mardi 24 juin 2014

Message des rebelles aux Chrétiens et Chi'ites de Mossoul (Irak) : "Convertissez-vous à l'Islam ou affrontez l'épée ".

Samedi 21 juin 2014 - Ankawa (Irak) — « Convertissez-vous à l'Islam ou affrontez l'épée ». Tel était le message raide, que les chrétiens de la ville syrienne de Raqqa avaient reçu l'an dernier, lorsque les extrémistes ultra-fondamentalistes sunnites, qui se réclamaient de l'État Islamique d'Irak et le Levant (E.I.I.L.), avaient pris le pouvoir et avaient inauguré un régime de terreur contre les chiites et les chrétiens ; ce régime avait conduit à des décapitations et à trois crucifixions, au moins.

Conscients de la réputation féroce de meurtriers et de mutilateurs des membres de l'Armée de l'Etat Islamique d'Irak et du Levant, des milliers de chrétiens, vivant jusqu'alors à Mossoul et dans la plaine de Ninive environnante, se sont enfuit, pris de panique, au moment où les rebelles de l'E.I.I.L. ont pris, aux forces gouvernementales, le 10 juin 2014, la deuxième ville d'Irak. Nombreuses sont les personnes qui parvinrent à s'échapper pour trouver refuge dans l'enclave chrétienne de la ville kurde d'Irbil, qui se situe à une heure seulement, par la route de Mossoul.
« Tous les personnes restées sur place sont quelques personnes handicapées ou des chrétiens malades, a déclaré une religieuse catholique chaldéenne, vêtu d'un habit bleu ; sa communauté religieuse a réussi à prendre la fuite de Mossoul, se rendant à pied vers le nord, durant quatre heures, le 10 juin, avec des milliers d'autres réfugiés chrétiens et musulmans.

Ils ont tous craints d'être persécutés par les insurgés qui sont arrivés de manière soudaine. Ces derniers suivent une interprétation stricte du Coran, tel qu'il était expliqué au VIIe siècle ; A cette époque, on exigeait non seulement que les femmes restent pour la plupart à l'intérieur, mais que les cloches des églises ne sonnent plus jamais, que les croix ne soient plus montrées et que les chrétiens payent la jizya en échange de leur vie  ».

Notre interlocutrice religieuse a demandé, à plusieurs reprises, que son nom et son ordre religieux ne soient pas divulgués, de peur que les rebelles ne lisent ses commentaires sur l'Internet.
« Ils ont mis bas tous les monuments de Mossoul, qu'ils représentent des personnalités politiques irakiennes ou catholiques », dit-elle, dans un français impeccable ; C'est au cours d'une année d'études à Montréal qu'elle a pu perfectionner cette langue. « Ils ont enlevé une statue de la Vierge Marie, mais autant que je sache ils ne l'ont pas détruite ».

Environ 120 paroissiens ont assisté à la messe dominicale à l'Eglise Chaldéenne Catholique, St. Elie à 'Ankawa, où le Père Shahar a prêché le besoin et la nécessité d'une réconciliation. « J'espère que la paix reviendra en Syrie, à Bagdad, à Mossoul et en Irak » ; telle a été la seule référence du prêtre à la violence sectaire qui secouent actuellement le pays.
La peur s'est emparée de la Congrégation, un jour que les combattants de l'E.I.I.L. ont revendiqué la prise d'une autre ville frontalière avec la Syrie, facilitant ainsi pour eux le transport d'armes dans les deux directions, car ils contrôlaient ainsi une large bande de la Syrie du Nord, où ils avaient combattu le régime de Bashar el-Assad.

Il y a eu des Chrétiens en Irak dpuis le Ier siècle, lorsque deux disciples de Jésus y apportèrent l'Evangile. Ainsi jusqu'à une période récente, en 2003, l'Irak comptait 1,5 millions de chrétiens. Mais depuis, il y a eu plus de 70 attaques contre des églises, plusieurs prêtres ont été assassinés et le nombre de chrétiens a chuté à moins de 500 000 âmes. Ce dernier accès de violence sectaire est susceptible d'entraîner un nouvel exode massif.

Un paroissien de 72 ans, qui a pris le prête-nom de Dominique, a déclaré avoir été obligé de quitter Mossoul pour Bagdad en 1960, après que son père eut été assassiné en raison de son appartenance au christianisme. Lorsque l'Eglise, dans laquelle lui, sa femme et son fils  étaient présents à Baghdad a sauté il y a trois ans, tous les trois ont trouvé refuge dans la banlieue chrétienne de Irbil.

« Etre chrétien en Irak, c'est devenir une cible du terrorisme », a déclaré Dominique, qui avait reçu, il y a de nombreuses années, un diplôme d'études supérieures d'Ingénieur de la Wayne State University de Detroit. Un de ses cousins éloignés, l'Archevêque Paulos Faraj Rahho, avait été enlevé dans sa voiture et assassiné à Mossoul il y a six ans maintenant.

« En Irak, nous nous déplacions d'une ville à l'autre sans crainte, car nous avons cru aux promesses du gouvernement et des religieux musulmans qui affirmaient que nous serions sûrs », a-t-il dit, ajoutant en riant jaune, « nous croyons maintenant que nous sommes à court de lieux pour nous cacher ».
Michael, fils de Dominique, qui assistait à la Messe avec ses parents, a déclaré que « bien que sa famille soit, pour le moment, en sécurité dans la région irakienne autonome Kurde, nous ne pouvons oublier que Mossoul est tombée en deux heures ».
« Nous croyons que les Peshmerga (soldat de l'armée kurde) sont forts ; les Kurdes nous donnent, par écrit, plus de droits que nous ne pourrions en avoir ailleurs, » a dit Michael, qui possède une maîtrise en informatique d'une Université britannique. « Nous gardons, toujours, ce sentiment que nous sommes invités dans notre propre pays. Nous savons que le point commun qui unit les sunnites et les chiites est qu'ils sont musulmans ».

Tout en reconnaissant qu'ils avaient peu d'informations sur la réaction du Canada au sujet du sort des chrétiens d'Irak et de Syrie, Dominique et Michael affirment que la perception parmi les chrétiens d'Irak, était que le gouvernement canadien est plus désireux de maintenir des relations cordiales avec les pays musulmans que d'aider les chrétiens face à ce péril mortel. Ils ne sentaient pas non plus qu'ils avaient beaucoup de chances d'être autorisés de s'installer en Grande-Bretagne ou aux Etats-Unis.
« Nous constatons qu'ils donnent des passeports aux terroristes musulmans et acceptent les homosexuels qui prétentent avoir été victimes de discrimination à leur égard, et pourtant ils nous refusent le droit d'entrée sur leur territoire », a déclaré Michael.

La religieuse, Michael et son père nous ont dit, tous les trois dans des échanges séparés, que pour les catholiques, les chrétiens orthodoxes et les communautés coptes, qui sont assiégés en Syrie et en Egypte, le seul avenir possible pour eux, était de quitter le Moyen-Orient ».

« Nous ne sommes pas dans un danger imminent, mais qui sait ce qui peut arriver dans ces pays », déclare la religieuse. « Nous ne savons pas ce qu'ils feront ensuite. La région kurde est la zone la plus calme d'Irak, mais jusque-là, personne ne sait ».

Matthew Fisher, Postmedia News - Traduit de l'anglais par le Veilleur de Ninive.
 









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de votre commentaire....Il passera par le modérateur avant d'être publié.

Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.