Les couvents de Mar Abraham de Naptar, de Bet Nestorus, dans la montagne d’Adiabène, ceux d’Isho’sawran et de Mar Gorguis, de Bar Sabta ; à Marga, le couvent de Bar ‘Eta. A Ninive, Notre-Dame des moissons, le couvent de Jonas et celui de Mar Behnam ; à Bahadra, les couvents du Safran. N’essayons pas de les citer intégralement, la tâche serait insurmontable.

La Mésopotamie, par la diversité de croyants et des croyances fut une terre de prière et d’inspiration spirituelle qu’illustrent bien ce florilège d’auteurs que nous avons évoqués. Prions pour son peuple entier avec une pensée particulière à la communauté syriaque, bâtisseuse de pensées et médiatrice de l’Esprit-Saint.

mercredi 24 novembre 2010

Les armes du Shaïtan* , les armes de Yessou'...**

Préparons la mission, rejetons les armes du Shaïtan et affutons celles que Jésus, dans sa bonté infinie et éternelle, nous a laissées pour notre salut et pour nous défendre face à la corruption des esprits et des cœurs.

Choubho l'Abo wa l'Bro wa l'Rouho Qadisho
Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit.

Les armes du Shaïtan, c'est la jeunesse d'une poignée d'assaillants.
Les armes de Yessou’, c'est la femme et l'enfant surpris en priant.

Les armes du Shaïtan, ce sont les camps d'entrainement et la haine vociférée.
Les armes de Yessou’, c'est la Cathédrale où règne Notre-Dame bien-aimée.

Les armes du Shaïtan, ce sont les enfants dressés dans la langue de bois.
Les armes de Yessou’, ce sont les foyers à genoux, faisant le signe de Croix.

Les armes du Shaïtan, c'est la propagande mensongère et la menace sévère.
Les  armes de Yessou’, c'est la vérité toute simple et l'âme brulante qui espère.

Les armes du Shaïtan, c'est la prise d'otages et la menace des exécutions.
Les armes de Yessou’, c'est le bon samaritain interrompant sa mission.

Les armes du Shaïtan, c'est la cagoule sur la tête et l'assaillant en embuscade.
Les armes de Yessou’, c'est le sourire sur les lèvres et le refus de la dérobade.

Les armes du Shaïtan, c'est la ceinture d'explosifs nouée autour des reins.
Les armes de Yessou’, c'est le zounoro***, le zendo*** et la Chasuble vif-carmin.

Les armes du Shaïtan, c'est la kalachnikov tirant par rafales infernales.
Les armes de Yessou’, ce sont les sacrements et le salut du confessionnal.

Les armes du Shaïtan, c'est le fracas des armes et la chute brutale des corps.
Les armes de Yessou’, c'est le silence eucharistique et l'enfant Jésus qui dort.

Les armes du Shaïtan, c'est le regard impitoyable et la violence sans égards,
Les armes de Yessou’, c'est le visage de la piéta et la tendresse de son regard.

Les armes du Shaïtan, c'est le sang humain répandu, le gâchis et la désolation.
Les armes de Yessou’, c'est le "vin" dans la coupe face à des fidèles en adoration.

Les armes du Shaïtan, c'est la terreur parsemée et la mort sans espoir,
Les armes de Yessou’, c'est la paix, la tranquillité et la fierté de croire.

Les armes du Shaïtan, c'est Bagdad divisée et Jésus, le Messie, recrucifié.
Les armes de Yessou’, c'est Ninive accueillante et le citoyen protégé.

Aux assaillants, ce sera le feu de la fournaise et la consumation éternelle.
A leurs victimes sera donné l’Eden retrouvé et une douce vie immortelle.

                                                                           Le Veilleur de Ninive

* du Shaïtan (arabe) = Da Shido (syriaque) = de Satan (français). 
** de Yessou’ (arabe) = di Yechou’ (syriaque) = de Jésus (français).
*** Zounoro (syriaque) = ceinture liturgique
**** Zendo (syriaque) = manchettes que met le prêtre en revêtant son habit liturgique.

mardi 23 novembre 2010

Et si Tarek Aziz était gracié ?

Et si Tarek Aziz était gracié ?
Les autorités irakiennes se révèleraient magnanimes
Et les églises chrétiennes y consentiraient unanimes.

Et si Tarek Aziz était libéré ?
Le gouvernement irakien éloignerait la démence
Et la famille chrétienne entreverrait la clémence.

Et si Tarek Aziz était acquitté ?
Le parlement irakien se montrerait bien plus fort. 
Et les citoyens chrétiens goûteraient au réconfort.

Et si Tarek Aziz était relâché ?
Les dirigeants irakiens transformeraient la donne
Et les fidèles chrétiens remercieraient la madone.

Et si Tarek Aziz était épargné ?
Le pouvoir irakien ferait germer une lueur d’espoir
Et les groupes chrétiens renonceraient au désespoir.

Et si Tarek Aziz était amnistié ?
Les gouvernants irakiens lâcheraient le don du pardon. 
Et les chrétiens assyro-chaldéens le don de rémission.

Pour tous ces bienfaits, nous sollicitons du 
Président de la République Irakienne la grâce 
et la clémence pour Mr. Tarek Aziz ainsi que sa libération.

samedi 20 novembre 2010

Tirons la leçon et avec nos Martyrs entonnons le Hallel...

Les Martyrs sont tombés le 30 Octobre 2010, dans la Cathédrale Saydet el-Najat à Baghdad. Ils ne sont pas morts inutilement. 

Ils sont morts en suppliant leurs bourreaux qui tenaient le mauvais rôle des suppliés. Ils sont tombés dans l'innocence pour entrer dans la Gloire de Dieu ; leurs assassins, naïvement persuadés de leur martyr, sont allés alimenter la fournaise de l'enfer.

Oui! Nos morts et nos blessés syriaques sont Martyrs, les vrais, les reconnus, les reçus de Dieu.

Et nous, restés sur place, qui sommes désemparés, essayons de lire l'événement....

Chrétiens, on nous a rappelé plus d'une fois, que nous sommes également appelés au martyr; nous le savons par l'histoire car c'est bien le martyr qui a permis à l'église de se bâtir. Oui! le sang versé durant les premiers siècles est le liquide qui a permis de couler le ciment de l'église.

En nous désolant, en nous lamentant, en suppliant le Créateur suite à ce drame, ne voyons-nous pas déjà, le début de la purification se produire en nos coeurs et la sanctification transformer nos vies ? Convertissons-nous, et que nos richesses ne nous aveuglent plus pour que nous mettions nos ressources au service des rescapés qui sont blessés dans leur corps ou dans leur coeur.

Mais auparavant, inclinons-nous devant le sang de nos martyrs suppliants...et pleurons car nous saisissons déjà la souffrance infernale, qui attend les bourreaux suppliés.

Avec nos martyrs, entonnons : Hallelluya! Hallelluya! Hallelluya! pour les siècles des siècles.

jeudi 18 novembre 2010

Pétition pour la canonisation des Martyrs irakiens.

Une nouvelle initiative en soutien non seulement aux chrétiens d'Irak mais à tous les Chrétiens du Moyen Orient.
  1. Elle émane de Terre Sainte.
  2. Elle s'adresse au Pape
  3. Elle demande la canonisation, rapide, des Martyrs d'Irak, 
Si vous souhaitez y participer, il suffit de signer la pétition et de la diffuser
Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.