Affichage des articles dont le libellé est Conversions. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Conversions. Afficher tous les articles

mercredi 22 janvier 2014

France-Vatican : Les deux François et la Chrétienté d'Orient.

Conversion forcée au wahhabisme de 18 villages druzes de Syrie.

Paris - Ainsi donc, le sort des minorités chrétiennes d’Orient, figurera à l’ordre du jour des entretiens du Vatican, le 29 Janvier 2013. Beaucoup piaffent d’impatience à l’idée de connaître la teneur de ce tête à tête entre les deux François. Notamment l’argumentaire que le président français a pu développer devant le souverain pontife sur ce sujet, alors qu’il passe pour être le meilleur allié de l’Arabie saoudite, c’est à dire du principal financier du djihadisme xénophobe à l’échelle planétaire.

De cet entretien de «chef d’état à chef d’état», de François Hollande avec le Pape François, gageons que la dialectique ne sera d’aucun secours au néo social-démocrate libéral face au berger du «bout du Monde», rompu aux circonvolutions cérébrales de la casuistique. François formaté HEC ne pourra déployer la moindre parade devant le jésuite qui jouera cash sur son terrain. Hic et Nunc, ici et maintenant, tant est accablant le bilan.
Comment en effet expliquer l’alliance de la France avec les forces les plus rétrogrades et les plus répressifs du Monde arabe, sous couvert de combat pour la démocratie, son prédécesseur gaulliste avec le Qatar, le parrain des destructeurs des sites islamiques de Tombouctou, et le successeur socialiste, avec le Royaume wahhabite.
 
Une alliance avec  le parrain des preneurs d’otages des prélats de Syrie, des destructeurs des sites religieux, notamment de Maaloula, dans la banlieue de Damas, l’un des plus anciens sites antiques de l’humanité, dont les habitants parlent l’araméen, la langue du Christ, dont les religieuses sont retenues en captivité. En guise bouclier humain ?
 
Une alliance avec le maitre de l’intolérance et de la xénophobie, celui dont l’un des dignitaires religieux a décrété la destruction des églises de la péninsule arabique, prioritairement aux nombreuses bases militaires occidentales qui paralysent la souveraineté de ces émirats mirages, ne se doutant nullement des inconséquences  de ses propos qui pourraient entrainer, en représailles, une réplique de la xénophobie européenne sur les quatre mille mosquées qu’abrite la rive nord de la Méditerranée.
 
Le parrain des artisans des conversions forcées au wahhabisme des musulmans eux-mêmes, les habitants d’une vingtaine de village druzes de Syrie, la religion du camarade  du président français au sein de l’Internationale socialiste, Walid Joumblatt, chef druze du parti socialiste progressiste libanais, dont la reddition religieuse de ses coreligionnaires au wahhâbisme a retenti comme cinglant camouflet, conduisant la girouette de la vie politique libanaise à se river à nouveau au Hezbollah «perinde ac cadaver».
 
Sur la  conversion forcée des Druzes de Syrie  au wahhabisme.  http://www.al-akhbar.com/node/197684

L’argumentaire pour expliquer son alliance avec la Turquie contre la Syrie, c’est-à-dire l’alliance avec l’artisan du premier état génocidaire du XX me siècle, contre la Syrie, qui abrite le mémorial du génocide arménien à Deir Ez-Zor. Contre la Syrie, le siège des patriarcats d’orient depuis la chute de Constantinople. Contre la Syrie, que la France a amputé du district d’Alexandrette, cédée à la Turquie en guise de bonus à son génocide. Pour aller plus loin sur ce sujet,

Dans ce «Grand oral», son journal de référence ne lui sera d’aucun secours. Sans doute obnubilé par le regard de «l’œil borgne sur la Syrie», le journal le Monde, amplificateur des thèses gouvernementales durant la campagne de Syrie, a mis trois ans pour percuter une vérité de base. Dans un gros dossier consacré au bilan des soulèvements arabes, dans son édition en date du 14 janvier, publié à l’occasion du 3me anniversaire de la chute de Ben Ali, le référent dresse ce constat en forme de désaveu de son blogueur attitré et des islamophilistes français «Le Grand jeu de Ryad pour étouffer les printemps arabes».
http://www.lemonde.fr/libye/article/2014/01/13/le-grand-jeu-de-riyad-pour-etouffer-les-printemps-arabes_4346993_1496980.html

Sur le rôle des islamophilistes français dans la défaite de la pensée stratégique française,
http://www.renenaba.com/les-islamophilistes-tontons-flingueurs-de-la-bureaucratie-francaise/

Point n’était besoin d’être grand clerc pour deviner la fin en ce que «L’Arabie saoudite, un Royaume des ténèbres», était une affirmation soutenue cinq mois avant que François Hollande, et son Monde, ne retrouvent leur chemin de Damas.

Chrétiens de Syrie et d’ailleurs doivent se pénétrer d’une réalité première à savoir que l’Occident, particulièrement la France, protectrice des chrétiens d’Orient, a été leur fossoyeur. Le génocide arménien a été récompensé par le bonus du District d’Alexandrette amputé à la Syrie pour être offert à la Turquie, l’ennemi de la France durant la 1 ère guerre mondiale. La création d’Israël a entrainé l’exode des chrétiens palestiniens, l’agression anti nassérienne de Suez, en 1956, l’exode des chrétiens d’Egypte, l’invasion américaine de l’Irak, l’exode des chrétiens d’Irak; et la bataille de Syrie, l’exode des chrétiens de Syrie, alors que la guerre civile libanaise a provoqué un exode massif des chrétiens libanais, dans une tentative occidentale de fixer sur place les Palestiniens et de faire du Liban leur patrie de rechange.
 
Que la «Coordination des Chrétiens d’Orient», l’instance chargée de sensibiliser l’opinion française sur les dangers de l’extrémisme néo islamiste, soit présidée par le franco libanais Patrick Karam, un sarkozyste pur sucre, le talent scout du «premier président de sang mêlé de France», le déclencheur pour des raisons électoralistes de la guerre de Syrie, relève de l’aberration mentale.
En Orient, la France marche sur sa tête et réfléchit comme un pied. Après Nicolas Sarkozy, en accompagnement de sa future belle-mère et François Hollande, en déshérence du fait de Closer, faisons néanmoins le serment que le prochain président français en visite d‘état au Vatican se rende, non en scooter, ni avec son cortège de gaudriole, mais en situation de transparence matrimoniale. Clean. Non en état de chasteté, mais de clarté. De sobriété. Pour l’honneur de la France.

lundi 20 janvier 2014

Syrie, perfidie et tyrannie des preneurs d'otages.


Ouanes Levonian (69ans) et son fils Minas, deux arméniens qui vivaient à Alep. Ils étaient propriétaires, leur seul bien, d’un atelier de fabrication de glaçons dans le quartier Al-Bab qui se trouve dans la banlieue d'Alep sous contrôle de l’Armée Islamique de l’Irak et du Levant [dénommé en arabe par son sigle Da'ech - داعش].
Cette usine fut occupée par les terroristes.  Comme les deux arméniens n’avaient plus de ressources pour se nourrir, ils décidèrent de trouver un arrangement avec « l’Emir » de Da’ech », en espérant qu’il leur rendrait leur bien. C’était, avec bonté, espérer dans la « magnanimité » et le courage de ces simples terroristes.

Parvenus à la résidence de l’Emir, ils sont arrêtés en raison de leur baptême et de leur appartenance à la religion chrétienne. Retenus, ils tentent de parvenir à un compromis avec les hommes de l’A.I.I.L. dont nous savons qu’ils ne tolèrent pas le maintien en vie, des « Infidèles » autrement-dit  de tous ceux qui ne sont pas musulmans.

La famille de Ouanes Lévonian, se compose de son épouse, de ses deux filles et de son fils unique, Minas, qui lui-même est marié avec 3 enfants dont l’ainé est à peine âgé de onze ans. Durant des mois, l’épouse de Ouanes et les siens se mettent à la recherche de son époux et de son fils.

Un jour récent, une sentence est prononcée par un juge du tribunal de la Chari'a de l’A.I.I.L. à l'encontre des deux Levonian; elle stipule : « Devenez musulmans et vous serez laissés en vie ». Les deux malheureux sont contraints d’accepter ayant une famille à nourir ; ils proclament la « chahada » de la conversion ; toutefois en dépit de leur proclamation, ils sont remis en prison avec la promesse d’être libérés sous trois jours. Minas demande alors pourquoi ce retard à leur libération ? La réponse ne tarde pas à venir : « Son Altesse, l’Emir n’est pas convaincu du bien fondé de votre conversion à l’Islam ». « Comment est-ce, puisque nous avons juré ? »,  répond-il. « Vous les gens du Livre votre Evangile est falsifié et votre Foi est nulle. Vous, vous êtes convertis à l'islam par ruse » leur réplique-t-on.

C’est alors qu’en raison du conflit entre mouvements rebelles, les deux hommes sont conduits chez le juge de l’A.I.I.L. devant lequel ils sont assassinés par balles. Mais la fin du drame est à venir puisque la famille, étant parvenu, à l’A.I.I.L. dans ses recherches, demande que les corps leur soient remis. La réponse de Da’ech, n’est autre que : « Vos hommes sont morts musulmans et seront enterrés selon la loi musulmane ; ils sont maintenant nos martyrs…ils ne peuvent vous être remis ».

jeudi 14 mars 2013

Guerre de Syrie, Quelles conséquences ?

Alep - 14 mars 2013 - La guerre est un désastre général. En parler, n’est autre qu’égrainer un cortège de conséquences dramatiques et fatales ; et pourtant, la vie nous fut donnée pour la vivre et la vivre pleinement, non pas dans la solitude exposés à la mort, mais avec les autres, ceux qui pensent, qui vivent, qui croient et qui aiment différemment de nous. Lorsque nous nous présenterons devant la face du Très Haut, Il nous interrogera sur le nombre de ses enfants, éloignés de Lui, que nous Lui aurons ramenés et non pas sur le nombre d’infidèles tués.

Noircir une feuille de papier avec les misères de la guerre de Syrie est singulièrement désolant ; la désolation sera plus grande encore, lorsque le conflit prendra fin ; tous les protagonistes se feront alors la réflexion : « A quoi bon cette guerre » ? Telle est peut-être la question la plus redoutable, qu’il revient à chaque dirigeant d'un grand pays de se poser rapidement, sans quoi cette interrogation viendra plus tard, les frapper de plein fouet et ils éprouveront alors tous, coupables et innocents, le remords et la tristesse de n'avoir pas su épargner au peuple syrien les conséquences de cette terrible tragédie.

Un être normalement constitué et instruit, ne peut éluder cette interrogation qui est un effort de l’esprit certes, mais aussi et surtout une réaction d'émergence au milieu de l’indifférence. Dans le court-terme d'une guerre, les assassins sont illusionnés ; ils ne perçoivent pas les conséquences de leurs méfaits ; leurs amis preneurs d’otages, leurs cousins trafiquants, leurs voisins spéculateurs, leurs oncles sponsors sont dans le même état d’esprit mais à long-terme, les conséquences se révéleront à leurs yeux, comme la photographie sous l'effet du révélateur ; la guerre libanaise nous a montré l’échec, sur toute la ligne, d’une guerre interne ; tout comme le Liban, la Syrie était belle, elle se réveillera défigurée. L’environnement s’améliorait, il sera méconnaissable. Le voisinage était familier, il deviendra étranger. Les personnes instruites qui enrichissaient le peuple de leur savoir et élevaient les humbles de leur vertus, laissent la place à des ignorants qui ne connaissent que le toucher de l’argent. Ceux qui auront quitté le pays, dans l’espoir de trouver une terre d’accueil, réaliseront leur appartenance à une minorité culturelle qu’ils auront adoptée, en échange de la minorité confessionnelle à laquelle ils appartenaient chez eux, en Syrie ; ce pays désormais déboussolé et déséquilibré par le départ de ses minorités, se retrouvera dans des mains incultes et grossières.

Dans la réalité quotidienne de ce calvaire syrien, à quoi assiste-t-on nous présentement ?

Nous assistons à une misère matérielle galopante bien naturellement : Le passage de la pauvreté à la misère a poussé les filles de certaines familles à la prostitution. Pour ces familles-là, la location du corps, est la seule source de revenus possible. Quel drame !

Nous assistons à l’émigration et au départ d’un pays aimé, vers un pays inconnu, pour aller découvrir un ailleurs où l'étranger est toléré, quand il ne récolte pas l'indifférence froide, voire glaciale. On parle déjà d’un million de réfugiés syriens ; on dit que le Liban est submergé par ses réfugiés.

Nous assistons à la naissance d’une caste médiocre et mécréante de trafiquants, de rôdeurs en chasse, d’éléments armés qui, après un premier crime deviennent des criminels professionnels, dont les actes nous sont présentés comme la traduction d’une recherche de liberté, d’une insurrection contre la dictature, d’une défense de la patrie ; chaque bord arborant des slogans idéaux et abstraits, mais en attendant, chaque partie bafoue la dignité de l’autre, retire l’espoir de vivre et décime des familles entières. Quelle aubaine pour ces criminels !

Nous assistons à l’inquiétude croissante des familles chrétiennes, empêchées de fuir le pays à cause de la pauvreté et forcées d’inciter leurs jeunes gens à rejoindre les « comités populaires » constitués pour défendre les zones à forte population chrétienne.

Nous assistons au réflexe de défense d’autres jeunes gens, allés renforcer les « phalanges » du parti Baath, afin de soutenir l’armée arabe syrienne, contre une modique somme de 12.000 livres syriennes (100€).

Nous assistons aux conséquences fatales pour cette jeunesse chrétienne qui, toutes les semaines, perd cinq à six de ses frères dans l’un des deux secteurs chrétiens d’Alep.

Nous assistons à des suicides de pères de familles chrétiennes qui franchissent le pas du désespoir faute de pouvoir nourrir les leurs. Six cas sont déjà connus à Alep. Au fil de la détérioration, la mort prend pour certains, les traits d’un mirage de liberté, aspirant des personnes totalement démunies et sans ressources.

Nous assistons à l'abus d’alcool ; une mort plus lente que le suicide, qui passe par l’appauvrissement de l’âme sous l’exaltation des sens. C’est ce qui arrive à des jeunes syriens chrétiens, qui ne trouvent plus la manière de faire connaître leur détresse. Ils se révoltent contre la patrie et la religion puis tombent sous l’emprise de l’alcool.

Nous assistons à l’aventure inconsciente et au dénouement fatal pour des jeunes gens, qui ont préféré s’embarquer clandestinement sur des bateaux amarrés dans les ports turcs, espérant rejoindre la Grèce ou l’Italie, mais dont le sort ne fut pas plus heureux qu’en Syrie, car la traversée ne fut que de courte durée. Les fourgons, dans lesquels ils avaient trouvé refuge, ayant été jetés à la mer.

Nous assistons à la division au sein de la famille entre sympathisants du régime et partisans des rebelles.

Nous assistons à la division conjugale qui suit la ruine du père et la perte de l’emploi ; la fierté des syriens, les empêchant de tendre la main aux organisations caritatives, des couples préfèrent la division et le divorce, au choix de solliciter une association charitable ; dans bien des cas, la mort naturelle, par infarctus de l’époux, apporte la solution.

La société syrienne qui était si friande de visites familiales et amicales, s’est émiettée en deux ans. Les combats et les risques imprévisibles ont réduit sensiblement les mouvements des habitants hors de chez eux. Après le repas de midi, les rues se vident et les rares taxis qui circulent, ont décuplé leurs tarifs.  

Nous pouvons poursuivre le chapelet de misères, car les conséquences de cette guerre sont sans mesure. Conséquences psychologiques et pathologiques, conséquences d’autres natures aussi, mais imaginons seulement un pays qui manque de façon criante de médicaments et de médecins. Telle est la Syrie d'aujourd'hui qui connaît une mortalité infantile dramatique faute de soins, et une espérance de vie en chute sensible. Dans la seule ville d’Alep, le nombre de médecins spécialistes, rattachés à l’hôpital, est passé de 290 à 40.

Dans leur hargne à tuer, les combattants empêchent même les vivants d’enterrer les morts. Les musulmans ne parviennent plus à mettre en terre les leurs, car les cimetières musulmans sont sous le contrôle de l'Armée Syrienne "Libre" ; aussi réquisitionnent-ils les petits jardins de quartiers pour y déposer les corps.

Quant aux chrétiens, privés des prêtres, qui furent contraints à prendre la fuite, pour éviter les menaces des terroristes, les voici inhumant leurs morts sans célébrant ; un laïc récite une simple prière et les avis sont publiés sur facebook.

En évoquant les conséquences du conflit syrien, nous avons traversé un tunnel lugubre d’actes sombres et négatifs que les acteurs du cette tragédie projettent sur les innocents et leur entourage ; mais l’espoir, dit-on, est au bout du tunnel et en Syrie, le sourire vient de ces gestes qui étonnent et émeuvent, des familles qui, malgré la détresse, se montrent à chaque instant solidaires ; de ces portes de maisons encore préservées, qui s’ouvrent, de cette tendresse et de ces larmes qui volent au secours des faibles et des fragiles, des réfugiés et des souffrants. Le peu qui reste est partagé.

En définitive, l’espoir ce sont les hommes et les femmes qui vivent et se nourrissent de la foi. Ces prêtres, ces moines et ces laïcs qui mettent en commun, leur énergie et leurs biens pour venir au secours des familles, sans penser aux risques et sans attendre des moyens importants.

L’espérance pour la Syrie ce sont ces Eglises devenues lieux de charité et d’amour envers les chrétiens et les musulmans.

Le Veilleur de Ninive

samedi 2 mars 2013

Rebelles syriens: "Les Chrétiens doivent soit se convertir, soit payer la jizya, soit mourir"

Ecoutez le langage de "rebelles" prisonniers ; ils décrivent le traitement qu'ils réservent aux Chrétiens et au reste du monde ; C'est édifiant de naïveté. 

Tant qu'il y aura des gens qui pensent ainsi, la guerre continuera pour permettre que tous ces obscurantistes, fanatiques et aveugles, se fassent prendre prisonniers ou tués.

Ils n'ont pas encore compris que la guerre de Syrie fut allumée pour que tous ces fanatiques s'y regroupent, et qu'on puisse leur taper dessus.


Activez les sous-titre...

Emprunté à l'observatoire de l'islamisation. 

dimanche 10 février 2013

Turquie : une église bientôt transformée en mosquée.



Les autorités turques ont annoncé que l’église Sainte-Sophie de Trébizonde (Actuellement Trabzon, en Turquie), qui a fonctionné jusqu’à maintenant comme un musée va devenir une mosquée, comme le rapporte Pravoslavie citant Greek Reporter.
Le directeur général des Fondations de la Turquie (General Directorate of Foundations) Adnan Ertem a dit « [qu’] il n’y a aucun obstacle à ce que l’église Sainte-Sophie de Trébizonde commence à fonctionner en tant que mosquée, et c’est ce qui va arriver dans les prochains jours ». « Nous voulons faire la même chose avec la basilique Sainte-Sophie à Istanbul, mais au final, cela ne dépend pas de nous. Une telle décision devra être prise par le gouvernement, c’est sa responsabilité  », a-t-il ajouté.
Sainte Sophie de Trébizonde est un monument historique de l’architecture byzantine, en plus, il ya des fresques dès années 1260. La cathédrale a été construite dans les années 1238-1263 par Manuel Ier. En 1461, Mehmet II a pris Trébizonde et l’a transformée en mosquée. La cathédrale a été utilisée comme hôpital militaire et entrepôt pendant la Première Guerre mondiale, lorsque la ville était contrôlée par les troupes russes. Puis elle a de nouveau été utilisée comme mosquée jusqu’en 1964, quand il est devenu un musée après sa restauration, réalisée en 1958-1964 par l’Université d’Édimbourg.
En juillet 2012 le vice-Premier Ministre Bulent Arych a annoncé l’intention du gouvernement d’autoriser le transfert de l’église à la communauté musulmane pour en faire une mosquée.
Source : Pravoslvie - Traduction et source françaises par : "L'Observatoire de la Christianophobie".

mardi 21 août 2012

A lire : Allah cet inconnu.

Mohamed Rahouma, né en Égypte en 1950, occupait le poste de doyen d'une faculté d'études islamiques à Menieh, dans le Delta du Nil. En 2002, réfugié aux Etats-Unis, il raconte toutes les étapes d'une vie qui va le conduire de l'islam au christianisme. Ce livre vient d'être traduit et a été publié en juin (1).
Encore un livre sur ce thème ?
Oui, en ce sens qu'on y retrouve les mêmes et pénibles cheminements (2) que dans des livres bien connus (3).
Non, à cause de l'originalité et de la richesse de ces "confessions" : vécu personnel et familial bien sûr, mais aussi expériences professionnelles et politiques liées à un haut niveau de responsabilités universitaires. Le chapitre intitulé "l'Arabie saoudite, terre des chagrins" est particulièrement roboratif, qui raconte trois années passées dans ce pays en réponse à une invitation officielle pour aller enseigner à l'université de Ryad.
Amour, paix intérieure, liberté, joie…
Ce sont les principales réponses auxquelles l'auteur aboutit. Il les explicite dans un post-scriptum particulièrement intéressant, écrit en juin 2011. Rappelons que, du fait de son cursus professionnel, il sait de quoi il parle.
"J'avais besoin de savourer l'amour divin que l'islam ne connaît pas. Le concept amour y demeure banni et suspect. Dès qu'un musulman entend  ce mot, aussitôt seul le commerce sexuel avec les femmes lui vient à l'esprit…
Par contre l'amour, dans le christianisme, se manifeste dans ses plus beaux aspects. C'est par amour que Dieu le Père a envoyé son Fils unique pour sauver le monde.
Les preuves de cet amour se révèlent notamment sur la croix où le crucifié s'est livré pour les pécheurs. Il est mort et ressuscité pour nous associer à sa gloire. Par cette mort, le Seigneur glorieux a ainsi vaincu le péché pour nous sauver.
J'avais également besoin de la paix intérieure que l'islam reste et demeure incapable de fournir. Ses adeptes clament qu'il est une religion de paix mais, en vérité, il s'agit d'une religion de sang, de rancune et de guerre…
Quant au christianisme, il annonce de manière explicite et sans aucune confusion qu'il donne la paix et favorise la tranquillité du cœur et de l'esprit
La liberté me manquait aussi en islam, incapable de l'accorder à ses adeptes. Il s'est propagé par la violence et par l'épée. Celui qui devient musulman deviendra esclave et prisonnier et n'aura plus le droit d'abandonner l'islam. S'il le fait, il sera traité comme apostat, donc banni et condamnable à mort…
Le christianisme, par contre, accorde la liberté totale à tout homme…
De même, la joie demeure inconnue en islam…
Le christianisme considère la vie comme une grâce du Seigneur et non point comme une malédiction…
Et aussi… l'engagement du Seigneur accorde au converti la sérénité et l'espérance… j'ai la profonde conviction que le Seigneur m'accorde le salut."
L'appel qui nous est adressé
Mohamed Rahouma nous demande de ne "pas laisser le converti dans l'embarras. Nous devons nous préparer afin de constituer une grande famille d'accueil pour celui qui a tout abandonné, y compris sa propre famille, afin de rejoindre celle du Christ. Les chrétiens ne doivent pas être exigeants à son égard, ni vouloir qu'il devienne un saint en un clin d'œil. Un converti a besoin d'accompagnement spirituel, de la prière de ses frères chrétiens, censés lui montrer la bonne voie qui mène immanquablement au Christ."

Infos et contacts : formations.i.c@orange.fr - Étienne Péléant - 21 août 2012 - Lettre CLAIR ET NET n°5.

(1) Mohamed Rahouma - Allah cet inconnu - (Éditions Qabel - juin 2012 - 240 pages - 17 €) - Préface de Gérard Leclerc. Commandes : http://www.qabel-editions.com/ - courriel : g.qabel@gmail.com
(3) Par exemple : Joseph Fadelle - Le prix à payer (Éditions de l'Œuvre - 2010 - 224 pages - 18 €)
Mark A. Gabriel - Jésus et Mahomet  (Éditions Ourania - 2007 - 318 pages - 5,70 €)

lundi 3 janvier 2011

Convertissez-vous à la religion de Notre-Seigneur Jésus-Christ, Dieu et homme.

Ô Musulmans de tous les pays!!!
Arrêtez les massacres de Chrétiens et convertissez-vous
à la religion de Notre-Seigneur Jésus-Christ, Dieu et homme.

Préalable :
  • La religion de Notre-Seigneur Jésus-Christ est bien antérieure à l'arrivée de l'Islam.
  • Le Christ est une réponse aux écritures, puisqu'il est le Messie annoncé par les Prophètes dont parlent les textes de la Bible.
  • Comme Messie, le Christ est Dieu. Jean-Baptiste est le dernier Prophète. Il a été envoyé pour annoncer la venue de Jésus-Christ. Cela n’avait de sens que si Jésus était Dieu. A-t-on vu un prophète annoncer la venue d’un autre prophète ?
Ô disciple de Mohammed, 
  1. En rejoignant le Christianisme, vous abandonnez la vision d'un Dieu lointain pour  entrer en relation avec un Dieu, proche de l'homme; un Dieu incarné dans la chair humaine. En effet, comment Dieu peut-il être miséricordieux s'il n'est pas capable de se rapprocher de l'homme ?
  2. En rejoignant le Christianisme,  vous abandonnez une religion imposée à tout être existant. En revanche, vous rejoignez une Eglise dont les fidèles poursuivent un chemin personnel en vue de rencontrer Dieu; ce chemin, ils le suivent en toute liberté. En effet pour vous musulman, le simple fait d'exister fait de l'homme un musulman; s’il reconnait la shahada, il est croyant, sinon il est infidèle. Pour le christianisme, tout le monde n’est pas chrétien mais qui le souhaite librement; de plus, exister et proclamer l’équivalent d’une shahada n'est pas suffisant pour être reconnu fidèle de Dieu. Il faut vivre en chrétien et cela est le programme d’une vie entière.
  3.  En rejoignant le christianisme, vous renoncez à exclure les "incroyants" mais à être miséricordieux envers eux pour les aider à se convertir. Dans l’Eglise, vous aurez à leur témoigner de l'amour en vue de leur conversion à la bonne nouvelle annoncée par le Christ.
  4. En rejoignant le Christianisme, vous renoncez au Djihad pour le remplacer par la charité. En effet, Comment comprendre la miséricorde d’Allah, s'il faut tuer les personnes qui n’ont pas la même foi ?
  5. En rejoignant le Christianisme, vous découvrez la haute valeur du Pardon comme source de paix, d'amour, de renaissance, car le pardon est au cœur de la charité.
  6. En rejoignant le Christianisme, vous ne craindrez plus vos frères chrétiens si vous vous tournez vers une autre religion, que ce soit par doute, par erreur ou par expérience personnelle.
  7. En rejoignant le Christianisme, votre femme ne sera plus objet possédé jalousement, mais  une personne libre, vous aimant, et respectueuse du message évangélique qui n'est guère un message de débauche, de dépravation ou de provocation sexuelle. Ce qui vous choque dans le comportement de certaines femmes que vous pensez chrétienne est sans rapport avec le Christianisme qui se voit imposés des comportements moraux contraires à son enseignement mais qui refuse de recourir à la force pour les modifier. L’Eglise laisse désormais le Chrétien vivre sa liberté et son choix personnel pour le péché ou la sainteté.
  8. En rejoignant le Christianisme, vous renoncerez à lapider les personnes adultères et à couper la main des voleurs et ainsi à vous substituer à la justice d’Allah. Au contraire, vous ferez confiance à la justice de Dieu ; Dans le Christianisme, on ne juge pas les personnes ; on ne se prononce que sur les actes lorsqu’il sont inacceptables pour la vie spirituelle et morale.
  9. En rejoignant le Christianisme, vous contribuerez par votre richesse humaine et spirituelle à la civilisation  chrétienne, dont les belles réalisations passées furent souvent dues aux sacrifices d'hommes et femmes engagés au service et pour la Gloire du Christ.
  10. En rejoignant le Christianisme, vous compenserez les crimes inadmissibles commis par certains au nom de l'Islam en fournissant à Jésus-Dieu des vies humaines qui travailleraient avec authenticité à sa Gloire, dans un projet éternel. Si dans le passé, l'on a pu voir des violences commises au nom de l'Eglise, elles ne furent qu'un détournement du message évangélique, puisque la Bonne Nouvelle du christ ne se refère jamais à la violence qui tue à l'exception de celle exercée en l'encontre du Christ et des Apôtres.
  11. En rejoignant le Christianisme, vous  retrouverez la foi pour laquelle tant d'hommes et de femmes ont donné leur vie en silence, par amour, pour inclure les exclus et donner du pain à ceux qui n'en n'ont pas assez, pour apprendre à pardonner à ceux qui ignorent la charité, pour redonner espoir aux désespérés mais aussi, quotidiennement, pour partager entre frères, au moment de l'Eucharistie, le corps et le sang du Christ versé lors de la crucifixion que lui Dieu a accepté pour montrer un nouveau chemin aux hommes.
Comment procéder pour la conversion ? Il vous suffit de rencontrer un prêtre de l’Eglise, syriaque, assyrienne, chaldéenne, maronite, grecque, melkite, latine, russe, arménienne, etc…, un prêtre de l’Eglise catholique ou orthodoxe quel qu'il soit et l'entretenir du sujet. Il vous préparera à la conversion. Le prêtre est tenu par le secret. Il vous écoutera avec attention et charité. Vous, nouveau converti, vous serez accueilli avec amitié, affection et soutien par la communauté chrétienne.

                                                                                                           Le Veilleur de Ninive


dimanche 21 novembre 2010

Des Initiatives de Conversion au Christianisme.

Suite à la tragédie du 31 Octobre 2010 à Bagdad, des Musulmans voisins et amis des victimes, horrifiés par le crime lâche et abominable, ont décidé de passer au Christianisme.

Dieu en soit loué et Bienheureux sont les Martyrs chrétiens de Saydet el-Najat; merci à nos frères musulmans qui vont rejoindre la foi du Christ-Roi, lequel est assis sur son Trône en "Croix". Ces conversions sont déjà les premiers fruits du martyr...Il y en aura d'autres...Patientons.

Soyons tous affectueusement et amicalement attentifs à nos frères musulmans qui veulent aller à la rencontre de Jésus-Christ et découvrir la miséricorde et la tendresse du Nazaréen. Assistons-les, entourons-les, accompagnons-les ; ouvrons-leur grand la porte.

Aussi nous faut-il prier et travailler avec dévouement pour que chaque chrétien tombé, en pays musulmans, sous les balles d'un fanatique soit relevé par la conversion de deux musulmans, au Sacré-Coeur de Jésus. C'est ainsi que les vivants pourrons servir la cause du Salut et aider leurs frères menacés par les fanatiques sur la planète.
Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.