dimanche 1 novembre 2015

Qui sont les chrétiens d’Europe partis aider leurs frères en Orient ?



Parallèlement à l’exode des chrétiens de Syrie, de plus en plus de chrétiens européens partent combattre les islamistes de Daesh entre l’Irak et la Syrie. « Une dizaine, peut-être une vingtaine de jeunes Européens partis défendre le peuple chrétien en Syrie » et qui ne sont « ni des mercenaires, ni des fanatiques », assure Besim Atbalgim du Centre culturel mésopotamien de Locarno, en Suisse. Ces jeunes n’ont, pour la plupart, jamais eu d’arme entre les mains, ni suivi un quelconque entraînement militaire.

Une promesse et un slogan pour les attirer

Ces chrétiens, comme les centaines d’autres bénévoles étrangers « fils d’émigrés chrétiens libanais et Syriens de la deuxième génération », issus pour la plupart d’Espagne, d’Argentine et du Brésil, partent rejoindre « les unités de mobilisation populaires », une coalition de milices majoritairement chiites qui leur a promis une formation militaire et humanitaire en échange d’une promesse : assurer avec eux la protection des chrétiens persécutés, sous le slogan : « Notre destin est commun et nous devons combattre ensemble » pour les convaincre à se rallier à eux.

Parmi ces milices, la plus prisée est l’organisation armée « Dwekh Nawsha » – expression araméenne qui signifie « futurs martyrs » – active surtout dans le Nord de l’Irak, qui appuie l’armée kurde et défend les villages chrétiens menacés par l’État islamique. L’association chrétienne dispense des conseils en recrutement sur sa page Facebook. Son ambition : recruter le plus de monde possible – anciens militaires, étudiants, militants d’associations chrétiennes ou de simples citoyens – pour multiplier les chances de stopper la folle expansion de Daesh et de briser ses plans d’extermination à l’encontre des populations chrétiennes, mais aussi kurdes et yézidies, et des musulmans chiites.

Un front hétérogène contre la barbarie

Difficile de distinguer la croix du « croissant de lune » chiite, reconnaissent les analystes. Mais la présence de ces combattants – trop souvent assimilés à une nouvelle génération de « croisés » fanatiques – doit être ramenée à sa juste dimension, estime Riad Yar Bkrli, membre du parti d’opposition turc Assyrian organization dans des propos rapportés par Milanopost, le quotidien online milanais d’information et de culture.

L’opposant accuse certains sites d’information turcs et occidentaux de vouloir impliquer les chrétiens dans la guerre en Syrie, alors que ces derniers cherchent à s’entraîner pour remplir – aux côtés de forces de protection comme la Force de protection  populaire (kurdes) – un rôle non pas « de guérilla » mais de « défense et protection » contre la barbarie de l’organisation État islamique (EI).

Le chrétien d‘origine turc Lahdu Obil lui fait écho : « Depuis 2 000 ans nous savons qu’au Moyen-Orient, pour survivre il faut se battre. Arrêtons de fuir. Nos gens se sont organisés pour se défendre avec l’aide de jeunes Européens provenant de Suisse, d’Allemagne, voire même de Suède ». Lahdu Obil est le président de l’Union syriaque européenne, à Bruxelles, mouvement formé d’une douzaine d’associations de chrétiens émigrés du Moyen-Orient.

Baiji, ville symbole de la résistance

Et commencent à filtrer surtout en Espagne et en Amérique du Sud – grâce aux réseaux sociaux – les témoignages de réels succès de guerre, comme à Baiji et ses environs, une petite localité très stratégique, à quelque 200 km au nord de Bagdad, « libérée des coupeurs de têtes », commente le Milanopost, grâce à l’armée régulière irakienne et à ces « Unités de mobilisation populaire », après plusieurs changements de main et de durs combats depuis l’offensive de l’EI en Irak en juin 2014.

La ville de Baiji se trouve dans la province centrale de Salahuddin, le fief de l’ancien président Saddam Hussein. Les forces irakiennes affirment y avoir découvert, début octobre, 19 fosses communes contenant les corps de 365 combattants de Daesh.

Neutraliser les djihadistes coûte que coûte

Face à l’extermination – 250 000 depuis 2011 – et l’expulsion des chrétiens du Moyen Orient – environ 30 000 de la seule plaine de Ninive, au Nord de l’Irak – ces chrétiens européens misent tous leurs espoirs sur cette grande coalition de défense armée pour neutraliser les djihadistes. « C’est notre dernière occasion : si on échoue ce sera la fin du christianisme en Irak », déclare John Michael, un citoyen britannique d’origine assyrienne, enrôlé dans ces milices.

Raison pour laquelle les chrétiens assyriens de la diaspora ne cessent d’organiser des campagnes de financement et de collecte de fonds, en particulier aux États-Unis, en Australie et en Suède, pour les chrétiens armés en Irak. Leur participation, est selon eux, le seul moyen pour – non pas « exacerber les tensions religieuses » en montant toute une armée contre l’EI, comme cela leur est souvent reproché – mais intervenir là où la communauté internationale a jusqu’à présent failli. 

« Fais le signe de croix et il ne t’arrivera rien. La Vierge nous protège », murmure un milicien, son chapelet autour du cou et un kalachnikov en bandoulière à l’entrée de Maaloula la martyre qui panse ses plaies, un an après sa libération des griffes de Daesh.


Isabelle Cousturier - Aleteia

dimanche 25 octobre 2015

Que pense le Sayyed Hassan Nasrallah, Secrétaire Général du Hezbollah, de la politique américaine ?

Beyrouth, le 24 Octobre 2015 - Le Secrétaire Général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a lancé hier une attaque virulente contre la politique des États-Unis dans la région, dont il a stigmatisé les relations avec l'Arabie saoudite.

Dans un discours de près d'une heure qu'il a prononcé à la veille de la Achoura, dans le complexe Sayyed al-Chouhadaa, où il s'est rendu pour l'occasion, le leader du parti chiite a d'abord insisté sur la constance des objectifs américains dans la région, indépendamment de l'alternance du pouvoir à Washington. « Les États-Unis ne se comportent pas comme une superpuissance d'une manière arbitraire, mais visent des objectifs précis qui ne varient pas d'une administration à l'autre. Seules les méthodes changent », a d'abord souligné Hassan Nasrallah. « En tant qu'héritiers des anciennes forces coloniales, les États-Unis, soutenus par ce qu'il reste de ces forces, comme la Grande-Bretagne et la France, ont pour objectif d'imposer leur hégémonie politique, militaire, sécuritaire et économique, voire culturelle et religieuse, dans la région », selon lui.

« Quel que soit le poids de leur interlocuteur dans la région, qu'il s'agisse de peuples, de gouvernements, de forces politiques ou de groupes sociaux, tous doivent faire preuve de servilité et de soumission à l'administration américaine, a-t-il ajouté. Il est interdit à tout État arabe ou islamique, comme l'Égypte ou le Pakistan, de devenir un État fort, c'est-à-dire indépendant, libre et souverain », a-t-il expliqué.

Énumérant plus d'une fois les quatre objets de convoitise américaine dans la région (« la politique étrangère, la sécurité, le pétrole et l'économie des pays arabes et islamiques, notamment l'Arabie saoudite, le Qatar et les Émirats arabes unis »), il a qualifié ces pays de « gouvernorats tout au plus, mais pas d'États en bonne et due forme, puisque leur décision de guerre ou de paix, leur politique étrangère et leur marché relèvent entièrement des Américains ».

Même Israël n'échappe pas à l'hégémonie des États-Unis. « Israël n'est pas un projet d'hégémonie américano-occidental, mais un outil d'exécution de ce projet », a-t-il précisé, renvoyant aux États-Unis, plus qu'à Benjamin Netanyahu, « la responsabilité des actions d'Israël ». Estimant que « le pétrole et le gaz sont l'un des principaux motifs de la politique d'hégémonie des États-Unis dans la région », le secrétaire général du Hezbollah a dénoncé en substance l'instrumentalisation américaine des pays arabes. « En apparence, les ressources pétrolières et gazières appartiennent aux pays arabes et islamiques. En réalité, les gouvernements de ces pays ne sont même pas capables de fixer leur prix de pétrole ou de gaz. Le pétrole de la région appartient aux compagnies pétrolières américaines, qui, avec les producteurs d'armes, sont ceux qui gouvernent l'Amérique. C'est d'ailleurs des armes d'une valeur de centaines de milliards de dollars US que de nombreux pays arabes ont achetés aux sociétés américaines au cours des dernières années. »

C'est ensuite l'ambivalence de la politique de Washington que le leader chiite a décrite. « Tout le discours américain sur les droits de l'homme et la démocratie est un discours vide, puisque Washington parraine les dictatures régionales les plus puissantes et les plus corrompues », a-t-il dénoncé. Dans une allusion à peine voilée à l'Arabie saoudite, il a accusé les États-Unis de « soutenir les régimes qui condamnent ses internautes à des coups de fouet », ce qui signifie que « les slogans de liberté véhiculés par les États-Unis et qui leurrent malheureusement certains peuples de la région ne sont que mensonges ».

« D'une part, les États-Unis parrainent et soutiennent les régimes dictatoriaux, de l'autre, ils décident de dénoncer les régimes et les peuples qui choisissent de ne pas se soumettre à la volonté de Washington », a-t-il encore affirmé, revenant sur les rapports irano-américains. « L'interdiction imposée à l'Iran pendant treize ans de produire l'arme nucléaire – sachant que cette production est un droit élémentaire de tout État – et les sanctions qui l'ont accompagnée étaient fondées sur des informations mensongères diffusées par Washington, selon lesquelles l'Iran avait soi-disant déjà mis au point une bombe atomique et l'avait cachée », a-t-il déploré, citant dans ce cadre le président « d'un grand État, la Russie, qui a reconnu que les États-Unis ont leurré le monde sur la question du nucléaire iranien ».

L'aide à l'État islamique

Sur la base de tous ces précédents « points fondamentaux » de la politique régionale, le secrétaire général du Hezbollah a apporté un diagnostic régional général : « La guerre dans la région est une guerre menée par Washington, suite à sa défaite en Irak et en Afghanistan, et après le soi-disant printemps arabe, contre tous ceux qui refusent la soumission. En Irak et en Syrie, la guerre est la même, quelle qu'en soit la forme (...). La résistance au Liban depuis 1982, la Syrie d'Assad, la Palestine et l'Iran ont mis en échec le projet du nouveau Moyen-Orient, et du point de vue des États-Unis, ils doivent en payer le prix (...). Il y a, d'une part, ceux qui refusent la soumission et, de l'autre, l'axe que commandent les États-Unis. »

Hassan Nasrallah a dénoncé en outre l'instrumentalisation, « au service du projet américain », des puissances arabes qui « envoient des takfiristes combattre, par dizaines de milliers, dans tous les pays du monde ». « Cela aurait-il été possible sans le feu vert de Washington ? » s'est-il interrogé. « La guerre saoudienne au Yémen est une guerre américaine », a-t-il indiqué.« Les États-Unis sont le vrai commandant de la guerre dans la région (ni Joulani, ni Zawahiri, ni Baghdadi...) », a ajouté Hassan Nasrallah, les accusant « avec tous leurs amis (ou serviteurs) régionaux d'aider et de soutenir l'État islamique en Irak et en Syrie ».Estimant que la guerre menée en Syrie « vise à soumettre ce pays non pas à la volonté saoudienne, mais à la volonté américaine », il a estimé que l'un des moyens obéissant à cet objectif est « de transformer cette guerre en guerre sunnite-chiite ».« C'est ce que Washington veut précisément », a-t-il affirmé, jugeant toutefois que « cette entreprise a échoué », grâce notamment « aux positions des ulémas sunnites fidèles et sincères dont je reconnais le plus grand mérite de la mise en échec du projet de greffer un caractère confessionnel au conflit en cours ».


REUTERS/Khalil Hassan

lundi 6 juillet 2015

La plus grand maladie du début du XXIe siècle est le mutisme et la complicité silencieuse.

La Video parle par elle-même.
 
En union avec nos frères martyrisés en Syrie et en Irak, que chacun parle avec Coeur et compassion de ces deux pays à trois personnes...Au nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit.


 
 

mardi 23 juin 2015

Qui sont les soutiens des islamistes au Proche-Orient.

Sur la coalition de soutien aux islamistes.

 
Qui est derrière l'Etat islamique ?
 

mardi 16 juin 2015

Vladimir Poutine : la destruction des valeurs traditionnelles est...foncièrement anti-démocratique.

  

Chers collègues,

Le développement mondial se fait de plus en plus dynamique et controversé. Cela implique une plus grande responsabilité historique pour la Russie, non seulement en tant qu’élément clé de la stabilité mondiale et régionale, mais aussi en tant que nation qui défend toujours ses valeurs et ses principes, à la fois sur le plan national et international.

La concurrence militaire, politique, économique et médiatique est à la hausse dans le monde entier au lieu de reculer. Tandis que la Russie se renforce, d’autres puissances mondiales l’observent de près.

Nous avons toujours été fiers de notre pays. Mais nous n’avons pas d’aspirations à devenir une superpuissance, ce qui s’entend comme la prétention à la domination mondiale ou régionale. Nous n’intervenons pas dans les affaires de qui que ce soit, nous n’imposons pas notre tutelle, et nous ne faisons pas la leçon aux autres sur la manière dont ils doivent vivre. Mais nous nous efforcerons d’être des leaders en défendant le droit international, en faisant en sorte que la souveraineté nationale, l’indépendance et l’identité soient respectées. Il s’agit d’une approche naturelle pour un pays comme la Russie, avec la grandeur de son histoire et de sa culture, et sa vaste expérience en ce qui concerne la coexistence de différentes ethnies qui vivent en harmonie, côte à côte, dans un même Etat, ce qui est très différent d’une prétendue tolérance déniant l’identité sexuelle et stérile. [Applaudissements]

Aujourd’hui, de nombreux pays révisent leurs normes morales, effaçant leurs traditions nationales et les frontières entre les différentes ethnies et cultures. On demande à la société non seulement de respecter le droit de chacun à la liberté de pensée, aux opinions politiques et à la vie privée, mais on leur impose également de faire une équivalence entre le bien et le mal, ce qui est étrange, parce que ce sont des concepts opposés. Non seulement une telle destruction des valeurs traditionnelles a-t-elle des effets négatifs sur les sociétés, mais elle est aussi foncièrement anti-démocratique, parce que ce sont des idées abstraites appliquées à la vie réelle en dépit de ce que la majorité des gens pensent. La plupart des gens n’acceptent pas ces changements et ces propositions de révision des valeurs.

Et nous savons que de plus en plus de gens dans le monde soutiennent notre approche qui vise à assurer la protection des valeurs traditionnelles, qui ont constitué depuis des millénaires le fondement spirituel et moral de notre civilisation et de toutes les nations : les valeurs de la famille traditionnelle, de la vie humaine authentique, y compris de la vie religieuse des individus, pas seulement les valeurs matérielles mais aussi les valeurs spirituelles de l’humanité et de la diversité du monde. [Applaudissements]

Bien sûr, il s’agit d’une position conservatrice. Mais comme l’a dit Nicolas Berdiaev, le sens du conservatisme n’est pas d’empêcher le déplacement vers l’avant et vers le haut, mais d’empêcher le déplacement vers l’arrière et vers le bas, vers l’obscurité chaotique et le retour à l’état primitif. [Applaudissements]

Nous avons vu au cours des dernières années comment les tentatives d’imposer à ​​d’autres pays un modèle de développement présumé plus progressiste ont conduit, en réalité, à la régression, à la barbarie et à l’effusion massive de sang. Cela s’est passé dans un certain nombre de pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Ces événements dramatiques ont eu lieu en Syrie.

La communauté internationale a dû faire un choix historique dans le cas de la Syrie : il s’agissait soit de continuer à saper les fondements de l’ordre mondial, et de marcher vers le règne de la force, de la loi de la jungle, et du chaos croissant, soit de prendre collectivement des décisions responsables.

Je considère que dans cette situation, nous avons réussi à faire en sorte que le choix se fasse sur la base des principes fondamentaux du droit international, du bon sens et de la logique de la paix. Au moins pour l’instant, nous avons été en mesure d’éviter l’invasion militaire en Syrie et la propagation du conflit au-delà de la région.

La Russie a joué un rôle majeur dans ce processus. Nos actions furent fermes, mûrement réfléchies et équilibrées. Nous n’avons pas compromis nos propres intérêts et notre sécurité ou la stabilité mondiale, à aucun moment. À mon avis, c’est la façon dont un pouvoir mature et responsable devrait agir.

mardi 9 juin 2015

Mossoul (Irak) : Daech transforme l'église Saint-Ephrem en mosquée

Mossoul, 8 juin 2015 (Apic) - Par Raphaël Zbinden - Les islamistes de Daech veulent transformer l’église syro-orthodoxe de Saint-Ephrem, à Mossoul, au nord de l’Irak, en mosquée. L’ouverture du nouveau lieu de culte musulman est censée marquer l’anniversaire de la prise de la ville, le 10 juin 2014.
 
Des avis diffusés dans les rues de Mossoul par les miliciens du prétendu “Etat islamique” (EI) ont annoncé l’imminente ouverture de la “mosquée des moudjahiddines”, en lieu et place de l’église syro-orthodoxe, indiquent des sources locales confirmées le 8 juin 2015 à l’agence d’information vaticane Fides.
 
Saint-Ephrem était l’un des plus grands lieux de culte chrétiens du centre urbain de Mossoul. Certains indices laissaient depuis longtemps supposer l’intention des djihadistes de la transformer en mosquée, note Fides. Les miliciens islamistes avaient choisi en juillet dernier de placer le siège du ‘Conseil d’Etat des moudjahiddines’ dans les annexes de l’église. La croix qui se trouvait sur la coupole a été arrachée. A l’automne dernier, l’église avait été vidée de son mobilier, les bancs et les objets exposés comme marchandises à vendre sur le parvis.
 
Le 9 septembre 2014, des frappes de la coalition internationale combattant l’EI avaient gravement endommagé des édifices adjacents à l’église Saint-Ephrem et à l’église syro-catholique Saint-Paul, dans le même quartier. (apic/fides/rz)
 

lundi 8 juin 2015

Irak, "l'Œuvre Architecturale" des Islamistes au Couvent Mar Guirguis à Mossoul".

"Œuvre Architecturale" ? Vous avez bien compris l’ironie…..car nous ne savons plus comment alerter les consciences sur les collusions et les complicités destructrices en Irak et en Syrie.

Certes, à la fin du XVIIIe siècle, les forces laïques françaises n'ont pas fait mieux que l’Armée Islamique de l’Irak et du Levant, à l’égard des « trésors » du christianisme.

Avant de visionner les images qui suivent sur le Couvent Mar Guirguis (Saint Georges) à Mossoul, il peut être utile de comprendre que cet islam de la « Jahiliyyah » 1 dont se réclame l’Armée Islamique de l’Irak et du Levant, « A.I.I.L ». est celui d’une nouvelle religion qui se répand en Arabie et en Syrie avant d'avoir découvert la pensée et la sagesse grecque. Pour les adeptes du Prophète, les possibilités offertes par la raison sont alors ignorées. Il faudra attendre les XIIe-XIIIe siècle pour que les musulmans accèdent, grâce à des chrétiens syriaques d’Irak d’ailleurs, à la connaissance des philosophes grecs antiques.

Mais bon sang ! En regardant les photos retransmises par "Omar", on est amené à se demander pour quelles raisons les islamistes et les laïcistes, destructeurs du christianisme, ont-ils si peur du message de Jésus-Christ ?

Leur vision de la vie est-elle si radicalement remise en cause par la révélation chrétienne ? Ont-ils peur de la force des thaumaturges qui ont amené des millions de fidèles à l'Eglise ? Craignent-ils le nombre de Saints que cette religion a donnés ? Se méfient-ils de la consécration des moines, ces fidèles de Saint Antoine, de Saint Ephrem et de Saint Basile, qui n'ont que la prière comme arme ? Redoutent-ils tant le message de paix qui émane des Ecritures Saintes ? Sont-ils si effrayés de cet Être Suprême qui nous aime jusqu’à donner sa vie…. ? Quelle mauvaise conscience les entretient donc, qui leur donne un tel effet de violence et une ferme volonté de détruire ?

Aujourd’hui, le Christianisme fait face à deux totalitarismes, islamisme et laïcisme, tous deux susceptibles de mener à la barbarie….Les premiers nous y conduisent par l’épée, les seconds par les lois sociétales…Les deux alliés de circonstances agissent dans la même direction. Les islamistes exécutent en Irak et en Syrie ; les laïcistes laissent faire, encouragent même, par la vente d'armes, ce qui n’est qu’un crime contre l'humain, qu’aucun peuple au monde ne peut accepter pour lui-même.

Comment alerter les consciences sclérosées ? Comment tirer les peuples de la peur et de la paralysie dans lesquels l’hédonisme et la propagande médiatique les a englués ? Comment faire cesser les complicités gouvernementales, quand ce ne sont pas elles qui ont donné naissance à al-Qaïda, à l'Armée Islamique, à Djebhat al-Nosra, etc....

Pour cette fois et pour alerter, nous avons voulu tenter l’humour….mais ce n’est pas chose aisée au milieu des destructions et des pertes humaines ; pour cette raison, notre humour n’est pas toujours réussi ; il a parfois un goût d’ironie. Vous allez nous pardonner….A présent, avançons ensemble vers la « nouvelle architecture » islamiste, ignorante des principes de sagesse et de raison, grecque et chrétienne.

1 – Période du début de l’Islam, période de l’ignorance où vivaient en Arabie, juifs, musulmans et païens.

Ci-dessus, l'Oeuvre des architectes chrétiens d'Irak.....A Mar Guirguis, ils n'ont cherché qu'à reproduire leur vision du Paradis.


Depuis que s'est-il passé ? Le Génie encore plus créateur de l'Islam du VIIe siècle est passé par là......Leur art dépasse les capacités de notre imagination....


Imaginez qu'en France, ils traitent ainsi la Marianne.....Le monde n'aura qu'à rester les bras croisés et assister passif.....Les autorités de la plupart des pays trouveraient des alibis pour rester impassible. D'autres auraient l'impudence de poursuivre leur soutien au forces hostiles et destructrices.


C'est le nouveau Conseil Européen que Da'ech est à même de transformer...Bruxelles n'a qu'à lancer un appel d'offres.....Paris y penserait pour le bâtiment de l'UNESCO...Le nouvel Islam et la nouvelle culture.....Vous savez bien que Paris est favorable à la modernité....
 

Et s'ils faisaient cela avec la statue de la liberté ?....Nous, nous lamenterons alors à travers le monde ; on l'a si bien fait le 11 Septembre 2011 mais soyez sûrs que d'autres penseront à leurs intérêts en se disant "cela ne peut que nous profiter". Laissons faire...N'est-ce pas actuellement leur jubilation sous cape, en appréciant l'efficacité des armes qu'ils viennent de vendre ?

* * *
 *
 

Ah...voilà une idée qui pourrait être appliquée aux tableaux des présidents et premiers ministres occidentaux....C'est sympa....tout le monde s'en ficherait comme on ne s'est guère soucié du Monastère de Mar Guirguis...

 
Imaginer si, en Allemagne, nous traitions ainsi les marquages des bâtiments administratifs...La dénonciation laisserait la place à la géostratégie dont les priorités feraient faire silence...Le silence est d'or,....n'est-ce pas messieurs et mesdames, les ministres, décideurs et vendeurs d'armes ?

* * *
 *
 
 
Les révolutionnaires français ont été si habiles à marteler les armoiries aristocratiques sur les bâtiments, religieux en particulier. Les Islamistes prennent le relai car en Europe, pour quelques temps encore, les laïcistes tentent une autre méthode plus subtile ; ils ont trouvé les loi sociétales, plus efficaces à leurs yeux pour faire disparaître les traces chrétiennes. Pas si bêtes les européens...Ils font désormais le mal en le présentant comme un bien...
 
 
* * *
 *
 
 
Avec l'Armée Islamique de l'Irak et du Levant, "le XXIe siècle sera artiste ou ne sera pas"....Les Etats du Qatar et d'Arabie, montrent un grand intérêt à leur génie artistique. Ils les soutiennent et auront bientôt recours à eux pour parfaire la nouvelle architecture du désert. On était si bien dans le désert islamique qui tenait les mouvements du sable pour unique expression de leur génie.
 
Et vous américains, européens et israéliens, allez-vous vous laisser dépasser par les Emirs du Qatar ? Vont-ils se révéler plus inspirés que vous en usant et abusant de Da'ech pour refaire les pays ? Mais où est donc passée votre inspiration ?
 
Les esprits épris de modernité et d'innovations artistiques sont déjà excités à la simple idée de voir les islamistes invités à venir transformer le Métropolitain Museum de New-York.. 

 
Islamistes et laïcistes, découvriront un jour que la Vierge Marie ne dormait pas...Elles veillaient sur les siens et sur ceux qui ont reconnu son Fils Jésus-Christ...Eux seuls seront sauvés...car ils l'auront sollicitée, et leur place ne sera pas une tombe...mais un paradis d'Anges....heureux et glorieux.....
 
 
S'ils touchent à une tombe juive....Oh le Sacrilège....Une tombe chrétienne ? "Vite fermez les yeux...." ; "Rien de sacré chez les Chrétiens"...Et pourtant, ce sont les chrétiens que l'on combat pour leur foi....

 
 * * *
 *
 

Vous vous trompez...vous n'êtes pas à Mossoul ; il s'agit bien de la coupôle du Panthéon à Paris...que des "artistes" islamistes  transforment...Laïcité islamiste oblige.....Et si nous les faisions aussi venir pour enseigner à l'Ecole du Louvre ? Ils auront à loisirs le musée du Louvre pour les travaux pratiques...Le monde ne s'en plaindrait pas...le silence est d'or et puis leur "Oeuvre monumentale" à Mossoul semble appréciée ; personne ne s'en plaint...surtout pas les puissants.


* * *
 *

 
Quels magnifiques architectes que ces islamistes....Cela se confirme....On devrait les embaucher en Occident pour y refaire quelques bâtiments importants....Mais il semble qu'il y ait encore un peu d'Islamophobie en Europe et aux Amériques....."
 

Si seulement l'échelle pouvait tomber....Hélas à Mossoul, il n'y a pas assez de vent pour faire tomber les échelles et sauver les chrétiens....Le vent n'est là que pour faire rater leurs cibles aux bombes occidentales prétendûment orientées vers les islamistes. Vive le Vent! Vive le Vent! Vive le Vent d'Irak......


Auteur : Le Veilleur de Ninive

samedi 6 juin 2015

Le cri d’alarme d’un prêtre assyrien : « Nous craignons un massacre à Hassaké »

Des membres présumés de l’EI dans la région de Hassaké, en Syrie, en juin 2014. - Matthieu KARAM.

Témoignage
Entre 600 et 1 000 familles chrétiennes vivant dans la ville sont en danger, selon le religieux.

Alors que depuis le 30 mai, le groupe État islamique (EI) tente de s'emparer de Hassaké, chef-lieu de la province du même nom du nord-est de la Syrie, un prêtre assyrien résidant à Beyrouth, mais qui est en contact régulier avec la communauté chrétienne présente dans la ville, confie son angoisse à L'Orient-Le Jour.
 « La situation est extrêmement difficile dans la ville, explique ce prêtre qui a requis l'anonymat. Je crois que les jihadistes de l'EI tentent de pénétrer dans la ville du côté sud. Ils sont à quelques centaines de mètres. » Il précise que son cousin se trouve toujours sur place et que sa famille avait été kidnappée par les jihadistes en février dernier. Le père assyrien craint donc le pire au cas où les extrémistes réussiraient à entrer à Hassaké où vivent selon lui entre 600 et 1000 familles assyriennes et syriaques.

« La présence chrétienne dans cette localité est menacée », s'inquiète-t-il. Le prêtre assure également qu'il n'y pas de milices chrétiennes pour les défendre. « Il se peut qu'il y ait quelques individus armés qui défendent leurs propres maisons et biens, mais rien de plus, affirme-t-il. L'armée du régime syrien et les milices kurdes sont néanmoins déployées dans la ville. »
« Nous craignons un massacre. Il y a des enfants, de jeunes filles qui sont en danger, et la plupart d'entre eux n'ont pas les moyens financiers pour prendre la fuite », lance-t-il.

Plusieurs assyriens ont toutefois réussi à se réfugier au Liban ces derniers jours, souligne le religieux, faisant mention de 20 à 30 personnes qui ont pu traverser la frontière. « Plusieurs familles sont attendues dans les jours à venir. Elles ont réussi à se réfugier dans la ville de Qamichli, dans le Nord-Est, tenue par les Kurdes. Elles doivent prendre l'avion pour Damas et de là rejoindre le Liban par la route », ajoute-t-il.
Si les autorités libanaises interdisent désormais officiellement l'entrée de réfugiés dans le pays, le père explique que la Sûreté générale se montre « compréhensive » et laisse passer les réfugiés quand il s'agit de « cas humanitaires ». Mais les difficultés ne disparaissent pas pour autant pour ces réfugiés une fois arrivés au Liban. « Leur première semaine passée, ils deviennent en situation irrégulière, explique le prêtre. Nous tentons de régulariser leur séjour avec les autorités, mais leurs conditions de vie demeurent lamentables. »

Propos recueillis par Caroline HAYEK
Les jihadistes de l'État islamique multiplient les assauts pour s'emparer de Hassaké, au nord-est de la Syrie. Frédéric Pichon, chercheur associé à l'Université de Tours et auteur de Syrie : pourquoi l'Occident s'est trompé, interrogé par L'Orient-Le Jour, tente d'apporter quelques éléments d'éclairage.

Pourquoi l'EI cherche-t-il à s'emparer de Hassaké? Est-ce une ville stratégique?

En effet, c'est une ville stratégique dans la mesure où elle se trouve dans le bec de canard, aux confins de l'Irak et de la Turquie. C'est aussi un endroit où il y a une importante garnison de l'armée syrienne. L'État islamique a besoin de contrôler cette frontière-là, vitale pour son financement et ses opérations de contrebande.

Quelles sont les forces en présence ? Est-ce que le régime est prêt à défendre la ville ? Est-ce une priorité?


Les forces kurdes mènent des opérations conjointes avec l'armée syrienne, après les incidents entre les deux début 2015. Cependant, je ne sais pas si les Kurdes combattent actuellement l'EI.


En tout cas, ce scénario laisse largement douter du narratif qui est servi depuis des semaines, qui est que le régime favoriserait l'EI. On se dirige vers un scénario semblable à la prise de Palmyre. La chute de Hassaké risque de porter un gros coup au moral de l'armée syrienne, car le modus operandi de l'EI est brutal, imparable. Au vu des dernières vidéos des jihadistes qui circulent sur Twitter, leur cible serait l'armée syrienne pour l'instant. Elle est nommément visée. Aucune mention en revanche des Kurdes pour l'instant.

Source : L'Orient-Le-Jour - | OLJ - 06/06/2015.

Syrie: inauguration d'une mosquée portant le nom de la Vierge Marie

Une mosquée portant le nom de la Vierge Marie a été inaugurée samedi dans la province côtière syrienne de Tartous (ouest), a rapporté l'agence officielle Sana.

La mosquée a été inaugurée par le ministre du Waqf (biens religieux, ndlr), Mohammad Abdel Sattar al-Sayyed, dans la ville de Tartous, a indiqué Sana, qui a diffusé des images de l'édifice.

L'une des photos montre une plaque commémorative, affirmant que l'inauguration de la mosquée a eu lieu "durant le mandat du président Bachar al-Assad".

Les images montrent également le bâtiment, un dôme doré et des murs blancs et oranges. Des hommes religieux musulmans et un évêque apparaissent également dans les photos de Sana.

La ville de Tartous, tout comme la province éponyme, est l'une des rares épargnées par le conflit qui ravage la Syrie depuis quatre ans. Elle est dominée par la communauté alaouite, minorité musulmane dont est issu le président Bachar al-Assad.

Le régime de Bachar al-Assad se pose comme un pouvoir laïc et défenseur des minorités religieuses face à l'extrémisme. Mais ses adversaires, notamment l'opposition, l'accusent de jouer cette carte aux yeux de la communauté internationale pour se présenter comme seule alternative dans une Syrie déchirée.

Vénérée dans l'islam, la Vierge Marie est citée plusieurs fois dans le Coran, où une sourate lui est entièrement consacrée et porte son nom.

Source : L'Orient-Le-Jour du 6 Juin 2015.

dimanche 10 mai 2015

Recenser la population sur une base confessionnelle est-il répréhensible ?

Si nous interrogions la population musulmane de France au sujet de la moralité du recensement de la population française sur une base confessionnelle, il n'est absolument pas certain qu'elle trouverait l'action répréhensible. Bien au contraire, faire reposer les statistiques sur une telle base, revient à reconnaître à la communauté musulmane son existence propre et son appartenance à part entière à la nation française.
 
Que M. Robert Ménard, Maîre de Béziers en France, veuille mieux connaître l'appartenance confessionnelle de la population dans sa ville n'a en soi rien de raciste. A t-il proclamé que les adeptes des religions chrétiennes ou juives étaient supérieures à ceux de la religion musulmane ? Ce n'est bien évidemment pas le cas et sa démarche ne soulève aucune problématique "raciste". En revanche, si les lois de la république interdisent un tel recensement, il n'y a qu'à demander à la république de modifier ses lois car la société évoluant, la république doit s'y adapter ; elle ne peut rester figée. En cherchant à gommer les transformations confessionnelles en cours de la société française, la république se prive de la mesure du poids des confessions ; elle prend ainsi le risque, par ignorance, de susciter des tensions de plus en plus fortes pouvant devenir explosives car rien ne garantit que toutes les composantes de la société civile épouseront, au fil de leur évolution, la laïcité à la française.
 
En France, nous n'avons pas l'impression que le peuple ait participé à la décision de la politique publique qui a consisté à ouvrir les frontières de l’hexagone à une population musulmane à l'égard de laquelle les français ne sont pas hostiles bien naturellement, mais à laquelle une partie de la population française ne souhaite pas avoir un jour à obéir, si les lois que cette majorité musulmane ferait voter auraient un caractère confessionnel dominant. Rien ne dit qu'un islam dominant en France, maintiendra la laïcité.

Nous espérons que notre constat soit erroné, alors que nous affirmons qu’une partie de la population française n'a plus confiance dans la laïcité publique, car les temps actuels sont hostiles au christianisme qui souffre d’un réel mépris à son égard et d’un parti-pris injustifié en faveur de l'islamisation du pays ; les chrétiens doivent faire face à de véritables attaques contre les racines chrétiennes et greco-romaines de la France…Leur confiance dans les décisions de ces gouvernements qui passent ne serait-elle pas en voie d'amnuisement voire un jour d’extinction ? 

L’initiative du recensement prise par M. Robert Ménard, relève tout simplement de la politique publique en matière de population. Les données de ce recensement ont-elles été publiées ? Ont-elles été diffusées ? Ce n'est bien évidemment pas le cas ; de plus, aucune obligation de confidentialité n'a été violée lors de la procédure. 

Contrôler les entrées-sorties de populations est une mesure élémentaire en matière de politique....Comment les dirigeants peuvent-il mener une politique économique, sociale, éducative, de sécurité, etc..., s'ils n'ont pas une connaissance fine de la démographie, de la nature de la population et de ses mouvements ? 

Lorsque l'existence du recensement a été divulguée à Béziers, pourquoi les médias et les officiels ont immédiatement songé à un usage négatif des données confessionnelles ? N'est-il pas utile de savoir qui est musulman, dans une ville lorsque l'on sait que les musulmans ont des revendications propres et fréquentes ? Si la méthode statistique basée sur les prénoms est contestable, que le gouvernement donne les moyens d'une méthode plus rigoureuse.  

Revenons à l'Islam et aux musulmans qui ont plus à souffrir d'une laïcité païenne dont le but est d'éliminer toute existence propre des religions pour les fondre dans un ensemble laïc dont l'esprit sera, au final, contraire à celui de la religion de Mohammed. Cette volonté de laïciser à outrance est même contraire à l'appui que la France fournit à l'Islam Sunnite, religion politique et théocratique plus que ne l’est l'Islam chiite qu'elle combat au Proche-Orient. 

Le problème est que les gouvernements français successifs ne se sont jamais adressés à la population française pour lui dire que le but de leur politique était d'accroître la population musulmane dans le pays pour affaiblir le poids du christianisme et ainsi créer une mixité confessionnelle déracinée. Les français chrétiens perdant leur identité face à un système de référence contraire à ses convictions et plus favorable à l’Islam, tandis que la population musulmane importée ne connaîtrait plus ses racines étant loin de la terre de ses ancêtres qui l’a vu naître.  

Une population déracinée est le modèle idéal, facile à soumettre, pour imposer la mondialisation et finalement un gouvernement unique, portant en lui les germes d'une dictature à venir. Sous prétexte de promettre l'Eden européen, on prépare un pouvoir mondial unique et inamovible.  

A présent, après avoir pris la parole, cédons-là à M. Arnaud Floch, directeur délégué de la rédaction du magazine « valeurs actuelles ». Il nous donne son avis sur l'initiative de Robert Ménard.
 

Le Veilleur de Ninive

samedi 9 mai 2015

70ème anniversaire de la Victoire, rejetons la barbarie du national-takfirisme...et vomissons leurs parrains.

A l'occasion du soixante-dixième anniversaire de la victoire du monde civilisé sur la barbarie, le Veilleur de Ninive s'associe à l'émotion du Peuple russe et de son Président Poutine, défenseur des chrétiens du Proche-Orient, face à la barbarie du National-Takfirisme et de ses parrains.
 
Que Dieu bénisse et protège le peuple russe et ses dirigeants qui ont su associer le Très Haut dans certaines de leurs décisions, en particulier au Proche-Orient.

 



Syrie : La collusion entre Israël et les islamistes est-elle encore un secret ?

Beyrouth - le 9 mai 2015 (Paul Khalife pour RFI) - [Alors que ces derniers se battent contre les groupuscules islamistes], l'armée israélienne aurait pris pour cible des positions syriennes et du Hezbollah en Syrie, non loin de la frontière libanaise. Les bombardements ont visé des unités spécialisées dans le tir de missiles balistiques, près des localités de Yabroud et de Kara, dans la zone montagneuse du Qalamoun. Damas, Beyrouth et Tel-Aviv n'ont fait aucun commentaire.

 L'information sur des raids aériens israéliens contre des positions de l'armée syrienne et du Hezbollah dans la région montagneuse du Qalamoun, entre le Liban et la Syrie, a été rapportée par des médias de pays du Golfe. C'est al-Jazeera qui en a parlé en premier. Selon la chaîne qatarie, des avions israéliens ont attaqué, vendredi soir 24 avril, des positions des brigades 155 et 65 de l'armée syrienne, spécialisées dans les armes stratégiques et les missiles balistiques. Al-Arabiya, une station saoudienne basée à Dubaï, et Sky News Arabia ont suivi.

La chaîne libanaise LBC a repris la nouvelle, précisant que le Hezbollah stockerait une partie de ses missiles dans les zones ciblées par les raids israéliens. L’un des plus importants sites d'information libanais, al-Nashra, a confirmé les attaques, en citant une source qu'il n'a pas identifiée.

Le gouvernement syrien et le Hezbollah n'ont fait aucun commentaire et ont ignoré l'information. Mais tous les Libanais ont pu constater vendredi une activité inhabituelle de l'aviation israélienne au-dessus du Liban. Des appareils ont survolé pendant des heures le sud du pays et la plaine orientale de la Bekaa, frontalière de la Syrie.

Source : Radio France International (RFI).

jeudi 30 avril 2015

Syrie, un décret présidentiel accorde des soins gratuits pour les proches des Syriens "tombés en martyrs".

Jeudi 31 avril 2015 - Le régime de Damas a décidé de fournir des soins médicaux gratuits aux proches des personnes qu'il considère "tombées en martyrs" en Syrie, pays ravagé par la guerre depuis plus de quatre ans, selon un décret présidentiel publié jeudi par l'agence Sana.

"Les parents, enfants, et époux des personnes tombées en martyrs, ou des personnes disparues lors d'opérations militaires menées par l'armée ou (tuées) par des groupes terroristes", bénéficieront de soins médicaux gratuits et de billets demi-tarif dans les transports, indique le décret promulgué par le président Bachar al-Assad. Profiteront également de cette faveur "toutes les personnes entièrement handicapées à cause des opérations militaires ou du fait de groupes terroristes, ainsi que leurs parents, leurs époux et leurs enfants".

Toutes les personnes tuées "en martyrs" ou blessés depuis le 15 mars 2011, début de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad, sont concernées. Selon une source de sécurité à Damas, une personne est reconnue comme "martyr" par un décret presidential.
 
Source l'Orient-le-Jour du 31-Avril 2015. 

Alors que les Officiels français offraient, il y a quelques années, à leur peuple du sang contaminé, Bachar el-Assad décide de donner des soins médicaux gratuits aux proches des syriens tombés sous la violence.

Comment suite à une telle information, les régimes hostiles au Président Assad peuvent-ils se montrer si aveugles et sourds à un changement d'attitude et d'esprit du régime syrien.... C'est bien qu'il y a des objectifs géopolitiques cachés. 
 
 
 

mardi 20 janvier 2015

Le marché aux esclaves féminins en Syrie-Irak....


Des nouvelles parviennent d'Irak, nous les transmettons sans vérification personnelle, sur un sujet tabou, inqualifiable, pénible à soulever et dont il est même difficile à croire la réalité...

Il s’agit du « marché aux escalves féminins » qui a court actuellement en Irak. Si ce fait ne découle pas d'un Islam deviant, pourquoi ce traffic n'est-il pas dénoncé par les gouvernements du monde ?  Ces jeunes filles et ces femmes, fragiles et vulnérables ne méritent-elles pas une marche républicaine ?

Des femmes Yézidis et Chrétiennes sont vendues au « marché aux esclaves » dans la ville de Mossoul en Irak, où elles sont amenées dans des « cages ». Photo à l’appui. 

Il existe actuellement plusieurs marchés, dont les deux plus importants sont celui de Mossoul (Irak) puis celui de rejoint par celui de Racca (Syrie).

Voici l’affichette, diffusée en arabe, la seule langue reconnue par l’Islam salafiste, qui règlemente le commerce. Les tarifs sont fixés en fonction de la virginité supposée des femmes et de leur âge.
 
Ces prix sont assez modérés, si on les compare au prix des chèvres et des dromadaires vendus sur ces mêmes marchés : comptez environ 10 € pour une chèvre, 200 à 300 pour un dromadaire.

L’affichette postée à l’entrée du marché annonce les tarifs suivants :
 
Fillette de 1 à 9 ans : 200 000 dinars (138 euros)

Fille de 10 à 20 ans : 150 000 dinars (104 euros)

Femme de 20 à 30 ans : 100 000 dinars (69 euros)

Femme de 30 à 40 ans : 75 000 dinars (52 euros)

Femme de 40 à 50 ans : 50 000 dinars (35 euros)

Les femmes de plus de 50 ans ne font pas l'objet de transactions car elles ne conviennent pas à l'usage escompté. Nous notons que les prix ne couvrent même pas la nourriture et le coût du transport pour les acheminer sur le marché.

Les plus chanceuses ont été converties à l'islam, les autres, la majorité, a été égorgées.

L'Organisation État islamique, dans un document daté du 16 octobre rappelle sur un site en langue arabe, la loi en vigueur : "Chacun doit se souvenir que mettre en esclavage les familles d'infidèles et marier leur femme est un élément fermement établi de la loi islamique".

Cette information survient peu après la diffusion d'une vidéo, montrant plusieurs combattants de l'État Islamique discutant, hilares, de l'achat de femmes Yézidies.

"Aujourd’hui c’est le jour de la distribution ; c’est la volonté de Dieu", lance l'un tandis que le caméraman fait le tour de la salle demandant qui veut d'une femme Yézidies et si les intéressés seront "capables de la gérer".

Les hommes amusés détaillent leur façon de choisir : qualité de la dentition, couleur des yeux, fermeté des fesses et de la poitrine…

Ceux qui sont intéressés négocient ensuite le prix avec le vendeur.

Ce phénomène se développerait dans d'autres pays : Niger, Tchétchénie, Iran, Afghanistan, Algérie etc….

 Iraqi News.

lundi 19 janvier 2015

La "totale" liberté d'expression est-elle possible ?

Avec un peu de recul par rapport aux deux attentats survenus, à Paris, le 7 janvier 2015, nous nous sommes interrogés sur la mesure de la liberté d’expression en nous appuyant sur le simple bon sens en se posant de simples questions.  

Lorsque le Président Hollande s'adresse à ses interlocuteurs, dit-il tout ce qu'il souhaiterait exprimer ? N'impose-t-il aucun filtre au contenu de ses discours ? Lorsque ce même Président, ou son Premier-Ministre, s'adressent à la Nation, communiquent-t-ils au peuple tout ce que bon leur semble, ou bien revoient-ils leurs copies avant de prendre la parole, pour ne commettre ni erreurs, ni impairs ?

Lorsque vous lecteur, vous vous adressez à des interlocuteurs, parlez-vous en toute liberté ou bien veillez-vous à vos affirmations ? Lors de vos entretiens avec des interlocuteurs non familiers, prenez-vous la liberté de tout leur assainer ? Au sein même de vos familles, parlez-vous de façon inconsidérée à vos proches ou bien restez-vous prudent à l'égard de vos paroles, pour ne pas blesser ou offenser ?

Pourquoi le journal Charlie-Hebdo aurait-il été dispensé de cette prudence et auto-censure, que chacun d'entre-nous s'impose naturellement en certaine circonstances ? Ce n’est pas que le journal ait commis une simple « erreur de communication » à l’occasion d’un tirage. Durant des années, il s'est acharné sur certaines croyances, négligeant d’ailleurs, d’en pourfendre d’autres….  

La leçon de cette malheureuse expérience de Charlie-Hebdo est que la « totale » liberté d'expression n'a jamais existé, qu'elle n'existe toujours pas et qu'elle n'existera jamais. Que personne ne s'illusionne.

A cet égard, lorsque le Veilleur de Ninive écrit, il s'impose le respect de toutes les personnes , même des plus inhumaines qu’il dénonce….S'imposer le respect ne serait-ce que sur la forme, c’est conserver sa propre humanité et donner à l’autre, qu’on critique, dénonce ou pourfend, une chance de retour à l’humanité. Toute autre approche est destructrice et génératrice de haine. 

Le Veilleur de Ninive

mercredi 14 janvier 2015

Islam et Christianisme même combat pour le respect....

L’affaire Charlie-Hebdo nous a appris qu’Islam et Christianisme faisaient face au même irrespect et à la même déconsidération en provenance des « forces » athées, sauf que les armes des chrétiens sont les armes de Jésus alors que celles des musulmans sont les épées de Mohammed. Cela fait une grande différence car l’Eglise catholique a, semble-t-il, abandonné depuis longtemps les vues de Saint-Augustin et de Saint-Thomas d’Aquin sur la possibilité d’une guerre juste.

Concernant le blasphème contre le sacré, l'Eglise chrétienne s’en offusque bien naturellement. Il est pour elle une très grave injure, puisqu’elle a repris à son compte les tables de la loi avec les commandements que Yahvé avait confiés à Moïse et dont le second se réfère à l'invocation du nom du Seigneur : « Tu n’invoqueras pas le nom du Seigneur ton Dieu pour le mal, car le Seigneur ne laissera pas impuni celui qui invoque son nom pour le mal ». 

Le blasphème prend en Islam des proportions considérables puisque la notion de « confession » et de « pardon » qui, chez les chrétiens, amortit l'impact de la faute, ne s'y applique pas sur ce point. Nous le rapportions dans un écrit précédent : « Le blasphème contre Dieu, le Prophète et les Anges est puni de mort dans trois écoles coraniques sur quatre, les Malékites, les Chaféïtes et les Hanbalites. Pour la quatrième école, celle des Hanéfites, la décision est laissée à la discrétion du juge mais la plupart du temps, la peine de mort est prescrite ». 

En tolérant « l’humour » de Charlie-Hebdo[1]  forcément partial, puisqu’il y a des sujets que le journal satirique n’abordait jamais[2], ne serait-ce que pour en rire comme on rit d’humour noir, le gouvernement français prend le risque de déplacer le Jihad sur son territoire. Ces affirmations que nous avançons concernant l'Islam s'appuient sur de nombreux auteurs musulmans[3].

En reprenant le thème du Prophète Mohammed dans un numéro spécial de Charlie-Hebdo, le gouvernement qui cautionne la démarche, prétend-il changer l’Islam ? Pense-t-il modifier la réaction d’1,3 milliard de musulmans ? Il refusait à ses adversaires politiques le crédit de soulever le problème du « fondamentalisme islamique », et voilà qu’il ne dit mot à la parution d’un nouveau Charlie-Hebdo provocateur qui devait forcément apparaître comme un défi. Un connaisseur de l’Islam ne pouvait s’y tromper. 

Nous avons tendance à vouloir nous dire : « Quelle prétention ! ». Mais quelle est la mission de ce gouvernement pour mener une politique aussi contradictoire ?

Non-musulmans que nous sommes, nous souhaitons tous que cet Islam soit moins prosélyte par la violence et moins tendu sur les faiblesses et les péchés humains, mais comment peut-on imaginer que des non-musulmans comme ces journalistes qui ont ressorti un numéro de Charlie-Hebdo pensent par un forcing, à travers un tirage à plus de 3 millions d’exemplaires, en plusieurs langues, avec le Prophète  Mohammed en couverture, pouvoir obtenir le moindre changement dans la tradition islamique ? 

L’attitude des Chrétiens face au blasphème est de prier et de souffrir intérieurement.… Aujourd’hui ils sont confrontés à un nouveau problème qui est « l’athéisme prosélyte », car l’Athéisme, comme l’Islam et le Christianisme, cherche désormais à convertir les esprits [4]; Le Christianisme redoute cette nouvelle « vocation » de l’athéisme qui se calque sur les religions car il n’est, selon les vues chrétiennes, qu’une idéologie totalitaire de plus, et réductrice de l’homme à sa dimension immanente, refusant de reconnaître à ce dernier l’ouverture à la transcendance.

Tandis que l'Islam sunnite a sa réaction, face au blasphème, prévue par les écoles juridiques, quelle attitude le christianisme va-t-il adopter pour survivre confronté qu'il est à des forces hostiles, qui sous couvert d’humour, de laïcité et de mesures sociétales, cherchent à lui nuire ? Nous laissons ici la parole à la hiérarchie des Eglises Catholiques et Protestantes de France pour donner les directions aux fidèles, en espérant que celles qu’elles prendront et les attitudes qu'elles préconiseront ne mettront pas les croyants dont elles ont la charge, sur les pas des Chrétiens d’Irak. 

Le Veilleur de Ninive
________________________________________
[1] Encore faudrait-il s’assurer que tout le monde en rit.
[2] Citons à titre d’exemple l’euthanasie, l’avortement, la franc-maçonnerie ou les noirs.
[3] Abu ‘Ubaid (Ibn Sallām) (+224=838), Kitāb al-amwāl, Le Caire, 1934, p.179.
Aureng Zaib, (+1118=1706), Aḥkām al-awqāf, Le Caire, 1322=1904, I. p.103.
Zaid bin Ali : Mağmu'at al-fiqh, ed. Griffin (Corpus Juris di....), Milan, 1919, p.825.
Ibn Taimiyya : * Ibn Taimiyya : Aṣ-ṣārim al-maslūl 'ala šatim ar-rasūl, Ed. Hayderabad, 1904, pp. 4, 296, 299, 301, et suiv., 326, 527 et suiv., 536, 538.
Ḥiršī (+1101 = 1689), Šarḥ ‘ala muḫtaṣar sīdī Ḫalīl, 8 vol. Le Caire, 1881, VIII, p.84.
Sarahsi (Mohammad Bin al-Hassan - +483 = 1090) : Al-Mabsūt, 30 Vol. Le Caire, 1906-1913.
Sarahsi : Šarh as-siyar al-Kabīr li Muḥammad bin al-Ḥassan as-Šaibani, 4 vol., Ed.  Hayderebad, 1917, III, p. 183.
 [4] Le Christianisme commence par convertir les cœurs à Jésus-Dieu.

Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.