Affichage des articles dont le libellé est ASL. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est ASL. Afficher tous les articles

vendredi 5 juillet 2013

Alep étouffe

L’ASL et le Front al-Nosra, leurrés, semble-t-il, par une simulation d’offensive généralisée sur Alep pour les détourner de Homs, véritable cible de l’Armée arabe syrienne, tenteraient de punir la ville du nord en la frappant avec une violence inouïe, associant attaque militaire et privation de biens essentiels.

Depuis deux jours, une pluie d’obus « silencieux » s’abat sur Alep et ses quartiers causant des dégâts très importants et de nombreuses victimes qu’on ne peut soigner dans les hôpitaux désertés par les médecins, où les médicaments manquent de façon criante, où l’absence d’électricité paralyse les instruments de travail.  

C’est qu’Alep est en train d’étouffer militairement mais aussi économiquement. Depuis le temps que dure cette guerre, on trouve de moins en moins de produits frais : plus de viande, plus de pain et lorsque les boulangeries en produisent, le prix du pain atteint les 400 livres syriennes le kilo ; plus de poulets et plus d’œufs dont la trentaine frôle les 550 livres syriennes. Les fruits et légumes sont devenus un luxe.  L’électricité est fournie avec parcimonie. L’eau si vitale, ne parvient que durant une heure par jour.

Cette rareté créée par la barbarie des hommes a besoin de financement ; elle pèse comme une double sanction sur la population qu’elle prive des biens essentiels, en lui soutirant ses dernières piastres.

Les banques privées et même l’Institution officielle, ne disposent plus suffisamment de liquidités. La Banque nationale ne parvient plus à payer les salaires. 

Le fonds de la misère ne semblait pas encore atteint par la population syrienne puisque pour la première fois, on aperçoit des femmes en voile, veuves depuis peu, se mettre au métier de chauffeur de taxis : véhicules privés ou véhicules sans plaques, peu importe. D’autres femmes s’adonnent à la vente d’essence, actes inconcevables il y a peu, mais encore acceptables face à celles qui cherchent à offrir leur corps pour pouvoir manger. On en voit hélas la nuit à la recherche d’occasions.

Récemment, je croisais à l’hôpital universitaire, une femme voilée qui portait la misère sur son visage. Dans l’échange que nous avons eu, elle me demande si je veux bien prendre son nouveau-né pour  l’éduquer. Je n’ai pu retenir mes larmes et lui tendre un billet. Comment faire face au désespoir ?

Les chrétiens, dont on pensait qu’ils étaient à l’abri d’un tel déclin social, atteignent à Alep des niveaux de misère jamais égalés. La nuit, dans leurs quartiers, des familles n’hésitent pas à sortir pour faire les poubelles à la recherche de nourriture.  Comment le monde peut-il tolérer cela ?

La révolte gronde dans les cœurs des habitants de la ville. Même les partisans du régime menacent de descendre dans la rue pour y manifester l’insupportable condition que cette guerre barbare leur fait subir. Révolte contre le gouverneur et les autorités militaires d’Alep, qui ne font pas suffisamment cas de la population dans la vigueur de leurs réactions aux assauts de l’Armée Syrienne Libre et du Front al-Nosra. Mais cette menace de protestations peut-elle être mise en application ? N’y a-t-il pas assez de menaces, à Alep actuellement ? La seule action possible n'est pas une menace ; elle est un mouvement à contre courant dans le sens de la prière sincère, chez soi, dans son abri, car la prière c’est l’action de Dieu au milieu de notre désarroi et l’action de Dieu n’a jamais fait de mal.

Témoignage d’Alep.

mercredi 13 février 2013

Syrie: Paroles amères sur une révolution corrompue...


AFP – Le 12 Février 2013 - "La vraie révolution en Syrie est terminée, nous avons été trahis": le coeur lourd, Abou Mahmoud, chef respecté d'une katiba (unité) rebelle d'un village du nord-ouest de la Syrie, ne cache pas son amertume.

"Notre belle révolution a été confisquée par les voleurs et les corrompus", accuse ce leader rebelle, dans un réquisitoire sans concession contre certains commandants de l'Armée syrienne libre (ASL) qui se sont "enrichis honteusement pendant que les vrais révolutionnaires meurent au front".

Ecoeuré de ces agissements, Abou Mahmoud a rangé sa kalachnikov pour "couper du bois et faire brouter ses chèvres dans la montagne", raconte-t-il à l'AFP, dans le verger de sa maison d'Atmé, bourg frontalier de la Turquie et base-arrière clé de la rébellion.

Son histoire est symptomatique d'un phénomène qui va croissant en zone rebelle : des combattants de la première heure contre le régime de Bachar al-Assad, ayant choisi de poser les armes, d'abandonner la lutte, dégoûtés de la corruption régnant à la tête de l'ASL, selon eux.

"Ces soit-disant commandants nous envoient nous faire tuer et restent à l'arrière pour se faire de l'argent. Ils ne viennent sur le front que pour piller, ils ne se battent pas. Et pourtant ce sont eux aujourd'hui qui sont à la tête de la rébellion", renchérit Abou Mahmoud.

"Partout où ils passent, ils volent, ils pillent tout ce qu'ils peuvent emporter, pour le revendre ici ou illégalement en Turquie": voitures, électroménager, machines, essence, antiquités... tout ce que vous pouvez imaginer!"

Et de citer une dizaine de noms de commandants de l'ASL, dans la province d'Idleb et la ville d'Alep. Tel cet officier des "Faucons" de Damas, réputé pour ses "razzias" sur les appartements abandonnés d'Alep. Ou ce patron d'un bataillon de cent hommes, qui a "vendu ses armes, ses voitures et même son QG au poste-frontière de Bab al-Hawa", pour se construire deux belles maisons et épouser une troisième femme.

Ou encore cet ancien artisan d'Atmé, au bord de la ruine avant la révolution, qui s'est impliqué dans la logistique de l'ASL et l'aide aux déplacés, et est aujourd'hui à la tête d'une écurie de voitures de luxe...

"Le problème est que beaucoup de ces officiers véreux ont aujourd'hui des soutiens de l'étranger", blâme Abou Mahmoud.

Comme des moutons à l'abattoir

A Atmé, l'homme a toute la légitimité pour parler. Cet officier déserteur, la trentaine bien entamée, est à la tête du "Bataillon 309", une unité de 35 hommes installés sous un camp de tentes dans les oliviers.

Peu disert, il est réputé pour son honnêteté. Ses soldats louent son courage, comme la modestie de son train de vie, dont témoigne son vieux 4X4 brinquebalant.

La petite troupe a combattu un peu partout dans la région, dernièrement à Alep. "Nous combattions avec seulement sept kalachnikovs, récupérées sur l'ennemi", explique Abou Mahmoud.

"Nous recevions un peu d'argent de Mustafa Cheikh", ancien chef de l'ASL. Ce soutien s'est arrêté avec sa mise à l'écart.

"Sur le front, des officiers nous donnaient parfois des munitions, mais jamais d'armes ou d'argent. Celui qui nous dirigeait un moment à Alep nous a envoyés comme des moutons à l'abattoir. Et nous n'avions même plus de quoi manger...", s'attriste le leader insurgé.

"Pourquoi nous battons nous, pour qui mourrons-nous? Pour notre pays? Ou pour ces gens qui volent les Syriens?", s'indigne-t-il.

Abou Mahmoud n'a pas voulu intégrer une autre unité. "Je n'en ai pas trouvé d'honnête ou qui me convienne". Les islamistes? "L'islam qui vient avec ces gens me pose problème, ce n'est pas l'islam que je connais".

Quelques-uns des hommes d'Abou Mahmoud sont partis, d'autres sont là, "ils travaillent au village".


"Aujourd'hui, nous sommes ici, mais notre esprit est au front", avoue le chef du Bataillon 309. "Nous avons abandonné la révolution, mais la révolution elle ne nous laisse pas. Le jour viendra peut-être où sonnera l'heure de rependre le combat..."

jeudi 7 février 2013

Les chrétiens syriens d’Alep terrorisés par les milices islamistes.

Publié le 5 février 2013 par Daniel Hamiche - Pour cette fois, les choses se sont bien terminées en raison de l’arrivée sur place des forces gouvernementales. Mais pour combien de temps ?

La peur s’est emparée des chrétiens d’Alep résidant dans le quartier à majorité chrétienne syriaque, ainsi que l’indique un message envoyé à Fides par le pasteur Ibrahim Nussair, responsable spirituel de l’église évangélique d’Alep, lorsque, hier matin, des milices islamistes appartenant au groupe Jabhat Al Nusra ont pénétré dans la zone. « Nous nous sommes réveillés en sursaut en entendant les cris de “Allah-u-Akbar” et en regardant par la fenêtre, nous avons vu les guérilleros du bataillon Jabhat al Nusra dans nos rues. Ils dressaient des barricades dans les environs de nos églises et de nos écoles, mettant en danger la vie de la population civile ». Le pasteur a ajouté que, avec l’arrivée de forces de l’armée régulière, de lourds combats se sont engagés et les miliciens ont été chassés de la zone. Le pasteur indique que la présence de ces miliciens, même quelques heures, a contribué à répandre une vague de terreur parmi la population qui ne se sent plus en sûreté et pense à quitter la ville. Le responsable chrétien conclut : « Nous avons confiance en Dieu mais également en nos amis musulmans de Syrie afin qu’ils nous protègent des extrémistes. Nous sommes et resteront un peuple qui désire et travaille pour le dialogue et pour la paix ». Au début de novembre dernier, l’église évangélique historique d’Alep, sise dans le quartier de Jdeideh, au cœur de la vieille ville, avait été minée et avait explosé.

Source : Agence Fides

mercredi 30 janvier 2013

L'Armée syrienne libre se retournerait-elle contre la France ?

Réseau Voltaire - 28 Janvier 2013La France a organisé l’Armée syrienne libre (ASL), allant même jusqu’à lui donner son drapeau, celui du mandat français sur la Syrie (1920-1946). Elle lui a officiellement fourni des armes et des fonds, en violation des Traités internationaux. Et elle l’a officieusement encadrée avec des officiers et des formateurs pour renverser le gouvernement légal et légitime. L’ASL a détruit les principales infrastructures du pays et livré des combats qui ont coûté la vie à près de 60 000 Syriens, mais elle n’est pas parvenue à s’emparer du pouvoir.

Constatant l’échec de sa guerre secrète et le soutien sans faille de la majorité de la population syrienne à son État, la France s’est désengagée de l’ASL au moment où elle se lançait dans une nouvelle aventure coloniale, au Mali.

Furieux de cet abandon, les mercenaires de l’ASL se sont retournés sans attendre contre leur allié d’hier. La vidéo que vous aller voir a été tournée dans la « zone libérée de Bansh », non loin de la frontière turque, le vendredi 18 janvier 2013.

À l’issue de deux ans de guerre secrète en Syrie, la France s’est coupée de la Syrie et est conspuée par l’ASL.











lundi 24 décembre 2012

La Syrie à l'ère de la révolution.

Une déplacée syrienne raconte à l'Agence de presse [Al-Khabar Brass] , les barrages de viols dans la région syrienne de Khan Sheikhoun qui choquent le monde. 

Cet incident qu'elle évoquera, ne s'est pas produit il y a un millier d'années, et peut-être encore qu'à cette époque la protection et la magnanimité existaient ; cette histoire s'est produite dans la ville syrienne de Khan Sheikhoun à l'époque des "droits de l'homme" et de la "démocratie", par des nouveaux islamisés revendiquant la liberté.

Voici le récit tel qu'il fut rapporté par la réfugiée syrienne à l'Agence de presse [Al-Khabar Brass] au Liban : Elle a relaté, les larmes sur les joues, les nombreux abus qui se sont produits et se produisent en Syrie, dans la ville de Khan Sheikhoun, accusant l'oppression et l'injustice des milices de l'Armée Syrienne "Libre" wahabites. 

Elle nous a entretenu des barrages de viols, au moment du passage de sa propre voisine et de son mari sur l'un des barrages de l'Armée Syrienne "Libre", à une heure avancée de la nuit ; après vérification des papiers d'identité par les terroristes, le chef du barrage ordonna à l'épouse de descendre après que les terroristes se fut entendus entre-eux de la faire quitter la voiture, devant son époux et sans qu'il ne put réagir, les armes étant posées sur sa tête. Ils commencèrent alors à adresser à l'épouse des paroles racistes et à la regarder comme des sauvages.

Lorsqu'elle fut hors du véhicule, ils l'emmenèrent à quelques mètres de là et ils l'exposèrent dans l'obscurité au plus haut gradé de la bande qui étaient resté à l'écart du barrage. Il éclaira son visage d'une lanterne puis donna son agrément à la demande des éléments armés de l'ASL qui se relayèrent alors pour la violer.

La dame poursuivit sa communication à l'Agence de presse [Al-Khabar Brass] au milieu de l'étonnement des frères collègues choqués ; elle affirma que le mari entendit les cris de son épouse, alors qu'elle criait pour qu'on vienne la libérer des mains de ces sauvages qui prétendaient gouverner la Syrie. L'époux descendit alors du véhicule et s'affronta à l'un des terroristes qui se tenait debout près de la porte du conducteur ; à ce moment, l'un des éléments posté-là lui tira dessus sans commisération, le laissant mort devant les yeux de son épouse violée.

Voici la liberté à laquelle est parvenu le peuple syrien aujourd'hui qu'il est dans les mains de l'Armée Syrienne Libre et du Front de la Victoire [Djabhat al-Nosra], nouveau nom pour Al-Qaïda ; c'est par ces mots que la réfugiée syrienne termina sa communication à l'Agence de presse [Al-Khabar Brass].

Docteur Jihad al-Makdissi. 
Traduction de l'arabe par le Veilleur de Ninive.

mardi 11 décembre 2012

Syrie La ville de Jdaydeh entre les mains de l'ASL

Jdaydeh - Mardi 11 décembre 2012 - Nous venons d'apprendre que l'Armée Syrienne "Libre", a investit, ce matin, le village de Jdaydeh après que l'armée se soit repliée sur Ya'coubieh, seul village chrétien encore sous contrôle de l'armée. 

L'ASL ne se prive pas de voler les voitures et les tracteurs, obligeant les habitants à rester chez eux. 

Désormais, les villages chrétiens de Ghassanieh, Qnayeh et Jdaydeh sont sous le contrôle des bandes armées. 

Prions pour nos frères chrétiens sur lesquels pend le couperet de la brutalité aveugle des fanatiques. 

Par ailleurs, nous apprenons que du côté de la ville d'Alep, l'armée arabe syrienne a repris la route de l'aéroport d'Alep, le quartier arménien de Dar 'Ajazeh, le quartier Bustan al-Bacha, l'Hôpital al-Kindi et qu'à l'instant où j'écris, elle progresse vers la grand prison d'Alep.

mardi 7 août 2012

Alep : Les éléments de l'ASL sont désormais dans les quartiers chrétiens.


Alep (Syrie) - Le mardi 7 Août 2012 (18:05 heure locale) - Des éléments de la dite Armée Syrienne « Libre » ont donné ce matin aux habitants des quartiers chrétiens d'Alep l'injonction de quitter leurs maisons dans un délai de 2 heures. Ils ont ainsi procédé à l'identique de ce qui fut fait dans le quartier de Hamidieh à Homs.

En réponse à ces injonctions, quelques familles ont décidé de laisser leurs logements, tandis que les autres choisissaient de rester sur place.

Dans la matinée, des éléments de l'ASL ont cherché à occuper le centre du quartier de «  Jinayeh » ainsi qu'une  caserne de l'armée. Ils n'y sont pas parvenus en raison de bombardements de l'armée syrienne auxquels ils furent soumis. Les accrochages avaient commencé à l'aube vers 5h 30 et ne se sont arrêtés qu'à midi pour reprendre à 14h sans interruption. A l'heure où nous vous écrivons, les accrochages se poursuivent.

Alep (Syrie) - Le mardi 7 Août 2012 (7:19 heure locale) - Le pire est arrivé : Les éléments de la dite Armée Syrienne « Libre » encouragée et soutenue par les Etats-Unis, la France, l'Angleterre, la Turquie, Israël, l'Arabie-Saoudite et naturellement le Qatar se trouvent depuis cette nuit  dans les quartiers chrétiens d'Alep pour fuir les zones de combats de la nuit qui ont opposé l'armée officielle et les éléments de l'ASL. 

Les hélicoptères et les avions de type Sukhoï sont intervenus la nuit durant et poursuivent leurs actions à l'heure où nous écrivons. Les habitants des quartiers chrétiens ont très peur ; ils ne sont pas armés et donc sans défense. Ils demandent à l'Occident d'aider à leur sécurité plutôt que d'encourager les bandes sans contrôle de l'ASL; il est impossible de quitter les zones de combats. 

La prière ardente de la part de chaque lecteur est indispensable car seule la foi, et son expression par la prière demandant l'intervention du Très-Haut, peut venir au secours de nos frères.

La prière nous unira face à l'adversité et l'injustice des gouvernements qui soutiennent le Conseil National Syrien et la dite Armée Syrienne « Libre » .

samedi 4 août 2012

Témoignages en provenance des quartiers chrétiens d'Alep.

Nous publions ici les témoignages d'un chrétien vivant actuellement dans l'un des quartiers chrétiens d'Alep.

Alep (Quartier syriaque) - Dimanche 5 Août 2012 (00:30) - Notre quartier n'a pas été touché mais l'Armée Syrienne "Libre" envoie des hommes armés enlever tous fonctionnaires, officiers de l'armée, policiers, médecins ou les enfants des parents.

J'écris du quartier Syriaque "Jadideh" où toutes les écoles sont transformées en refuges pour les familles fuyant les quartiers chauds. A 100 mètres de chez moi se trouvent des bureaux des services de renseignements Jinayeh et Askariyeh qui furent plusieurs fois attaqués. Des Chrétiens bénévoles (Maristes, Legions, Scouts...) leur offrent de l'aide.

A l'heure où j'écris, l'offensive a repris; les avions de chasse, Sukhoï et Mig 21,... sont en action. Ce sont les mêmes avions qui ont liquidé les rebelles qui avaient tenté d'occuper la Radio-Télévision syrienne. Au cours de ces actions, il semble qu'il y ait eu une centaine de mort en majorité des salafistes, des afghans, des talibans, des libyens mais très peu syriens.

On dit que la vraie bataille n'a toutefois pas encore commencé.

Alep - Samedi 4 Août 2012 (08:41) - Dans la nuit l'offensive de l'armée syrienne sur Alep pour déloger les éléments armés de l'ASL a commencé; les Mig 21 n'ont pas cessé de survoler le ciel de la ville.

Alep - Vendredi 3 Août 2012 (15:40)- « Alep, c'est vraiment l'enfer et la situation rappelle celle de Beyrouth en 1976.  Les accrochages sont continuels et à présent étendus à l'ensemble des quartiers de la ville. Ils mettent aux prises l'armée syrienne et l'ASL d'une part, mais aussi d'autre-part, les tribus de « Bari » et de « Baggara » qui s'apprêtent à affronter cette même armée syrienne « libre » d'autre part. En effet, le massacre de 13 membres de la tribu de Bari par les bandes de l'ASL vont entraîner la réplique des premiers.

En effet, les tribus bédouines préparent des dizaines de milliers de combattants pour une prochaine bataille alors que l'ASL alliée au Parti kurde (PKK), se prépare dans les quartiers kurdes à la confrontation.

Les voleurs sont nombreux et les vols très frequents; ils forment des bandes qui profitent de l'anarchie. Les enlèvements sont quotidiens en raison de la paralysie des forces de sécurité et de police. En deux mots : C'est la pagaille et l'anarchie régnantes.

Les bombardements quant à eux ne cessent guère jour et nuit; depuis 10 jours nous n'avons plus de pain ni de carburant; les échoppes sont fermées et même les ambulances ne répondent plus à l'appel pour le transport des blessés. Nous passons les nuits dans les caves.

Les parties en présence considèrent la bataille d'Alep comme decisive. Si, à Dieu ne plaise, la ville tombe dans les mains de l'ASL, ce sera la fin du régime mais aussi de celle des minorités, en raison de l'aveuglement des éléments armés. Mes collègues à Damas m'ont assuré que les quartiers chrétiens de la Capitale, Bab Touma et Charqi sont également menacés. La situation est très sombre »; on s'attend au pire et à ce que l'affrontement dure longtemps. L'ASL occupe 75% d'Alep, tandis que l'armée syrienne fait le siège de la ville.

dimanche 22 juillet 2012

Syrie : Messages de détresse reçus du quartier Chrétien d'Alep.

Alep - Mardi 24 Juillet 2012 (Reçu à 16:20 GMT+1) - « La situation est dramatique. Une véritable bataille se déroule ici. Les victimes tombent par dizaines. Les quartiers chrétiens sont visés. L'électricité est coupée 14 heures par jour; les magasins sont vides quand ils ne sont pas détruits et pillés.

L'Armée Syrienne Libre (ASL) tente de faire sauter les réservoirs d'eau de la ville. Les bombardements sont continus. Nous entendons des déflagrations presque toutes les minutes.  

Dans des quartiers de la vieille ville d'Alep, les éléments armés de l'ASL vident les maisons, violent les filles et tuent des civils sans raisons. Nous vivons une véritable guerre civile.»

Alep - Mardi 24 Juillet 2012 (15:00 GMT+1) - Les forces de sécurité syriennes affrontent actuellement des éléments armés dans le quartier de Sukkarieh et de Salah ed-dine à Alep. Les groupes armés terrorisaient la population et commettaient enlèvements et assassinats, bloquant les routes tout en s'attaquant aux bien privés et publics.

Les combats semblent entraîner des pertes importantes, en particulier chez les rebelles, dont certains ont été arrêtés avant de remettre leurs armes.

Alep - Lundi 23 Juillet 2012 - Aujourd'hui les accrochages entre l'armée syrienne et les éléments armés de l'ASL se sont poursuivis dans tous les quartiers de la ville même dans les zones chrétiennes. 

La panique règne partout; les cadavres restent au sol et les ambulances ne parviennent pas à les retirer. Sur le plan de l'approvisionnement, l'électricité est interrompue plus que dix heures par jour. Sur le plan alimentaire, on trouve les ingrédients nécessaires et indispensables : Bourghol, riz, un peu de viande et des boites de conserves. 

Les locaux des forces de sécurité se trouvent en plein quartiers chrétiens; ils sont visés et menacés. Concernant les sources d'information, notamment la télévision, il nous a été demandé de nous brancher aux chaînes locales si les chaînes syriennes qui nous parviennent par satellites sont coupées ou reprises par les rebelles. 

Nous comptons toujours sur Dieu pour nous protéger et sauver notre pays.

Alep - Dimanche 22 Juillet 2012 - Depuis ce matin Alep est sous le feu et de durs combats se déroulent entre les rebelles et l'Armée syrienne. Les éléments armés se promènent dans nos quartier menaçant les chrétiens en criant : "Demain votre tour".

Pensez à nous dans vos prières et merci de diffuser.

Que de crimes commis sous couvert de démocratie et au nom d'une "révolution" sanguinaire qui n'accouchera que de mensonges et d'injustices ?

Les innocents ne sont pas les rebelles armés jusqu'au dents par des Etats étrangers, et connus de tous, mais ceux qui sont désarmés et menacés par les fanatiques sans contrôle. 

jeudi 14 juin 2012

"The Independant" : Les pays arabes arment les rebelles et l’ONU parle d’une guerre civile.

Source : The Independant

Nouvelle preuve sur l'implication directe du Qatar et de l'Arabie Saoudite dans le complot arabo-occidental ourdi contre la Syrie.


"L'Arabie saoudite et le Qatar financent et arment les groupes rebelles en Syrie", a rapporté le quotidien britannique the Independant, citant un diplomate occidental à Ankara.


Dans un article intitulé "les pays arabes arment les rebelles et l'ONU parle d'une guerre civile", the Independant a dévoilé que l'Armée syrienne libre (ASL) a reçu des armes de l'Arabie Saoudite et du Qatar sous forme d'aides de l'agence turque de renseignements.

Le diplomate occidental a expliqué que l'acheminement d'armes légères depuis l'Arabie Saoudite et le Qatar est un développement récent, précisant que les Turcs sont informés de l'arrivée des charges d'armes sur les territoires syriens.

"Le gouvernement turc nous a aidés à s'armer", a affirmé un membre de l'ASL au journal. "Les armes sont arrivées à un port turc via un bateau, avant d'être acheminées aux frontières sans l'intervention des autorités turques".a-t-il ajouté.

Le diplomate occidental a révélé que le Turquie a insisté sur le fait que le Conseil National Syrien (CNS) inspecte la charge d'armes, bien que ce dernier a perdu la confiance de la Turquie après avoir échoué à unifier l'opposition déchirée par les scissions intérieures.

Un membre l'ASL a révélé que les groupes armés ont désormais la main mise totale sur une ville syrienne à la frontière avec la Syrie, et qu'ils préparent une offensive durant les jours prochains, après avoir reçu des armes et des équipements de communications.

De même, l'article a souligné le silence des responsables qataris et saoudiens à cet égard. Il a rappelé du refus des procédures diplomatiques de la part de la délégation saoudienne lors de la conférence des "Amis de la Syrie" en Tunisie en février dernier, menaçant que "des actions plus fermes sont exigées".

The Independant a rappelé que durant cette conférence, le ministre saoudien des affaires étrangères Saoud El-Fayçal a qualifié l'armement des rebelles en Syrie "d'excellente idée", ce qui a constitué une incitation directe à la dernière opération d'acheminement d'armes.
Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.