Affichage des articles dont le libellé est Da'ech. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Da'ech. Afficher tous les articles

mardi 23 juin 2015

Qui sont les soutiens des islamistes au Proche-Orient.

Sur la coalition de soutien aux islamistes.

 
Qui est derrière l'Etat islamique ?
 

mardi 9 juin 2015

Mossoul (Irak) : Daech transforme l'église Saint-Ephrem en mosquée

Mossoul, 8 juin 2015 (Apic) - Par Raphaël Zbinden - Les islamistes de Daech veulent transformer l’église syro-orthodoxe de Saint-Ephrem, à Mossoul, au nord de l’Irak, en mosquée. L’ouverture du nouveau lieu de culte musulman est censée marquer l’anniversaire de la prise de la ville, le 10 juin 2014.
 
Des avis diffusés dans les rues de Mossoul par les miliciens du prétendu “Etat islamique” (EI) ont annoncé l’imminente ouverture de la “mosquée des moudjahiddines”, en lieu et place de l’église syro-orthodoxe, indiquent des sources locales confirmées le 8 juin 2015 à l’agence d’information vaticane Fides.
 
Saint-Ephrem était l’un des plus grands lieux de culte chrétiens du centre urbain de Mossoul. Certains indices laissaient depuis longtemps supposer l’intention des djihadistes de la transformer en mosquée, note Fides. Les miliciens islamistes avaient choisi en juillet dernier de placer le siège du ‘Conseil d’Etat des moudjahiddines’ dans les annexes de l’église. La croix qui se trouvait sur la coupole a été arrachée. A l’automne dernier, l’église avait été vidée de son mobilier, les bancs et les objets exposés comme marchandises à vendre sur le parvis.
 
Le 9 septembre 2014, des frappes de la coalition internationale combattant l’EI avaient gravement endommagé des édifices adjacents à l’église Saint-Ephrem et à l’église syro-catholique Saint-Paul, dans le même quartier. (apic/fides/rz)
 

samedi 9 mai 2015

Syrie : La collusion entre Israël et les islamistes est-elle encore un secret ?

Beyrouth - le 9 mai 2015 (Paul Khalife pour RFI) - [Alors que ces derniers se battent contre les groupuscules islamistes], l'armée israélienne aurait pris pour cible des positions syriennes et du Hezbollah en Syrie, non loin de la frontière libanaise. Les bombardements ont visé des unités spécialisées dans le tir de missiles balistiques, près des localités de Yabroud et de Kara, dans la zone montagneuse du Qalamoun. Damas, Beyrouth et Tel-Aviv n'ont fait aucun commentaire.

 L'information sur des raids aériens israéliens contre des positions de l'armée syrienne et du Hezbollah dans la région montagneuse du Qalamoun, entre le Liban et la Syrie, a été rapportée par des médias de pays du Golfe. C'est al-Jazeera qui en a parlé en premier. Selon la chaîne qatarie, des avions israéliens ont attaqué, vendredi soir 24 avril, des positions des brigades 155 et 65 de l'armée syrienne, spécialisées dans les armes stratégiques et les missiles balistiques. Al-Arabiya, une station saoudienne basée à Dubaï, et Sky News Arabia ont suivi.

La chaîne libanaise LBC a repris la nouvelle, précisant que le Hezbollah stockerait une partie de ses missiles dans les zones ciblées par les raids israéliens. L’un des plus importants sites d'information libanais, al-Nashra, a confirmé les attaques, en citant une source qu'il n'a pas identifiée.

Le gouvernement syrien et le Hezbollah n'ont fait aucun commentaire et ont ignoré l'information. Mais tous les Libanais ont pu constater vendredi une activité inhabituelle de l'aviation israélienne au-dessus du Liban. Des appareils ont survolé pendant des heures le sud du pays et la plaine orientale de la Bekaa, frontalière de la Syrie.

Source : Radio France International (RFI).

mardi 20 janvier 2015

Le marché aux esclaves féminins en Syrie-Irak....


Des nouvelles parviennent d'Irak, nous les transmettons sans vérification personnelle, sur un sujet tabou, inqualifiable, pénible à soulever et dont il est même difficile à croire la réalité...

Il s’agit du « marché aux escalves féminins » qui a court actuellement en Irak. Si ce fait ne découle pas d'un Islam deviant, pourquoi ce traffic n'est-il pas dénoncé par les gouvernements du monde ?  Ces jeunes filles et ces femmes, fragiles et vulnérables ne méritent-elles pas une marche républicaine ?

Des femmes Yézidis et Chrétiennes sont vendues au « marché aux esclaves » dans la ville de Mossoul en Irak, où elles sont amenées dans des « cages ». Photo à l’appui. 

Il existe actuellement plusieurs marchés, dont les deux plus importants sont celui de Mossoul (Irak) puis celui de rejoint par celui de Racca (Syrie).

Voici l’affichette, diffusée en arabe, la seule langue reconnue par l’Islam salafiste, qui règlemente le commerce. Les tarifs sont fixés en fonction de la virginité supposée des femmes et de leur âge.
 
Ces prix sont assez modérés, si on les compare au prix des chèvres et des dromadaires vendus sur ces mêmes marchés : comptez environ 10 € pour une chèvre, 200 à 300 pour un dromadaire.

L’affichette postée à l’entrée du marché annonce les tarifs suivants :
 
Fillette de 1 à 9 ans : 200 000 dinars (138 euros)

Fille de 10 à 20 ans : 150 000 dinars (104 euros)

Femme de 20 à 30 ans : 100 000 dinars (69 euros)

Femme de 30 à 40 ans : 75 000 dinars (52 euros)

Femme de 40 à 50 ans : 50 000 dinars (35 euros)

Les femmes de plus de 50 ans ne font pas l'objet de transactions car elles ne conviennent pas à l'usage escompté. Nous notons que les prix ne couvrent même pas la nourriture et le coût du transport pour les acheminer sur le marché.

Les plus chanceuses ont été converties à l'islam, les autres, la majorité, a été égorgées.

L'Organisation État islamique, dans un document daté du 16 octobre rappelle sur un site en langue arabe, la loi en vigueur : "Chacun doit se souvenir que mettre en esclavage les familles d'infidèles et marier leur femme est un élément fermement établi de la loi islamique".

Cette information survient peu après la diffusion d'une vidéo, montrant plusieurs combattants de l'État Islamique discutant, hilares, de l'achat de femmes Yézidies.

"Aujourd’hui c’est le jour de la distribution ; c’est la volonté de Dieu", lance l'un tandis que le caméraman fait le tour de la salle demandant qui veut d'une femme Yézidies et si les intéressés seront "capables de la gérer".

Les hommes amusés détaillent leur façon de choisir : qualité de la dentition, couleur des yeux, fermeté des fesses et de la poitrine…

Ceux qui sont intéressés négocient ensuite le prix avec le vendeur.

Ce phénomène se développerait dans d'autres pays : Niger, Tchétchénie, Iran, Afghanistan, Algérie etc….

 Iraqi News.

mercredi 25 juin 2014

Les Assyriens d'Irak craignent que l'invasion de Mossoul et de la plaine de Ninive ne soit une réplique aux promesses d'autonomie du gouvernement.

Je revenais à peine d'un voyage au sud-est de la Turquie et ee Syrie ; je commençais à déballer mes effets, lorsque le téléphone se mit à sonner. Je répondis. « Ils sont ici, peux-tu les entendre, ils sont ici, Da'ech est à Mossoul...». Eh oui, j'ai bien entendu les « Taqbir » et les « Allah u Akbar ».

Le jeune homme qui m'appelait du sous-sol d'un immeuble à Mossoul, se prénommait Bashir. Il me téléphonait pour m'informer de l'invasion de sa ville natale, par l'Armée de l'Etat Islamique d'Irak et du Levant (E.I.I.L.) dont le sigle en arabe est Da'ech. Il est un assyrien et fut expulsé de Suède, il y a quelques années. Malheureusement, d'autres qui avaient été déportés, comme lui, furent depuis tués. Cependant, Bashir avait eu la chance de rester vivant... Pour l'instant.

Depuis cet appel, j'ai été en contact constant avec les Assyriens et d'autres personnes encore retenues à Mossoul et dans ses villages environnants.

La deuxième fois que j'ai parlé à Bashir, c'était à partir de Dohouk, une ville au Kurdistan irakien ; il m'avait alors rappelé la décision du gouvernement irakien prise il y a près d'une demi-année.

Selon le rapport d'une Agence de Presse locale datant du 22 janvier 2014 : Le Gouvernement chiite de l'Irak déclare qu'il a décidé, en « principe », de « créer trois nouvelles provinces dans les régions contestées du pays », dans le but apparent de répondre postivement aux griefs des sunnites et de contrer ainsi l'expansion de la région autonome kurde.
 
Une de ces provinces aurait pour centre Falloujah, cette ville qui venait d'être envahie par al-Qaïda et ses alliés, après plus d'une année de manifestations sur place, et autour dans d'autres villes sunnites, contre ce que les résidents qualifient de traitement pour citoyens de seconde zone. Un statut d'autonomie, n'était pourtant pas une revendication sunnite, mais elle pouvait laisser espérer, pour la province promise, un accroissement du financement fédéral.

Les deux autres zones sont Tuz Khurmatu et la plaine de Ninive — limitrophes de la région autonome kurde située dans le Nord de l'Irak.

La première est une ville mixte habitée par des arabes, des Kurdes et des Turkmènes ; la deuxième est formée d'une large composante chrétienne.

Les Turkmènes et les chrétiens, dont beaucoup craignaient l'absorption par le gouvernement régional du Kurdistan, ont réclamé, depuis longue date, le statut de province séparée pour Tuz Khurmatu et la plaine de Ninive. En revanche, l'annonce d'une autonomie accordée à la région sunnite qui aurait pour centre Falloujah, arrivait par surprise puisqu'elle n'était, à ce jour, par encore prévu.

Alors, prenons le temps d'une réflexion, ici ! Le Gouvernement de Nouri al-Maliki, constitué en majorité de musulmans chiites, propose de créer de nouvelles provinces.

Falloujah, la première, avait pour but de briser la force ascendante de l'E.I.I.L.. À ce moment-là, le groupe radical islamique avait déjà repris la ville. Al-Maliki était prêt à donner le pouvoir à des musulmans plus modérés, de façon à arrêter l'E.I.I.L. et les autres muvement radicaux.

Une autonomie accordée à la Plaine de Ninive, le second territoire, avait pour but de donner aux Assyriens et aux autres minorités, le pouvoir de façon à ce que le gouvernement régional kurde ne puisse annexer la région. Par ailleurs, le gouvernement voulait éviter que les sunnites ne mettent la main dessus. Il était préférable que ce fussent les Assyriens qui en gardent le contrôle.

Tuz Khurmatu est peuplée d'une majorité des Turkmènes, musulmans chiites, auxquels le pouvoir serait donné sur cette région pour des raisons identiques à celle reconnues aux Assyriens. Le gouvernement ne souhaitait pas qu'elle soit annexée par les Kurdes, et ne désirait pas que les musulmans sunnites en prennent le contrôle.

Falloujah, la plaine de Ninive et Tuz Khormato sont trois régions tout autant importantes pour des raisons géopolitiques et économiques. Durant plusieurs années, les compagnies pétrolières y avaient foré à la recherche de pétrole.

« Ne vois-tu pas ce qui se passe ici ? Le gouvernement chiite exacerbe la colère des terroristes sunnites, et à présent, ces derniers font tout pour empêcher la réalisation de ce projet d'autonomie. Nous, les chrétiens avons très peur ; l'E.I.I.L. n'a pas encore agit contre nous, mais ils l'ont fait à l'encontre de nos frères chrétiens de Syrie, et par ailleurs, ils font partie d'al-Qaida qui nous a fait beaucoup de mal, dans le passé, en Irak. En outre, nous avons la milice chiite du Mehdi, qui, à Baghdad, n'est pas meilleure à l'égard des chrétiens. Nous sommes coïncés entre tous les groupes et nous ne bénéficions d'aucune aide extérieure ».

J'ai demandé à Bashir, qui est chauffeur de camion, ce qu'il voulait dire sans l'appui d'un autre pays.  Il me répondit : « L'E.I.I.L. et les autres sunnites sont financés par l'Arabie saoudite, le Qatar, le Turquie et en Syrie aussi, par les USA. Les Chiites sont soutenus la Syrie de Bachar al-Assad par l'Iran et le Hezbollah au Liban. Nous n'avons personne ». Et c'est ainsi que l'échange s'interrompit....La promesse d'autonomie a-t-elle exacerbé les ambitions des islamistes de l'E.I.I..L.

Traduit de l'anglais par le Veilleur de Ninive. 
 

 








mardi 24 juin 2014

Brèves d'Irak

Jeudi 26 juin 2014 - Irak - Hier des tirs d'artillerie provenant des insurgée en direction des villages chrétiens du Nord de l'Irak a poussé des milliers de chrétiens à l'exode en allant chercher refuge en territoire contrôlé par les Kurdes.

Mardi 24 juin 2014 - Mossoul (Irak) - Une source militaire irakienne fait état d'une grande panique chez les hommes armés de l'E.I.I.L., en raison d'actions de la défense populaire mais surtout  à l'approche des renforts de l'armée et de troupes d'élite irakiennes qui se redéploieraient actuellement autour de la ville. 

Selon cette même source [officielle], nous approcherions d'une bataille decisive ; sous la pression, les islamistes se trouvant dans la ville, se mettraient à détruire les habitations civiles. 

Dimanche 22 juin 2014 - Mossoul (Irak) - Il a été entendu de deux mosquées de Mossoul, qui les prédicateurs ont lance au Mu'ezzin à l'adresse des « infidèles » chrétiens et chiites, qu'ils devaient quitter la ville et ne jamais plus y revenir.
Samedi 21 juin 2014 - Mossoul (Irak) - Quatre femmes chrétiennes ont été tuées dans le quartier de Mansourah à Mossoul par des éléments de l'Armée Islamique de l'Etat d'Irak et du Levant, alors qu'elles refusaient d'obtempérer à leurs ordres de porter le Hijab.
 
La source a déclaré que les terroristes « daash » atteintes grave panique près l'invasion par l'armée irakienne et les entreprises de défense populaire de la ville de Mossoul et édité dans une bataille décisive, alors ils construisent un certain nombre d'habitations civiles.
La source a ajouté que la dominante craignent des organisation terroristes et surtout après le redéploiement de l'armée irakienne près de Mossoul et l'arrivée des troupes d'élite à la périphérie de la ville.
Fini/m
 
 
 

Message des rebelles aux Chrétiens et Chi'ites de Mossoul (Irak) : "Convertissez-vous à l'Islam ou affrontez l'épée ".

Samedi 21 juin 2014 - Ankawa (Irak) — « Convertissez-vous à l'Islam ou affrontez l'épée ». Tel était le message raide, que les chrétiens de la ville syrienne de Raqqa avaient reçu l'an dernier, lorsque les extrémistes ultra-fondamentalistes sunnites, qui se réclamaient de l'État Islamique d'Irak et le Levant (E.I.I.L.), avaient pris le pouvoir et avaient inauguré un régime de terreur contre les chiites et les chrétiens ; ce régime avait conduit à des décapitations et à trois crucifixions, au moins.

Conscients de la réputation féroce de meurtriers et de mutilateurs des membres de l'Armée de l'Etat Islamique d'Irak et du Levant, des milliers de chrétiens, vivant jusqu'alors à Mossoul et dans la plaine de Ninive environnante, se sont enfuit, pris de panique, au moment où les rebelles de l'E.I.I.L. ont pris, aux forces gouvernementales, le 10 juin 2014, la deuxième ville d'Irak. Nombreuses sont les personnes qui parvinrent à s'échapper pour trouver refuge dans l'enclave chrétienne de la ville kurde d'Irbil, qui se situe à une heure seulement, par la route de Mossoul.
« Tous les personnes restées sur place sont quelques personnes handicapées ou des chrétiens malades, a déclaré une religieuse catholique chaldéenne, vêtu d'un habit bleu ; sa communauté religieuse a réussi à prendre la fuite de Mossoul, se rendant à pied vers le nord, durant quatre heures, le 10 juin, avec des milliers d'autres réfugiés chrétiens et musulmans.

Ils ont tous craints d'être persécutés par les insurgés qui sont arrivés de manière soudaine. Ces derniers suivent une interprétation stricte du Coran, tel qu'il était expliqué au VIIe siècle ; A cette époque, on exigeait non seulement que les femmes restent pour la plupart à l'intérieur, mais que les cloches des églises ne sonnent plus jamais, que les croix ne soient plus montrées et que les chrétiens payent la jizya en échange de leur vie  ».

Notre interlocutrice religieuse a demandé, à plusieurs reprises, que son nom et son ordre religieux ne soient pas divulgués, de peur que les rebelles ne lisent ses commentaires sur l'Internet.
« Ils ont mis bas tous les monuments de Mossoul, qu'ils représentent des personnalités politiques irakiennes ou catholiques », dit-elle, dans un français impeccable ; C'est au cours d'une année d'études à Montréal qu'elle a pu perfectionner cette langue. « Ils ont enlevé une statue de la Vierge Marie, mais autant que je sache ils ne l'ont pas détruite ».

Environ 120 paroissiens ont assisté à la messe dominicale à l'Eglise Chaldéenne Catholique, St. Elie à 'Ankawa, où le Père Shahar a prêché le besoin et la nécessité d'une réconciliation. « J'espère que la paix reviendra en Syrie, à Bagdad, à Mossoul et en Irak » ; telle a été la seule référence du prêtre à la violence sectaire qui secouent actuellement le pays.
La peur s'est emparée de la Congrégation, un jour que les combattants de l'E.I.I.L. ont revendiqué la prise d'une autre ville frontalière avec la Syrie, facilitant ainsi pour eux le transport d'armes dans les deux directions, car ils contrôlaient ainsi une large bande de la Syrie du Nord, où ils avaient combattu le régime de Bashar el-Assad.

Il y a eu des Chrétiens en Irak dpuis le Ier siècle, lorsque deux disciples de Jésus y apportèrent l'Evangile. Ainsi jusqu'à une période récente, en 2003, l'Irak comptait 1,5 millions de chrétiens. Mais depuis, il y a eu plus de 70 attaques contre des églises, plusieurs prêtres ont été assassinés et le nombre de chrétiens a chuté à moins de 500 000 âmes. Ce dernier accès de violence sectaire est susceptible d'entraîner un nouvel exode massif.

Un paroissien de 72 ans, qui a pris le prête-nom de Dominique, a déclaré avoir été obligé de quitter Mossoul pour Bagdad en 1960, après que son père eut été assassiné en raison de son appartenance au christianisme. Lorsque l'Eglise, dans laquelle lui, sa femme et son fils  étaient présents à Baghdad a sauté il y a trois ans, tous les trois ont trouvé refuge dans la banlieue chrétienne de Irbil.

« Etre chrétien en Irak, c'est devenir une cible du terrorisme », a déclaré Dominique, qui avait reçu, il y a de nombreuses années, un diplôme d'études supérieures d'Ingénieur de la Wayne State University de Detroit. Un de ses cousins éloignés, l'Archevêque Paulos Faraj Rahho, avait été enlevé dans sa voiture et assassiné à Mossoul il y a six ans maintenant.

« En Irak, nous nous déplacions d'une ville à l'autre sans crainte, car nous avons cru aux promesses du gouvernement et des religieux musulmans qui affirmaient que nous serions sûrs », a-t-il dit, ajoutant en riant jaune, « nous croyons maintenant que nous sommes à court de lieux pour nous cacher ».
Michael, fils de Dominique, qui assistait à la Messe avec ses parents, a déclaré que « bien que sa famille soit, pour le moment, en sécurité dans la région irakienne autonome Kurde, nous ne pouvons oublier que Mossoul est tombée en deux heures ».
« Nous croyons que les Peshmerga (soldat de l'armée kurde) sont forts ; les Kurdes nous donnent, par écrit, plus de droits que nous ne pourrions en avoir ailleurs, » a dit Michael, qui possède une maîtrise en informatique d'une Université britannique. « Nous gardons, toujours, ce sentiment que nous sommes invités dans notre propre pays. Nous savons que le point commun qui unit les sunnites et les chiites est qu'ils sont musulmans ».

Tout en reconnaissant qu'ils avaient peu d'informations sur la réaction du Canada au sujet du sort des chrétiens d'Irak et de Syrie, Dominique et Michael affirment que la perception parmi les chrétiens d'Irak, était que le gouvernement canadien est plus désireux de maintenir des relations cordiales avec les pays musulmans que d'aider les chrétiens face à ce péril mortel. Ils ne sentaient pas non plus qu'ils avaient beaucoup de chances d'être autorisés de s'installer en Grande-Bretagne ou aux Etats-Unis.
« Nous constatons qu'ils donnent des passeports aux terroristes musulmans et acceptent les homosexuels qui prétentent avoir été victimes de discrimination à leur égard, et pourtant ils nous refusent le droit d'entrée sur leur territoire », a déclaré Michael.

La religieuse, Michael et son père nous ont dit, tous les trois dans des échanges séparés, que pour les catholiques, les chrétiens orthodoxes et les communautés coptes, qui sont assiégés en Syrie et en Egypte, le seul avenir possible pour eux, était de quitter le Moyen-Orient ».

« Nous ne sommes pas dans un danger imminent, mais qui sait ce qui peut arriver dans ces pays », déclare la religieuse. « Nous ne savons pas ce qu'ils feront ensuite. La région kurde est la zone la plus calme d'Irak, mais jusque-là, personne ne sait ».

Matthew Fisher, Postmedia News - Traduit de l'anglais par le Veilleur de Ninive.
 









samedi 21 juin 2014

L'E.I.I.L. annonce sa prochaine attaque sur Al-Qamishli et Al-Hassake en Syrie.

L'Occident serait-il devenu pétainiste pour laisser faire des forces paramilitaires islamiques, fanatisées qui prétendent à la conquête de Jerusalem, de Rome, etc...?

Et si les populations occidentales appelaient de leur voeux une "croisade", pas nécessairement chrétienne celle-là, mais républicaine par exemple car des minorities sont actuellement assassinées sur place, comment cette idée serait-elle perçue en Europe ? 

Qu'on nous explique pourquoi cette Europe qui a combattu nazisme et fascisme, accepte-t-elle les milices fascistes djihadistes, nationalistes et expansionistes ? Pourquoi cette Europe qui se revendique démocratique, refuse-t-elle les partis souverainistes et nationaux, alors qu'elle se tait devant l'expansion  de ces partis islamistes très troubles, nationalistes, fanatiques et criminels qui avancent sur des cadavres tombés sous leurs coups. 

21 Juin 2014 - 22h15 - L'État islamique d'Irak et du Levant, (l'E.I.I.L.), le groupe qui a envahi Mossoul en Irak la semaine dernière et qui a poussé son avantage plus au sud, vers Bagdad, a annoncé qu'il préparait également une offensive dans le nord de la Syrie.

Dans une déclaration datée du 17 juin 2014 et publiée sur plusieurs sites arabes, L'Etat Islamique d'Irak et du Levant a appelé ses combattants à attaquer la ville d'Al-Qamishli en Syrie et ses zones rurales.  Dans les dernières heures, un certain nombre de bombardements ont été signalés sur Twitter et certains comptes-rendus indiquent que l'aéroport d'Al Qamishli a été lourdement endommagé.

Comme Michael Rubin l'avait signalé en février dernier dans le Wall Street Journal, le chrétiens, les Kurdes et les arabes ont vécu une expérience de calme et d'autonomie dans cette région du nord-est de la Syrie.  La région fut laissée en grande partie sans défense puisque les forces du Président Assad étaient occupées par des affrontements plus à l'Ouest, alors que la population se regroupait pour continuer à vivre un quotidien sans heurts. Les Unités de Protection Populaire (U.P.P.), une sorte de milice populaire, tinrent les islamistes éloignés.  Constituées essentiellement de kurdes, les U.P.P. furent rejointes par des arabes et des chrétiens syriens. Au début du mois de mai, ells combattirent, aux côtés de l'Armée Syrienne Libre, les hommes de l'Armée de l'Etat Islamique d'Irak et du Levant, dans la province de Raqqa et contrairement aux combattants de l'A.I.I.L. qui préfèrent avoir leurs femmes entièrement voilées, les hommes des Unités de Protection Populaire luttent, hommes et femmes, côtes à côtes.

Voici les termes de la déclaration de l'Armée de l'Etat Islamique d'Irak et du Levant :

1° - L'A.I.I.L. appelle ses unités divines à lever haut les bannières de l'Islam dans le gouvernorat d'Al-Hasakeh, « afin de libérer du régime syrien, les petits-enfants des Juifs,  les Unités de Protection populaire kurdes et sionistes et les petits enfants de croisés, les infidèles chrétiens.

La Court de Justice de la Charïa a émis une fatwa proclamant Al-Qamishli et sa région rurale comme la propriété légitime de l'Etat Islamique d'Irak et du Levant. La déclaration de l'E.I.I.L. proclame qu'après la recherche de Dieu, les djihadistes doivent atteindre les objectifs suivants :

1° - Brûler et détruire toutes les maisons de divertissement à Al-Qamishli.
2° - Brûler tous les magasins vendant de l'alcool et les cigarettes.
3° - Prendre le contrôle total du célèbre « marché de la bijouterie » d'Al-Qamishli, et tout l'argent et l'or du marché doit être confisqué par les combattants de l'E.I.I.L., car qu'il leur appartient légitimement.
4. Prendre le contrôle total de tous les aliments et les magasins de vêtements afin de les donner aux combattants jihadistes frères.
5. Vider la ville de tous les chrétiens : prendre leurs femmes ; ils sont les vôtres et décapiter les hommes chrétiens. Vider la ville de tous les Kurdes, qui sont les petits-enfants des séducteurs ; Sortir de la ville, la famille du sheikh al Khaznawi et tous les tuer. (Cheikh Khaznawi était un religieux kurde à Qamishli, assassiné en juin 2005).

Avec ses Instructions, l'Armée de l'Etat Islamique de l'Irak et du Levant, a distribué à ses unités combattantes une carte d'Al-Hassaké, d'Al-Qamishli et des autres banlieues, où les cinq tâches évoquées ci-dessus devraient être déployées, conformément aux ordres d'Allah.

Certains commentateurs affirment que ni le régime d'Assad, ni les Kurdes ne craignaient une avancée de l'Armée de l'Etat Islamique d'Irak et du Levant en direction d'Al-Qamishli. Toutefois après leur conquête surprise de Mossoul, peut-être que les estimations passées relatives à la force de cette armée , devraient être reconsidérées.

Article rédigé en anglais par Katie Gorka Présidente du Conseil de sécurité mondiale. La traduction revient au Veilleur de Ninive.



 

mercredi 18 juin 2014

"Nous devons offrir un sanctuaire aux Chrétiens irakiens".

L'Irak, ce pays qui est la grande cicatrice pesant sur la conscience occidentale moderne, vient de tomber dans les mains d'un groupe d'islamistes, si extrêmes dans ses positions et ses actes, que même les membres d'al-Qaïda fut dégoûtés de ses miliciens et décidèrent de les expulser de Syrie.
 
L'Armée Islamique de l'Irak et du Levant, (A.I.I.L.) se compose de jihadistes aguerris, dont beaucoup furent mis à l'épreuve durant la guerre d'usure qui se poursuit toujours en Syrie contre les armées du Président Bachar al-Assad.

Ces hommes sont le visage et le reflet même du mal et bientôt ils contrôleront un tout nouvel Etat ​​qu'ils auront bâti sur l'épave de l'insurrection brutale en Syrie et en Irak ; Ces êtres, peut-on encore les qualifier de ce nom, sont dominés par la ligne dure du fondamentalisme sunnite ; il leur fut inculqué un chauvinisme islamiste qui sème la terreur dans les cœurs de tous ceux qui osent croire différemment.

Nous assistons à la scène finale dans la grotesque tragédie du christianisme irakien. Un peuple qui dépassait le million de personnes, il y a à peine une décénie, qui disposait de plus de 300 Eglises fleuries, est aujourd'hui confronté à son extinction.


Ils avaient déjà été persécutés pour moitié de leur nombre initial. Leurs églises ont été bombardées, leurs vies avaient été prises, leurs libertés furent violées. Le simple fait de croire que Jésus est votre Sauveur est déjà en soi une condition de vie menacée et pleine de dangers en Irak.
 
L'arrivée de l'Armée Islamique de l'Irak et du Levant est désormais le point départ d'une persecution, à present quotidienne, pour les chrétiens irakiens. L'organisation criminelle, que l'A.I.I.L. représente, a promis un holocauste aux chrétiens emprisonnés sous leur domination de type médiéval.

La cathédrale chaldéenne catholique de Mossoul est maintenant encerclée. Les chrétiens actuellement en Irak ont seulement besoin de tourner la tête vers leur cousins de Syrie, pour comprendre ce qui les attend. Les chrétiens syriens, sous la botte de l'A.I.I.L., ont été contraints de payer une "taxe dorée", de retirer tous les symboles visibles du christianisme, de cesser tout prière publique et sont exclus de la rénovation de bâtiments religieux. Les réfractaires ont été, dans une ironie sinistre et déchirante, crucifié littéralement.
 
Nous ne pouvons pas tolérer que les chrétiens d'Irak subissent le même sort. Les voici qui tentent de s'enfuir devant les hordes de l'A.I.I.L. ; ils savent qu'ils sont à court de territoires où se rendre. Beaucoup de ceux qui ont fui la brutalité ordinaire de la période précédent l'arrivée de l'A.I.I.L, s'étaient réfugiés en Syrie. Bien Évidemment, ce n'est plus une option à present. La seule réponse, si nous voulons éviter un holocauste de nos frères et nos sœurs chrétiens, est d'ouvrir nos portes et de leur offrir un sanctuaire.

Le christianisme est la religion la plus persécutée dans le monde, et nous avons une obligation envers les chrétiens irakiens pour nous assurer que la "persécution ne devienne pas un genocide". Ces personnes n'ont rien fait de mal. Et leur souffrance est maintenant, au moins en partie, de notre faute et de notre responsabilité. Pourquoi? En raison de deux actes de lâcheté qui sont venus nous hanter :

 
1° - Notre retrait de l'Irak, après avoir échoué à doter le pays que nous avions occupé d'une sécurité minimum alors que la démocratie libérale que nous avions promise a laissé les minorités religieuses dans la crainte et au milieu d'un Etat incapable et peu désireux de les protéger.

2° - Notre refus de venir en aide aux groupes d'opposition traditionnels dans la lutte contre le Président Assad, a enhardi les djihadistes et laissé les groupes libéraux se dessécher et laisser la place à des réseaux islamistes internationaux qui se déplacent pour combler le vide. Nous avons échoué en Irak ; nous avons échoué en Syrie et maintenant notre échec est de sacrifier ces agneaux que sont les chrétiens assiégés dans ces Etats.
 
Certes, nous n'allons pas nous précipiter avec troupes et chars à la main, pour rectifier notre erreur mais au moins tentons d'atténuer l'impact de ces guerres inhumaines. 

Nous devons laisser les chrétiens d'Irak venir ici et vivre avec nous. Nous devons leur offrir un peu d'espoir au milieu de tant de ténèbres. Leur souffrance est la nôtre...et nous ne pouvons pas les abandonner une fois de plus.
 

Article publié sur le CatholicHerald.

dimanche 15 juin 2014

Aviez-vous imaginé un degré d'aveuglement, d'obscurantisme et de fanatisme que celui manifesté en Syrie et en Irak ?

Non...nous ne devons absolument pas laisser ces fanatiques et criminels poursuivre leur oeuvre de destruction et de haine.....

Comment se fait-il que les Etats que l'on qualifiait de civilisés, ne s'indignent même plus de ce genre de discours lyriques qui conduisent droit à l'affrontement et au crime ?

Voici, plus loin, une video qui illustre l'arrivée des membres de l'Armée Islamique de l'Irak et du Levant (Da'ech) dans la ville de Tikrit en Irak. Regardez-la jusqu'au bout même si vous ne comprenez ni l'arabe du discours, ni l'anglais des sous-titres. L'homme qui fait le discours "lance le mouvement" pour la purification de la Presque-île arabique et la conquête de Rome...

Ces barbares d'une autre "humanité", peut-être même du monde animal, sont manipulés par des Etats qui aujourd'hui gardent le silence, mais qui seront prêts le jour où la menace sera directe pour eux, de les bombarder...

Mais qui paiera alors pour tous les innoncents tombés par la fourberie des nations complices ?


mardi 10 juin 2014

Des éléments armés de l'Armée islamique s'emparent d'un poste de contrôle frontalier et situé entre la plaine de Ninive et la region d'Al-Hassakeh.

Des éléments de l’Armée islamique de l’Irak et du Levant ont pris ce matin le contrôle d’un poste frontalier qui relie la Syrie et l’Irak. Le poste dont il est question est celui de Al-Ya’rabiyyet  reliant la plaine de Ninive à la région d’Al-Hassakeh dont la première fut occupée dans le sillage de la prise de contrôle, ce jour également de la ville de Mossoul et de la plupart des villages de la province de Ninive.

Selon l’Agence d’Information kurde, les forces de défense populaires, se sont retirées du poste de contrôle pour se diriger vers la ville de Al-Ya’rabiyyet, cela après l’arrivée sur les lieux d’un bataillon de l’Armée islamique de l’Irak et du Levant.  La prise de contrôle s’est effectuée après le retrait des forces de protection, sans pertes en vie humaine.

Les unités de protection avaient elle-même pris le contrôle de la frontière, le 26 Octobre 2013, avec le soutien de l'armée irakienne.

lundi 20 janvier 2014

Syrie, perfidie et tyrannie des preneurs d'otages.


Ouanes Levonian (69ans) et son fils Minas, deux arméniens qui vivaient à Alep. Ils étaient propriétaires, leur seul bien, d’un atelier de fabrication de glaçons dans le quartier Al-Bab qui se trouve dans la banlieue d'Alep sous contrôle de l’Armée Islamique de l’Irak et du Levant [dénommé en arabe par son sigle Da'ech - داعش].
Cette usine fut occupée par les terroristes.  Comme les deux arméniens n’avaient plus de ressources pour se nourrir, ils décidèrent de trouver un arrangement avec « l’Emir » de Da’ech », en espérant qu’il leur rendrait leur bien. C’était, avec bonté, espérer dans la « magnanimité » et le courage de ces simples terroristes.

Parvenus à la résidence de l’Emir, ils sont arrêtés en raison de leur baptême et de leur appartenance à la religion chrétienne. Retenus, ils tentent de parvenir à un compromis avec les hommes de l’A.I.I.L. dont nous savons qu’ils ne tolèrent pas le maintien en vie, des « Infidèles » autrement-dit  de tous ceux qui ne sont pas musulmans.

La famille de Ouanes Lévonian, se compose de son épouse, de ses deux filles et de son fils unique, Minas, qui lui-même est marié avec 3 enfants dont l’ainé est à peine âgé de onze ans. Durant des mois, l’épouse de Ouanes et les siens se mettent à la recherche de son époux et de son fils.

Un jour récent, une sentence est prononcée par un juge du tribunal de la Chari'a de l’A.I.I.L. à l'encontre des deux Levonian; elle stipule : « Devenez musulmans et vous serez laissés en vie ». Les deux malheureux sont contraints d’accepter ayant une famille à nourir ; ils proclament la « chahada » de la conversion ; toutefois en dépit de leur proclamation, ils sont remis en prison avec la promesse d’être libérés sous trois jours. Minas demande alors pourquoi ce retard à leur libération ? La réponse ne tarde pas à venir : « Son Altesse, l’Emir n’est pas convaincu du bien fondé de votre conversion à l’Islam ». « Comment est-ce, puisque nous avons juré ? »,  répond-il. « Vous les gens du Livre votre Evangile est falsifié et votre Foi est nulle. Vous, vous êtes convertis à l'islam par ruse » leur réplique-t-on.

C’est alors qu’en raison du conflit entre mouvements rebelles, les deux hommes sont conduits chez le juge de l’A.I.I.L. devant lequel ils sont assassinés par balles. Mais la fin du drame est à venir puisque la famille, étant parvenu, à l’A.I.I.L. dans ses recherches, demande que les corps leur soient remis. La réponse de Da’ech, n’est autre que : « Vos hommes sont morts musulmans et seront enterrés selon la loi musulmane ; ils sont maintenant nos martyrs…ils ne peuvent vous être remis ».
Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.