Affichage des articles dont le libellé est Irak. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Irak. Afficher tous les articles

samedi 22 octobre 2016

La coalition US aurait frappé une procession funéraire en Irak, des dizaines de morts.

Le 22 octobre 2016 -  Selon le site "Spoutnik", le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova est sûre que les statistiques comparatives sur le nombre de victimes civiles durant le régime de Saddam Hussein et les dix ans de présence militaire américaine ne sont pas favorables pour Washington.
 
Toujours selon le même site, l'aviation de la coalition dirigée par les États-Unis a frappé une procession funéraire dans la ville irakienne de Daquq située près de Kirkouk, l'ayant prise pour un rassemblement de terroristes, des dizaines de civils ont perdu la vie dans l'attaque, selon le ministère russe de la Défense.

Le groupe terroriste Daech n'est pas présent dans la région, où des dizaines d'Irakiens, dont des femmes et des enfants, ont été tués à la suite des frappes aériennes de la coalition internationale dirigée par les États-Unis, a fait remarquer le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov.

« Le 21 octobre, la reconnaissance russe a détecté des frappes aériennes de deux avions de combat sur la ville de Daquq située près de Kirkouk, où aucun militant de Daech n'est présent, selon nos données. D'après les rapports des témoins, une procession funéraire a été prise par l'aviation de la coalition pour un groupe de militants. Des dizaines de civils irakiens, dont des femmes et des enfants, sont morts », a déclaré M. Konachenkov.
 
Selon lui, les frappes de la coalition sur des zones résidentielles constituent des « crimes de guerre ».

« Nous avons à plusieurs reprises noté que ces frappes mortelles sur les zones résidentielles, qui ressemblent beaucoup à des crimes de guerre, sont devenues presque une routine quotidienne pour l'aviation de la coalition internationale », a souligné le porte-parole de la Défense russe.
 
Le ministère de la Défense russe a également déclaré qu'il surveillait l'opération visant à reprendre Mossoul, ajoutant que les avions de la coalition internationale étaient sortis 22 fois et avaient effectué 19 frappes aériennes au cours des dernières 24 heures.
 
L'incident à Daquq, situé dans la province de Kirkouk (nord de l'Irak), a eu lieu vendredi et aurait fait quelque 20 morts et 45 blessés.
Auparavant, le ministère de la Défense russe avait déclaré que des erreurs de ciblage commises par la coalition internationale se produisaient trop souvent.

« Des mariages, des processions funéraires, des hôpitaux, des commissariats, des convois humanitaires et même des troupes syriennes luttant contre les terroristes de Daech près de Deir ez-Zor deviennent des cibles pour la coalition », a souligné M. Konachenkov.
Le 5 octobre, les milices irakiennes, qui se battent sous le drapeau de l'Irak dans la région de Kayara près de Mossoul, ont été frappées par la coalition internationale dirigée par Washington. Lors du raid, les combattants se battaient contre les islamistes de Daech, qui ont pu s'enfuir grâce aux actions de la coalition. Suite à la frappe, 21 combattants ont été tués.
 
Le 17 septembre, quatre avions de la coalition internationale dirigée par les États-Unis ont frappé l'armée gouvernementale syrienne faisant 62 morts et près de 100 blessés. Les terroristes ont lancé une offensive immédiatement après la frappe de la coalition.

jeudi 18 février 2016

L'Eglise catholique syriaque menacée de disparition en Irak, déclare Monseigneur Yohanna Petros Mouché.


18.02.2016 par Jacques Berset - L’Eglise catholique syriaque est menacée de disparition en Irak, dénonce Mgr Yohanna Petros Mouché, archevêque syriaque de Mossoul.

De passage à Jérusalem, il rappelle que la plaine de Ninive, berceau de la civilisation assyrienne, s’est d’un coup vidée de ses derniers chrétiens le 6 août 2014, lors de la prise des villages chrétiens par les terroristes de Daech, le soi-disant “Etat islamique” (EI).
Deux mois auparavant, suite à la fuite de l’armée irakienne, Daech s’était emparée de Mossoul, la deuxième ville de l’Irak, située à environ 350 km au nord de Bagdad. Les djihadistes ont obligé les chrétiens à se convertir à l’islam ou à fuir en abandonnant tous leurs biens, laissant derrière eux un héritage millénaire.
Au début, Daech a montré de la sympathie envers les chrétiens
“Effrayés par la présence de Daech, la plupart de nos chrétiens ainsi qu’un grand nombre de musulmans ont quitté la ville de Mossoul et se sont dirigés vers le Kurdistan et les villages de la plaine de Ninive”, témoigne-t-il sur le site http://terrasanta.net, de la Custodie de Terre Sainte.
“Au début les forces de l’EI ont montré de la sympathie envers les chrétiens. C’est seulement après quelques jours qu’ils ont déclaré les conditions qui permettaient aux chrétiens de vivre sous leur domination: devenir musulman – ainsi nous aurions tous les droits -, payer une taxe spéciale (“jizya”) dont doivent s’acquitter les non-musulmans, autrement dit devenir des citoyens de deuxième classe, ou quitter nos lieux et toutes nos propriétés, sans quoi nous mettions nos vies en péril”.
Fuite vers le Kurdistan
“La situation n’était pas simple à juger, surtout qu’ici nos chrétiens viennent chercher la solution chez leur évêque. Comme le gouvernement central était absent, je suis entré en contact avec les responsables kurdes qui se trouvaient chez nous. Lors de la première attaque de l’EI contre Qaraqosh, le plus grand village chrétien de la plaine de Ninive, dans le but de chasser les Peshmergas (combattants kurdes, ndlr), l’armée kurde se trouvait sur place pour défendre notre zone. J’ai exercé le rôle de médiateur entre les responsables de l’EI et ceux de Peshmergas, mais sans résultat”.
La bataille a duré trois jours, la grande majorité des habitants a alors quitté le village à l’exception d’une centaine d’entre eux, du clergé syriaque et de l’évêque. “L’EI n’a pas pu entrer chez nous. C’est lors de la deuxième attaque qui a lieu le 6 août que l’EI a pu entrer et a pris le pouvoir sur toutes nos villes et villages après notre départ et la fuite de l’armée. Ainsi nous avons tout laissé et nous nous sommes dirigés vers le Kurdistan pour sauver nos vies et sauvegarder notre foi et notre intégrité”.
Eradication du patrimoine culturel chrétien
Sur place, les terroristes islamiques poursuivent leur politique d’éradication du patrimoine culturel chrétien et des civilisations qui ont précédé l’arrivée du christianisme en Mésopotamie.
Le 20 janvier 2016, Daech a détruit le monastère Saint-Élie, le plus ancien monastère chrétien du pays, construit par des moines assyriens au VIème siècle. D’autres sites chrétiens ainsi que des ruines préislamiques ont été également détruits par le groupe terroriste comme à Hatra, Nimrud et Ninive.
Le futur, selon l’évêque syriaque, “est obscur et aucun signe positif ne se dessine sur le terrain en vue d’une prochaine libération de Mossoul”. Sa communauté ayant été dispersée par l’arrivée des islamistes de Daech, Mgr Petros Mouché redoute sa disparition. “Le nombre de fidèles de notre Eglise n’est pas élevé. Il ne dépasse pas les 170’000 personnes. Le diocèse de Mossoul à lui seul en rassemblait 50’000, ce qui représentait près du tiers de l’Eglise”.
A l’arrivée de Daech, quelques minutes pour fuir
Le 10 juin 2014, de nombreuses familles chrétiennes n’ont eu que quelques minutes pour fuir Mossoul tombée aux mains des terroristes. “Après l’arrivée de Daech, tous les chrétiens ont été expulsés de Mossoul, mais aussi des villages alentours. Lorsqu’ils se sont dispersés, ils étaient au début disséminés sur soixante lieux différents. Je faisais de mon mieux pour être en contact constant avec eux, aller leur rendre visite et quand c’était possible célébrer la messe. Si le diocèse est dispersé, cela veut dire à terme la disparition de l’Eglise syriaque catholique…”, a-t-il confié à Saher Kawas, du Patriarcat latin de Jérusalem. Il était invité dans le cadre de la Journée Mondiale des Malades qui s’est déroulée la semaine dernière en Terre Sainte.
Ankawa, dans la banlieue d’Erbil, au Kurdistan irakien, est devenu un des derniers bastions des réfugiés chrétiens d’Irak, et ils y vivent dans des conditions précaires. “Tous les chrétiens qui vivaient dans la région ou presque s’y sont réfugiés, d’autres se sont dirigés vers différentes villes de l’Irak, comme Bagdad ou Basra. Certaines familles, depuis le Kurdistan, ont choisi de partir vers les pays voisins. De mon diocèse, uniquement, nous avons 1’000 familles à Amman, 1’500 au Liban, 700 en Turquie et une centaine en Europe”, affirme l’archevêque syriaque de Mossoul.
La situation des chrétiens “s’enlise dans la durée”
Dans ses visites à l’étranger, Mgr Petros Mouché appelle les différents gouvernements à accueillir ensemble plusieurs centaines de familles chrétiennes, et non au compte-gouttes, afin d’éviter la dissolution de sa communauté. A l’occasion de sa rencontre avec le pape François, le 30 septembre dernier, il lui a remis une lettre pour le remercier de ses prières et de tous les dons qu’il a faits pour les chrétiens chassés de leurs terres, “en le priant d’exercer son influence sur les dirigeants du monde pour qu’ils se dépêchent de libérer nos villes et villages, et si possible de nous trouver des lieux provisoires dans les pays comme la France, l’Espagne ou autres, pour pouvoir vivre selon nos coutumes et exercer notre liturgie”.
Il relève que “notre situation et notre émigration semblent s’enliser dans la durée, si nous sommes accueillis de manière groupée, notre retour chez nous sera plus facile dans le cas où nos territoires seront effectivement libérés et nos droits assurés”.
Malgré une situation sur place plutôt sombre – “l’avenir est obscur, les gens sont lassés, des familles quittent le pays et que beaucoup d’autres y pensent – l’évêque syriaque en exil affirme que “l’espoir est toujours en Dieu et dans les personnes de bonne conscience. Et je sais que les personnes de bonne volonté ne manqueront pas dans le monde”.
Source

jeudi 28 janvier 2016

Chrétiens d'Irak et de Syrie : Le Patriarche Joseph III Younan craint leur quasi-extinction.

Le "cauchemar" est que les deux pays, Syrie, Irak, évoluent "comme la Turquie où l'on ne peut pratiquement plus parler d'une présence chrétienne", affirme Sa Béatitude Joseph III Younan.

Le 28 janvier 2016 - Le patriarche syro-catholique Ignace Joseph III Younan dénonce l'« indifférence » de l'Occident face au sort des chrétiens d'Irak et de Syrie. Au cours d'une conférence de presse organisée par l'organisation Aide à l'Église en détresse (AED), Mgr Younan a évoqué des villes chrétiennes d'Irak comme Qaraqosh, dans la plaine de Ninive, une cité aujourd'hui aux mains de l'organisation État islamique (EI) et qui était encore jusqu'en 2014 habitée majoritairement par des Syro-catholiques.

« Notre plus grande angoisse »

Sa Béatitude Joseph III Younan
« Mais c'est aussi en Syrie que le nombre des chrétiens a dramatiquement diminué. Dans les années 50, les chrétiens étaient environ 19 % et ils sont aujourd'hui à peine 5 % », a-t-il souligné. « Notre cauchemar, notre plus grande angoisse, c'est qu'il puisse se produire en Irak et en Syrie ce qui s'est produit en Turquie, où nous ne pouvons pratiquement plus parler d'une présence chrétienne », a-t-il observé. 


Liturgie en langue et selon le rite syriaque
La Turquie, particulièrement sa partie occidentale, a été un des hauts lieux du christianisme, dont il reste de nombreux vestiges. Mais aujourd'hui, elle est en très grande majorité musulmane, et les chrétiens s'y sentent parfois des citoyens de seconde zone. Une des grandes persécutions des chrétiens a eu lieu à partir de 1915-1916 sous l'Empire ottoman, quand les Arméniens ont été victimes de déportations et d'un génocide. Interrogé sur une solution militaire aux conflits avec le groupe EI en Syrie et en Irak, le patriarche a préconisé une action terrestre coordonnée par les armées nationales de ces deux pays contre Daech.

Source : AFP / Le Point










vendredi 22 janvier 2016

L'Armée islamique a bien pulvérisé le plus ancien monastère d'Irak.


La fureur des terroristes de l’Etat islamique passe toujours par la purification culturelle. La destruction du monastère Saint-Elie, près de Mossoul, daterait de l'été 2014, mais n'a été mise en évidence que récemment par des photos aériennes

Encore un peu de patrimoine universel qui après avoir résisté à quinze siècles de guerres, d'intempéries, de colonisation et de vandalisme, cède finalement devant les coups des djihadistes de l'Etat islamique. Le monastère Saint-Elie, situé à 30 km à l'est de Mossoul, sur une colline, a visiblement été rasé par l'organisation terroriste, comme le montrent des images satellites distribuées le 20 janvier par l'agence Associated Press. Une destruction qui n'a pas été claironnée par les djihadistes, contrairement à ce qu'ils ont fait pour le musée de Mossoul ou pour le site de Palmyre par exemple. Sans les photos satellite, le saccage serait encore inconnu. Il aurait eu lieu à l'été 2014, un peu après la prise de contrôle de la région de Mossoul, 2e plus grande ville d'Irak, par les djihadistes.
Photo aérienne montrant le monastère pulvérisé
Bâti entre entre 582 et 590, le monastère Saint-Elie était considéré comme le plus ancien édifice chrétien d'Irak. Les extrémistes auraient d'abord pillé le monastère qui compterait des manuscrits très anciens et des livres liturgiques inestimables, avant de le faire sauter. Les moines auraient été forcés à quitter le monastère sans rien emporter à l'arrivée des islamistes. 

L'histoire du monastère est emblématique des vicissitudes qu'a connues la région, et emblématique aussi de son passé multiculturel, lieu symbolique de la rencontre entre islam et chrétienté. Le monastère, appelé en arabe Dair Mar Elia, porte le nom du moine chrétien assyrien – Saint-Élie – qui l'a construit entre 582 et 590 AC, à une époque où les chrétiens étaient unis, avant le schisme entre Orthodoxes et Catholiques, d'où son importance symbolique. Ce fut un site sacré pour les chrétiens irakiens pendant des siècles.
L'escalier du Monastère
En 1743 les moines reçoivent des Perses l'ordre de se convertir, ils refusent  et 150 sont tués. Le monastère a servi de résidence à plusieurs patriarches orthodoxes syriaques jusqu'à 1790, puis a relevé de l'Eglise catholique syriaque pendant huit ans avant d'être remis à nouveau à l'Eglise orthodoxe syriaque. Des générations de moines ont prié dans sa chapelle à la lumière de la bougie, rappelle l'agence AP. Sur la porte d'entrée, avaient été creusées les lettres grecques «chi» et «rho», représentant les deux premières lettres du nom du Christ dans l'alphabet grec.
Un lieu symbolique de rencontre entre chrétiens et musulmans
Restauré en 1986 c'était un lieu visité par des milliers de chrétiens et de musulmans de Mossoul, devenant l'objet de poèmes, de peintures, c'était un lieu important pour l'église en Irak. 

Un obus l'avait touché pendant l'invasion américaine de 2003, et les Américains voulaient un temps y installer un centre de commandement avant de convoquer experts et archéologues pour restaurer et protéger le site. La guerre qui finit par sauver l'histoire? En 2008, la revue du "Smithsonian" avait publié un long article sur le monastère; "Saint-Elie est sauvé pour des générations futures d'Irakiens qui, espérons-le, auront la sécurité pour pouvoir en profiter" pouvait-on lire. Un article signé James Foley; écrit six ans avant qu'il soit lui-même tué par les militants de l'EI.
«Je ne peux pas décrire ma tristesse», a confié le révérend Paul Thabit Habib, natif de Mossoul, dans un entretien toujours à l'AP. «Notre histoire chrétienne à Mossoul est victime d'une barbarie jamais égalée. Nous voyons cela comme une tentative de nous expulser [les chrétiens] d'Irak et d'éliminer notre existence sur cette terre.» 

Le sinistre décompte porte maintenant à une centaine le nombre d'édifices et de monuments détruits par l'Etat islamique. La fureur des terroristes de l’Etat islamique passe aussi par la purification culturelle.
Source : Le Temps avec AP - Maya Alleruzo
Publié jeudi 21 janvier 2016

lundi 6 juillet 2015

La plus grand maladie du début du XXIe siècle est le mutisme et la complicité silencieuse.

La Video parle par elle-même.
 
En union avec nos frères martyrisés en Syrie et en Irak, que chacun parle avec Coeur et compassion de ces deux pays à trois personnes...Au nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit.


 
 

lundi 8 juin 2015

Irak, "l'Œuvre Architecturale" des Islamistes au Couvent Mar Guirguis à Mossoul".

"Œuvre Architecturale" ? Vous avez bien compris l’ironie…..car nous ne savons plus comment alerter les consciences sur les collusions et les complicités destructrices en Irak et en Syrie.

Certes, à la fin du XVIIIe siècle, les forces laïques françaises n'ont pas fait mieux que l’Armée Islamique de l’Irak et du Levant, à l’égard des « trésors » du christianisme.

Avant de visionner les images qui suivent sur le Couvent Mar Guirguis (Saint Georges) à Mossoul, il peut être utile de comprendre que cet islam de la « Jahiliyyah » 1 dont se réclame l’Armée Islamique de l’Irak et du Levant, « A.I.I.L ». est celui d’une nouvelle religion qui se répand en Arabie et en Syrie avant d'avoir découvert la pensée et la sagesse grecque. Pour les adeptes du Prophète, les possibilités offertes par la raison sont alors ignorées. Il faudra attendre les XIIe-XIIIe siècle pour que les musulmans accèdent, grâce à des chrétiens syriaques d’Irak d’ailleurs, à la connaissance des philosophes grecs antiques.

Mais bon sang ! En regardant les photos retransmises par "Omar", on est amené à se demander pour quelles raisons les islamistes et les laïcistes, destructeurs du christianisme, ont-ils si peur du message de Jésus-Christ ?

Leur vision de la vie est-elle si radicalement remise en cause par la révélation chrétienne ? Ont-ils peur de la force des thaumaturges qui ont amené des millions de fidèles à l'Eglise ? Craignent-ils le nombre de Saints que cette religion a donnés ? Se méfient-ils de la consécration des moines, ces fidèles de Saint Antoine, de Saint Ephrem et de Saint Basile, qui n'ont que la prière comme arme ? Redoutent-ils tant le message de paix qui émane des Ecritures Saintes ? Sont-ils si effrayés de cet Être Suprême qui nous aime jusqu’à donner sa vie…. ? Quelle mauvaise conscience les entretient donc, qui leur donne un tel effet de violence et une ferme volonté de détruire ?

Aujourd’hui, le Christianisme fait face à deux totalitarismes, islamisme et laïcisme, tous deux susceptibles de mener à la barbarie….Les premiers nous y conduisent par l’épée, les seconds par les lois sociétales…Les deux alliés de circonstances agissent dans la même direction. Les islamistes exécutent en Irak et en Syrie ; les laïcistes laissent faire, encouragent même, par la vente d'armes, ce qui n’est qu’un crime contre l'humain, qu’aucun peuple au monde ne peut accepter pour lui-même.

Comment alerter les consciences sclérosées ? Comment tirer les peuples de la peur et de la paralysie dans lesquels l’hédonisme et la propagande médiatique les a englués ? Comment faire cesser les complicités gouvernementales, quand ce ne sont pas elles qui ont donné naissance à al-Qaïda, à l'Armée Islamique, à Djebhat al-Nosra, etc....

Pour cette fois et pour alerter, nous avons voulu tenter l’humour….mais ce n’est pas chose aisée au milieu des destructions et des pertes humaines ; pour cette raison, notre humour n’est pas toujours réussi ; il a parfois un goût d’ironie. Vous allez nous pardonner….A présent, avançons ensemble vers la « nouvelle architecture » islamiste, ignorante des principes de sagesse et de raison, grecque et chrétienne.

1 – Période du début de l’Islam, période de l’ignorance où vivaient en Arabie, juifs, musulmans et païens.

Ci-dessus, l'Oeuvre des architectes chrétiens d'Irak.....A Mar Guirguis, ils n'ont cherché qu'à reproduire leur vision du Paradis.


Depuis que s'est-il passé ? Le Génie encore plus créateur de l'Islam du VIIe siècle est passé par là......Leur art dépasse les capacités de notre imagination....


Imaginez qu'en France, ils traitent ainsi la Marianne.....Le monde n'aura qu'à rester les bras croisés et assister passif.....Les autorités de la plupart des pays trouveraient des alibis pour rester impassible. D'autres auraient l'impudence de poursuivre leur soutien au forces hostiles et destructrices.


C'est le nouveau Conseil Européen que Da'ech est à même de transformer...Bruxelles n'a qu'à lancer un appel d'offres.....Paris y penserait pour le bâtiment de l'UNESCO...Le nouvel Islam et la nouvelle culture.....Vous savez bien que Paris est favorable à la modernité....
 

Et s'ils faisaient cela avec la statue de la liberté ?....Nous, nous lamenterons alors à travers le monde ; on l'a si bien fait le 11 Septembre 2011 mais soyez sûrs que d'autres penseront à leurs intérêts en se disant "cela ne peut que nous profiter". Laissons faire...N'est-ce pas actuellement leur jubilation sous cape, en appréciant l'efficacité des armes qu'ils viennent de vendre ?

* * *
 *
 

Ah...voilà une idée qui pourrait être appliquée aux tableaux des présidents et premiers ministres occidentaux....C'est sympa....tout le monde s'en ficherait comme on ne s'est guère soucié du Monastère de Mar Guirguis...

 
Imaginer si, en Allemagne, nous traitions ainsi les marquages des bâtiments administratifs...La dénonciation laisserait la place à la géostratégie dont les priorités feraient faire silence...Le silence est d'or,....n'est-ce pas messieurs et mesdames, les ministres, décideurs et vendeurs d'armes ?

* * *
 *
 
 
Les révolutionnaires français ont été si habiles à marteler les armoiries aristocratiques sur les bâtiments, religieux en particulier. Les Islamistes prennent le relai car en Europe, pour quelques temps encore, les laïcistes tentent une autre méthode plus subtile ; ils ont trouvé les loi sociétales, plus efficaces à leurs yeux pour faire disparaître les traces chrétiennes. Pas si bêtes les européens...Ils font désormais le mal en le présentant comme un bien...
 
 
* * *
 *
 
 
Avec l'Armée Islamique de l'Irak et du Levant, "le XXIe siècle sera artiste ou ne sera pas"....Les Etats du Qatar et d'Arabie, montrent un grand intérêt à leur génie artistique. Ils les soutiennent et auront bientôt recours à eux pour parfaire la nouvelle architecture du désert. On était si bien dans le désert islamique qui tenait les mouvements du sable pour unique expression de leur génie.
 
Et vous américains, européens et israéliens, allez-vous vous laisser dépasser par les Emirs du Qatar ? Vont-ils se révéler plus inspirés que vous en usant et abusant de Da'ech pour refaire les pays ? Mais où est donc passée votre inspiration ?
 
Les esprits épris de modernité et d'innovations artistiques sont déjà excités à la simple idée de voir les islamistes invités à venir transformer le Métropolitain Museum de New-York.. 

 
Islamistes et laïcistes, découvriront un jour que la Vierge Marie ne dormait pas...Elles veillaient sur les siens et sur ceux qui ont reconnu son Fils Jésus-Christ...Eux seuls seront sauvés...car ils l'auront sollicitée, et leur place ne sera pas une tombe...mais un paradis d'Anges....heureux et glorieux.....
 
 
S'ils touchent à une tombe juive....Oh le Sacrilège....Une tombe chrétienne ? "Vite fermez les yeux...." ; "Rien de sacré chez les Chrétiens"...Et pourtant, ce sont les chrétiens que l'on combat pour leur foi....

 
 * * *
 *
 

Vous vous trompez...vous n'êtes pas à Mossoul ; il s'agit bien de la coupôle du Panthéon à Paris...que des "artistes" islamistes  transforment...Laïcité islamiste oblige.....Et si nous les faisions aussi venir pour enseigner à l'Ecole du Louvre ? Ils auront à loisirs le musée du Louvre pour les travaux pratiques...Le monde ne s'en plaindrait pas...le silence est d'or et puis leur "Oeuvre monumentale" à Mossoul semble appréciée ; personne ne s'en plaint...surtout pas les puissants.


* * *
 *

 
Quels magnifiques architectes que ces islamistes....Cela se confirme....On devrait les embaucher en Occident pour y refaire quelques bâtiments importants....Mais il semble qu'il y ait encore un peu d'Islamophobie en Europe et aux Amériques....."
 

Si seulement l'échelle pouvait tomber....Hélas à Mossoul, il n'y a pas assez de vent pour faire tomber les échelles et sauver les chrétiens....Le vent n'est là que pour faire rater leurs cibles aux bombes occidentales prétendûment orientées vers les islamistes. Vive le Vent! Vive le Vent! Vive le Vent d'Irak......


Auteur : Le Veilleur de Ninive

samedi 23 août 2014

Irak : Des révélations à ne pas manquer....

Deux discours non-politiquement correct sur l'Irak à voir à tous prix :
 
1° - Des révélations sur la relation US-Irak en lien avec le 11 Septembre 2001 (sous-titrage en français). 


2° - Une interview impressionnante de Tarek Aziz, Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires Etrangères sous le régime de Saddam Hussein, qui révèle la révoltante injustice humaine et les mensonges des nations fortes (Sous-titrage en français).
 

lundi 28 juillet 2014

Frank Wolf, membre de la Chambre du Congrès américain dénonce avec vigueur le génocide des chrétiens d'Irak.

Frank Wolf, membre du congrès américain, en reprenant un article du Wall Street Journal, dénonce avec force et vigueur le sort des chrétiens d'Irak ; il parle de "genocide" et de "crimes contre l'humanité"....et appelle les musulmans à réagir.... 

Le discours est naturellement en anglais ; nous le regrettons pour nos lecteurs qui ne maîtisent pas cette langue. Il était cependant très nécessaire de le diffuser en raison de la vigueur du ton et du contenu. En échange, nous avons traduit pour eux, de l'anglais au français, l'article du Wall Street Journal datant du 22 Juillet 2014, sur lequel M. Frank Wolf prend appui. Voir ci-dessous.


Les attaques des islamistes contre les non-musulmans sont un problème pour l'Islam.

Imaginez qu’une secte chrétienne fondamentaliste capture la ville française de Lyon et commence à éradiquer de façon systématique les musulmans qui s'y trouvent. Leurs mosquées seraient détruites, leurs croissants défigurés, les Corans brûlés et ensuite tous les musulmans seraient contraints de fuir ou de faire face à l'exécution. Un tel événement serait impensable aujourd'hui, et s’il se produisait, le Pape François et tous les autres leaders chrétiens dénonceraient et soutiendraient les efforts des gouvernements pour l'arrêter.

Pourtant, c'est pour l’essentiel ce qui se passé, dans le sens inverse, à Mossoul où l'État islamique d'Irak et du Levant a détruit tous les signes du christianisme de l'ancienne ville. Les Chrétiens ont vécu à Mossoul depuis près de 2 000 ans, mais aujourd'hui ils revivent les guerres de religion musulmanes du moyen âge.

L'église de la Vierge Marie à Mossoul est abandonnée après que des militants islamistes l’aient fermée et qu’ils eurent déposé la Croix du clocher.

Ils n'ont eu de choix que de se convertir à l'Islam ou fuir. Ils ont été avertis de l'ultimatum dans les jours qui précédèrent la fin de semaine au-delà de laquelle ils seraient tués s'ils demeuraient sur place. Par milliers — des familles entières souvent — ont dû quitter la ville avec pour seuls biens leurs vêtements, car les militants s'étaient emparés de leur argent ou de leurs bijoux. Les Croix furent détruites partout dans la ville.

Qu'une  croyance avec une telle violence aveugle puisse exister au XXIème siècle, est difficile à imaginer et croire pour de nombreux chrétiens dans le monde, mais ceci est le problème de l'Occident.

Les juifs savent trop bien que l'anti-sémitisme peut inspirer des comportements meurtriers. Mais les Chrétiens et les laïcs, précédemment chrétiens, qui ont suivi et qui se complaisent dans leur propérité moderne, préfèrent détourner leur regard ou blâmer toutes les religions comme étant, toutes, la cause de l'intolérance.

Aujourd'hui, l'extrémisme religieux est presque entièrement musulman. Tandis que l'éradication des chrétiens par l'Etat Islamique du l'Irak et du Levant (E.I.I.L.) en est la plus barbare, les islamistes en Egypte ont poussé dehors des milliers de chrétiens coptes, des maisons qu'ils occupaient depuis des siècles.

Le même constat est vrai dans les régions musulmanes de l'Afrique. Cela ne signifie pas que tous les musulmans sont des extrémistes, mais cela signifie que tous les musulmans ont l'obligation de dénoncer et de résister aux extrémistes qui assassinent au nom d'Allah. Trop peu d'Imams, vivant dans l'Occident tolérant s'y opposeront.

En ce qui concerne cet Occident post-chrétien, la plupart des élites seraient être à présent non-croyantes ; mais une culture qui ne parvient pas à protéger les croyants risque de réaliser le manque de confiance en elle pour se protéger elle-même.

Wall Street Journal

Irak : Sunnites modérés, vous tenez les clefs de la paix à venir....

En ces temps sombres pour Ninive, nous nous adressons à vous, musulmans sunnites modérés et frères en humanité.

Cela faisait quatre ans que nous veillions sur Ninive pour dire et redire sans cesse qu'il y avait des chrétiens là-bas qui avaient suffisamment soufferts et qu'il fallait les épargner.

Les Chrétiens Ninivites sont aujourd'hui mortellement blessés dans leurs coeurs ou même, pour certains, dans leur corps. Et pourtant, tous les Ninivites vous aimaient, ils voulaient vivre à vos côtés, mais vous craignaient car parmi vous il peut émerger des djihadistes, des rebelles, des violents, des criminels et des non-civilisés...capables de s'en prendre aux minorités faibles....Ces djihadistes n'ont malheureusement rien de la noblesse des bédouins ; heureusement que vous musulmans sunnites, vous n'êtes pas tous ainsi....et cela conserve l'espoir pour l'avenir.

Aujourd'hui, en Syrie et en Irak, une guerre terroriste fait rage ; on s'interroge sur les parrains et les commanditaires de ces conflits. Chacun de nous, intéressé par la question, s'est forgé son idée. Sans approfondir pour le moment la nature des pourvoyeurs de fonds et des acteurs en coulisses de cette guerre, il est urgent de rappeler que vous les  modérés dans la pratique de l'Islam, qui habitez les pays du Proche-Orient où sévissent les dijhadistes et leur parrains et sponsors, vous ne pouvez rester silencieux face à la persécution et à la menace constante qui pèse sur les chrétiens vivants en Syrie, en Irak, au Liban, etc... Le risque existe bien de voir un jour l'amour que les chrétiens éprouvent à votre égard, se transformer en crainte accrue et devenir haine...contre vous et l'Islam.

Dans les cercles chrétiens, il y a des débats entre partisans de la réaction violente face aux  "agresseurs musulmans" et ceux  qui penchent pour le dialogue avec vous, car nombreux sont ceux qui, chez les chrétiens, persistent à penser que les pourparlers sont la voie royale à l'entente et pour vivre ensemble. Mais que les musulmans modérés que vous êtes, ne se trompent pas. Vous n'aurez pas toujours "en face", des chrétiens qui se taisent. Et puis, même si c'était le cas, vous trouverez ensuite les deux milliards de boudhistes, shintoïstes, hindouistes, etc....

Il est probable que les chrétiens du monde ne seront pas toujours des partisans d'un pacifisme qui refuse la violence, accrochés au dialogue jusqu'au martyre, et repoussant à chaque coup la réplique....

Le basculement des chrétiens sous la bannière du combat pourrait se faire à une vitesse vertigineuse car la religion chrétienne est aussi une religion du martyre mais normalement du martyre dans la non-violence. Ce n'est pas en tuant les autres que les chrétiens accèdent au Paradis mais en témoignant par le martyre résigné et la non-violence qu'ils y parviennent. Toutefois, s'il est invité à mourir résigné, il a le devoir de protéger son frère en Christ menacé et la prise des armes peut être justifiée, car le conflit tombe alors sous le concept de "Guerre Juste", normalement dernier recours après les ultimatum. Si les chrétiens doivent redouter le "mal vivre" plus que la mort, l'affrontement chrétien contre les forces du mal, qui harcèlent le fidèle, est au coeur de la vie en Eglise. Lorsque le chrétien arrive à l'évidence que les forces diaboliques ne sont pas toutes en lui, il ne lui reste plus qu'à engager sa personne pour combattre ces forces qui seraient à l'extérieure menaçant, agressant, détruisant, tuant, sans scrupules, ne respectant aucune règle humanitaire.

Musulmans sunnites modérés, il est encore temps pour vous de réagir en vous élevant, nous l'espérons de façon assourdissante, pour dénoncer les pogroms de chrétiens en Irak et en Syrie et au passage, ceux des autres minorités. Il s'impose à vous de combattre les djihadistes, qui par leurs crimes abjects contre les chrétiens, spolient le message du Prophète.

La video ajoutée ci-dessous, qui, hélas, n'est pas de bonne qualité, illustre cependant les risques d'évolution des consciences chrétiennes occidentales, aujourd'hui pacifistes et que certains soupçonnent même de tiédeur, de les voir glisser progressivement vers une affirmation plus ferme et virile d'un anti-islamisme qui serait alors regrettable mais qui se comprendrait si les musulmans sunnites modérés ne se substituaient pas à eux dans la revendication d'une protection des minorités non-musulmanes en pays sunnites.

Sunnites modérés, vous tenez les clefs de la paix à venir. Soit vous relevez le défi qu'on attend de vous de protéger les minorités, soit vous serez accusés d'être les adeptes d'une religion violente faite d'illuminés, voire d'une non religion.

Musulmans et Chrétiens, ensemble sauvons la paix en Syrie et en Irak  et vous sunnites, donnez le ton et l'exemple, car c'est sous la dictature de mouvements extrêmes émergeant sur vos territoires, que les pogroms des minorités se déroulent. Modérés, vous êtes les vrais musulmans, mais ceux qui craignent l'Islam ont besoin de preuves visibles et des prises de positions fortes de votre part.

Souvenons-nous du discours de Ratisbonne tant décriée, par vos coreligionnaires qui fut prononcé par le Pape Benoît XVI, sur le thème "Foi et Raison" : il risque de se révéler prémonitoire, si vous ne réagissez pas aux massacres des chrétiens par vos adeptes.

Qu'avait alors affirmé, Benoît XVI ? Il reprenait, souvenons-nous, les paroles de l'Empereur byzantin Manuel II Paléologue qui disait, s'entretenant avec un musulman persan : « Montre-moi donc ce que Mahomet a apporté de nouveau, et tu y trouveras seulement des choses mauvaises et inhumaines, comme son mandat de diffuser par l’épée la foi qu’il prêchait ». L’empereur, après s’être prononcé de manière si peu amène, explique ensuite minutieusement les raisons pour lesquelles la diffusion de la foi à travers la violence est une chose déraisonnable. La violence est en opposition avec la nature de Dieu et la nature de l’âme. « Dieu n’apprécie pas le sang — dit-il —, ne pas agir selon la raison, sun logô, est contraire à la nature de Dieu.

Faites en sorte que ces paroles soient démenties. Le Pape Emérite Benoît XVI, serait le premier parmi les heureux à apprendre le démenti, par les faits, de sa propre citation. 

Quant à la question relative à la nature des "fauteurs" de guerre en Syrie et en Irak et des parrains qui incitent et soutiennent ces djihadistes, nous avons eu l'occasion de l'aborder de nombreuses fois sur notre "blog" dans des écrits passés. Nous avons souvent avancé ce qui apparait être une implication forte et grave des puissances de l'Occident, arabo-turques et israéliennes dans ces conflits régionaux.

Dans ces lignes, nous ne développerons pas de nouvelles analyses à ce sujet. Il n'en reste pas moins qu'il est de votre responsabilité à vous sunnites modérés de dénoncer, voire même de réagir aux actions criminelles des mouvements djihadistes dont nul, hors de vos rangs, n'est prêt à les rejoindre ou à croire à l'affirmation qu'il s'agit d'un message religieux.

Nous attendons que vos voix s'élèvent.....en attendant les chrétiens aiguisent leur volonté et leur virilité par la purification du coeur. 
 
 
Le Veilleur de Ninive

lundi 21 juillet 2014

Mossoul, dans la Plaine de Ninive, est désormais entièrement aux mains des Nationaux-Islamistes.

"Heil Abou-Bakr el Baghdadi" : Sache que l'Occident accepte que l'on t'appelle "Calife" [comme on l'appelait Fuhrer] et que tes hommes lèvent le bras du serment...

La potion est amère lorsque l'on découvre que le National-Islamisme en Orient chrétien ne suscite pas la même réaction que le National-Socialisme en Europe Occidentale...et pourtant le premier n'a même pas le message socialiste du second.
 
Aux nations occidentales dites "libres", nous disons que chacune de ses soumissions aux atteintes à la liberté des hommes, nous fait douter de la conception que l'Occident se donne de la liberté.

Nous disons avec une conviction ferme, "Non à la liberté libertaire qui se résigne et laisse faire les pogroms ! Oui à la Fraternité chrétienne qui seule peut conduire à la Liberté".

Les photographies reprises ci-dessous, montrent la destruction de lieux de culte, à Mossoul, au nom d'un nationalisme islamisme aveugle. Elles illustrent une situation arbitraire dont l'Occident semble s'accommoder en distinguant les "bons" des "mauvais" progroms....
 
Cette attitude inique, qui ébranle notre foi en la liberté comme fondement de la société, ne fait que nous renforcer dans la vraie Foi qui a désormais inscrit dans nos consciences que l'Orient jusqu'à l'Inde Etait, Est et Sera chrétienne et que la liberté est le fruit de la Fraternité et non un prémice.
 
Lecteur pour réagir, purifie ton coeur, seul moyen d'émerger de la tiédeur qui peut te prendre et prépare-toi au combat qui est livré à tous les hommes de Foi, vrais chrétiens et vrais musulmans modérés.

Le Veilleur de Ninive
 
 
 
 
 
 
 

mercredi 25 juin 2014

Les Assyriens d'Irak craignent que l'invasion de Mossoul et de la plaine de Ninive ne soit une réplique aux promesses d'autonomie du gouvernement.

Je revenais à peine d'un voyage au sud-est de la Turquie et ee Syrie ; je commençais à déballer mes effets, lorsque le téléphone se mit à sonner. Je répondis. « Ils sont ici, peux-tu les entendre, ils sont ici, Da'ech est à Mossoul...». Eh oui, j'ai bien entendu les « Taqbir » et les « Allah u Akbar ».

Le jeune homme qui m'appelait du sous-sol d'un immeuble à Mossoul, se prénommait Bashir. Il me téléphonait pour m'informer de l'invasion de sa ville natale, par l'Armée de l'Etat Islamique d'Irak et du Levant (E.I.I.L.) dont le sigle en arabe est Da'ech. Il est un assyrien et fut expulsé de Suède, il y a quelques années. Malheureusement, d'autres qui avaient été déportés, comme lui, furent depuis tués. Cependant, Bashir avait eu la chance de rester vivant... Pour l'instant.

Depuis cet appel, j'ai été en contact constant avec les Assyriens et d'autres personnes encore retenues à Mossoul et dans ses villages environnants.

La deuxième fois que j'ai parlé à Bashir, c'était à partir de Dohouk, une ville au Kurdistan irakien ; il m'avait alors rappelé la décision du gouvernement irakien prise il y a près d'une demi-année.

Selon le rapport d'une Agence de Presse locale datant du 22 janvier 2014 : Le Gouvernement chiite de l'Irak déclare qu'il a décidé, en « principe », de « créer trois nouvelles provinces dans les régions contestées du pays », dans le but apparent de répondre postivement aux griefs des sunnites et de contrer ainsi l'expansion de la région autonome kurde.
 
Une de ces provinces aurait pour centre Falloujah, cette ville qui venait d'être envahie par al-Qaïda et ses alliés, après plus d'une année de manifestations sur place, et autour dans d'autres villes sunnites, contre ce que les résidents qualifient de traitement pour citoyens de seconde zone. Un statut d'autonomie, n'était pourtant pas une revendication sunnite, mais elle pouvait laisser espérer, pour la province promise, un accroissement du financement fédéral.

Les deux autres zones sont Tuz Khurmatu et la plaine de Ninive — limitrophes de la région autonome kurde située dans le Nord de l'Irak.

La première est une ville mixte habitée par des arabes, des Kurdes et des Turkmènes ; la deuxième est formée d'une large composante chrétienne.

Les Turkmènes et les chrétiens, dont beaucoup craignaient l'absorption par le gouvernement régional du Kurdistan, ont réclamé, depuis longue date, le statut de province séparée pour Tuz Khurmatu et la plaine de Ninive. En revanche, l'annonce d'une autonomie accordée à la région sunnite qui aurait pour centre Falloujah, arrivait par surprise puisqu'elle n'était, à ce jour, par encore prévu.

Alors, prenons le temps d'une réflexion, ici ! Le Gouvernement de Nouri al-Maliki, constitué en majorité de musulmans chiites, propose de créer de nouvelles provinces.

Falloujah, la première, avait pour but de briser la force ascendante de l'E.I.I.L.. À ce moment-là, le groupe radical islamique avait déjà repris la ville. Al-Maliki était prêt à donner le pouvoir à des musulmans plus modérés, de façon à arrêter l'E.I.I.L. et les autres muvement radicaux.

Une autonomie accordée à la Plaine de Ninive, le second territoire, avait pour but de donner aux Assyriens et aux autres minorités, le pouvoir de façon à ce que le gouvernement régional kurde ne puisse annexer la région. Par ailleurs, le gouvernement voulait éviter que les sunnites ne mettent la main dessus. Il était préférable que ce fussent les Assyriens qui en gardent le contrôle.

Tuz Khurmatu est peuplée d'une majorité des Turkmènes, musulmans chiites, auxquels le pouvoir serait donné sur cette région pour des raisons identiques à celle reconnues aux Assyriens. Le gouvernement ne souhaitait pas qu'elle soit annexée par les Kurdes, et ne désirait pas que les musulmans sunnites en prennent le contrôle.

Falloujah, la plaine de Ninive et Tuz Khormato sont trois régions tout autant importantes pour des raisons géopolitiques et économiques. Durant plusieurs années, les compagnies pétrolières y avaient foré à la recherche de pétrole.

« Ne vois-tu pas ce qui se passe ici ? Le gouvernement chiite exacerbe la colère des terroristes sunnites, et à présent, ces derniers font tout pour empêcher la réalisation de ce projet d'autonomie. Nous, les chrétiens avons très peur ; l'E.I.I.L. n'a pas encore agit contre nous, mais ils l'ont fait à l'encontre de nos frères chrétiens de Syrie, et par ailleurs, ils font partie d'al-Qaida qui nous a fait beaucoup de mal, dans le passé, en Irak. En outre, nous avons la milice chiite du Mehdi, qui, à Baghdad, n'est pas meilleure à l'égard des chrétiens. Nous sommes coïncés entre tous les groupes et nous ne bénéficions d'aucune aide extérieure ».

J'ai demandé à Bashir, qui est chauffeur de camion, ce qu'il voulait dire sans l'appui d'un autre pays.  Il me répondit : « L'E.I.I.L. et les autres sunnites sont financés par l'Arabie saoudite, le Qatar, le Turquie et en Syrie aussi, par les USA. Les Chiites sont soutenus la Syrie de Bachar al-Assad par l'Iran et le Hezbollah au Liban. Nous n'avons personne ». Et c'est ainsi que l'échange s'interrompit....La promesse d'autonomie a-t-elle exacerbé les ambitions des islamistes de l'E.I.I..L.

Traduit de l'anglais par le Veilleur de Ninive. 
 

 








mardi 24 juin 2014

Brèves d'Irak

Jeudi 26 juin 2014 - Irak - Hier des tirs d'artillerie provenant des insurgée en direction des villages chrétiens du Nord de l'Irak a poussé des milliers de chrétiens à l'exode en allant chercher refuge en territoire contrôlé par les Kurdes.

Mardi 24 juin 2014 - Mossoul (Irak) - Une source militaire irakienne fait état d'une grande panique chez les hommes armés de l'E.I.I.L., en raison d'actions de la défense populaire mais surtout  à l'approche des renforts de l'armée et de troupes d'élite irakiennes qui se redéploieraient actuellement autour de la ville. 

Selon cette même source [officielle], nous approcherions d'une bataille decisive ; sous la pression, les islamistes se trouvant dans la ville, se mettraient à détruire les habitations civiles. 

Dimanche 22 juin 2014 - Mossoul (Irak) - Il a été entendu de deux mosquées de Mossoul, qui les prédicateurs ont lance au Mu'ezzin à l'adresse des « infidèles » chrétiens et chiites, qu'ils devaient quitter la ville et ne jamais plus y revenir.
Samedi 21 juin 2014 - Mossoul (Irak) - Quatre femmes chrétiennes ont été tuées dans le quartier de Mansourah à Mossoul par des éléments de l'Armée Islamique de l'Etat d'Irak et du Levant, alors qu'elles refusaient d'obtempérer à leurs ordres de porter le Hijab.
 
La source a déclaré que les terroristes « daash » atteintes grave panique près l'invasion par l'armée irakienne et les entreprises de défense populaire de la ville de Mossoul et édité dans une bataille décisive, alors ils construisent un certain nombre d'habitations civiles.
La source a ajouté que la dominante craignent des organisation terroristes et surtout après le redéploiement de l'armée irakienne près de Mossoul et l'arrivée des troupes d'élite à la périphérie de la ville.
Fini/m
 
 
 

Message des rebelles aux Chrétiens et Chi'ites de Mossoul (Irak) : "Convertissez-vous à l'Islam ou affrontez l'épée ".

Samedi 21 juin 2014 - Ankawa (Irak) — « Convertissez-vous à l'Islam ou affrontez l'épée ». Tel était le message raide, que les chrétiens de la ville syrienne de Raqqa avaient reçu l'an dernier, lorsque les extrémistes ultra-fondamentalistes sunnites, qui se réclamaient de l'État Islamique d'Irak et le Levant (E.I.I.L.), avaient pris le pouvoir et avaient inauguré un régime de terreur contre les chiites et les chrétiens ; ce régime avait conduit à des décapitations et à trois crucifixions, au moins.

Conscients de la réputation féroce de meurtriers et de mutilateurs des membres de l'Armée de l'Etat Islamique d'Irak et du Levant, des milliers de chrétiens, vivant jusqu'alors à Mossoul et dans la plaine de Ninive environnante, se sont enfuit, pris de panique, au moment où les rebelles de l'E.I.I.L. ont pris, aux forces gouvernementales, le 10 juin 2014, la deuxième ville d'Irak. Nombreuses sont les personnes qui parvinrent à s'échapper pour trouver refuge dans l'enclave chrétienne de la ville kurde d'Irbil, qui se situe à une heure seulement, par la route de Mossoul.
« Tous les personnes restées sur place sont quelques personnes handicapées ou des chrétiens malades, a déclaré une religieuse catholique chaldéenne, vêtu d'un habit bleu ; sa communauté religieuse a réussi à prendre la fuite de Mossoul, se rendant à pied vers le nord, durant quatre heures, le 10 juin, avec des milliers d'autres réfugiés chrétiens et musulmans.

Ils ont tous craints d'être persécutés par les insurgés qui sont arrivés de manière soudaine. Ces derniers suivent une interprétation stricte du Coran, tel qu'il était expliqué au VIIe siècle ; A cette époque, on exigeait non seulement que les femmes restent pour la plupart à l'intérieur, mais que les cloches des églises ne sonnent plus jamais, que les croix ne soient plus montrées et que les chrétiens payent la jizya en échange de leur vie  ».

Notre interlocutrice religieuse a demandé, à plusieurs reprises, que son nom et son ordre religieux ne soient pas divulgués, de peur que les rebelles ne lisent ses commentaires sur l'Internet.
« Ils ont mis bas tous les monuments de Mossoul, qu'ils représentent des personnalités politiques irakiennes ou catholiques », dit-elle, dans un français impeccable ; C'est au cours d'une année d'études à Montréal qu'elle a pu perfectionner cette langue. « Ils ont enlevé une statue de la Vierge Marie, mais autant que je sache ils ne l'ont pas détruite ».

Environ 120 paroissiens ont assisté à la messe dominicale à l'Eglise Chaldéenne Catholique, St. Elie à 'Ankawa, où le Père Shahar a prêché le besoin et la nécessité d'une réconciliation. « J'espère que la paix reviendra en Syrie, à Bagdad, à Mossoul et en Irak » ; telle a été la seule référence du prêtre à la violence sectaire qui secouent actuellement le pays.
La peur s'est emparée de la Congrégation, un jour que les combattants de l'E.I.I.L. ont revendiqué la prise d'une autre ville frontalière avec la Syrie, facilitant ainsi pour eux le transport d'armes dans les deux directions, car ils contrôlaient ainsi une large bande de la Syrie du Nord, où ils avaient combattu le régime de Bashar el-Assad.

Il y a eu des Chrétiens en Irak dpuis le Ier siècle, lorsque deux disciples de Jésus y apportèrent l'Evangile. Ainsi jusqu'à une période récente, en 2003, l'Irak comptait 1,5 millions de chrétiens. Mais depuis, il y a eu plus de 70 attaques contre des églises, plusieurs prêtres ont été assassinés et le nombre de chrétiens a chuté à moins de 500 000 âmes. Ce dernier accès de violence sectaire est susceptible d'entraîner un nouvel exode massif.

Un paroissien de 72 ans, qui a pris le prête-nom de Dominique, a déclaré avoir été obligé de quitter Mossoul pour Bagdad en 1960, après que son père eut été assassiné en raison de son appartenance au christianisme. Lorsque l'Eglise, dans laquelle lui, sa femme et son fils  étaient présents à Baghdad a sauté il y a trois ans, tous les trois ont trouvé refuge dans la banlieue chrétienne de Irbil.

« Etre chrétien en Irak, c'est devenir une cible du terrorisme », a déclaré Dominique, qui avait reçu, il y a de nombreuses années, un diplôme d'études supérieures d'Ingénieur de la Wayne State University de Detroit. Un de ses cousins éloignés, l'Archevêque Paulos Faraj Rahho, avait été enlevé dans sa voiture et assassiné à Mossoul il y a six ans maintenant.

« En Irak, nous nous déplacions d'une ville à l'autre sans crainte, car nous avons cru aux promesses du gouvernement et des religieux musulmans qui affirmaient que nous serions sûrs », a-t-il dit, ajoutant en riant jaune, « nous croyons maintenant que nous sommes à court de lieux pour nous cacher ».
Michael, fils de Dominique, qui assistait à la Messe avec ses parents, a déclaré que « bien que sa famille soit, pour le moment, en sécurité dans la région irakienne autonome Kurde, nous ne pouvons oublier que Mossoul est tombée en deux heures ».
« Nous croyons que les Peshmerga (soldat de l'armée kurde) sont forts ; les Kurdes nous donnent, par écrit, plus de droits que nous ne pourrions en avoir ailleurs, » a dit Michael, qui possède une maîtrise en informatique d'une Université britannique. « Nous gardons, toujours, ce sentiment que nous sommes invités dans notre propre pays. Nous savons que le point commun qui unit les sunnites et les chiites est qu'ils sont musulmans ».

Tout en reconnaissant qu'ils avaient peu d'informations sur la réaction du Canada au sujet du sort des chrétiens d'Irak et de Syrie, Dominique et Michael affirment que la perception parmi les chrétiens d'Irak, était que le gouvernement canadien est plus désireux de maintenir des relations cordiales avec les pays musulmans que d'aider les chrétiens face à ce péril mortel. Ils ne sentaient pas non plus qu'ils avaient beaucoup de chances d'être autorisés de s'installer en Grande-Bretagne ou aux Etats-Unis.
« Nous constatons qu'ils donnent des passeports aux terroristes musulmans et acceptent les homosexuels qui prétentent avoir été victimes de discrimination à leur égard, et pourtant ils nous refusent le droit d'entrée sur leur territoire », a déclaré Michael.

La religieuse, Michael et son père nous ont dit, tous les trois dans des échanges séparés, que pour les catholiques, les chrétiens orthodoxes et les communautés coptes, qui sont assiégés en Syrie et en Egypte, le seul avenir possible pour eux, était de quitter le Moyen-Orient ».

« Nous ne sommes pas dans un danger imminent, mais qui sait ce qui peut arriver dans ces pays », déclare la religieuse. « Nous ne savons pas ce qu'ils feront ensuite. La région kurde est la zone la plus calme d'Irak, mais jusque-là, personne ne sait ».

Matthew Fisher, Postmedia News - Traduit de l'anglais par le Veilleur de Ninive.
 









Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.