Affichage des articles dont le libellé est Damas. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Damas. Afficher tous les articles

mardi 5 novembre 2013

Damas, la Nonciature Apostolique touchée par un tir d'obus. Le Nonce refuse de partir....

Un obus de mortier est tombé ce matin sur la Nonciature apostolique à Damas ; le bâtiment est situé dans la quartier de Malki, non loin de la Place des Omeyyades; Le tir n'a heureusement causé que des dégâts matériels. L'information a été confirmée par le nonce lui-même, Mgr Mario Zenari, joint par téléphone.

« Je dois dire que ce genre de choses arrive malheureusement tous les jours », explique Mgr Zenari. « Au cours de ces dernières semaines, dans le quartier du Vieux Damas, où se trouvent des quartiers chrétiens, un certain nombre de roquettes et d'obus de mortier sont tombés, de manière fréquente »« Je dois encore préciser, ajoute-il, que ce n'est pas la première fois que des roquettes tombent autour de la Nonciature ».

Quant à la question de savoir qui est à l'origine de ce tir, et s'il visait spécifiquement la Nonciature et les chrétiens, Mgr Zenari reste prudent. « Je peux juste dire qu'il y a un mois, un obus est tombé juste en face de la Cathédrale melkite. Deux autres obus, en deux occasions diverses, sont tombés près de la Cathédrale maronite, toujours à Damas ; (...) également dans le Vieux Damas, sur le couvent des Franciscains. Je peux juste vous confirmer ces faits. Après, ce qui se cache derrière et qui s'y cache, si les obus sont tombés par erreur... Je ne saurais le dire. C'est difficile dans ce contexte », constate le nonce.

Le représentant du Saint-Père avait par ailleurs affirmé qu'il n'avait guère l'intention de quitter la Syrie, même après l'attaque de ce matin. Il a ajouté : nous représentons le Pape en Syrie, et nous quitterons pas le pays même si des attaques similaires devaient se poursuivre. Au pire des cas, nous déménagerons en un autre lieu, expliquant que la zone où se trouve la Nonciature est en soi une région sensible sur laquelle sont tombés depuis le mois de mars à ce jour, à une distance entre 100 et 150 du siège de la Nonciature, huit à dix fusées. Toutefois, l'obus de ce matin est le premier à avoir atteint le bâtiment. Le Ministre adjoint des Affaires Etrangères syrien, M. Faycal Mekdad est immédiatement venu sur place pour nous exprimer sa solidarité personnelle et celle du Président Bachar El-Assad.

samedi 24 août 2013

Syrie : D’une rébellion manipulée à une guerre existentielle.

En termes de démocratie, nous pouvons dire que depuis le 15 mars 2011, début des troubles en Syrie, la progression de la rébellion syrienne est quasi-nulle ; en outre, si la recherche de démocratie pour la Syrie, était l’objectif principal et unique de ce mouvement armé, l’échec est lamentable et en raison de ce résultat, le mouvement aurait du s’arrêter. C’est ainsi que cela fonctionne en démocratie : Les échecs sont reconnus et les dirigeants en cause cèdent la place…mais en Syrie, la revendication démocratique était une farce et l’on a vu la « démolicratie » l’emporter progressivement sur la « démocratie ».

L’orgueil humain, les ambitions sournoises, la cupidité des nations étant le pire ennemi de la paix, suite à l’échec, le mot d'ordre aurait-il été donné par les Etats-Unis et leurs alliés régionaux de mener une guerre plus ciblée sur la population syrienne pour l’émietter dans ses différentes composantes ? La tâche ne serait pas si simple, car plus le temps passe, plus les enjeux deviennent existentiels pour ces communautés, kurdes, alaouites, chrétiennes, etc… Dans un réflexe de survie, elles n’auront d’autres choix que de rester cimentées au régime, car aucune  assurance de protection et de non-agression ne leur fut donnée, en cas de neutralité dans le conflit.

Au sujet des chrétiens de Syrie, que disent les faits des derniers jours ?
  
1° -  le 16 août 2013, un massacre à l'arme blanche est entrepris par les rebelles contre 11 villageois de la minorité chrétienne dans la banlieue de Homs.

2° -  le 21 août 2013, alors qu'un massacre à l'arme chimique est fomenté contre la population de Damas, des obus de mortiers, sont envoyés par les mercenaires de la rébellion sur les quartiers chrétiens de Bab Touma [porte de Saint-Thomas] et de Qassaa' ; le jardin de Tichrine à Damas est aussi la cible ; à part les dégâts matériels, on enregistre deux blessés. A Bab Touma, l’obus arrive à proximité de l'église Latine. Il fait un blessé et cause des dégâts matériels dans une habitation ; trois voitures garées à proximité sont atteintes.

3° - Toujours dans le quartier chrétien de Qassaa' , on dénombre dix blessés par la chute d'obus de mortiers qui s’abattent à proximité de la maternité d'al-Zahrawi. Le bombardement cause également des dégâts matériels sur les bâtiments et les véhicules des environnements.

4° - le 21 Août 2013 toujours, deux obus de mortiers viennent s’abattre face à l'église de la Croix Sacré dans la zone de Abbassiyine et sur la place Qoussour, causant des dégâts matériels sur nombre de voitures.

5° - le 22 Août 2013, Deux martyrs tombent, par la chute d'obus de mortier dans les quartiers de  Abbassiyne et à Al-Tijarah et dans le secteur chrétien de Bab Charqi ; deux citoyens sont blessés ; deux obus s'abattent près de l'église de la Croix, dans le quartier chrétien d'al-Qassaa' à Damas.

Dans les quartiers chrétiens de Damas, une grande vigilance s’impose dans les jours qui viennent, car ces secteurs se sont révélés être une cible plus fréquente des terroristes, soutenus par l’Occident et les puissances régionales vassales.

jeudi 29 novembre 2012

Damas, proie d'une rébellion infernale.

Damas – Le 29 novembre 2012 - La situation semble plus obscure que jamais ; le pays s’effrite de jour en jour et les personnes sont de plus en plus fragiles.

Le moral des habitants de Damas est au plus bas, surtout dans les familles dont les fils sont militaires.... Dans les foyers, on se supporte et on résiste comme on peut, en se soutenant et en jouant de temps en temps aux cartes avec des amis proches du quartier...

Ce matin à 7h 30, quatre explosions successives de voitures piégées ont secouée la ville. Elles ont explosé au même endroit, à Jaramana, dans le rif de Damas ; cette ville est habitée, en grande partie, par des druzes et des chrétiens.

Les terroristes, sans doute venus de l’enfer ont fait sauter une première voiture et, dans la foulée, une seconde, alors que des personnes, dans les alentours, accouraient pour s’enquérir des victimes. Le troisième véhicule sautait à l’instant même où les ambulances parvenaient sur les lieux ; Quant aux envoyés de Satan, ils n’ont pu s’empêcher de faire exploser un quatrième véhicule.

Le résultat de cette boucherie qui porte une prétention « la démocratie » pour remplacer le régime actuel, est d’au moins 45 tués, sans compter les très nombreuses personnes grièvement blessées. Nous attendons toujours le sinistre décompte. 

Damas, cet autre cité antique devient progressivement la Capitale de la « boucherie démocratique ».

C’est à grand peine que le peuple syrien survit…le pain devient une denrée rare ; le mazout une énergie très difficile à trouver et l’électricité, cette autre énergie, qui arrive difficilement dans les foyers, à la suite du sabotage à Deir Ezzor, par les hordes armées, des conduites de gaz qui alimentent les générateurs et permettent leur fonctionnement.

M.A.

lundi 10 septembre 2012

Message d'une damascaine.

Damas – Lundi 10 Septembre 2012 – Ne devrait-on pas écrire plus souvent pour narrer ce que nous vivons ici à Damas ? Mais écrire pour quoi dire ? Que la situation empire ?  

On ne sait où va nous conduire cette sale guerre intestine qui nous est imposée ? Le pays est brisé. Il semble fini. L’infrastructure est presque détruite ; beaucoup de produits manquent, même pour ceux qui pourraient les payer ; Les médicaments sont de moins en moins disponibles car les usines se trouvent dans les banlieues des trois grandes villes atteintes par le conflit.

Comment faut-il nommer cette situation absurde ? Guerre ? Guerre civile ? Guerre aux Salafistes ? Guerre à l’opposition ? Guerre planifiée, manigancée ou insurrection guerrière ? Nous ne savons. Peu importe...car en attendant le pays n’est plus le même. Il est méconnaissable. Peut-être l’objectif était-il seulement de le rendre méconnaissable, de lui faire réaliser un grand bon en arrière. L'objectif serait-il atteint ? 

En dépit du découragement qui affecte la population, la ville de Damas vit tout de même, les gens essayent de s'adapter et tentent de s'y faire ; mais peut-on s’y faire ? Les restaurant sont remplis dans les quartiers encore épargnés, mais épargnés jusques à quand ? Pour le moment, la vie est plus forte…et cela nous console un peu. – M.A.

mercredi 1 août 2012

Syrie : Affrontements dans le quartier chrétien de Bab Touma.

Damas - 1 Août 2012 - La ville de Damas ne connait pas le repos. Ses habitants ne semblent pas connaître de sommeil sans le son des explosions.

En effet, il n’y a pas un jour qui passe sans que ne soient entendus les explosions et les coups de feu en différentes parties de la ville. C’était le cas dans la nuit de précédante dans les quartiers de Bazzet, Al-Qaboun, Rokn-eddine et Al-Chaghour.

Ces échanges de tirs s'expliquent par des attaques nocturnes perpétrées, par des éléments de l’Armée Syrienne « Libre », contre des barrages de l’armée.

Hier matin, mardi 31 juillet, des affrontements violents se sont déroulés dans le quartier chrétien de Bab-Touma et dans celui Al-‘Imara au cœur de la vieille ville de Damas au cours desquels des armes de types variés étaient utilisées.

Par ailleurs, des obus sont tombés sur le quartier de Jobar tandis que les blindés et les canons postés rue Daf Al-Chaouk se préparaient à l’attaque du quartier Al-Tadamon et alors que les forces gouvernementales poursuivaient des éléments armés de chacun des quartiers d’Al-Qadam et du camp de Yarmouk.

Dans la campagne autour de Damas, les villes de Tarma, Hazza, ‘Arbine, Zamlaka et Hamouria ont été prises sous le feu des canons et des blindés et quatre victimes seraient tombées au cours d’une attaque de la ville de Balda dans la banlieue de Damas.

Enfin la ville de Douma a été témoin de bombardements de la part des forces gouvernementales.
Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.