dimanche 2 novembre 2014

Guerre islamique ou guerre contre l'Islam ?

Assistons-nous actuellement à une guerre fomentées par des réseaux internationnaux athés qui utilisent des mercenaires regroupés sous le nom d'Armée Islamique d'Irak et du Levant pour salir et tuer l'islam.....Ecoutons attentivement les explications du Sayyed Hassan Nasrallah qui peuvent nous éclairer. Source : France-Irak Actualité.
Extrait du discours de Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah libanais, à l’occasion de l’Ashoura (27/10/14) qui commémore pour les chiites le martyre de l’Imam Hussein, petit-fils du prophète Muhammad tué à Kerballa en 680 (+ vidéo sous-titrée en français).
[...] 
Ce que nous vivons actuellement dans le monde islamique, et dans notre région en particulier, à la lumière des développements qui se sont produits ces dernières années, et de la montée en puissance, de l’expansion et de la prise de contrôle, par le courant que nous désignons comme « takfiri », de territoires très étendus dans certains pays arabes et islamiques, ainsi que ses pratiques épouvantables, barbares et outrageantes auxquelles nous assistons et dont nous entendons parler jour et nuit, tout cela nous appelle à prendre une position courageuse, et également à définir clairement la nature du danger que représente la prise de contrôle par le courant takfiri de tel ou tel pays arabe ou musulman, ou même de plusieurs pays. 
O mes frères et sœurs ! En toute franchise – et mon propos sera simple et clair, et mes preuves le seront également –, et comme à mon habitude, je m’abstiendrai de tout recours à une terminologie érudite ou complexe. En toute franchise, oui, nous pouvons dire aujourd’hui que ces dangers qui menacent l’Islam sont comparables à ceux de l’année 60-61 de l’Hégire [martyre de l'Imam Hussein au moment où l'Islam était menacé d'extinction].
Premièrement, la menace que fait peser ce courant sur l’Islam en tant que religion, Message, valeurs, principes. Comment ? Laissez-moi vous présenter des preuves qu’il y a un véritable danger.
Premièrement, dans le discours de ce courant, ils se revendiquent de l’Islam, ils se réclament du Coran, et comme le prédisaient certaines prophéties concernant notre époque, ces individus connaissent le Coran par cœur. Ils apprennent le Coran et l’invoquent en guise de preuve, ils récitent ses versets dans leur discours public. Et même sur le terrain, au moment où ils envahissent, égorgent, tuent, ou accomplissent l’une de leurs atrocités, qu’ils retransmettent à la télévision ou sur Internet, ils invoquent Dieu dans leurs déclarations : « Dieu Tout-Puissant a dit, etc. »
Bien sûr, ils ont un problème de compréhension des versets coraniques, et se basent sur des faux-semblants. Ils font de graves erreurs dans la compréhension du Coran et dans son interprétation – mais c’est là une recherche exégétique à part qui n’a pas sa place dans un tel discours.
Mais ce qu’il faut retenir est que pour chacun de leurs actes, ils invoquent l’autorité de versets coraniques, ou de hadiths falsifiés et faussement attribués au Prophète (saas). Ils prétendent : « Le Prophète a dit telle et telle chose. »
C’est-à-dire qu’ils ne justifient pas leurs actes criminels en les attribuant au penseur, au savant, au Cheikh, au Professeur ou au mouvement dont ils sont les adeptes et dont ils suivent les traces et la voie par leurs actes. Mais ils cherchent à attribuer ces crimes directement au Livre de Dieu le Très-Haut et à Son Prophète – paix et bénédictions de Dieu sur lui et sa famille.
Bien sûr, c’est quelque chose de très dangereux. Que veulent-ils faire par-là ? Il s’agit d’implanter dans l’esprit des gens, incident après incident, jour après jour, année après année, que c’est cela l’Islam. (Ils veulent répandre l’idée) que c’est cela l’Islam, non pas que ce serait par exemple une secte déviante ou égarée, qui n’a rien à voir avec l’Islam, non !
Et c’est pourquoi nous commençons à entendre dans certains endroits de l’Occident, et même dans notre région, des personnes qui prétendent que cela n’est pas dû au fait qu’il y a dans l’Islam différentes écoles, de la diversité, des interprétations divergentes, des courants de pensée variés, non, ils prétendent que l’Islam, c’est ça ! « Telle est votre religion, tel est votre Coran, tel est votre Prophète ! » Et naturellement, c’est là quelque chose de dangereux, de très dangereux.
Eh bien, avec le temps, cela enracinera dans les esprits cette compréhension infamante et fausse de l’Islam, du Livre de l’Islam, le Coran, et du Prophète de l’Islam, que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui et sa famille.
Je peux déclarer avec certitude que ce qui se produit aujourd’hui est la plus grande distorsion de l’Islam dans l’Histoire. Je le déclare en toute franchise.
Premièrement, parce que la nature des événements qui se déroulent aujourd’hui a peu d’exemples dans l’Histoire, pour autant qu’elle ait un précédent – et on en trouve effectivement des exemples ici ou là.
Mais surtout pour cette deuxième raison, à savoir que nous sommes aujourd’hui à une époque où existent des moyens de communication, des médias, qui transmettent les vidéos, images, sons, propos, à chaque maison, à chaque oreille du monde entier.
Par le passé, il y a des centaines d’années, de telles atrocités ont pu être perpétrées, mais elles n’ont pas été rendues publiques en images, son et avec précision et détails. Elles n’ont été révélées que bien après qu’elles aient été commises.
Mais aujourd’hui, tout se fait en direct. Aujourd’hui, on égorge en direct. Les massacres de masse sont commis en direct. Et les divers crimes commis sont disponibles en image et en son.
Et vous savez bien que cela est beaucoup plus marquant pour les esprits, les cœurs et les sentiments, bien plus que la diffusion à l’oral ou à l’écrit.
C’est pour cela que ce qui se passe aujourd’hui est bien la plus grande menace que l’Islam ait dû affronter en ce qui concerne le dénigrement de ses valeurs, de ses enseignements, de sa pensée et de sa réputation.
La conséquence de tout cela, c’est, premièrement, que les non-musulmans s’éloignent de l’Islam.
Aujourd’hui, dans beaucoup de pays du monde, il y a des gens qui ne suivent aucune religion, et que ce soit du fait d’un manque au niveau de la pensée, du dogme, de la spiritualité, du moral, etc., ils s’instruisent au sujet de l’Islam et s’y convertissent.
Il y a des adorateurs d’idoles dans le monde. Il y a des principes et des dogmes variés.
Beaucoup d’entre eux acceptent l’Islam et sont accueillants envers lui, partout dans le monde.
Que se passe-t-il à présent ? On propose un modèle qu’on veut faire passer pour l’Islam, et plus encore, on veut le faire passer pour l’Islam authentique, pour l’Islam véridique – car ils insistent beaucoup sur pour cette terminologie : « authentique », « véridique », « droit», etc.
Et bien sûr, quiconque voit ces crimes se dit « Alors c’est ça l’Islam ? Je ne veux pas en entendre parler. » Il ne sera même pas prêt à en discuter, à s’en approcher, à faire des recherches, à poser des questions.
La deuxième conséquence, c’est que tout cela éloigne les non-musulmans des musulmans. Car tout cela présente les musulmans comme un groupe de barbares, de criminels assoiffés de sang, qui ne peuvent cohabiter avec absolument personne. Et naturellement, cela expose les musulmans en tant que communautés, groupes et peuples, dans le monde entier, aux dangers de l’isolement, de l’animosité et aux sentiments d’hostilité.
La troisième conséquence, qui est également très dangereuse, est que tout cela éloigne les musulmans eux-mêmes de l’Islam. Il y a beaucoup de musulmans qui ne connaissent que peu de choses de l’Islam. Et lorsque tous les médias viennent leur dire : « Voilà ce qu’est l’Islam, voilà les cheikhs de l’Islam, les savants de l’Islam, les djihadistes de l’Islam, les égorgeurs de l’Islam », beaucoup de ces musulmans diront alors : « ça suffit. Nous n’avons rien à voir avec cette religion, rien à voir avec l’Islam. »
Et c’est pourquoi nous assistons aujourd’hui à des commencements – je ne veux pas amplifier cette réalité, mais dans plus d’un pays arabe, jusqu’à l’intérieur de l’Arabie Saoudite, en Egypte, dans d’autres endroits, il y a des commencements d’athéisme, on commence à parler d’une vague d’athéisme.
Pourquoi [s'en inquiéter ?] ? Parce que les choses en viendront à la remise en question du Coran, de la prophétie de Muhammad – paix et bénédictions de Dieu sur lui et sa famille –, [on se demandera] est-ce que c’est un Prophète de Dieu ou non, jusqu’à la remise en cause de Dieu et de son existence même.
Ce que dit l’expression populaire, « Ils rendent les musulmans mécréants », c’est cela même. Il y en a des débuts dans plusieurs endroits. Je ne parle pas d’un mouvement ou phénomène important, mais en guise de précaution, car il y a des données qui évoquent cela, en guise de précaution, je dis qu’il y a là des commencements, des commencements dangereux.
Cela touche jusqu’aux croyants fervents et enracinés dans l’Islam. Il vient un moment où, à cause de cette insistance, durant des mois et des années, par exemple : Les terroristes bombardent ? (Ils le font en criant) « Allahu Akbar ! » [Dieu est le plus grand]. Ils égorgent? (Ils le font en criant) « Allahu Akbar ! ». Quel que soit l’acte qu’ils commettent, (ils crient) « Allahu Akbar ! ». A force, on en arrive à un moment où dès qu’on entend « Allahu Akbar ! », on se demande « Qu’est-ce qu’il y a ? Un meurtre ? Un égorgement ? Une catastrophe quelconque au sein des peuples des pays arabes et musulmans ? ».
Jusqu’à en arriver au dénigrement de toute la pensée islamique, des mœurs, de la culture, des symboles et des traditions islamiques. Le hijab (voile islamique) et l’abaya (robe islamique) deviennent une manifestation choquante, etc. La barbe devient une manifestation choquante. Le terme « djihad » devient un terme infâme. Le terme « martyre » devient un terme infâme.
N’est-ce pas là un danger pour l’Islam ? Qu’est-ce que l’Islam ? Ce sont ces concepts, ces enseignements, ces valeurs, ces habitudes, ces traditions.
Voilà pour le premier point, en ce qui concerne la menace qui pèse sur l’Islam.
Lorsqu’on en vient à la menace contre la structure générale de la Nation (islamique), car de fait, ils menacent maintenant la structure tout entière de notre Communauté : ils déchirent cette Communauté, ils la divisent, ils rendent licite l’atteinte à son sang, à ses biens, à son honneur, à ses sanctuaires, à ses mosquées, à ses Eglises, qui constituent une autre partie de cette Communauté, à tous les vestiges historiques, tout ce qui a un rapport avec l’Histoire, tous les tombeaux, etc., tout cela n’a aucune place.
La scène générale qu’ils présentent est une scène de déchirement, de destruction, de combats sanglants. Considérez donc l’ensemble de la région : dans toute la région, on ne voit que des conflits sanglants ici, là, là-bas, etc.
Pourquoi donc ? Pourquoi en sommes-nous arrivés là ?
Au point où les gens ne peuvent plus parler les uns avec les autres, ni dialoguer, ni trouver d’issue politique, ni même trouver aucun moyen de s’entendre. Quelle en est la cause ?
Bien sûr, il y a diverses raisons, mais l’une des causes principales et premières est que se sont implantés dans notre région des forces et des mouvements qui ne sont prêts ni au dialogue, ni au débat, qui croient posséder la vérité absolue, et qui considèrent quiconque est différent d’eux de cette manière négative, radicale, intransigeante et haineuse dont je vais parler. Voilà ce qu’il en est. Eh bien, si nous en venons, après cette première partie – laissez-moi conclure cette première partie en disant : oui, ce qui se passe maintenant dans notre région et dans le monde constitue une menace pour l’Islam en tant que religion, et une menace pour la Communauté et les sociétés islamiques en tant qu’entités.
[...]
 
 

Le Président Sissi a-t-il sauvé l'Egypte ?

Bonnes nouvelles d'Egypte

Beaucoup de journalistes égyptiens pour le lancement solennel des Routes de la Sainte Famille en Égypte, mais très peu de journalistes étrangers, nous n'étions que 2 pour toute la France !!...

En revanche énormément d'ecclésiastiques du monde entier. Tous les invités du gouvernement égyptien, ecclésiastiques et agences de pèlerinages, étaient logés au même hôtel et c'était beau à voir cet hôtel du Caire envahi de soutanes de toutes couleurs, noires, blanches, violettes : des évêques orthodoxes russes, des maronites, des grecs-catholiques, des moines coptes, des Syriaques, des Arméniens, des prêtres de Jordanie, d'Indonésie, d'Italie, un évêque anglican d'Afrique du sud, des cols romains, des soutanes latines et des soutanes byzantines : belle vision de l’Église universelle.
 
Plusieurs centaines d'invités avaient répondu à l'invitation du gouvernement égyptien (il m' été confirmé par une représentante du ministère du Tourisme que cette initiative revenait entièrement au ministre et pas aux Coptes).
 
Imaginez, chers amis :
 
Le jardin à l'entrée du Musée Copte, magnifiquement décoré, la façade illuminée de manière grandiose dans la nuit. Les centaines d'invités étaient assis là, devant un grand écran qui passait en boucle un beau film sur la Fuite en Egypte et ses étapes. Le son, très fort, proclamait dans tout le quartier, audible à des centaines de mètres, en arabe puis en anglais : "Un ange apparut en songe à Joseph (un tableau de l'ange et de saint Joseph apparaît en grand sur l'écran) et lui dit : Lève-toi, prends l'Enfant et sa Mère et fuyez en Egypte". Suivait tout le périple de la Sainte Famille avec cartes et photos des lieux, sur une musique grandiose et tonitruante. Puis "L'ange apparut à nouveau en songe à Joseph et lui dit : Lève-toi, prends l'Enfant et sa Mère et rentrez au pays d'Israël. Car ils sont morts, ceux qui en voulaient à la vie de l'Enfant". Musique d'apothéose et apparition d'un tableau de la Sainte Famille avec Jésus rayonnant de lumière. Puis "Ainsi s'accomplit la prophétie d'Isaïe, "D’Égypte, j'ai appelé mon Fils".
 
Non vous ne rêvez pas, c'était mardi dernier en Egypte, dans un événement organisé par le gouvernement, moins d'un an et demi après que Morsi ait été chassé !! Alors que depuis 60 ans les Coptes ne pouvaient même pas faire sonner une cloche en ville !

Je vous jure que j'en avais la chair de poule…

Tout était retransmis à la TV nationale égyptienne, présenté par une speakerine sur son 31.
 
Avec une heure et demie de retard (nous sommes en Egypte c'est normal !) sont arrivés le pape Tawadros, le premier ministre, le ministre du Tourisme, des généraux bien galonnés, etc…

Le ministre du Tourisme a présenté longuement le trajet de la Sainte Famille, commenté les icônes, et dit entre autres qu'à l'église de Zeïtoun, en 1968, plusieurs millions d'Egyptiens ont vu la Vierge Marie !

Puis le premier ministre a dit que les chrétiens de tous les pays étaient bienvenus en Egypte, que les sites de la Sainte Famille représentaient l'identité de l'Egypte et incitaient à l'amour, la pai
x et la tolérance, et que le gouvernement égyptien avait voulu lancer le programme de la Sainte Famille en Egypte avant la fête de Noël. 
Puis le pape Tawadros, que je rencontrais pour la première fois (élu il y a un an et demi) et qui m'a fait une magnifique impression, très souriant et détendu, a parlé à la fin et dit que le premier touriste en Egypte était Jésus Christ, et que la venue du Fils de Dieu sur cette terre constituait une source de bénédiction pour tous les Egyptiens.
 
Un souper fut ensuite offert aux invités dans la cour du musée. Mgr Brizard, qui accompagnait notre délégation française, était à la table du Pape.
 
Vive l'Egypte éternelle qui renaît telle le phénix !
 
Comme disent les Coptes : "Le maréchal El Sissi a sauvé l'Egypte !"


dimanche 14 septembre 2014

Irak : L'Armée Islamique abolit l'enseignement du syriaque et des noms chrétiens des écoles.

Mossoul (Agence Fides) – 13 Sep 2014 – Les écoles de Mossoul et de la plaine de Ninive qui portaient des noms chrétiens devront les modifier. Par ailleurs, l’enseignement de la langue et de la culture syriaque ainsi que l’éducation religieuse chrétienne seront abolis des programmes des écoles de tout niveau. Telles sont quelques-unes des dispositions imposées par les responsables du prétendu « Etat islamique » aux institutions éducatives de Mossoul et des territoires de la province de Ninive tombés sous leur contrôle. C’est ce que révèlent un certain nombre de sources locales contactées par le site d’information arabe ankawa.com.
 
L’abolition de l’enseignement de la culture syriaque et d’éléments de doctrine chrétienne font partie des dispositions imposées par les militants du prétendu « Etat islamique » afin d’effacer toute trace de pluralisme culturel et religieux dans le système éducatif des zones conquises et de transformer les écoles en instruments de propagande de l’idéologie djihadiste aux jeunes générations. Parmi les directives imposées par les miliciens du prétendu « Etat islamique » se trouve également l’obligation de renommer les écoles, les dédiant à la « bataille de Mossoul » et à d’autres figures et formules utilisées par la propagande idéologique lancinante de ce qui se voudrait se structurer comme un nouveau régime de califat. Certaines des institutions éducatives liées aux églises, comme l’école Saint Thomas, portaient des noms chrétiens depuis le XVIII° siècle.

En février dernier, le Ministère de l’éducation irakien avait disposé que le syriaque et l’enseignement de la religion chrétienne soient introduits dans les programmes de 152 écoles publiques des provinces de Bagdad, Ninive et Kirkuk. Le projet pilote visait à préserver la langue maternelle de toutes les communautés confessionnelles chrétiennes autochtones encore présentes dans le pays, caractérisées, au cours de ces dernières années, par une drastique réduction de leur importance numérique à cause de la forte augmentation des flux migratoires enregistrée après la chute du régime baathiste. Les 152 écoles en question avaient été sélectionnées dans les zones du pays où la concentration de baptisés était la plus grande. Selon les données fournies par la Direction pour l’étude du syriaque, les écoles concernées par le projet sont fréquentées par plus de 20.000 élèves.

mercredi 3 septembre 2014

Les Syriaques de Syrie et d'Irak présentent leur armée naissante....

Les Syriaques de Syrie et d'Irak présentent leur armée naissante....Avaient-ils un autre choix face aux djihadistes ? Il revient aux musulmans sunnites de leur éviter de prendre les armes en les défendant....
 
 
Le Conseil militaire syriaque (MFS pour Mawtbo Fulhoyo Suryoyo en araméen) regroupe des volontaires chrétiens décidés à se battre en Syrie et en Irak contre les djihadistes de l’Etat Islamique (EI).
 
Vidéo reprenant la déclaration d'intention (en arabe) du Conseil militaire syriaque.
 
 
Bénédiction d'un soldat..... 
 
 
Pour mieux savoir qui sont les Assyro-Chaldéens : Union Syriaque Européenne. - contact@esu.cc
Source de ces informations : Media-Press Info....

 

lundi 1 septembre 2014

Quelques réflexions sur notre monde...face au djihadisme....

Si les Etats musulmans  persistent à ne pas dénoncer, sans réserves, les méthodes guerrières totalement irréligieuses, de l'Armée Islamique d'Irak et du Levant (A.I.I.L.), ils auront contribué à dresser contre eux et contre l'Islam une partie des non-musulmans.  

Ceux qui dans le monde mettaient récemment en garde les puissances contre une guerre de civilisations, se retrouvent progressivement mêlés à une guerre entre la civilisation et la barbarie.  

Pour sauver l'Islam de la déconsidération, il est urgent  que le monde puisse entendre haut et fort les dirigeants des Etats musulmans s'élever contre la brutalité et la perversité des éléments armées de "Daech".  

A ce jour, ce que nous avons entendu, ici ou là, ce sont des musulmans qui, s'adressant aux non-musulmans, leur disent : « L'armée Islamique d'Irak et du Levant », ne représente pas l'Islam ; ce que ces hommes prônent, ce n’est pas l'Islam". Que peut-on leur répondre ? « Si c'est le cas, que les musulmans sunnites les combattent »....et nous ajoutons : Si les djihadistes deviennent un jour majoritaires en pays musulmans, cela voudra-t-il dire que l'Islam est en voie d'affaiblissement et risque même de disparaître étant donné qu’ils ne représentent pas l’Islam ?

L'A.I.I.L. révèle à la face du monde une religion que nul chrétien ne veut et ne peut accepter; l'attitude de ces mercenaires, rend même illégitime l'application du mot « religion » à leur prétendu islam qui ne ressemble en rien à cette religion musulmane des origines qui, certes avait triomphé par la force de l'épée, mais se fondait sur des maximes morales immanentes [Daech ne respecte aucune morale] et qui exigeait du musulman, un attachement à des vertus naturelles ayant déjà cours dans l'Arabie du VIIe siècle.

La menace constante que font peser les "djhadistes" sur les non-sunnites est en réalité une force arbitraire aveugle cherchant à détruire, à la racine, toutes les énergies et les instruments de progrès que les sociétés contemporaines, fondées sur l'homme, ont mis en place : la démocratie, la coexistence multiconfessionnelle, le principe des nationalités, etc...

Au bout du compte, l'avancée militaire fulgurante de l'A.I.I.L. peut se révéler fatale pour l'Islam lui-même, car ce courant, né dans la violence, risque fort de mourir dans la violence et l’Islam sunnite avec lui, si les Etats musulmans ne prennent pas la tête du combat contre l’A.I.I.L. ; cette organisation soulève dans les esprits de ceux qui ne sont pas des leurs, une volonté de résistance qui ira jusqu'à l'usage de la force et l'expression d'une exigence accrue à l'égard des dirigeants des pays islamiques sunnites.

Comparons la situation actuelle à celle qui prévalait à la fin du XIe siècle après J.-C. Un œil averti qui connaît quelque peu les principaux faits historiques de l'époque, n'aura pas trop de mal à faire le rapprochement, entre les deux périodes, qui ne se limite pas au fait que des chrétiens étaient victimes hier, dans la Syrie médiévale et le sont aujourd'hui dans la Syrie et l'Irak contemporains.

L'Europe du moyen-âge cherchait un moyen d'arrêter la progression de l'Islam. La solution trouvée fut la croisade; celle-ci a permis de retarder de trois siècles, l'invasion musulmane du continent européen et notamment de la Hongrie et de l'Autriche. Aujourd'hui, le monde est devenu muti-polaire et l'Europe, étendue à d'autres pays d'Occident se cherche une force nouvelle qui puisse freiner l'avancée de tout ce qui représente le djihadisme, le nationalisme, l'isolationisme, etc....

Pour ne traiter que du continent européen, celui-ci serait dit-on, "en formation" ;  les Etats de l'Union Européenne se chercheraient une défense commune afin d'intervenir, pour des mobiles politiques et stratégiques, dans des zones sensibles et d'intérêts pour eux, lorsque ces derniers sont menacés. Cette défense commune existait pourtant en 1095, lorsque le monde a assisté à la mise en place de la première défense européenne au départ de la croisade. Celle-ci était bien un mouvement militaire européen qui obéissait toutefois à des mobiles politiques et religieux puisque les rois s'alliaient à la papauté pour faire face à l'Islam montant.

Aujourd'hui comme il y a presque mille ans, l'Occident s'efforce de trouver la solution militaire qui, en raison d'impératifs politiques et stratégiques, va permettre de mettre un frein à l'avancée des djihadistes.

Aujourd'hui comme hier, l'Europe et ses alliés, sont ralentis dans leurs initiatives et leur volonté de contrôler et d'imposer un partage des richesses naturelles et énergétiques aux Etats qui en sont dotés. La Russie et la Chine ne suivent pas l’Occident, tandis que les Etats-Unis et l’Europe, dans leur politique purement matérialiste, s’appuient sur l’unique force et ne semblent pas vraiment tirer les leçons du passé qui était que l'influence spirituelle, morale et linguistique faisait perdurer la sympathie là où l'impact des liens économiques n'est que de court-terme. La France qui tenait un rôle important au Proche-Orient grâce à ses missionnaires et ses consuls, est désormais en "quémande" permanente auprès des Etats du Proche-Orient riches en ressources énergétiques.

Pareillement, au début du XIIIe siècle, l'urgence de la croisade, fut freinée par le détournement vers Constantinople de la IVe expédition, entraînant par là des affrontements entre Européens et Byzantins et par la suite, l'alliance entre Byzance et les musulmans. La cinquième croisade ayant échoué, une sixième fut demandée par le Pape Honorius IV à l'Empereur Frédéric II de Hohenstaufen qui montra beaucoup d'hésitations et d'atermoiements au point que Grégoire IX, son successeur, le suspendit en 1227. L'année suivante, en 1228, Frédéric II se résolut à partir pour la Terre-Sainte, en dépit de la désormais interdiction du Saint-Siège, mais son départ était déjà tardif et les croisés arrivèrent en Syrie et en Palestine avec beaucoup de retard.

N'assistons-nous pas aujourd'hui aux mêmes hésitations et erreurs conduisant à des retards qui se ressemblent, dans l'ébranlement d'une force réactive au djihadisme, en raison de considérations propres à chacun des Etats ? L’Occident semble paralysé...

Cahin-Caha, le monde essaye d'avancer, dans une certaine unité, vers un contrôle plus serré de la situation. Les Etats-Unis, l’Europe et leurs alliés feront-ils la guerre aux djihadistes ? L'initiative met clairement du temps à se concrétiser, laissant des populations se faire massacrer sur place...mais admettons qu'une coalition finisse par voir le jour et qu'enfin, elle se lance dans la bataille. A l'exemple de ce qui se produisit au XIIe siècle, l'intervention occidentale risquerait d'arriver bien tard. A la rigueur, cette intervention pourrait retarder et limiter la progression du « djihad », mais parviendra-t-elle à éradiquer la barbarie que ces groupes armés ont importée ? 

Soyons conscients et en vérité! Tout mouvement de grande ampleur à l'encontre des "mercenaires du djihad", ne pourra venir  d'Occident sans une conversion réelle. Les atouts qui avaient construit l’influence de la France et lui avait permis de gagner le respect des populations en pays musulmans, au XIXe et au début du XXe siècle, ne sont autres que ses congrégations religieuses. L’influence morale et linguistique qu’elles répandaient ont été déterminants. Aujourd’hui, la "garde religieuse" a bien baissé sous les coups du laïcisme, de l’athéisme et de la libre-pensée. Avec la matérialisation de la société et de sa politique étrangère, la France a vu perdre son influence. Ce qu’elle gagnait par la morale, la langue et la culture, elle doit désormais, l’acquérir par la force imposée car les hommes d’affaires et les financiers, qui ont remplacé les religieux et les religieuses, n’ont pas grand rayonnement.

Le retour pacifique de l’Occident en cette partie du monde, où toutes les religions sont nées ne pourrait se produire sans une purification et un anoblissement des mœurs dont étaient si capables les missionnaires totalement désintéressés. Aujourd’hui, comment cela pourrait-il en être autrement, alors que les populations occidentales sont affaiblies par une démographie en déclin, dominées par une morale athée individualiste et libertaire plus préoccupée de satisfaire ses caprices que de répondre à la détresse des victimes, et ramollies par un mode de vie hédoniste et dévirilisant.

Un mouvement rapide, efficace et de long-terme, ne sera possible pour l’Occident qu'après une prise de conscience que désintérêt, influence morale, foi et culture sont les seuls véhicules de la paix et du triomphe. Ces facteurs, armes de la sagesse et non des marchands et des banquiers, sont d’inspiration Divine et Trinitaire ; l’on y arrive par une rencontre personnelle avec Dieu à travers Son Divin Fils Jésus-Christ, être "aimable" et "adorable" , reconnu comme Dieu, par ses témoins, et par nous-mêmes, grâce à leurs témoignages, enfin par les miracles qu’il nous a révélés et le don de sa vie qu'il nous a accordée pour nous mettre sur le chemin du Salut éternel.

Comment réaliser cette rencontre avec le Christ ? Se mettre en condition et se nourrir des dispositions pour la favoriser. Elle n'est pas si étrangère à la rencontre d'un homme et d'une femme, d'un époux et d'une épouse, dont le point de départ est la sympathie qui se mue en confiance avant de prendre le visage de l'amour, pour enfin aboutir au don total de soi.

Hors de cette rencontre, du dévouement désintéressé, d’une bonne tenue morale, de la foi ardente et d’un amour de la culture conçue comme la connaissance et l'amour du passé, Dieu ne peut que rester éloigné de nos vies et le salut pour l'Occident ne demeurer qu'un voeux qui sombrera sans réponse.

Le Veilleur de Ninive.
 

samedi 23 août 2014

Irak : Des révélations à ne pas manquer....

Deux discours non-politiquement correct sur l'Irak à voir à tous prix :
 
1° - Des révélations sur la relation US-Irak en lien avec le 11 Septembre 2001 (sous-titrage en français). 


2° - Une interview impressionnante de Tarek Aziz, Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires Etrangères sous le régime de Saddam Hussein, qui révèle la révoltante injustice humaine et les mensonges des nations fortes (Sous-titrage en français).
 

mardi 19 août 2014

Le Liban, face à sa chance d'unité.

Le dernier discours du Sayed Hassan Nasrallah, Secrétaire Général du Hezbollah, prononcé le Vendredi 15 Août 2014, nous a impressionnés, avouons-le, par sa lucidité, sa modération et sa volonté d'unité.
 
Peut-être sommes-nous dans l'erreur en nous montrant "admiratif" ; à l'entendre, nous avons eu la sincère impression que son message était clairvoyant et cohérent, ce qui n'est pas le propre du politicien menteur et manipulateur.
 
Certes, est-il légitime, pour une partie de ses compatriotes libanais de ne pas approuver sa politique, mais il est tout autant illégitime, de la part de ces derniers, d'adopter une attitude d'opposition systématique, similaire à celle qui avait menée au désastre de la guerre civile en 1975, et qui fut si maladroitement préparé par les gouvernements faibles et inconscients qui étaient  en charge à Beyrouth dans les années, 1969-1975 qui précédèrent la confrontation.
 
En ces temps-là, les villages chiites du Sud Liban recevaient régulièrement les bombes lâchées par Israël, tandis que les israéliens réagissaient ou anticipaient par des bombardements, en échange des tirs sporadiques et des actions guerrières et de résistance qui provenaient, par-delà la frontière libanaise, des mouvements palestiniens ; ces derniers outrepassant bien entendu, la politique souhaitée et envisagée par les différents gouvernements du Liban qui se montraient, à tour de rôle, résignés face à leur incapacité à contrôler le Sud du pays. Le Sud-Liban était déconsidéré; ce bout de territoire comptait à peine dans la superficie du pays. Les actions guerrières qui s'y menaient échappaient, de façon presque totale, au gouvernement central. 
 
A l'heure actuelle, la situation diffère tout de même mais nous craignons que les erreurs ne se ressemblent. Toutes la parties libanaises font désormais face à la même menace et "c'est peut-être la chance de la société libanaise" de pouvoir trouver [pardonnez le paradoxe], en cet ennemi commun qu'est l'Armée Islamique de l'Irak et du Levant (Da'ech), l'occasion de son unité. 
 
Nous sommes conscients qu'il est plus aisé d'affirmer et de suggérer que de réaliser mais si seulement les partisans du 14 mars pouvaient accepter quelque peu la force armée du Hezbollah qui fut constituée, presque par obligation, à la suite de l'indécision politique des années 1969-1975 et de l'invasion israélienne de 1982. Nous invitons les sunnites libanais  à se souvenir de leur propres positions d'alors, tandis qu'ils étaient d'ardents partisans du combat contre Israël et de la résistance armée. Inversement, si seulement les partisans du 8 mars et du Hezbollah, en particulier, pouvaient promettre à leurs adversaires politiques, l'acceptation d'une coordination armée-résistance renforcée, voire même le passage de certaines troupes du parti de Dieu, sous un commandement unifié armée-résistance.
 
L'heure est venue de s'allier. Aucune des parties n'a le droit de dénigrer l'autre et de refuser la perspective d'union, car à n'en pas douter, chacun des deux camps, 8 et 14 mars, détient des éléments de la solution, dont le plus important d'entre-eux est, pour l'heure, l'unité des libanais.
 
"Le Liban fait face à une menace existentielle" ! Quel libanais raisonnable pourrait le nier ? "Comptons sur nous-mêmes" affirmait le secrétaire-général du Hezbollah. Y a-t-il honte à cela ? Tout recours à un Etat étranger ne serait que douteux, au moment où nous assistons à une guerre visant à détruire le patriotisme et l'amour des éléments constitutifs de la Nation, territoire, peuple et volonté de vivre ensemble.  
 
Les chiites, le Hezbollah et le Sud-Liban, sont désormais sous une double menaces. La première provient des takfiristes et de "Daech", en particulier, dont les mercenaires importés se rapprochent et sont susceptibles de s'infiltrer au Liban. La seconde menace émane d'Israël, voisin  en perpétuelle confrontation avec le sud-Liban, puisque la paix n’est toujours pas établie entre les deux pays. En outre, les très nombreux signes et signaux que nous percevons sur le rôle possible d'Israël et des Etats-Unis dans l'activation des takfiristes pour anéantir les Etats arabes voisins ne sont pas là pour rassurer le peuple libanais et l'inviter à la démobilisation, face à son voisin du Sud. 
 
Pour les raisons que nous venons d'évoquer, il apparait du devoir de tous les libanais, partisans du 8 et du 14 mars, de mettre de côté leurs divergences. Il ne leur est pas demandé de renier leurs positions, mais "de modifier leurs priorités", pour se ranger, comme un seul homme, derrière l'armée libanaise et le gouvernement libanais afin de se choisir un Président fort qui serait chargé de "tendre" l'ensemble des forces et des moyens du pays vers l'assistance au peuple et à ses réfugiés et par ailleurs pour défendre le territoire face un "ennemi" qui se trouve aux portes du pays, les takfiristes impitoyables et sanguinaires qui semblent à peine appartenir à la race humaine. Il sera temps, plus tard, de lire dans les évènements quel jeu, Israël et les Etats-Unis auront joué dans cet abominable et satanique scénario.   

 Le Veilleur de Ninive.
 

lundi 28 juillet 2014

Frank Wolf, membre de la Chambre du Congrès américain dénonce avec vigueur le génocide des chrétiens d'Irak.

Frank Wolf, membre du congrès américain, en reprenant un article du Wall Street Journal, dénonce avec force et vigueur le sort des chrétiens d'Irak ; il parle de "genocide" et de "crimes contre l'humanité"....et appelle les musulmans à réagir.... 

Le discours est naturellement en anglais ; nous le regrettons pour nos lecteurs qui ne maîtisent pas cette langue. Il était cependant très nécessaire de le diffuser en raison de la vigueur du ton et du contenu. En échange, nous avons traduit pour eux, de l'anglais au français, l'article du Wall Street Journal datant du 22 Juillet 2014, sur lequel M. Frank Wolf prend appui. Voir ci-dessous.


Les attaques des islamistes contre les non-musulmans sont un problème pour l'Islam.

Imaginez qu’une secte chrétienne fondamentaliste capture la ville française de Lyon et commence à éradiquer de façon systématique les musulmans qui s'y trouvent. Leurs mosquées seraient détruites, leurs croissants défigurés, les Corans brûlés et ensuite tous les musulmans seraient contraints de fuir ou de faire face à l'exécution. Un tel événement serait impensable aujourd'hui, et s’il se produisait, le Pape François et tous les autres leaders chrétiens dénonceraient et soutiendraient les efforts des gouvernements pour l'arrêter.

Pourtant, c'est pour l’essentiel ce qui se passé, dans le sens inverse, à Mossoul où l'État islamique d'Irak et du Levant a détruit tous les signes du christianisme de l'ancienne ville. Les Chrétiens ont vécu à Mossoul depuis près de 2 000 ans, mais aujourd'hui ils revivent les guerres de religion musulmanes du moyen âge.

L'église de la Vierge Marie à Mossoul est abandonnée après que des militants islamistes l’aient fermée et qu’ils eurent déposé la Croix du clocher.

Ils n'ont eu de choix que de se convertir à l'Islam ou fuir. Ils ont été avertis de l'ultimatum dans les jours qui précédèrent la fin de semaine au-delà de laquelle ils seraient tués s'ils demeuraient sur place. Par milliers — des familles entières souvent — ont dû quitter la ville avec pour seuls biens leurs vêtements, car les militants s'étaient emparés de leur argent ou de leurs bijoux. Les Croix furent détruites partout dans la ville.

Qu'une  croyance avec une telle violence aveugle puisse exister au XXIème siècle, est difficile à imaginer et croire pour de nombreux chrétiens dans le monde, mais ceci est le problème de l'Occident.

Les juifs savent trop bien que l'anti-sémitisme peut inspirer des comportements meurtriers. Mais les Chrétiens et les laïcs, précédemment chrétiens, qui ont suivi et qui se complaisent dans leur propérité moderne, préfèrent détourner leur regard ou blâmer toutes les religions comme étant, toutes, la cause de l'intolérance.

Aujourd'hui, l'extrémisme religieux est presque entièrement musulman. Tandis que l'éradication des chrétiens par l'Etat Islamique du l'Irak et du Levant (E.I.I.L.) en est la plus barbare, les islamistes en Egypte ont poussé dehors des milliers de chrétiens coptes, des maisons qu'ils occupaient depuis des siècles.

Le même constat est vrai dans les régions musulmanes de l'Afrique. Cela ne signifie pas que tous les musulmans sont des extrémistes, mais cela signifie que tous les musulmans ont l'obligation de dénoncer et de résister aux extrémistes qui assassinent au nom d'Allah. Trop peu d'Imams, vivant dans l'Occident tolérant s'y opposeront.

En ce qui concerne cet Occident post-chrétien, la plupart des élites seraient être à présent non-croyantes ; mais une culture qui ne parvient pas à protéger les croyants risque de réaliser le manque de confiance en elle pour se protéger elle-même.

Wall Street Journal

Irak : Sunnites modérés, vous tenez les clefs de la paix à venir....

En ces temps sombres pour Ninive, nous nous adressons à vous, musulmans sunnites modérés et frères en humanité.

Cela faisait quatre ans que nous veillions sur Ninive pour dire et redire sans cesse qu'il y avait des chrétiens là-bas qui avaient suffisamment soufferts et qu'il fallait les épargner.

Les Chrétiens Ninivites sont aujourd'hui mortellement blessés dans leurs coeurs ou même, pour certains, dans leur corps. Et pourtant, tous les Ninivites vous aimaient, ils voulaient vivre à vos côtés, mais vous craignaient car parmi vous il peut émerger des djihadistes, des rebelles, des violents, des criminels et des non-civilisés...capables de s'en prendre aux minorités faibles....Ces djihadistes n'ont malheureusement rien de la noblesse des bédouins ; heureusement que vous musulmans sunnites, vous n'êtes pas tous ainsi....et cela conserve l'espoir pour l'avenir.

Aujourd'hui, en Syrie et en Irak, une guerre terroriste fait rage ; on s'interroge sur les parrains et les commanditaires de ces conflits. Chacun de nous, intéressé par la question, s'est forgé son idée. Sans approfondir pour le moment la nature des pourvoyeurs de fonds et des acteurs en coulisses de cette guerre, il est urgent de rappeler que vous les  modérés dans la pratique de l'Islam, qui habitez les pays du Proche-Orient où sévissent les dijhadistes et leur parrains et sponsors, vous ne pouvez rester silencieux face à la persécution et à la menace constante qui pèse sur les chrétiens vivants en Syrie, en Irak, au Liban, etc... Le risque existe bien de voir un jour l'amour que les chrétiens éprouvent à votre égard, se transformer en crainte accrue et devenir haine...contre vous et l'Islam.

Dans les cercles chrétiens, il y a des débats entre partisans de la réaction violente face aux  "agresseurs musulmans" et ceux  qui penchent pour le dialogue avec vous, car nombreux sont ceux qui, chez les chrétiens, persistent à penser que les pourparlers sont la voie royale à l'entente et pour vivre ensemble. Mais que les musulmans modérés que vous êtes, ne se trompent pas. Vous n'aurez pas toujours "en face", des chrétiens qui se taisent. Et puis, même si c'était le cas, vous trouverez ensuite les deux milliards de boudhistes, shintoïstes, hindouistes, etc....

Il est probable que les chrétiens du monde ne seront pas toujours des partisans d'un pacifisme qui refuse la violence, accrochés au dialogue jusqu'au martyre, et repoussant à chaque coup la réplique....

Le basculement des chrétiens sous la bannière du combat pourrait se faire à une vitesse vertigineuse car la religion chrétienne est aussi une religion du martyre mais normalement du martyre dans la non-violence. Ce n'est pas en tuant les autres que les chrétiens accèdent au Paradis mais en témoignant par le martyre résigné et la non-violence qu'ils y parviennent. Toutefois, s'il est invité à mourir résigné, il a le devoir de protéger son frère en Christ menacé et la prise des armes peut être justifiée, car le conflit tombe alors sous le concept de "Guerre Juste", normalement dernier recours après les ultimatum. Si les chrétiens doivent redouter le "mal vivre" plus que la mort, l'affrontement chrétien contre les forces du mal, qui harcèlent le fidèle, est au coeur de la vie en Eglise. Lorsque le chrétien arrive à l'évidence que les forces diaboliques ne sont pas toutes en lui, il ne lui reste plus qu'à engager sa personne pour combattre ces forces qui seraient à l'extérieure menaçant, agressant, détruisant, tuant, sans scrupules, ne respectant aucune règle humanitaire.

Musulmans sunnites modérés, il est encore temps pour vous de réagir en vous élevant, nous l'espérons de façon assourdissante, pour dénoncer les pogroms de chrétiens en Irak et en Syrie et au passage, ceux des autres minorités. Il s'impose à vous de combattre les djihadistes, qui par leurs crimes abjects contre les chrétiens, spolient le message du Prophète.

La video ajoutée ci-dessous, qui, hélas, n'est pas de bonne qualité, illustre cependant les risques d'évolution des consciences chrétiennes occidentales, aujourd'hui pacifistes et que certains soupçonnent même de tiédeur, de les voir glisser progressivement vers une affirmation plus ferme et virile d'un anti-islamisme qui serait alors regrettable mais qui se comprendrait si les musulmans sunnites modérés ne se substituaient pas à eux dans la revendication d'une protection des minorités non-musulmanes en pays sunnites.

Sunnites modérés, vous tenez les clefs de la paix à venir. Soit vous relevez le défi qu'on attend de vous de protéger les minorités, soit vous serez accusés d'être les adeptes d'une religion violente faite d'illuminés, voire d'une non religion.

Musulmans et Chrétiens, ensemble sauvons la paix en Syrie et en Irak  et vous sunnites, donnez le ton et l'exemple, car c'est sous la dictature de mouvements extrêmes émergeant sur vos territoires, que les pogroms des minorités se déroulent. Modérés, vous êtes les vrais musulmans, mais ceux qui craignent l'Islam ont besoin de preuves visibles et des prises de positions fortes de votre part.

Souvenons-nous du discours de Ratisbonne tant décriée, par vos coreligionnaires qui fut prononcé par le Pape Benoît XVI, sur le thème "Foi et Raison" : il risque de se révéler prémonitoire, si vous ne réagissez pas aux massacres des chrétiens par vos adeptes.

Qu'avait alors affirmé, Benoît XVI ? Il reprenait, souvenons-nous, les paroles de l'Empereur byzantin Manuel II Paléologue qui disait, s'entretenant avec un musulman persan : « Montre-moi donc ce que Mahomet a apporté de nouveau, et tu y trouveras seulement des choses mauvaises et inhumaines, comme son mandat de diffuser par l’épée la foi qu’il prêchait ». L’empereur, après s’être prononcé de manière si peu amène, explique ensuite minutieusement les raisons pour lesquelles la diffusion de la foi à travers la violence est une chose déraisonnable. La violence est en opposition avec la nature de Dieu et la nature de l’âme. « Dieu n’apprécie pas le sang — dit-il —, ne pas agir selon la raison, sun logô, est contraire à la nature de Dieu.

Faites en sorte que ces paroles soient démenties. Le Pape Emérite Benoît XVI, serait le premier parmi les heureux à apprendre le démenti, par les faits, de sa propre citation. 

Quant à la question relative à la nature des "fauteurs" de guerre en Syrie et en Irak et des parrains qui incitent et soutiennent ces djihadistes, nous avons eu l'occasion de l'aborder de nombreuses fois sur notre "blog" dans des écrits passés. Nous avons souvent avancé ce qui apparait être une implication forte et grave des puissances de l'Occident, arabo-turques et israéliennes dans ces conflits régionaux.

Dans ces lignes, nous ne développerons pas de nouvelles analyses à ce sujet. Il n'en reste pas moins qu'il est de votre responsabilité à vous sunnites modérés de dénoncer, voire même de réagir aux actions criminelles des mouvements djihadistes dont nul, hors de vos rangs, n'est prêt à les rejoindre ou à croire à l'affirmation qu'il s'agit d'un message religieux.

Nous attendons que vos voix s'élèvent.....en attendant les chrétiens aiguisent leur volonté et leur virilité par la purification du coeur. 
 
 
Le Veilleur de Ninive

lundi 21 juillet 2014

Mossoul, dans la Plaine de Ninive, est désormais entièrement aux mains des Nationaux-Islamistes.

"Heil Abou-Bakr el Baghdadi" : Sache que l'Occident accepte que l'on t'appelle "Calife" [comme on l'appelait Fuhrer] et que tes hommes lèvent le bras du serment...

La potion est amère lorsque l'on découvre que le National-Islamisme en Orient chrétien ne suscite pas la même réaction que le National-Socialisme en Europe Occidentale...et pourtant le premier n'a même pas le message socialiste du second.
 
Aux nations occidentales dites "libres", nous disons que chacune de ses soumissions aux atteintes à la liberté des hommes, nous fait douter de la conception que l'Occident se donne de la liberté.

Nous disons avec une conviction ferme, "Non à la liberté libertaire qui se résigne et laisse faire les pogroms ! Oui à la Fraternité chrétienne qui seule peut conduire à la Liberté".

Les photographies reprises ci-dessous, montrent la destruction de lieux de culte, à Mossoul, au nom d'un nationalisme islamisme aveugle. Elles illustrent une situation arbitraire dont l'Occident semble s'accommoder en distinguant les "bons" des "mauvais" progroms....
 
Cette attitude inique, qui ébranle notre foi en la liberté comme fondement de la société, ne fait que nous renforcer dans la vraie Foi qui a désormais inscrit dans nos consciences que l'Orient jusqu'à l'Inde Etait, Est et Sera chrétienne et que la liberté est le fruit de la Fraternité et non un prémice.
 
Lecteur pour réagir, purifie ton coeur, seul moyen d'émerger de la tiédeur qui peut te prendre et prépare-toi au combat qui est livré à tous les hommes de Foi, vrais chrétiens et vrais musulmans modérés.

Le Veilleur de Ninive
 
 
 
 
 
 
 

lundi 14 juillet 2014

Le fils du Leader de Hamas, en charge de la rive-ouest du Jourdain, nous dit sa foi en Jésus-Christ....

L'entretien est précieux....Ecoutez-le en soutien. Que Dieu protège cet homme de l'aveuglement des hommes. Pour aller plus loin, lire son livre "le Prince Vert".
 


dimanche 29 juin 2014

Musulman, il s'est converti à Jésus-Christ, et il a cru en la Bonne Nouvelle....Ecoutons-le !

Said était musulman, il a fait le pas vers Jésus-Christ....Aujourd'hui, il nous invite à "rentrer dans une vraie repentance qui amène à une vraie conversion et qui amène un fruit authentique dans notre vie".

mercredi 25 juin 2014

Les Assyriens d'Irak craignent que l'invasion de Mossoul et de la plaine de Ninive ne soit une réplique aux promesses d'autonomie du gouvernement.

Je revenais à peine d'un voyage au sud-est de la Turquie et ee Syrie ; je commençais à déballer mes effets, lorsque le téléphone se mit à sonner. Je répondis. « Ils sont ici, peux-tu les entendre, ils sont ici, Da'ech est à Mossoul...». Eh oui, j'ai bien entendu les « Taqbir » et les « Allah u Akbar ».

Le jeune homme qui m'appelait du sous-sol d'un immeuble à Mossoul, se prénommait Bashir. Il me téléphonait pour m'informer de l'invasion de sa ville natale, par l'Armée de l'Etat Islamique d'Irak et du Levant (E.I.I.L.) dont le sigle en arabe est Da'ech. Il est un assyrien et fut expulsé de Suède, il y a quelques années. Malheureusement, d'autres qui avaient été déportés, comme lui, furent depuis tués. Cependant, Bashir avait eu la chance de rester vivant... Pour l'instant.

Depuis cet appel, j'ai été en contact constant avec les Assyriens et d'autres personnes encore retenues à Mossoul et dans ses villages environnants.

La deuxième fois que j'ai parlé à Bashir, c'était à partir de Dohouk, une ville au Kurdistan irakien ; il m'avait alors rappelé la décision du gouvernement irakien prise il y a près d'une demi-année.

Selon le rapport d'une Agence de Presse locale datant du 22 janvier 2014 : Le Gouvernement chiite de l'Irak déclare qu'il a décidé, en « principe », de « créer trois nouvelles provinces dans les régions contestées du pays », dans le but apparent de répondre postivement aux griefs des sunnites et de contrer ainsi l'expansion de la région autonome kurde.
 
Une de ces provinces aurait pour centre Falloujah, cette ville qui venait d'être envahie par al-Qaïda et ses alliés, après plus d'une année de manifestations sur place, et autour dans d'autres villes sunnites, contre ce que les résidents qualifient de traitement pour citoyens de seconde zone. Un statut d'autonomie, n'était pourtant pas une revendication sunnite, mais elle pouvait laisser espérer, pour la province promise, un accroissement du financement fédéral.

Les deux autres zones sont Tuz Khurmatu et la plaine de Ninive — limitrophes de la région autonome kurde située dans le Nord de l'Irak.

La première est une ville mixte habitée par des arabes, des Kurdes et des Turkmènes ; la deuxième est formée d'une large composante chrétienne.

Les Turkmènes et les chrétiens, dont beaucoup craignaient l'absorption par le gouvernement régional du Kurdistan, ont réclamé, depuis longue date, le statut de province séparée pour Tuz Khurmatu et la plaine de Ninive. En revanche, l'annonce d'une autonomie accordée à la région sunnite qui aurait pour centre Falloujah, arrivait par surprise puisqu'elle n'était, à ce jour, par encore prévu.

Alors, prenons le temps d'une réflexion, ici ! Le Gouvernement de Nouri al-Maliki, constitué en majorité de musulmans chiites, propose de créer de nouvelles provinces.

Falloujah, la première, avait pour but de briser la force ascendante de l'E.I.I.L.. À ce moment-là, le groupe radical islamique avait déjà repris la ville. Al-Maliki était prêt à donner le pouvoir à des musulmans plus modérés, de façon à arrêter l'E.I.I.L. et les autres muvement radicaux.

Une autonomie accordée à la Plaine de Ninive, le second territoire, avait pour but de donner aux Assyriens et aux autres minorités, le pouvoir de façon à ce que le gouvernement régional kurde ne puisse annexer la région. Par ailleurs, le gouvernement voulait éviter que les sunnites ne mettent la main dessus. Il était préférable que ce fussent les Assyriens qui en gardent le contrôle.

Tuz Khurmatu est peuplée d'une majorité des Turkmènes, musulmans chiites, auxquels le pouvoir serait donné sur cette région pour des raisons identiques à celle reconnues aux Assyriens. Le gouvernement ne souhaitait pas qu'elle soit annexée par les Kurdes, et ne désirait pas que les musulmans sunnites en prennent le contrôle.

Falloujah, la plaine de Ninive et Tuz Khormato sont trois régions tout autant importantes pour des raisons géopolitiques et économiques. Durant plusieurs années, les compagnies pétrolières y avaient foré à la recherche de pétrole.

« Ne vois-tu pas ce qui se passe ici ? Le gouvernement chiite exacerbe la colère des terroristes sunnites, et à présent, ces derniers font tout pour empêcher la réalisation de ce projet d'autonomie. Nous, les chrétiens avons très peur ; l'E.I.I.L. n'a pas encore agit contre nous, mais ils l'ont fait à l'encontre de nos frères chrétiens de Syrie, et par ailleurs, ils font partie d'al-Qaida qui nous a fait beaucoup de mal, dans le passé, en Irak. En outre, nous avons la milice chiite du Mehdi, qui, à Baghdad, n'est pas meilleure à l'égard des chrétiens. Nous sommes coïncés entre tous les groupes et nous ne bénéficions d'aucune aide extérieure ».

J'ai demandé à Bashir, qui est chauffeur de camion, ce qu'il voulait dire sans l'appui d'un autre pays.  Il me répondit : « L'E.I.I.L. et les autres sunnites sont financés par l'Arabie saoudite, le Qatar, le Turquie et en Syrie aussi, par les USA. Les Chiites sont soutenus la Syrie de Bachar al-Assad par l'Iran et le Hezbollah au Liban. Nous n'avons personne ». Et c'est ainsi que l'échange s'interrompit....La promesse d'autonomie a-t-elle exacerbé les ambitions des islamistes de l'E.I.I..L.

Traduit de l'anglais par le Veilleur de Ninive. 
 

 








Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.