dimanche 29 septembre 2013

Quai d'Orsay : les ambassadeurs arabisants envoyés en Amérique du sud...

Le Figaro - Georges Malbrunot - 27 septembre 2013 - Successivement, trois ambassadeurs spécialistes du monde arabe viennent d’être nommés en Amérique du sud ou en Europe du nord. Une vague de nominations qui suscite l’incompréhension de nombreux diplomates au moment où notre pays a tant besoin d’expertise face à un monde arabe en pleine recomposition.

Ambassadeur aux Emirats arabes unis, Alain Azouaou a été prié de s’intéresser à l’Irlande, où il représentera désormais l'Hexagone. Cet arabisant, fin connaisseur du Golfe où il a été ambassadeur au Qatar et consul-général à Djeddah en Arabie saoudite, a notamment participé à l’installation de la base militaire française à Abou Dhabi. Et ces derniers mois, il a parrainé le contrat sur la fourniture de satellites d'observation aux Emirats. Bref, il n’a pas démérité. Alain Azouaou a été remplacé aux Emirats par Michel Miraillet, ancien patron de la Direction des affaires stratégiques au ministère de la Défense, peu familier du Moyen-Orient, et connu pour son tropisme favorable à Israël.

Consul-général de France à Jérusalem – c’est-à-dire en fait le représentant de Paris auprès des Palestiniens – Frédéric Desagneaux est dépêché lui à Caracas au Vénézuéla pour représenter notre beau pays. « C’est un excellent connaisseur du problème palestinien », souligne un de ses collègues qui n’en revient pas de telles nominations. « Il avait dénoncé à maintes reprises dans ses télégrammes la colonisation israélienne en Cisjordanie et à Jérusalem-est », ajoute ce diplomate.

Enfin, Denis Pietton, directeur de cabinet de Laurent Fabius, a été nommé au début de l’été ambassadeur de France au Brésil. Las d’être court circuité par d’autres membres du cabinet de Laurent Fabius, ce cadre émérite du Quai n’aura fait qu’un an auprès du ministre des Affaires étrangères. Denis Pietton avait été ambassadeur de France au Liban, consul général de France à Jérusalem, et numéro deux à Washington.

Seul rescapé de ce qu’on oserait appeler une chasse aux sorcières, Christian Nachlé, chargé du Moyen-Orient au cabinet de M. Fabius, a été désigné ambassadeur de France à Koweït… au bout d’un an seulement auprès du ministre. Il a été remplacé par Anne-Claire Legendre, une arabisante qui travaillait auparavant sous l’autorité de Gérard Araud, à la représentation française auprès des Nations unies à New York.

« Vos amis du deuxième étage (sous entendu de la toute puissante direction Afrique du nord/Moyen-Orient) et leur slogan l’OLP vaincra, c’est fini maintenant », me disait il y a quelques années un ambassadeur pro-israélien un tantinet néoconservateur, ravi de tailler des croupières à ses rivaux arabisants …. Amorcé sous Bernard Kouchner en 2007, le mouvement se poursuit donc. Reste à savoir si c'est la meilleure façon de concevoir une bonne politique étrangère au Moyen-Orient....

2 commentaires:

  1. Livre de Jonas 3,1-10.
    La parole du Seigneur fut adressée à Jonas :
    « Lève-toi, va à Ninive, la grande ville païenne, proclame le message que je te donne sur elle. »
    Jonas se leva et partit pour Ninive, selon la parole du Seigneur. Or, Ninive était une ville extraordinairement grande : il fallait trois jours pour la traverser. Jonas la parcourut une journée à peine en proclamant : « Encore quarante jours, et Ninive sera détruite ! » Aussitôt, les gens de Ninive crurent en Dieu. Ils annoncèrent un jeûne, et tous, du plus grand au plus petit, prirent des vêtements de deuil.
    La chose arriva jusqu'au roi de Ninive. Il se leva de son trône, quitta son manteau, se couvrit d'un vêtement de deuil, et s'assit sur la cendre. Puis il fit crier dans Ninive ce décret du roi et de ses grands : « Hommes et bêtes, gros et petit bétail, ne goûteront à rien, ne mangeront et ne boiront pas.
    On se couvrira de vêtements de deuil, hommes et bêtes, on criera vers Dieu de toute sa force, chacun se détournera de sa conduite mauvaise et de ses actes de violence. Qui sait si Dieu ne se ravisera pas, s'il ne reviendra pas de l'ardeur de sa colère ? Et alors nous ne périrons pas ! » En voyant leur réaction, et comment ils se détournaient de leur conduite mauvaise, Dieu renonça au châtiment dont il les avait menacés.



    RépondreSupprimer

  2. l'EVANGILE AU QUOTIDIEN
    « Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68



    mardi 01 octobre 2013

    L'Église fête : En Afrique du Nord : fête de sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus - lectures propres
    Saint(s) du jour : Ste Thérèse de l'Enfant Jésus, carm. et docteur de l'Église, St Romanos le Mélode, diacre et compositeur († après 555), Bx Louis-Marie Monti, religieux laïc, fondateur († 1900)



    Livre de Zacharie 8,20-23.
    Ainsi parle le Seigneur de l'univers : Voici que, de nouveau, des peuples afflueront, venus de la multitude des villes. On se dira d'une ville à l'autre : « Allons implorer le Seigneur, allons chercher la face du Seigneur de l'univers ; moi, en tout cas, j'y vais. » Des peuples nombreux et des nations puissantes viendront à Jérusalem implorer le Seigneur de l'univers et chercher sa face. Ainsi parle le Seigneur de l'univers : En ces jours-là, il y aura pour un Juif dix hommes de toute langue et de toute nation, qui le saisiront par son vêtement et lui diront : « Nous allons avec vous, car nous avons appris que Dieu est avec vous. »
    Psaume 87(86),2.1.3.4cd.5.6-7.
    Le Seigneur aime les portes de Sion
    plus que toutes les demeures de Jacob.
    Elle est fondée sur les montagnes saintes.
    Pour ta gloire on parle de toi,
    ville de Dieu !

    Voyez Tyr, la Philistie, l'Éthiopie :
    chacune est née là-bas.
    Mais on appelle Sion : « Ma mère ! »
    car en elle, tout homme est né.
    C'est lui, le Très-Haut, qui la maintient.

    Au registre des peuples, le Seigneur écrit :
    « Chacun est né là-bas. »
    Tous ensemble ils dansent, et ils chantent :
    « En toi, toutes nos sources ! »


    Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 9,51-56.
    Comme le temps approchait où Jésus allait être enlevé de ce monde, il prit avec courage la route de Jérusalem. Il envoya des messagers devant lui ; ceux-ci se mirent en route et entrèrent dans un village de Samaritains pour préparer sa venue. Mais on refusa de le recevoir, parce qu'il se dirigeait vers Jérusalem. Devant ce refus, les disciples Jacques et Jean intervinrent : « Seigneur, veux-tu que nous ordonnions que le feu tombe du ciel pour les détruire ? » Mais Jésus se retourna et les interpella vivement. Et ils partirent pour un autre village.








    RépondreSupprimer

Merci de votre commentaire....Il passera par le modérateur avant d'être publié.

Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.