Affichage des articles dont le libellé est Hassake. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Hassake. Afficher tous les articles

samedi 6 juin 2015

Le cri d’alarme d’un prêtre assyrien : « Nous craignons un massacre à Hassaké »

Des membres présumés de l’EI dans la région de Hassaké, en Syrie, en juin 2014. - Matthieu KARAM.

Témoignage
Entre 600 et 1 000 familles chrétiennes vivant dans la ville sont en danger, selon le religieux.

Alors que depuis le 30 mai, le groupe État islamique (EI) tente de s'emparer de Hassaké, chef-lieu de la province du même nom du nord-est de la Syrie, un prêtre assyrien résidant à Beyrouth, mais qui est en contact régulier avec la communauté chrétienne présente dans la ville, confie son angoisse à L'Orient-Le Jour.
 « La situation est extrêmement difficile dans la ville, explique ce prêtre qui a requis l'anonymat. Je crois que les jihadistes de l'EI tentent de pénétrer dans la ville du côté sud. Ils sont à quelques centaines de mètres. » Il précise que son cousin se trouve toujours sur place et que sa famille avait été kidnappée par les jihadistes en février dernier. Le père assyrien craint donc le pire au cas où les extrémistes réussiraient à entrer à Hassaké où vivent selon lui entre 600 et 1000 familles assyriennes et syriaques.

« La présence chrétienne dans cette localité est menacée », s'inquiète-t-il. Le prêtre assure également qu'il n'y pas de milices chrétiennes pour les défendre. « Il se peut qu'il y ait quelques individus armés qui défendent leurs propres maisons et biens, mais rien de plus, affirme-t-il. L'armée du régime syrien et les milices kurdes sont néanmoins déployées dans la ville. »
« Nous craignons un massacre. Il y a des enfants, de jeunes filles qui sont en danger, et la plupart d'entre eux n'ont pas les moyens financiers pour prendre la fuite », lance-t-il.

Plusieurs assyriens ont toutefois réussi à se réfugier au Liban ces derniers jours, souligne le religieux, faisant mention de 20 à 30 personnes qui ont pu traverser la frontière. « Plusieurs familles sont attendues dans les jours à venir. Elles ont réussi à se réfugier dans la ville de Qamichli, dans le Nord-Est, tenue par les Kurdes. Elles doivent prendre l'avion pour Damas et de là rejoindre le Liban par la route », ajoute-t-il.
Si les autorités libanaises interdisent désormais officiellement l'entrée de réfugiés dans le pays, le père explique que la Sûreté générale se montre « compréhensive » et laisse passer les réfugiés quand il s'agit de « cas humanitaires ». Mais les difficultés ne disparaissent pas pour autant pour ces réfugiés une fois arrivés au Liban. « Leur première semaine passée, ils deviennent en situation irrégulière, explique le prêtre. Nous tentons de régulariser leur séjour avec les autorités, mais leurs conditions de vie demeurent lamentables. »

Propos recueillis par Caroline HAYEK
Les jihadistes de l'État islamique multiplient les assauts pour s'emparer de Hassaké, au nord-est de la Syrie. Frédéric Pichon, chercheur associé à l'Université de Tours et auteur de Syrie : pourquoi l'Occident s'est trompé, interrogé par L'Orient-Le Jour, tente d'apporter quelques éléments d'éclairage.

Pourquoi l'EI cherche-t-il à s'emparer de Hassaké? Est-ce une ville stratégique?

En effet, c'est une ville stratégique dans la mesure où elle se trouve dans le bec de canard, aux confins de l'Irak et de la Turquie. C'est aussi un endroit où il y a une importante garnison de l'armée syrienne. L'État islamique a besoin de contrôler cette frontière-là, vitale pour son financement et ses opérations de contrebande.

Quelles sont les forces en présence ? Est-ce que le régime est prêt à défendre la ville ? Est-ce une priorité?


Les forces kurdes mènent des opérations conjointes avec l'armée syrienne, après les incidents entre les deux début 2015. Cependant, je ne sais pas si les Kurdes combattent actuellement l'EI.


En tout cas, ce scénario laisse largement douter du narratif qui est servi depuis des semaines, qui est que le régime favoriserait l'EI. On se dirige vers un scénario semblable à la prise de Palmyre. La chute de Hassaké risque de porter un gros coup au moral de l'armée syrienne, car le modus operandi de l'EI est brutal, imparable. Au vu des dernières vidéos des jihadistes qui circulent sur Twitter, leur cible serait l'armée syrienne pour l'instant. Elle est nommément visée. Aucune mention en revanche des Kurdes pour l'instant.

Source : L'Orient-Le-Jour - | OLJ - 06/06/2015.

samedi 21 juin 2014

L'E.I.I.L. annonce sa prochaine attaque sur Al-Qamishli et Al-Hassake en Syrie.

L'Occident serait-il devenu pétainiste pour laisser faire des forces paramilitaires islamiques, fanatisées qui prétendent à la conquête de Jerusalem, de Rome, etc...?

Et si les populations occidentales appelaient de leur voeux une "croisade", pas nécessairement chrétienne celle-là, mais républicaine par exemple car des minorities sont actuellement assassinées sur place, comment cette idée serait-elle perçue en Europe ? 

Qu'on nous explique pourquoi cette Europe qui a combattu nazisme et fascisme, accepte-t-elle les milices fascistes djihadistes, nationalistes et expansionistes ? Pourquoi cette Europe qui se revendique démocratique, refuse-t-elle les partis souverainistes et nationaux, alors qu'elle se tait devant l'expansion  de ces partis islamistes très troubles, nationalistes, fanatiques et criminels qui avancent sur des cadavres tombés sous leurs coups. 

21 Juin 2014 - 22h15 - L'État islamique d'Irak et du Levant, (l'E.I.I.L.), le groupe qui a envahi Mossoul en Irak la semaine dernière et qui a poussé son avantage plus au sud, vers Bagdad, a annoncé qu'il préparait également une offensive dans le nord de la Syrie.

Dans une déclaration datée du 17 juin 2014 et publiée sur plusieurs sites arabes, L'Etat Islamique d'Irak et du Levant a appelé ses combattants à attaquer la ville d'Al-Qamishli en Syrie et ses zones rurales.  Dans les dernières heures, un certain nombre de bombardements ont été signalés sur Twitter et certains comptes-rendus indiquent que l'aéroport d'Al Qamishli a été lourdement endommagé.

Comme Michael Rubin l'avait signalé en février dernier dans le Wall Street Journal, le chrétiens, les Kurdes et les arabes ont vécu une expérience de calme et d'autonomie dans cette région du nord-est de la Syrie.  La région fut laissée en grande partie sans défense puisque les forces du Président Assad étaient occupées par des affrontements plus à l'Ouest, alors que la population se regroupait pour continuer à vivre un quotidien sans heurts. Les Unités de Protection Populaire (U.P.P.), une sorte de milice populaire, tinrent les islamistes éloignés.  Constituées essentiellement de kurdes, les U.P.P. furent rejointes par des arabes et des chrétiens syriens. Au début du mois de mai, ells combattirent, aux côtés de l'Armée Syrienne Libre, les hommes de l'Armée de l'Etat Islamique d'Irak et du Levant, dans la province de Raqqa et contrairement aux combattants de l'A.I.I.L. qui préfèrent avoir leurs femmes entièrement voilées, les hommes des Unités de Protection Populaire luttent, hommes et femmes, côtes à côtes.

Voici les termes de la déclaration de l'Armée de l'Etat Islamique d'Irak et du Levant :

1° - L'A.I.I.L. appelle ses unités divines à lever haut les bannières de l'Islam dans le gouvernorat d'Al-Hasakeh, « afin de libérer du régime syrien, les petits-enfants des Juifs,  les Unités de Protection populaire kurdes et sionistes et les petits enfants de croisés, les infidèles chrétiens.

La Court de Justice de la Charïa a émis une fatwa proclamant Al-Qamishli et sa région rurale comme la propriété légitime de l'Etat Islamique d'Irak et du Levant. La déclaration de l'E.I.I.L. proclame qu'après la recherche de Dieu, les djihadistes doivent atteindre les objectifs suivants :

1° - Brûler et détruire toutes les maisons de divertissement à Al-Qamishli.
2° - Brûler tous les magasins vendant de l'alcool et les cigarettes.
3° - Prendre le contrôle total du célèbre « marché de la bijouterie » d'Al-Qamishli, et tout l'argent et l'or du marché doit être confisqué par les combattants de l'E.I.I.L., car qu'il leur appartient légitimement.
4. Prendre le contrôle total de tous les aliments et les magasins de vêtements afin de les donner aux combattants jihadistes frères.
5. Vider la ville de tous les chrétiens : prendre leurs femmes ; ils sont les vôtres et décapiter les hommes chrétiens. Vider la ville de tous les Kurdes, qui sont les petits-enfants des séducteurs ; Sortir de la ville, la famille du sheikh al Khaznawi et tous les tuer. (Cheikh Khaznawi était un religieux kurde à Qamishli, assassiné en juin 2005).

Avec ses Instructions, l'Armée de l'Etat Islamique de l'Irak et du Levant, a distribué à ses unités combattantes une carte d'Al-Hassaké, d'Al-Qamishli et des autres banlieues, où les cinq tâches évoquées ci-dessus devraient être déployées, conformément aux ordres d'Allah.

Certains commentateurs affirment que ni le régime d'Assad, ni les Kurdes ne craignaient une avancée de l'Armée de l'Etat Islamique d'Irak et du Levant en direction d'Al-Qamishli. Toutefois après leur conquête surprise de Mossoul, peut-être que les estimations passées relatives à la force de cette armée , devraient être reconsidérées.

Article rédigé en anglais par Katie Gorka Présidente du Conseil de sécurité mondiale. La traduction revient au Veilleur de Ninive.



 

mardi 10 juin 2014

Des éléments armés de l'Armée islamique s'emparent d'un poste de contrôle frontalier et situé entre la plaine de Ninive et la region d'Al-Hassakeh.

Des éléments de l’Armée islamique de l’Irak et du Levant ont pris ce matin le contrôle d’un poste frontalier qui relie la Syrie et l’Irak. Le poste dont il est question est celui de Al-Ya’rabiyyet  reliant la plaine de Ninive à la région d’Al-Hassakeh dont la première fut occupée dans le sillage de la prise de contrôle, ce jour également de la ville de Mossoul et de la plupart des villages de la province de Ninive.

Selon l’Agence d’Information kurde, les forces de défense populaires, se sont retirées du poste de contrôle pour se diriger vers la ville de Al-Ya’rabiyyet, cela après l’arrivée sur les lieux d’un bataillon de l’Armée islamique de l’Irak et du Levant.  La prise de contrôle s’est effectuée après le retrait des forces de protection, sans pertes en vie humaine.

Les unités de protection avaient elle-même pris le contrôle de la frontière, le 26 Octobre 2013, avec le soutien de l'armée irakienne.

vendredi 30 mai 2014

Massacre d'enfants à Hassakeh en Syrie.

Hassakeh - le 29 mai 2014 - Un massacre que l'on ne peut qualifier par manque de mots appropriés, a été perpétré par des membres de l'Armée Islamique de l'Irak et du Levant (A.I.I.L.) dans la ville de Taliliyyeh qui se trouve dans la champagne de Hassakeh, une ville située au Nord-Ouest de la Syrie à une quarantaine de kilomètres de la ville de Ras el-Ain. 

Les victimes, en majorité des enfants, ont été abattues de sang froid. L'information recue, à laquelle vient s'ajouter des images nous est parvenue grâce à la presence sur place des "forces de protection" kurdes qui ont par ailleurs nié que les victimes appartenaient à la secte des Yézidis, contrairement à ce qui fut rapporté par les rumeurs et les medias.
 
Les éléments armés de l'A.I.I.L. auraient pris d'assault le village habité par des citoyens arabes provenant, selon les informations parvenues, de la region d'Al Safireh dans la campagne d'Alep. Les habitants se trouvaient dans le village de Taliliyyeh depuis près de onze ans. Ils s'adonnaient à l'agriculture.
 
Pour pénétrer dans le village qui fut le témoin, il y a deux jours déjà, de batailles féroces entre les forces kurdes et les mercenaires de l'A.I.I.L., les assaillants s'étaient revêtus de vêtements similaires à ceux portés par les milices kurdes.
 
Après leur incursion, les mercenaires de l'A.I.I.L. commirent cet ignoble massacre sur les habitants du village et s'en prirent particulièrement aux enfants, les executant à bout portant par des tirs directs sur la tête. Des informations, dont nous ne sommes par certains, auraient rapporté que les habitants furent regrouppés dans le centre du village, pour y être executes, après que les rebelles eurent pris le contrôle de celui-ci.
 
A la suite d'accrochages entre les mercenaires et les forces kurdes, les premiers se seraient retirés. C'est alors que des unités des forces de protection kurdes inhumèrent les 11 victimes décédées tandis que d'autres habitants, grièvement blesses, étaient transportés à l'hôpital de Ras-el-Ain, notamment  ceux de deux femmes et de sept enfants. Une femme et deux enfants ne survécurent pas à leur transport.
 
La région qui entoure le village de "Taliliyyeh" est considérée comme une region militairement dangereuse, notamment en raison d'accrochages qui se sont poursuivis entre les villages d'Al Rawiyye et de Tell Khanzir, à la suite du retrait des mercernaires de l'A.I.I.L.
 
Nous apprenons par ailleurs que le retrait des mercenaires se serait fait sous la protection de tirs nourris en provenance de la partie turque de la frontière.
 
P.S. Nous disposions d'autres photos insoutenables mais nous avons préféré en limiter la diffusion pour ne pas choquer nos lecteurs, mais sachez seulement que ce qui s'est produit est un scandale et une injustice à l'égard de la Syrie qui perd ainsi sa jeunesse et à l'égard de sa population qui est blessée au fond de son Coeur.

vendredi 3 mai 2013

Syrie : Les villes chrétiennes de Qamichli et Hassakeh envahies par le Front al-Nosra.

A diffuser largement.

Nous venons d'apprendre directement du vicaire général des syriaques catholiques à Alep, que des centaines de familles chrétiennes des villes de  Qamichli et Hassakeh, menacées par le Front Al-Nosra, ont refusé de se rendre dans le camp de réfugiés ouvert il y a peu par le gouvernement turque à l'intention des chrétiens syriens ; [ils n'ont pas oublié les massacres de 1915] ; ils ont préféré se rendre à Mardine pour occuper les couvents syriaques qui se trouvent à quelques kilomètres de Qamichli, abandonnant ainsi leurs maisons et leur biens. 

D'autres contacts avec des proches qui résident à Qamichli, nous confirment la nouvelle ; ils nous ont affirmé que les maisons des chrétiens tombent les unes après les autres entre les mains des éléments de Front Al-Nosra qui vendent les meubles à des bandes armées. 

Les champs de blés appartenant à des chrétiens sont confisqués par les kurdes. Ces derniers se mettent à remplacer les plaques d'immatriculation sur les voitures par de nouvelles sur lesquelles ils ont supprimé la mention de la Syrie et qui portent désormais celle du "Kurdistan Syrien" avec de nouveaux numéros.

A Alep, le désespoir est grand et l'indignation règne toujours parmi les chrétiens à la suite de l'enlèvement des deux évêques. L'armée s'y bat toujours pour libérer les quartiers contrôlés par les rebelles.

Le Veilleur de Ninive

Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.