mardi 30 avril 2013

Syrie : Quels mobiles pour les djihadistes ?

Notre article s'appuit sur une video représentant de jeunes belges partis faire la guerre en Syrie - Suivre le lien pour visionner la Vidéo.

Eh voilà, des belges quittent l'Europe pour la Syrie y mener le djihad....Nous aurions dit "bon débarras" si ce n'était pas nos frères chrétiens de Syrie, qu'ils allaient y trouver. 

Ces jeunes partent au service d'un dieu criminel leur donnant ordre de tuer des infidèles. Mais comment se fait-il que l'homme ait besoin de croire en un tel dieu, donneur d'ordre de tuer ? Comment les musulmans parviennent-ils à réconcilier la foi en un Dieu miséricordieux avec celui qui lance ses "fidèles" à l'assaut des infidèles ? On pourrait penser qu'Allah n'est en réalité "miséricordieux que pour déculpabiliser le combattant au djihad". Au coeur de cette contradiction, doit-on douter de la miséricorde d'Allah ou de sa volonté de djihad seulement ? 

Essayons d'y voir clair en tentant de comprendre les mobiles profonds de ces jeunes qui laissent l'Europe qu'ils avaient adoptée, pour repartir dans une aventure qui rappelle étrangement la croisade chrétienne du XIIe siècle. Finalement ces "musulmans djihadistes" ne seraient pas meilleurs que les croisés qu'ils honnissent; ils en seraient même les précurseurs, puisque l'expansion et le colonialisme étaient tous deux contenus dans la prédication après l'hégire, le Coran, et par la suite dans les faits, puisque la conquête de l'Arabie, de la Syrie et de l'Egypte furent un fait colonial. La différence entre les djihadistes du XXIe siècle et les croisés, ce sont les huit siècles de retard qui séparent les premiers de la croisade ; il ne faut pas oublier que si les croisés avaient entrepris une expédition coloniale, dans laquelle ils ne s'étaient pas toujours conduits de façon exemplaire, arrivés sur place, ils avaient fourni un effort considérable d'architecture, construisant châteaux, forteresses, églises et monastères qui sont restés jusqu'à nos jours en dépit des négligences, des guerres et des dégradations, tandis que ces misérables combattants qui laissent l'Europe pour la guerre en Syrie, ils vont en terre chrétienne, détruire et ne rien laisser après eux. Quel drame l'obscurantisme...

Tentons à présent de comprendre les raisons d'un tel engouement pour le djihad. Interrogeons-nous sur les mobiles qui peuvent pousser des djihadistes à courir à la mort ? De quels ordres ces mobiles seraient-ils  ?

Mobile spirituel ? Pour atteindre le spirituel, l'esprit doit nécessairement s'associer à la raison afin que par cette dernière, l'homme domine ses sens et s'élève au niveau de l'esprit. Or une fois auprès de ce dernier, nous ne voyons pas comment l'homme peut y renoncer et revenir à des instincts de mort. Dans la réalité, les psychologues diront que ce n'est pas l'esprit qui pousse l'homme au djihad, mais bien ses pulsions et ses instincts charnels. Le Coran traite pourtant du djihad...il est vrai, mais nous y voyons une contradiction entre la miséricorde de Dieu et son appel à tuer les infidèles. Pour sortir de cette contradiction, il apparaît nécessaire d'adopter l'interprétation de certains Imams qui assimilent le djihad à un combat contre soi. Sans ce rectificatif public, qui réfute le djihad contre le non-musulman, nous restons dans la contradiction, et l'Islam demeurera une religion fragile sur le plan doctrinal et spirituel, bien que solide par l'approche totalitaire et irréversible de son message et de sa réalité. 

Mobile matériel ? Ces jeunes qui partent recevraient dit-on des émoluments pour aller faire la guerre ; le Qatar et l'Arabie-Saoudite seraient les pourvoyeurs de fonds. Mais en Europe, les aides et les allocations devraient normalement être suffisantes pour dissuader les hommes et les femmes de se retrouver dans le désespoir financier; les rémunérations qataro-saoudiennes seraient-elles si supérieures aux allocations que dispensent les pays d'Europe ?  Certains sont peut-être aussi tentés par le butin qu'ils pourraient ramener de Syrie. La tradition guerrière des arabes veut que le butin fasse partie des fruits de la victoire mais pour certains, on peut penser que le mobile matériel n'est pas suffisant pour partir en guerre; il ne ferait qu'accompagner d'autres mobiles notamment.

Mobile stratégique ? On pourrait penser que les services secrets européens et belges en particulier , poussent les cellules d'islamistes à se rendre en Syrie pour y combattre en espérant qu'ils se fassent tuer sur place. La création de foyers de guerre, ici ou là, ne serait-elle pas l'approche américaine qui a suivi les événements de New-York de Septembre 2011, pour attirer les terroristes hostiles et les faire tuer sur place par des régimes et des pays dont les Etats-Unis et leurs alliés veulent la destruction ? Si c'est le cas, la stratégie est pensée mais elle a un coût moral très élevé car elle s'exécute au prix du sacrifice de centaines de milliers d'innocents et de la destruction de peuples et pays à l'histoire très ancienne. En admettant la validité de cette thèse, le peuple syrien dans son entièreté, et le régime, bourreau qu'il était, deviennent les vrais victimes de cette entreprise criminelle et transforme de ce fait le regard en une vue admirative et très respectueuse des nouvelles victimes.

Mobile de jeunesse ? A vingt ans, la jeunesse d'où qu'elle vienne, n'a-t-elle pas l'énergie qui lui fait éprouver le désir de changer le monde ? Elle rêve d'un monde d'où se trouve exclues toutes imperfections et scories. Certains en arrivent à vouloir plaquer dans la réalité ce monde rêvé ; on pense que la guerre est la manière la plus rapide d'imposer ce monde nouveau, mais on oublie que le parcours de la guerre transforme bien des rêves en des cauchemars. La déception qui suit est aussi profonde que la brutalité de la guerre qui se déroule. L'erreur de partir en guerre est certainement humaine mais aussi doctrinale et théologique ; il est erroné de croire que le monde d'Allah va s'installer sur un charnier d'infidèles. 

Mobile social ? Il doit bien y avoir une sorte de solidarité sociale qui stimule les jeunes immigrés en partir "ensemble" faire le coup de feu dans ce foyer de guerre où l'on peut tuer des minorités sans prendre trop de risques. L'individualisme des pays européens est tellement exacerbé qu'un idéal communautaire fait nécessairement partie du rêve de la jeunesse. Le regard des musulmans européens est plus que négatif sur l'individualisme que cultivent les sociétés occidentales libérales. C'est cet individualisme-là, que les musulmans vivant en Europe, cherchent à fuir car il les rend mal à l'aise par son indifférence, sa dureté, son mépris même. N'est-ce pas d'ailleurs le cas du regard catholique sur l'égoïsme de l'idéologie libérale ? L'Individualisme occidental est très opposé à la notion de communauté qui fait parti des idéaux religieux. Le mouvement djihadiste, qui se veut communautaire autour de l'Islam, s'inscrirait dans un effort de construction de la communauté musulmane universelle.

Mobile psychologique ? Le mobile psychologique est subtil et plus complexe. Nous renvoyons au spécialiste pour l'analyse approfondie des considérations psychologiques de l'islamisme *. En nous limitant au mobile du djihadiste, on ne peut que deviner un culte de la mort préalable à son engagement. En Islam, chez les prédicateurs et les djihadistes, le passage par la mort est souvent annoncé comme "le remède" des problèmes non-résolus. Même lorsque le djihadiste parle d'une guerre de défense, il s'abrite derrière "une morale impeccable", rigidité bien connue dans les cas de paranoïa, pour en réalité poursuivre sa quête d'Allah qui passe inexorablement par la mort. Cette poursuite de la mort est continue, puisqu'elle se "poursuivra jusqu'à ce que l'humanité confesse qu'il n'y a de Dieu qu'Allah".

Chacun de ces mobiles se justifie par des erreurs et possède ses remèdes propres ; le rôle des Etats et des Organisations Internationales est bien d'y travailler pour éviter les impasses et le fait que les remèdes ne soient qu'une traversée de la mort et de la violence.  

Le Veilleur de Ninive.

* Cf. Psychologie de l'Islamisme par Felix Savarel - 2012.

dimanche 28 avril 2013

Nous demandons une fatwa qui protège les femmes et les jeunes filles chrétiennes de Syrie.

Alerte! Rappelons que cette photographie que vous voyez ci dessous nous est parvenue sans que nous n'en connaissions la source originelle. Nous nous sommes naturellement interrogé sur un possible montage mais faute de le prouver, nous avons décidé de la maintenir, par devoir, jusqu'à ce qu'un lecteur nous aide à l'identifier. Il semblerait et nous aurions, à présent, la certitude que nous sommes sur un truquage, grâce à Jason G et A. Rostov qui tous deux nous informent dans leurs commentaires, publiés à la suite du présent article, que : 

Pour le premier l'image proviendrait d'un film (très peu recommandable) paru autour de 2005 et intitulé "Dépravation intérieure". Pour le second, la photo de droite est ancienne et daterait de 2007. Il en a apporté la preuve.

Nous remercions nos deux lecteurs pour leur contribution, mais optons tout de même pour le maintien de l'image dans le présent texte, car des actes aussi graves et aussi barbares se produisent actuellement en Syrie et puis la création de ce film représentant la jeune fille à la croix est en soit un sacrilège à dénoncer.

"Je suis le froment du Christ, et les dents des bêtes vont me broyer afin de me changer en un pain savoureux".

La falsification de la photographie étant à présent certaine, nous demandons tout de même au lecteur de nous faire confiance et d'admettre que de tels actes se produisent actuellement dans la Syrie en guerre. Nous n'appelons pas à la haine du musulman *, qu'on ne nous méprenne pas; nous n'essayons pas de vous manipuler, vous lecteur qui nous êtes fidèles, car c'est dans la rigueur de l'information et l'honnêteté de nos écrits que nous trouvons le sens et l'élévation moral.

Dans un précédent écrit, nous vous informions du viol des femmes et des jeunes filles, en présence des leurs, actes ignobles, qui se produisirent à Alep dans le quartier de Djébal as-Saydeh [Cheikh Maksoud]. Ces méfaits constituent autant de scandales que nous qualifions parmi les plus honteux de notre vivant et qui dépassent en horreur ce que le XXe siècle a pu servir à nos ancêtres, en termes de laideurs humaines et violences abjectes.

Pour revenir sur ces faits et méfaits pratiqués en Syrie contre les vieillards, les femmes et les enfants, nous voulons tous comprendre comment de tels actes ne soulèvent pas l'indignation du monde....nous voulons des explications crédibles et des interventions efficaces de la part des dirigeants des pays impliqués, faute de quoi, toutes revendications de démocratie en Syrie, émises par quelques Etats qui soient, n'aura plus aucun crédit. En conséquence, 

Nous demandons...

Aux rebelles, de nous expliquer quelle est cette rébellion qu'ils ont lancée et qui mène aux pires massacres. 

Aux gouvernements européens, français et anglais notamment, qu'ils nous disent pourquoi ils soutiennent avec autant d'énergie, une rébellion violente, alors qu'ils dénoncent la violence du régime syrien et que les actes commis par les rebelles sont si terribles.

Au gouvernement qatari, de nous expliquer pourquoi il arme des combattants commettant des actes aussi ignobles, alors qu'il prétend vouloir financer le développement des immigrés dans les banlieues parisiennes.

Au gouvernement turc, d'éclairer le monde sur les raisons qui l'autorisent à laisser passer à travers ses frontières avec la Syrie, des assassins de toutes sortes, tandis qu'il est très au courant des agissements de ces éléments sauvages. 

Au gouvernement saoudien, de nous expliquer si, depuis le début de l'Islam, il a eu un quelconque signe d'Allah lui confirmant que ce n'est pas un crime de tuer des infidèles. Au cas où tuer un infidèle n'est pas un crime pour Allah, violer une jeune fille, seul ou à plusieurs, est-il un meurtre pour lui ? Après que des actes similaires furent connus en Syrie, pourquoi le roi d'Arabie n'a t-il pas fait édicter une Fatwa condamnant le viol des Jeunes filles et femmes Chrétiennes ?

Au gouvernement américain, de nous faire savoir rapidement quand va t-il commencer à menacer les assassins pour protéger les faibles et les minoritaires et cesser de le faire quand seuls ses intérêts matériels et opportunistes sont en jeu ?

Au gouvernement israélien, pour nous rappeler le geste proposé, dans les soixante dernières années, pour résoudre l'injustice dont le pourrissement nous aura amené au gouffre syrien ; qu'il nous explique, lesquels, durant les cents dernières années, sont les plus graves : les torts causés aux juifs par les arabes ou ceux causés par les européens ? 

Sans une intervention ouverte des gouvernements mentionnés plus haut, faisant pression sur l'Arabie-Saoudite pour l'énoncé d'une Fatwa condamnant le viol des femmes et des jeunes filles chrétiennes de Syrie, nous considérerons que toutes les accusations à l'encontre du régime syrien actuel, ne sont qu'une farce criminelle et immorale, visant des objectifs cachés, qui n'ont aucun lien avec la démocratie, ou le bien du peuple syrien.

Le Veilleur de Ninive

* Nous lutterons cependant vaillamment par nos écrits, si des musulmans font du mal aux chrétiens et au christianisme, car nous ne pensons absolument pas que, dans l'histoire, le christianisme ait fait plus de mal à l'Islam que l'inverse.

"Allez dire au monde entier ce que vivent les habitants d'Alep et de Syrie"....



Vidéo sur l'état d'Alep aujourd'hui

Allez dire au monde entier, la misère que vivent les habitants d'Alep et de Syrie depuis des mois....(Cf. video ci-dessus).

Avons-nous le droit de continuer à regarder impassible ? Sommes-nous autorisés à ne pas demander des explications, voire des comptes, à nos dirigeants qui nous surprennent par leur incapacité, leur passivité, leur complicité ? 

En attendant, face à cette situation qui dépasse un individu isolé, que pouvons-nous faire ? Égrainons le domaine des possibles. 

1 - Constater que les hommes et les femmes politiques en place, tant en Orient, qu'en Occident se sont révélés passifs sur le bien à faire et incapables de résultats, alors que leur rôle est aussi d'arrêter et résoudre les conflits.

Souvenons-nous de leur passivité et du fait qu'elle aura été un encouragement à la violence.

2 - Prendre conscience du fait que l'indifférence, face au malheur du peuple syrien, a pour effet de laisser le champ libre à tous les maîtres de violence, qui veulent gouverner le monde par des moyens indignes.

Souvenez vous que l'indifférence est participante du désespoir qui tue lentement. 

3 - Se remettre personnellement en cause et se convertir à la foi de Jésus-Christ pour qu'Il intervienne dans l'histoire et dans la vie et le coeur des hommes. La violence et le désordre ne sont rien d'autres que l'effet de l'exclusion de Dieu de notre monde.

Souvenez-vous que la  religion de Jésus-Christ prône l'amour, comme don courageux de soi,  même à l'égard de ceux qui sont différents ; à aucun moment de son passage ici bas, le Christ n'a évoqué la disparition des infidèles par le fil de l'épée, ou la revanche selon la loi du talion.

4 - Retrouver la confiance en soi et dans les autres, grâce à la foi en Dieu, Père, Fils et Saint-Esprit. Admettre que tout geste favorable que nous posons a toutes les chances de rencontrer en face une âme accueillante et respectueuse.

Souvenez-vous qu'il vaut mieux se tromper en faisant confiance que faire erreur en restant indifférent; souvenez-vous également que déployer une bonne intention à l'égard des personnes dans l'adversité, est aussi important que le résultat de l'aide qu'on tente de fournir.

5 - Se rapprocher des organismes qui aident financièrement et humainement les populations de Syrie. Il y en a de multiples, renseignez-vous...Elles regroupent souvent des personnes sincères, qui se dévouent de leur mieux, et s'obstinent à vouloir soulager les populations martyrs. 

Souvenez-vous qu'en donnant on reçoit et qu'en accordant une aide à la victime, on lui permet de retrouver dignité, attention et respect.

6 - Dire autour de soi et au monde entier que vous aimez la Syrie et son peuple et qu'il est intolérable de  laisser les syriens vivre, plus longtemps, le scandale de cette violence que lui impose un complot ourdi par des forces qui ne veulent pas montrer pas leur visage, pour éviter d'être épinglées, et de façon à ce qu'on ne puisse donner un nom à cette laideur.

Souvenez-vous que le Christianisme et les merveilles que la religion du Christ a répandu autour d'elle sont dus au peuple syrien qui, aux premiers temps de l'ère chrétienne, a épousé la religion de Jésus-Christ qu'elle a dynamisé, lui permettant ainsi de parvenir à Rome et de s'y épanouir.

Oui, souvenez-vous toujours de faire le bien au peuple syrien, car le Dieu Trinitaire se souviendra alors de vous :  Lorsque vous serez face à Lui, Il vous dira, "venez, vous qui êtes les bénis de mon Père; prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde. Car j'ai eu faim, et vous m'avez donné à manger; j'ai eu soif, et vous m'avez donné à boire; j'étais étranger, et vous m'avez recueilli; j'étais nu, et vous m'avez vêtu; j'étais malade, et vous m'avez visité; j'étais en prison, et vous êtes venus vers moi’....." 

Le Veilleur de Ninive


samedi 27 avril 2013

Alep, après l'enlèvement des deux évêques grec et syrien orthodoxes

Depuis 5 jours, nous sommes sans électricité, sans téléphones, sans Internet et sans eau. Toutefois, le net est revenu, il y a seulement une heure. La situation reste aussi grave qu’il y a quelques jours.


Les chrétiens, tous rites confondus ont tenté de manifester, dans les Eglises, leur mécontentement à l’égard des rebelles et même contre le régime. Toutefois, la hiérarchie s’y est opposée et a même demandé à ceux qui souhaitaient allumer des cierges de le faire chez eux à la maison.

Les funérailles du shammas (diacre) Fattouh KABOUD, chauffeur de Monseigneur BRAHIM, évêque syrien orthodoxe enlevé, ont rassemblé des milliers de chrétiens.

Les autorités locales de la ville, le Gouverneur d’Alep, le Chef de la police, le Secrétaire du partie Baath, Imams et Mufti inclus étaient présents aux condoléances.

L’enlèvement des évêques a accru le désespoir de la population chrétienne surtout à la suite des rumeurs d'une intervention militaire, qui viendrait en réponse à l’emploi des armes chimiques. Demain les Evêques d'Alep vont demander aux fidèles, calme et prières.

Sur le terrain l'armée syrienne avance lentement en tentant le siège de la ville et en essayant de couper les renforts qui parviennent aux rebelles.

En dépit de ces nouvelles toujours attristantes, nous nous consolons du fait que les Evêques ont fait enlever les icônes des Eglises pour les mettre en lieux sûrs. Ils ont eu l’habileté de les faire remplacer par des copies, car les experts turcs en archéologie, soudoient les éléments armés d’Al-Nosra pour qu’ils volent le patrimoine. Hier, ils ont détruit le plus beau minaret du Proche-Orient datant du Xe siècle, hier ils avaient fait voler un millier d’usines à Alep ; à présent ils s’en prennent à nos icônes.

Le Veilleur de Ninive.

lundi 22 avril 2013

Alep : Rebondissment sur la libération des deux évêques d'Alep enlevés. Ils sont toujours otages.

Alep - 24 avril 2013 - 9h08 - Nous rectifions l'information d'hier : Les deux évêques dont la libération avait été promise par les autorités turques, pour hier après-midi, n'auraient pas encore été relâchés. Les Chrétiens d'Alep qui attendaient avec inquiétude leurs pasteurs ne cachent par leur colère.

Alep - 23 avril 2013 - 18h15 - Les deux évêques grecs et syriens orthodoxes, enlevés hier sur la route d'Alep par des rebelles Tchétchènes, ont été libérés cet après-midi.

Leur libération a été obtenue grâce aux interventions de l'ambassadeur de Grèce, du représentant dans Nations-Unies en Syrie et de celle des autorités de l'Eglise orthodoxe russe.

Nous remercions la Providence Divine du résultat et nous lui confions le chauffeur et l'accompagnateur qui ont été tués.


___________________________________________________

    
                                                         Mar  Grégorios Ibrahim                                                Mgr. Boulos Yazigi
Nous apprenons à l'instant, que les deux Evêques orthodoxes d'Alep   
  • Monseigneur Boulos Yazigi, Métropolite grec orthodoxe d'Alep et frère du Patriarche grec orthodoxe d'Antioche, Jean X. 
  • Monseigneur Grégorios Hanna Ibrahim, Métropolite syrien-orthodoxe d'Alep et d'Iskandaroun. 
ont été enlevés par des éléments de Forsat al-Nosra sur le chemin d'Alep. Mgr. Ibrahim s'était rendu en voiture dans une zone près de la frontière turque tenue par les rebelles pour ramener Mgr. Yazigi qui revenait de Turquie, où il était allé négocier la libération des deux prêtres pris en otage au début du mois de février 2013.  

Selon les informations qui nous sont parvenues, tous deux se trouveraient dans la région de Kfar Da'el. Les terroristes ont été identifiés comme étant des combattants "tchétchènes".

Les preneurs d'otages ont tué le chauffeur et l'accompagnateur. Que Dieu ait leur âme et leur réserve le place des élus. 

Quant aux preneurs d'otages et assassins d'innocents, qu'ils cessent de penser que leur Dieu est un criminel ordonnant de tuer des ....infidèles....Dieu ne peut être comme ils le décrivent et le pensent.

Quant au monde chrétien, il ne peut plus assister placidement à l'assassinat des fragiles, les plus petits de ses frères. 

Tout chrétien a le devoir de se mettre sur un chemin de purification intérieure, de rompre avec les systèmes bourgeois en place, avec les instruments de propagande, pour se libérer de tout attachement, afin de pouvoir marcher vers la défense de la foi enseignée par le Christ, et la protection des plus menacés de ses frères en Christ.  Tout le reste n'est que balivernes, mirages et illusions humaines. 

Le Veilleur de Ninive

Malgré le silence media, Alep est toujours en guerre.

Moins l’on parle des malheurs d'un pays en guerre, plus notre vigilance est requise. Que se passe-t-il donc à Alep ? Un trêve ? Une paix ? 

Point du tout.

Dans les quartiers chrétiens, la menace continue à peser lourdement. Les francs-tireurs, postés sur la "colline de la Vierge" dit également quartier de Cheikh el-Maksoud, ne baissent pas la garde.

L’armée arabe syrienne aurait repris le tiers de la colline, mais elle n'a pu empêcher le vol des biens privés par les rebelles de l’ASL et de Forsat Al-Nosra (le mouvement vassal d’Al-Qaïda) qui les ont ensuite revendu à bas prix à des bandes de voleurs qui les revendaient au « souk al-haramiyyeh » (souk des voleurs).

Quant aux voitures volées, elles sont ensuite conduites vers les villes d'Afrine et d'Azaz situées à 30 kms d'Alep, ou bien sont-elles exportées en Turquie.  

Les enlèvements se poursuivent ; Un commerçant chrétien Malek J. a pu être libéré contre une rançon importante alors que la rumeur, au sujet des deux prêtres enlevés il y a plusieurs semaines, est très inquiétante. Auraient-ils été égorgés ?

Il est question que l’armée arabe syrienne ouvre d'ici quelques jours, l’aéroport d’Alep.La récupération de Sfireh et de la Banlieue-Est d’Alep, lui permet un retour en force dans cette zone.

Nous semblons être dans un processus de mise en place du siège de la ville d'Alep, par l’armée arabe syrienne, et notamment de la vieille ville où se trouvent concentrées les bandes de miliciens avec leurs armes.

Notre quotidien s’est un peu amélioré. Si les chrétiens enterrent toujours leurs morts sur un terrain provisoire, offert par le gouverneur et situé près du couvent des carmélites, (les rebelles contrôlant les cimetières chrétiens), nous recevons l’électricité six heures dans la journée et l’eau nous parvient durant trois heures quotidiennement.

Grâce à une initiative des pères jésuites et sous le patronage de la ville d’alep, plusieurs mouvements laïques, scouts, croissant-rouge, union des étudiants (chabibet al-thawrat) et autre volontaires, vont se mobiliser pour procéder au nettoyage de la ville afin de retirer les tonnes d’ordures qui s’y trouvent entassés. Sans ce travail, les épidémies menacent, surtout à l’approche de l’été.

Un autre signe qui pourrait être perçu positivement réside dans le fait que de nombreux réfugiés partis en Turquie, Liban et Jordanie, tentent le retour pour échapper aux scandales dont ils ont eu à souffrir dans les pays d'accueil : jeunes filles vendues pour mariages forcés, traitements inhumains, manque de nourriture et de médicaments.

L’économie syrienne est toujours une économie de guerre. Le dollar dépasse les 123 livres syriennes alors que l’Euro est à 155 livres syriennes. L’or au gramme, a atteint 5200 livres.

Avec cette « très relative accalmie », on commence à percevoir ce que pourrait être les problèmes d’un après-guerre. Comment faire sans palais de justice, sans registres personnels et de commerce, sans dossiers de retraites, avec des centaines de milliers d’enfants qui ont manqué l’école ? Mais de la guerre, nous ne sommes pas encore sortis. Les bombes et les tirs de francs-tireurs se poursuivent. Les universitaires ne se rendent plus à l’université à cause de ces derniers.

Acharnés depuis le début de la confrontation, les rebelles ne savent plus comment détruire la Syrie. Ils auraient trouvé une nouvelle arme, celle de  la drogue qu’ils fournissent aux jeunes. Ils diffuseraient même un produit excitant donnant des hallucinations à ses consommateurs pour les inciter à se joindre au mouvement de "rébellion".

Enfin, nous aimerions dispenser le lecteur de ce chapelet de méfaits dont souffre notre pays et sa société ; hélas, nous pouvons encore ajouter la mise sur le marché de produits alimentaires intoxiqués et d’origine turque ; plusieurs décès ont été recensés par suite de la consommation d'huile d’arachide, d'araq ou encore de lait en poudre travesti vendu sous la marque « Nestlé ».

Comme dans toute autre guerre, le trafic des organes devient monnaie courante.

Nous espérons que le prochain écrit fera part d'une amélioration plus sensible. En attendant, nous avons toujours besoin de votre soutien, Ô lecteur.

Le Veilleur de Ninive.

Un obscurantiste, national-islamiste égyptien, menace la France.

Pour ne pas que garder les peuples occidentaux dans l'ignorance, nous diffusons cette vidéo, insignifiante par sa qualité intellectuelle, mais dangereuse par le public obscurantiste auquel, elle s'adresse. 

Nous rappelons donc qu'un salafiste Égyptien, Murgan Salem, qui était il y a peu invité de la télévision égyptienne Al-Tahrir TV, a lancé des menaces sur la France : "L’attentat de Boston était destinée à apporter un message. Des attaques similaires sont à attendre en France…". 

Certes le Ministre des Affaires Etrangères français, Laurent Fabius devrait s'abstenir de commentaires sur la situation en Syrie ou d'un quelconque soutien aux rebelles dans ce pays, alors qu'au Mali, il combat des islamistes". Curieuse attitude opportuniste de la part du gouvernement français qui ne peut qu'entraîner la division au sein de la société française et attirer le dédain de ceux qui aiment la hauteur de vue en politique.

Le Veilleur de Ninive.



Que pensez-vous de l’attentat de Boston ?


Murgan Salem : Je pense qu’il a été commis par des gens qui ont du ressentiment contre l’arrogance de l’Amérique et de l’Europe. Ce n’est pas que l’Amérique....les Américains ont passé leur arrogance aux Français.

La France, qui a commencé la première croisade, est maintenant à la tête de la guerre contre l’islam et les musulmans. Ils doivent maintenant goûter au châtiment amer de leurs actes. Ce n’est pas une menace, mais un avertissement de ce qui pourrait leur arriver.

A l’Amérique et à l’Occident ?

Murgan Salem : A la France en particulier.

Pourquoi ?



Murgan Salem : Parce que la France mène la guerre contre nous. Qu’est ce qui a motivé la présence de la France au Mali, ou de l’Amérique en Afghanistan et en Iraq ? Pourquoi ne laissent-ils pas nos nations tranquilles ? Avons-nous interféré dans leurs affaires ?

La France a accepté la bannière de l’arrogance et de l’hostilité envers l’islam, donc elle va goûter ce qu’elle mérite.

Je ne suis pas responsable d’un million de musulmans en Occident qui ont été lésés par les politiques française et américaine. Plus d’un million de musulmans sont nés en Occident. Je ne suis pas responsable d’eux. Je ne sais pas ce qu’ils pourraient faire.

Les européens font face à un déluge, et ils vont être détruits.

Détruits ?

Murgan Salem : Il n’y a aucun doute. Les Etats Unis se sont effondrés, même s’ils ne l’avouent pas.

Nous disons aux peuples européens : forcez vos stupides gouvernements de s’abstenir de soutenir les tyrans. 

L’intervention de la France au Mali ne restera pas sans réponse. Je ne le pense pas. Je n’ai aucune information spécifique, mais je suis certain qu’elle ne restera pas sans réponse. Ils vont souffrir des catastrophes pour cela.

Avec la plus grande stupidité, la France a accepté la bannière de l’hostilité envers l’islam, depuis Sarkozy jusqu’à Hollande. Cette stupidité va leur apporter des catastrophes, exactement comme ce qui est arrivé aux Etats Unis.

Bien que je ne sois pas membre d’al Qaida, je peux dire, en tant que quelqu’un qui connait ces gens, que je connais le chemin d’al Qaida, le chemin du coran.

vendredi 12 avril 2013

Syrie : Bilan d’une rébellion nationale-islamiste.

Dans la nuit sombre et lugubre de la guerre syrienne, de petites lueurs d’espoir pointent à l’horizon. En effet cette rébellion, née à Deraa, une ville du sud, où se situe une université islamique financée par l’Arabie-Saoudite, semble avoir accouché deux ans plus tard, d’une tentative de révolution nationale-islamiste avec laquelle les « démolicraties » Occidentales flirtent allègrement.

De cette comédie-tragique que nous font subir les « pan-islamistes » et leurs alliés régionaux et occidentaux, quel est le bilan ?

Militairement, nous ne sommes pas experts pour apprécier la situation ; nous nous appuyons sur les conclusions de plus connaisseurs que nous, pour dire que l’armée arabe syrienne commence à faire le siège de Damas et Alep, alors que les rebelles se trouvent à l’intérieur des deux villes.

Et pourtant, nous ne serions pas arrivés à ce stade du conflit, si l’une des offres de dialogue du Président Bachar Al-Assad avait été tentée par l’opposition islamiste et ses parrains, avant de s’obstiner dans la politique du refus.

Bien évidemment, nous ne sommes pas naïfs ; avec ou sans Bachar el-Assad, il semble que l’objectif des forces occultes était de détruire la Syrie. Il fallait aussi faire sortir du guet les terroristes en sommeil au Proche-Orient et en Europe pour qu'ils aient des chances d'être tués dans ce  nouveau foyer de guerre.

Deux ans après, l’image se révèle. Nous avons vu un enchaînement de violence accrue et une sauvagerie guerrière, nourrie par un blocage systématique de la part de la rébellion qui posait à chaque offre une condition inacceptable avant toute négociation et cette condition était le départ du Président Assad ; on ne pouvait mieux agir pour faire capoter les chances d'aboutir. L'erreur de l'opposition aura été de personnaliser le problème et de faire une fixation sur l’homme, alors que c’est l’appareil du Baath qui était à faire évoluer et à transformer. Personnaliser une problématique politique est toujours dangereux, car le risque est alors pris de transformer la victime en héro.

La poursuite de la lutte armée, à part le fait qu’elle a abouti à détruire le pays, ce qui semblait être un but en soi, aura entraîné la radicalisation des mouvements. Radicalisation de la lutte nationale-islamiste, côté rebelles, politique de la terre brûlée, côté gouvernement.

Le bilan qui nous dressons plus loin, donnera au lecteur un sentiment de parti pris de notre part ; pour être franc ; c’est un peu le cas car pour nous, le parlement et le dialogue doivent l’emporter sur la lutte armée ; notre option est de défendre les fragiles et les minoritaires. Or ces derniers ont tout à perdre dans la lutte armée.

Pour cette raison et sans vouloir gommer les abus passés du régime, notre analyse tente de montrer que la méthode utilisée par les rebelles ne pouvait avoir pour objectif « la démocratie », mais uniquement la destruction et le regroupement des extrémistes, en Syrie, pour y être détruits.

En partant de la situation des trois derniers jours, que constate-t-on ?

A Alep la recrudescence des bombardements de l’aviation syrienne passe à une autre échelle. Chez les rebelles, les luttes fratricides, sans doute dues à l’ambiguïté persistante sur les objectifs de cette guerre, mènent lentement à l’affaiblissement du mouvement à l'origine de la contestation. Les signes de cet affaiblissement se lisent, à l’inverse de ce qu’affirme une partie de la presse occidentale officielle, dans les retournements auxquels nous assistons, côté rébellion. Au sein de la population, de vrais sympathisants font plus que s’interroger sur le bien fondé de cette « révolution ».

Ceux qui avaient rejoint la rébellion espéraient trouver plus de liberté et moins de corruption, il découvre une insécurité persistance et croissante, des menaces imminentes et des brigands violant leurs filles et s’installant dans leurs propres maisons.

Ils aspiraient à sortir de la pauvreté, et voilà que le peuple est réduit à la misère, regrettant la pauvreté de naguère où les prix du marché étaient élevés alors que maintenant la loi du marché noir les prive de l’essentiel.

Ils rêvaient d’hôpitaux et de soins gratuits pour tous et de qualité, ils ont même perdu le système généreux qu’on leur avait bâti ; les soins n’étaient pas les meilleurs, mais ils étaient gratuits pour tous ceux qui étaient dans le besoin.

Ils se plaignaient de la répression policière, des moukhabarat *, des chabihhas **, sans doute à juste titre, mais que retrouvent-ils ? Des filles et des femmes enlevées et violées, des morts par dizaines de milliers ; des maisons et des usines pillées.

Le peuple avait peut-être été déçu de ne pas manger à sa faim et pourtant les silos à blés étaient pleins, mais voilà que ceux-ci ont été volé et vendu aux turcs par ces mêmes rebelles ; les premiers ayant remis ce même blé sur le marché syrien, à un prix au kilo, dix fois plus élevé. Aujourd’hui la population rurale est bien déçue, puisque même les bêtes meurent de faim ; elle ne bénéficie plus de la nourriture que l’Etat cédait autrefois aux fermiers à des prix dérisoires.

Avant la rébellion, la qualité des biens produits n’était peut-être pas du niveau des produits manufacturés ailleurs, dans d’autres pays, et tous les employés n’étaient pas riches comme le patron de l’usine, mais que constate-t-on, suite à la guerre poursuivie par les rebelles et leurs alliés ? Un millier d’usines détruites ou volées ; presque tous le tissu industriel d’Alep et le principal tissu manufacturier de Syrie est anéanti. Contre l’injustice, dont la population pouvait se plaindre, la rébellion a donné en échange le chômage. Permettez la boutade : Si le Qatar avait investi en Syrie quelques pourcentages de son budget, pour rendre la Syrie  prospère au lieu de financer la guerre, il aurait embelli le visage de ce beau pays.

Les rebelles en massacrant sauvagement les membres de l’armée arabe syrienne et des fonctionnaires prétendaient sans doute offrir la sécurité à leur place. Ils auraient du "balayer devant leur porte poussiéreuse", avant de prétendre. Non seulement, il s’agit de bandes anarchiques, chacune menant sa politique, mais encore immorales, vivant de viols, de rapines, de barbarie gratuite, sans la moindre notion de justice et de surcroît dont les objectifs sont extrêmement opaques.

La prétention à la sécurité des rebelles, ce sont des dizaines de milliers d’habitations détruites et des réfugiés par centaines de milliers échappés dans les pays voisins, mais dont la situation n’est guère plus enviable que ceux restés dans le pays.

La méthode policière des rebelles ce sont les voitures piégées, comme celles qui ont explosé face à l’université d’Alep ou à Damas au centre-ville ou encore près de l’Université. Ce type d’attentat est le meilleur catalyseur pour un retournement de la population, car même le partisan le plus inflexible pourrait, lui ou les siens, se trouver dans le souffle de l’explosion. Au fond, au temps du régime régnant, il n’y avait pas de voitures piégées ; la sécurité n’était-elle pas plus sûre ?

La « réussite de la rébellion » est d’avoir permis une perte générale de contrôle du pays ; les méfaits ont même dépassé les frontières puisque l’on estime à près de 400 jeunes filles celles qui furent violées, à ce jour, par des soldats turcs. En Jordanie et en Egypte, les jeunes syriennes sont vendues dans de « faux mariage » dit Zawaj Soutra, à de riches vieillards pour une modique somme de 100 ou 150 dollars.

Les villageois syriens sont peut-être devenus misérables, mais ils ne sont pas dénués de bon sens ; ils ont compris que si la Syrie avait besoin d’un changement au niveau de la gestion publique, celui-ci ne pouvait passer par l’annihilation. Ils demandent à présent aux rebelles d'abandonner les villages.

En conséquence, le regard des musulmans sur les chrétiens commencerait à changer. N’allons pas trop vite.... Disons seulement que la population, en général, établit un parallèle entre l’attitude des rebelles sunnites qui cherchent à éliminer tout ce qui n’est pas de leur religion et les chrétiens avec leurs organismes de bienfaisance et leurs hôpitaux qui aident sans discrimination... La population musulmane ressentirait-elle aussi le remord d’avoir manqué à la protection des minorités, gens du livre, que demande le Coran ?

Des habitants du village de Deir Hafer, lequel vit actuellement des combats féroces entre rebelles et armée arabe syrienne, ont reconnu, devant nous, avoir été trompés par la rébellion et leurs alliés. Ils affirment ne plus vouloir leur présence et particulièrement celle du Front al-Nosra qui, en dépit de toutes les destructions et souffrances évoquées plus haut, a interdit aux femmes de travailler, aux hommes de fumer, aux enfants, et surtout aux filles, d'aller à l'école ; ils ont même demandé aux familles d'accepter de marier, sans dot, gratuitement disons, leurs fillettes de 14 ans au chef de Front al-Nosra. En revanche, ce mouvement accepte qu'on tue, qu'on égorge, qu'on coupe les têtes....et même les têtes des Imams qui ne pensent pas comme eux. 

Les misères que nous avons rapportées ne sont certes pas l’œuvre unique des rebelles. Les bombardements aériens, décidés par le régime, ont tout autant contribué aux destructions et aux dizaines de milliers de victimes innocentes.

Chaque partie a ses responsabilités ; pour cela, si l’objectif de la rébellion n’est pas la destruction de la Syrie et l’élimination de tous les terroristes sortis du guet européen et moyen-oriental, qu’elle déclare une trêve et se mette à la table des négociations sans condition pour énoncer ses aspirations et se faire entendre objectivement. En revanche, si elle poursuit le combat, nous aurons le signe, presque la preuve, que l’objectif de cette rébellion n’a jamais été la « démocratie ». Les démocrates « parlementent au parlement » et non dans les batailles de rues.

Espérons qu’à présent, l’Occident, qui est soutien et pilier, de cette opposition nationale-islamiste, prendra conscience de son rôle immoral, car sa politique étrangère inacceptable se traduit par un soutien à des bandes dangereusement nationalistes, expansionnistes, immatures, manipulées, vengeresses et barbares ; elle mène à des effets qui sont hors de toutes normes morales. En politique, comme dans la vie individuelle, l’abus de dispositions non soumises à la morale, conduit à l’autodestruction. « Qui sème le vent, récolte la tempête ».

En encourageant le mouvement national-islamiste, l’Occident a exagérément exacerbé les rapports confessionnels entre les populations locales. Les accents de la rébellion à Alep sont ceux de la purification religieuse; Est-il trop tard pour l'Occident, de se dessaisir de cette politique et de la modifier ? Certes, si les politiques ont tardé, il n'est jamais trop tard : Une conférence régionale regroupant les pays du Maschrek sous l’égide de l’ONU redonnerait des responsabilités à tous les gouvernements en place et aux minorités inquiètes. Par le dialogue, on préserve et renforce la sécurité des peuples, la justice, la condition économique et sociale, la paix entre les Etats et surtout le rêve car en Orient où le cœur aiguille la raison, le rêve fait partie du programme gouvernemental. Donner du rêve, un rêve de paix et de prospérité à la population syrienne, irakienne, libanaise, égyptienne et israélienne, voilà qui a plus de chances d’aboutir à la démocratie que les intrigues des chancelleries ou la politique machiavélique du diviser pour régner.

Le Veilleur de Ninive.

* services secrets
** milice civile

mardi 9 avril 2013

Thierry Meyssan - Syrie marche arrière de Paris, 5 Avril 2013.

Irib – Le ministre des affaires étrangères français Laurent Fabius compte parmi les fervents partisans de la levée d’embargo pour fournir des armes aux rebelles syriens. Mais, tout récemment, il a dit que son pays n’a pas encore décidé la levée de cet embargo d’armes parce que la France craint que ces armes tombent entre les mains des extrémistes. Comment expliquez-vous cette récente prise de position de Monsieur Fabius ?

T.M. – Alors d’abord une remarque sémantique. Quand M. Fabius parle des « rebelles syriens », il semble ne pas s’être informé du fait attesté par l’ensemble de la presse, qui lui est favorable à lui, que la majorité des personnes qu’il appelle rebelles ne sont pas syriens du tout. Seconde remarque : lorsque M. Fabius dit qu’il veut lever l’embargo sur les armes pour pouvoir en envoyer en Syrie, il masque le fait que c’est déjà le cas : la France a acheminé un grand nombre d’armes en Syrie au cours des deux dernières années, mais l’a fait secrètement et illégalement. Quand il dit qu’il veut « lever l’embargo », ça veut dire qu’il veut rendre légale et probablement développer, intensifier, une pratique illégale de la France qui a précédé.

Alors pourquoi aujourd’hui, après s’être beaucoup engagé à Bruxelles (et à l’ONU également) pour faire avancer son point de vue il fait machine arrière ? Je pense qu’il y a plusieurs raisons. La première, c’est que la France a atteint dans les enceintes internationales un certain degré de ridicule. En proposant au même moment de faire voter à New York une nouvelle convention pour réprimer le trafic d’armes international, et alors que la France déployait un certain nombre d’arguments à New York, sur le terrain en Syrie elle faisait exactement le contraire de ce qu’elle prétendait combattre en droit international.

Ensuite, il y a certainement une pression extérieure. La France fait partie avec le Royaume-Uni, la Turquie, le Qatar, l’Arabie Saoudite du carré d’enragés qui veulent absolument attaquer la Syrie et poursuivre la destruction systématique de ses infrastructures. Mais les États Unis quant à eux, qui ont largement participé à alimenter ce trafic d’armes au cours des deux dernières années, comme ils le revendiquent eux-mêmes à travers des fuites qu’ils ont organisées d’abord dans le New York Times puis dans plusieurs autres journaux au cours des trois dernières semaines, donc les États Unis essayent au contraire de changer de politique, et de montrer que tout ça n’a abouti qu’à des désastres, que si on continue ça sera pire encore. Donc selon toute vraisemblance, c’est Washington qui a demandé à la fois à Londres et à Paris d’abandonner ce projet de légaliser les transferts d’armes vers la Syrie.

Irib – Le ministre français des Affaires étrangères prétend que s’il n’y a pas une décision là-dessus, s’il n’y a pas une transition politique dans le pays, la Syrie se divisera en deux camps : l’arc syro-iranien d’un côté et Al-Qaïda de l’autre côté. Vous pensez que là aussi en fait Fabius cherche à brandir la menace d’al Qaïda pour justifier l’acharnement de Paris à l’égard de la Syrie ?

T.M. – Donc apparemment, Monsieur Fabius est toujours aussi désordonné quand il parle, parce que dire que la Syrie sera divisée avec d’un côté la Syrie et de l’autre côté al Qaïda, ça n’a pas grand sens. En fait, quand il évoque aujourd’hui le Front al Nousra (c’est-à-dire la branche levantine d’al Qaïda) comme étant un « danger », il oublie ses propres paroles dans les mois qui ont précédé. Je vous rappelle que quand le Front al Nousra a été classé comme étant une organisation terroriste par les États Unis, c’est Laurent Fabius au cours de la conférence des « Amis de la Syrie » au Maroc qui a défendu le Front al Nousra en disant que « les gens d’al Qaïda font du bon boulot » (je cite).

Aujourd’hui, s’étant fait taper sur les doigts par les États-Unis, il commence à changer son braquet, à dire que, effectivement, les gens d’al Nousra ce sont des gens dangereux. Il fait bien d’en prendre conscience puisque que s’il continue à les alimenter en armes, et bien ces gens continueront à tuer des soldats français au Mali. Il est désormais attesté que des armes livrées par la France en Syrie ont été utilisées au Mali contre des soldats français. Le problème [que nous posent] des déclarations et des actions de Monsieur Fabius, ce n’est pas trop de comprendre ce qu’ils veut faire, et pourquoi ils change d’avis un jour ou l’autre, mais c’est de chercher la cohérence de ce qu’il fait, et comment lui-même va en assumer les conséquences.

Irib – S’agissant de la pression extérieure dont vous venez de parler, la France se heurte également à cette intransigeance de la Russie et de la Chine, aussi.

T.M. Le terme « intransigeance » lorsqu’il s’agit de respecter le droit international est là encore (bon, c’est le terme qu’emploient Monsieur Fabius et son ambassadeur Monsieur Araud aux Nations Unies,) bon c’est un terme un peu ridicule, hein, jusqu’à présent on ne se montre pas « intransigeant » quand il s’agit de respecter le droit, simplement on le respecte. Monsieur Fabius, pour justifier ses agissements, nous explique qu’ « il faudrait rétablir un équilibre » puisque la Russie, l’Iran (et d’autres encore) livrent des armes à l’état syrien, pour qu’il se défende face à son agresseur israélien, et que à cause de cela, il faudrait donner des armes à des groupes armés étrangers implantés en Syrie. Certainement, pour qu’ils continuent à détruire l’état syrien dans l’intérêt d’Israël. Jusqu’à preuve du contraire, on ne peut pas mettre sur le même plan d’égalité des armes de défense de la nation, livrées à un état, avec des armes destinées à des combats plus légers, que l’on donnerait à un groupe non étatique. Monsieur Fabius n’a pas là un raisonnement convaincant, d’aucune manière. Jusqu’à preuve du contraire, il n’a jamais pu apporter le moindre élément montrant que la Russie, l’Iran ou d’autres auraient apporté à l’état syrien des moyens pour assassiner, détruire son opposition intérieure. Jamais cela n’a été démontré. Il me semble que des armes comme les SS 300 ne risquent absolument pas d’être utilisées contre l’opposition intérieure, puisque cela ne sert qu’à abattre des avions ennemis qui viennent bombarder (… interruption).


Vous pouvez également écouter le texte.

samedi 6 avril 2013

Un témoin nous parle d'Alep....

Alep - 5 avril 2013 - Un père de famille d'Alep parle. Il dit la souffrance, l'inquiétude et la vie quotidienne qui est celle des habitants de la ville depuis des mois. 

Lorsque les politiques intriguent, calculent, hésitent, échouent, les habitants occupent la meilleure place dans dans notre attention. Ce sont alors les seuls qui méritent de prendre la parole. Entourons-les, soutenons-les, aidons-les. 



Un témoin nous parle...Comme au premier temps de l'Eglise, nous avons le choix de le croire, de l'ignorer, de le combattre....Mais peut-on ignorer ou combattre un tel témoigne, sur les conditions de survie, dans une ville soumise à une guerre ininterrompue depuis des mois ?

Le Veilleur de Ninive.

mercredi 3 avril 2013

Urgence! Les Pogroms chrétiens en Syrie continuent.

Alep - Mercredi 3 Avril 2013 - Des 312 familles qui se trouvaient à Djabal Saydeh (Cheikh Maksoud) *, au moment de l'invasion par l'ASL et Forsat al-Nosra, la semaine dernière, 23 d'entre-elles sont restées assiégées.

Nous apprenons d'une mère chrétienne rescapée, mais témoin oculaire, que 13 femmes, et parmi elles des jeunes filles et des mères, ont été violées brutalement devant les leurs ; elles ont ensuite été égorgées avec toute leur famille. 

En outre, deux infirmiers kurdes qui travaillent pour l'Hopital al-Mahabbeh [L'Amour] ont vu ces barbares agir et nous ont rapporté ces faits. 

A présent, les éléments armés d'al-Nosra se mettent à déclarer aux hauts-parleurs des Minarets que le tour des deux quartiers d'Alep qui ne sont pas encore investis par Forsat al-Nosra, Soulaimanieh et Syriane al-Jadideh, arrive. 

Nous informons ainsi les chefs d'Etat occidentaux et régionaux pour qu'ils ne disent pas ensuite : "nous n'étions pas au courant des pogroms chrétiens en Syrie".

Priez pour nous.

Merci de bien vouloir diffuser largement et de réagir par des commentaires....Nous garantissons l'authenticité de l'information. Le Veilleur de Ninive peut se tromper involontairement, mais ne manipule pas. Il ne poursuit aucun intérêt financier, politique ou idéologique...Dans un esprit chrétien et par compassion, il informe uniquement sur la vie quotidienne des populations chrétiennes du Proche-Orient.

* Djabal Saydeh dénommé plus récemment Cheikh Maksoud est le quartier des déshérités d'Alep. 

Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.