jeudi 26 décembre 2013

Le Grand Mufti de Syrie : "Je dis au monde entier, éteignez l’incendie que vous avez allumé sur notre terre".

 
Le Grand Mufti de Syrie, le Docteur Ahmed Badr-Eddine Hassoun, lors d’une allocution prononcée hier 25 décembre 2013, dans la Cathédrale Orthodoxe de la Mère de Dieu à Damas, après une prière pour la paix en Syrie, a déclaré : « Je dis au monde entier, éteignez l’incendie que vous avez allumé sur notre terre. En revanche, si vous nous laissez mettre la lumière, nous le ferons avec la paix et l’amour ; Oui !  Arrêtez de mettre le feu sur notre terre pour faire tuer les enfants ».
 
Le Grand Mufti a repris affirmant : « Alors que le peuple syrien envoie un message d’amour et des signes de paix au reste de l’univers, les nations occidentales envoient quant à elles des armes destructrices pour tuer des innocents. S’adressant ensuite au Christ, il ajoute : « Pourquoi ceux qui se réclament de toi en Occident, aujourd’hui, envoient-ils des armes sur ta terre, à Bethleem, en Palestine, à Damas, Beyrouth, Amman et Bagdad ? » Puis, à l’intention de ceux qui célèbrent la naissance du Christ, aux Etats-Unis, à Paris, à Rome, je dis : « Nous vous offrons l’esprit de paix ; pourquoi donc nous offrez-vous des armes qui tuent l’homme et détruisent le genre humain ? ».
 

Alep : Pour la Nativité du Christ, les rebelles offrent un cadeau infernal aux chrétiens d'Alep.

Alep - le 25 décembre 2013 - Une journée encore plus infernale a traversé Alep, le 25 décembre 2013, le jour où les alépins devaient faire mémoire de la Nativité du Très Adoré Seigneur Jésus-Christ. Les quartiers chrétiens étaient la cible d'une pluie de roquettes. Heureusement que les célébrations de la Fête de la Nativité s’étaient déroulées à l’avance, le dimanche dernier 22 décembre, afin éviter l'exécution des menaces proférées par les takfiristes.

Ce jour-là, 25 décembre, les Églises étaient plutôt vides. Les tracts distribués par les extrémistes avaient fait pshitt…Mais le bilan est tout de même lourd autour des Églises ; les roquettes hawn projetées sur les zones résidentielles ont fait du mal, beaucoup de mal, mais peut-être pas autant que ne le souhaitaient les rebelles.

Plus d’une quarantaine de roquettes seraient tombées dans la journée.  Revoyons le fil de la journée, quartier par quartier :

- Souleymanieh et ‘Awjat al-Jab : 8 roquettes dont plus d’une, tombées sur l’Eglise Saint Georges faisant uniquement des dégâts matériels.

- Al-Midane : 8 roquettes.

- ‘Aziziyyeh : 1 roquette.

- Al-Jamiliyyeh : 5 roquettes tombées dans la zone définie par la descente al-Ram, la rue Baron, de la place  Saadallah Al-Jabiri et le jardin public.

- Quartier dit du Téléphone al-Hawai et Jabrieh : 3 roquettes tombées à quelques mètres de l’Eglise Saint-Dimitri durant la liturgie. Les quelques fidèles présents furent pris de panique et durent laisser l’Eglise précipitamment. Deux roquettes sont arrivées sur l'Eglise latine Saint-Antoine de Padoue qui se trouve dans le même quartier.

Dès les premières chutes de roquettes, on dénombrait trois victimes et une dizaine de blessés.

Par ailleurs des affrontements se sont déroulés près de l’Eglise Saint-Vartan à Sulaymanieh ; des tirs de blindés ont été entendus dans la soirée ; un jeune syrien d’origine arménienne, Ara Aramian a été tué. Il était élève en secondaire ainsi qu’un autre citoyen, le dénommé Ani Davidian.

Le Veilleur de Ninive
 

samedi 21 décembre 2013

Un religieux français partage son avis sur la situation en Syrie.

Témoignage d'un religieux français, Frère Pierre *, vivant au Liban depuis longtemps et qui, durant un certain nombre d’années, a par ailleurs donné une part de vécu à la ville Alep.

Cet homme de Dieu a préféré garder l’anonymat car il s’adresse à vous lecteur, dans son humanité terrestre et non comme religieux. Que nous dit-il ?

Comment ne pas s’étonner du sort d’Alep, cette ville cosmopolite où la guerre n’avait guère de place, cette cité qui était devenue, par ses industries et son commerce, la ville nourricière de nombreux syriens et de voyageurs multiples ? Alep où avaient pris naissance de nombreuses congrégations chrétiennes, maronites et grecques melkites. Alep, cet évêché qui, souvent,  donnait aux Eglises syriennes leurs Patriarches…Alep qui devint une ville martyre que sa population chrétienne abandonne lentement pour d’autres cieux….Mais les Chrétiens du monde savent-ils encore qu’Alep, la cité persécutée donnait, jusqu’au début des affrontements, le plus de vocations à l’Eglise d’Orient ?
 
« La guerre actuelle qui ensanglante la Syrie révèle de plus en plus ses objectifs : un complot international décidé et entretenue par les puissances occidentales pour ne nommer qu’Israël, les Etats-Unis, la Grand-Bretagne et la France qui, tous quatre, grâce aux financements de l’Arabie-Saoudite et du Qatar et s’appuyant sur des slogans généreux et  optimistes en faveur de la démocratie, sont à l’origine de cette violence, savamment réveillée et entretenue par des encouragements, des promesses et des livraisons de moyens de guerre accordés à une opposition aujourd’hui moribonde. 

Alors que la population syrienne qu’elle soit sunnite, alaouite, chrétienne ou légèrement chiite, subit avec résignation mais parfois dans la désespérance, les attaques de mercenaires étrangers, infiltrés de toutes parts, par la Turquie à sa frontière Nord, par le Liban à l’Est par la Jordanie et le Golan, au Sud. Voilà que ces mercenaires brutaux n’apportant avec eux que haine, barbarie, dédain des humains, totalement dépourvus d’idéal et de sens de l’élévation vers le Très-Haut, exécutent un plan ignoble, athée, matérialiste, idéologique et mondialiste, cherchant à détruire la Syrie, le berceau du christianisme. Israël judaïse les Lieux Saints, la Turquie a islamisé l’Asie-Mineure et voilà que la Syrie, siège de restes chrétiens les plus anciens est pillée et détruite pierre par pierre, vestige par vestige dont certains se retrouvent déjà dans des musées étrangers. 

Aujourd’hui, cette rébellion factice et instrumentalisée n’existe presque plus. Elle s’entretient dans des guerres intestines, faute de pouvoir éliminer l’ennemi que l’Occident leur a désigné : le régime syrien.

Leur action destructive est sinistrement effrayante : bombardement de quartiers, destruction de logements, attaque d’hôpitaux, d’écoles, enlèvements, arrestations et exécution arbitraire d'humains, sans distinction d’âge ou de genre, insécurité généralisée dans les zones qu’ils contrôlent, chasse aux chrétiens qu’ils poussent à l’exode… 

L’émigration chrétienne de Syrie ressemblerait, quant à elle, à d’autres génocides vus dans le passé. Guerre d’Irak poussant à l’émigration perlée des chrétiens de ce pays, puis attaques systématiques et pogroms en Syrie, comme méthodes et solution pour pousser « massivement » les chrétiens syriens mais aussi irakiens, encore plus fragilisés, hors de leur pays ou finira t-on par le croire, à la mer.  

Les enjeux réels de cette entreprise, qui apparaît comme une farce, fallacieusement qualifiée de démocratique, se lisent de plus en plus clairement. 

1° - Briser l’axe Iran-Syrie constitué au fil du temps par le refus d’Israël de signer une paix juste et véritable, il est vrai que l’attitude de ce dernier Etat a suivi le refus des arabes, durant des décennies, de signer avec Israël une paix garantissant l’existence de l’Etat Hébreux.  

2° - Contrôler les circuits pétroliers et gaziers de la méditerranée orientale.  

3° - Affaiblir les Etats voisins d’Israël pour permettre à ce dernier Etat d’être, pour un long avenir, l’Etat le plus puissant de la région.

4° - Détruire les traces d’un christianisme qui a survécu aux guerres, aux tremblements de terre, aux génocides durant deux milles ans.

Que va laisser à la région cet immense gâchis syrien, après le gâchis irakien ? La démocratie ou bien des dizaines de millions de personnes malheureuses vivant en dessous du seuil de pauvreté, alors que les grandes puissances, par compagnies pétrolières et gazières interposées, se tailleront la part du lion des réserves énergétiques ? 

* Nous avons modifié le prénom du Frère pour des raisons de sécurité.










mardi 17 décembre 2013

Qnayeh (Syrie), un millier de Chrétiens, pris en otages par les mercenaires du Front al-Nosra.

Important & Urgent!  

Eglise latine de Qnayeh
Un groupe armé terroriste du Front al-Nosra, a occupé samedi soir 14 décembre 2013, le village chrétien de Qnayeh en Syrie. Nous reprenons les informations transmises par Monseigneur Joseph Nazaro, précédent vicaire apostolique latin d'Alep, qui affirmait avoir reçu « des informations, sur l’entrée dans le village de mercenaires étrangers appartenant à Al-Qaïda ». Ces derniers « ont interdit au Curé de la paroisse de sonner les cloches afin d'avertir les paroissiens du danger ». Mgr. Nazaro a ajouté qu’un habitant avait réussi à le contacter secrètement pour l’informer du fait que les mercenaires avaient bloqué toutes les routes de sortie du village, imposant aux habitants de suivre la Charia. Ils ont menacé de tuer les proches des femmes qui sortiraient sans voiles. Mgr. Nazaro a poursuivi en disant que « les gens avaient très peur » et qu’il n’avait malheureusement pu tirer plus d’informations que cela.

Eglise grecque orthodoxe de Jdaydeh
Rappelons qu'en 2012, les terroristes avaient occupé la ville d’Idlib poussant les chrétiens à s'enfuir et à laisser leurs maisons transformées en Centres de Terrorisme. Le village de Qnayeh est à nouveau menacé mais y aura-t-il quelqu’un pour réagir et sauver le millier de chrétiens qui s’y trouve pris en otages ? En vérité, tous les chrétiens de Syrie et d’Irak sont les otages et les victimes du terrorisme. Qnayeh, avec deux autres villages très proches dont Jdaydeh, est menacée. On parle d’un millier d’otages, mais en vérité tous les chrétiens de Syrie et d’Iraq, n’oublions pas ce pays, sont les otages et les victimes d'un jeu criminel international et d’un terrorisme lâche et méchant. 

mercredi 11 décembre 2013

Sayyed Hassan Nasrallah : "N’attribuez pas au christianisme les crimes des États-Unis ni à l’islam ceux d’Al-Qaïda".

Egalité et Réconciliation - Sayyed Hassan Nasrallah حسن نصر الله, Secrétaire Général du Hezbollah, commente le comportement extrémiste....des takfiristes et des américains tous deux mis sur un pied d'égalité et tous deux dénoncés pour leur violence extrême : "N’attribuez pas au christianisme les crimes des États-Unis ni à l’islam ceux d’Al-Qaïda".
 
 

Bernard Cornut analyse la situation en Syrie....

Bernard Cornut est un ingénieur polytechnicien ayant vécu de nombreuses années dans différents pays du Moyen-Orient. S’appuyant sur des documents peu connus, il livre en exclusivité pour ERTV son analyse de la situation en Syrie.
 

Entretien avec Bernard Cornut sur la situation... par ERTV - Egalité et Reconciliation.

La tentation de prendre les armes est grande pour les chrétiens de Syrie.

Al Manar - « Tout jeune chrétien capable de porter les armes devrait le faire pour protéger la Syrie, les églises et les couvents qui font l’objet de destruction par les groupuscules armés », a lancé l’évêque Lucas al-Khoury, l’adjoint patriarcal du Patriarche d’Antioche et de l’Orient pour les Grecs orthodoxes, dans un appel qui est le premier du genre depuis l’éclatement de la crise syrienne.
 
Selon lui, le jeunes insistent pour agir pour face aux agressions méthodiques infligées aux régions chrétiennes et qui ont, d’après lui, pour but d’effacer l’identité culturelle et historique des Chrétiens.

« Nous n’allons pas rester les bras croisés et nous ne sommes pas non plus un souffre-douleur. Nous avons beaucoup de jeunes qui nous ont demandé d’agir. Nous attendons les prescriptions du patriarcat, nous allons attendre deux jours, mais pas plus, pour entamer notre action.... Nous étions un peuple de prière et de paix, mais avec des gens pareils, ni la prière ni la paix n’y font rien », a-t-il ajouté pour le site « al-Zamane » (Le temps). 

« Les Chrétiens ne quitteront la Syrie que de leur plein gré, ils sont attachés à leur terre...Le Christianisme et l’Islam cohabitent ensemble depuis 1600 ans », a-t-il ajouté, demandant aux organisations humanitaires internationales de faire pression sur les pays qui arment et envoient les miliciens. 

Selon lui, les miliciens veulent vider la Syrie non seulement des Chrétiens mais de tous les gens,  et veulent « tuer les gens qui ne les soutiennent pas ».

Révélant que plus de 40 églises et lieux de culte chrétiens ont été détruits et saccagés à travers toute la Syrie, l’évêque Lucas a accusé les organisations internationales  d’être de mèche dans la conspiration contre la Syrie : « Qu’a donc fait l’organisation des Nations Unies pour la Syrie ? Qu’elle s’efforce  de faire cesser le flux d'armes qui arrive dans notre pays et fasse pression sur les pays qui soutiennent les miliciens et les poussent au combat », s’est-il interrogé en allusion à l’Arabie saoudite en particulier.



L'évêque a également douté du témoignage diffusé par quelques unes des 12 nones enlevées du couvent de Mar Takla à Maaloula, sur la chaine de télévision qatari al-Jazeera, estimant qu’elles ont été contraintes à tenir ces propos : « Nous sommes très satisfaites ».

Dans une brève vidéo diffusée vendredi, ces religieuses du monastère grec-orthodoxe ont assuré être sorties de leur plein gré de leur couvent, en répondant aux questions d'un homme qu'on ne voit pas. Certaines baissent la tête au passage de la caméra.

« Un groupe nous a amenées ici et nous a protégées, et nous sommes très très satisfaites d'eux », déclare l'une des religieuses. Une autre explique qu'elles sont installées dans « une très belle villa » !

L’enlèvement des religieuses de leur couvent a été signalée lundi, quand des rebelles du Front Nosra ont pris le contrôle de cette ville chrétienne et y saccagé les églises.

Mardi, des responsables religieux avaient annoncé que les 12 religieuses, accompagnées de trois domestiques, se trouvaient à Yabroud, une localité au nord-est de Maaloula, près de la frontière libanaise. Sur la vidéo, l'une des sœurs parle de 13 religieuses et trois « civils ». Des sources assurent qu'elles ont été enlevées par la milice d'Al-Qaïda du Front a-Nosra.

vendredi 6 décembre 2013

Après avoir terrorisé Nabak, le "Front Islamique" se tourne vers Sednaya.

Important & Urgent! - Syrie - 06 décembre 2013 - Le site syrien « la vérité » proche de l’opposition, a dévoilé des informations selon lesquelles les mouvements « Ahrar al-Cham », « Tahrir al-Cham », wahabite, « Djebhat al Nosra » et d’autres formations diverses notamment « l’Armée de l’Islam », toutes associées au sein du « Front islamique », ont mobilisé plus de 3000 hommes armés pour occuper le village chrétien de Sednaya qui se trouve à 45 kms au Nord de Damas, dans la région de Qalamoun.

Le site « la vérité » a affirmé qu’une part importante de ces éléments armés, se sont retirés de Nabak et de Deir Attiyeh et se trouvent aux abords de Sednaya. Le village de Sednaya est considéré comme le deuxième sanctuaire chrétien de Syrie le plus connu mondialement après Maaloula. Sa réputation tient au fait qu'il abrite des couvents anciens, parmi lesquels le plus connu est celui de Sednaya qui est visité par les pèlerins et les touristes venant de tous les coins du monde.

Le site rapporte les dires de témoins oculaires, que les habitants de Sednaya sont prêts à défendre leur village, où se poursuit leur entraînement, en s’intégrant aux unités des milices locales. Toujours selon ces mêmes témoins, les habitants de Sednaya seraient armés à 80%.

Il y a des indications, que ces formations armées qui s’apprêtent à entrer dans le village, sont soutenues directement par les services de renseignements saoudiens ; il se dit que l’ordre aurait été donné par Riyad, de piller Sednaya entièrement comme cela s’est produit à Maaloula et dans la Ghouta orientale.

Profanations, destructions, incendies, pillages dans ce village où l'on ne trouve qu'histoire, religion et amour.

Beyrouth - Jeudi 5 Décembre 2013 - (As-Safir) – « Maaloula pleure! Qui vient à son secours ? Ainsi le Curé de Zahlé le Père Fadi... résume-t-il la situation en regardant son village natal qu’il a visité pour la dernière fois en août dernier avant qu’il ne fasse l’objet d’une attaque des mercenaires du Front al-Nosra durant la première semaine du mois de septembre.
 
Le Père Fadi confirme au journal que le Front Al-Nosra qui caresse l’idée de contrôler la région, se met à brûler les maisons ; le feu a commencé à atteindre la partie antique du village qui était habité par les chrétiens ; il souligne que les religieuses, qui furent enlevées par des hommes armés ont été conduites vers une destination inconnue. Le Père Fadi assure que les habitants de Maaloula, l’antique village chrétien, s'étaient déplacés à Damas et Zahlé au Liban, où le Patriarcat, dans la capitale syrienne, entreprend de les aider en payant le loyer des trois premiers mois d’un logement qu’ils loueront. 

Il souligne que les habitants ont quitté Maaloula avec les habits qu’ils avaient sur eux, après que les éléments armés les eussent pris par surprise ; après la première attaque et leur départ précipité, ils gardaient l’espoir d’un retour au foyer, sauf que tout rêve de revenir est devenu impossible à réaliser à la suite du pillage suivi de l’incendie des maisons, causé par la seconde attaque.

Avec chagrin, dit-il, « les habitants de Maaloula ne souhaitaient que la conservation de leurs Eglises. Maaloula, le village historique et araméen a désormais disparu. C’est terminé ! Il a vraiment disparu. Le Père affirme avec certitude que le départ des habitants de Maaloula fait partie d’un plan visant à mettre les chrétiens hors du Moyen-Orient ; il insiste sur le fait que les éléments armées ont ciblé Sadad, Deir Atiyyeh, Nabak et à présent Maaloula.

Voici les dernières nouvelles parvenues du village antique : « les éléments armées se sont jurés lors de la récente attaque du village, de le brûler avec lui tout ce qu’il abrite ». La visite des monastères est interdite depuis février dernier en raison de la présence constante d’hommes armés dans l’Hotel As-Safir ».

La première attaque, explique-t-il, s’est concentrée sur l’Eglise Mar Sarkis [Saint-Serge] ; les mercenaires y ont déposé les deux Croix placées sur les coupoles, avant de se déporter sur l’Eglise Sainte-Barbe et ensuite sur le monastère Mar Takla [Sainte-Thècle] ; Un grand nombre d’Icônes, de symboles religieux et historiques auraient au passage disparu.   

De son côté, une habitante de Maaloula arrivée au Liban depuis deux jours affirme au journal As-Safir, que le retour au village n’est plus qu’un rêve pour les habitants de la région, après que les terroristes eurent incendiés le village. Elle ajoute que lors de la première attaque, les terroristes avaient mis la main sur un certain nombre de maisons qu’ils ont détruites, comme ils s’en sont pris, dès le premier jour, aux Eglises et brisé la coupole de l’Eglise Mar Sarkis ; pourtant, les éléments armés avaient assuré qu’ils ne toucheraient pas aux sanctuaires, lors de leur entrée dans le village ; ils ont profané les autels dans les Eglises et ont détruits et fait des ravages tout autour d’eux.

Cette habitante a quitté Maaloula, pour Damas, après la première attaque, en raison du fait que son mari se faisait enlever et emmener dans une zone proche de la région d’Ersal ; il fut mis en liberté contre une rançon, 52 jours après son enlèvement.

Aujourd’hui, à partir de Zahlé au Liban, elle aide les déplacés syriens qui sont en provenance de  Maaloula, son village natal. La dernière attaque, dit-elle, a été commise par des centaines de terroristes qui ont assailli le village en proclamant « Dieu est Grand » et en répétant : « Où êtes-vous les adorateurs de la Croix ».

Cette personne qui souhaite conserver l’anonymat, a essuyé des larmes plus d’une fois en évoquant le cauchemar de l’attaque première attaque : « Il est impossible de revenir si peu de temps après la prise de contrôle du village par les insurgés ; les chars de l'armée syrienne, tout comme les Eglises, ont été la cible des obus et si la bataille n’a duré que trois jours, cela est du à la supériorité numérique des terroristes sur l’armée syrienne et sur les forces de défense nationale ».

En Outre, selon un prêtre de Maaloula, le village a subi nombres de profanations et de destructions ; il a souffert d’incendies et de pillages et pour tout dire, les habitants ont pour la plupart quitté les lieux le 7 septembre après la première attaque.

Cette même source s’interroge, alors qu’elle se trouve au Liban, sur le pourquoi du silence des dirigeants chrétiens libanais proches de l’opposition ? « Ces libanais se comportent comme si ce qui se produisait à Maaloula ne les concernait pas ». Il poursuit : « Mais où sont Georges Sabra et Michel Kilo ? Ne se sont-ils pas posés comme les représentants des chrétiens au sein de l’Opposition syrienne ? Pourquoi demeurent-ils silencieux ? Et dans quel hôtel vivent-ils aujourd’hui ? »

Il rappelle que le Pape François a levé le verbe fort, lorsqu’il a dit : « Nous ne permettrons pas que le Moyen-Orient soit vidé de ses chrétiens », espérant que la hiérarchie des Eglises élève de plus en plus la voix, spécialement après ce qui s’est produit à Maaloula.

Puis à l’adresse des responsables ecclésiastiques qui voyagent, il ajoute : « Ne parlez pas en notre nom en Europe et en Amérique ; Restez à nos côtés en ces circonstances. Parlez haut mais faites-le près de nous. Ne levez pas la voix à l’étranger car, là-bas, personne ne vous entendra ; faites-le ici et de grâce, jusqu’aux limites du ciel. Nous n’avons pas besoin de vous seulement durant les fêtes et les festivals, mais en ces moments difficiles où nous souffrons ».

Il évoque ensuite l'enlèvement de six jeunes, lors de la première attaque. Ils sont toujours portés disparus ; il mentionne le meurtre de trois jeunes gens qui ont refusé de se convertir car il n’imaginait pas appartenir à autre religion que la religion chrétienne.

Pour lui, l’attaque du village de Maaloula est une réaction et une action vengeresse pour les pertes subis par les éléments armés dans les différentes régions de Syrie et spécialement dans la région de Qalamoun. «  Les terroristes qui avaient attaqué Maaloula étaient des fugitifs de Sadad, de Deir Attiyeh, de Nabak et ils y sont venus en signe de représailles » ; il poursuit : « Ceux qui veulent se venger, de qui veulent-ils le faire ? Des Saints ? Du village historique ? d’une zone abandonnée par tous, à l’exception de quelques jeunes gens restés sur place, pour protéger les habitations contre le vol ? Que trouve-t-on à Maaloula autre que l’histoire, la religion, l’amour ? A Maaloula, il n’y a ni caserne militaire, ni roquette, ni armes chimiques ». « Que voulez-vous de Maaloula qui vivait en paix ? »

Pour cet ecclésiaste, le retour au village est loin d’être proche. Parlant de cette immense perte qu’est le village brûlé de Maaloula, il affirme : « Je reviendrai pour rechercher ma maison, les photographies des membres de ma famille décédés et mes souvenirs qui sont tous restés sur place ».

Sur un plan annexe, Jean X, Patriarche d'Antioche et de tout l'Orient pour les grecs orthodoxes a fait appel aux sentiments des ravisseurs, afin qu’ils libèrent les religieuses de Mar Takla prises en otages.

Dans un communiqué, le Patriarche lance un appel : « Nous appelons la conscience humaine et les personnes de bonne volonté pour libérer les sœurs et les orphelins détenus et nous faisons appel à la conscience, que Dieu a planté dans la tête et le cœurs de chaque être humain et même chez les ravisseurs, pour la libération saine et sauve de nos sœurs.

Notre appel s’adresse aussi à la Communauté internationale et aux gouvernements à travers le monde pour la libération des sœurs de Mar Takla qui sont en otages depuis hier ; «  la détention des religieuses est considérée comme une violation flagrante de la dignité des personnes, à la paix et à prière dans l'ensemble de la Syrie et du Levant ».
 
Traduit du quotidien As-Safir par le Veilleur de Ninive.

lundi 2 décembre 2013

Halte à la lâcheté des takfiristes qui prennent 12 religieuses et des Orphelines en Otage à Maaloula.

Urgentissime, à diffuser urbi & orbi
 
Invitation à une action de rupture personnelle comme action de protestation.

Syrie (Maaloula) - 02 Décembre 2013 - Confirmation vient d'être faite que 12 soeurs dont la supérieure du Couvent de Sainte-Thècle (Mar Takla) à Maaloula (Mère Pelagia Sayyaf) viennent d'être prises en Otage avec des Orphelines qui étaient sous leur protection ; elles auraient été transportées à Yabroud. 

Appel - Mgr. Luc Khoury, Vicaire Patriarcal de Sa Béatiude le Patriarche Jean X pour les grecs orthodoxes, a lancé un appel à Sa Béatitude le Patriarche de Moscou et de toute la Russie et au Grand Mufti de la Russie pour sauver Maaloula et les religieuses enlevées par les organisations terroristes armées. 

Prendre des Otages est un crime en soi.
 
Prendre des Religieuses en Otage est un crime devant les hommes.

Prendre des Religieuses et des Orphelines en Otage est un crime devant l'humanité entière.

Posséder la Force et ne rien faire contre les preneurs d'Otages de Religieuses et d'Orphelines est un crime en soi, devant les hommes, devant l'humanité entière et devant Dieu.

Face à ce crime, nous appelons les Etats responsables et l'Eglise universelle à rompre le dialogue avec le monde sunnite jusqu'à ce que les Etats de cette nation s'élèvent pour faire arrêter les Pogroms de chrétiens et de minorités en Syrie.

Pareillement, nous appelons les chrétiens de tous les pays à rompre avec la logique de leurs gouvernements (par exemple : en rompant avec le média télévision ou en arrêtant la consommation à l'approche des fêtes de la Nativité *), si leurs dirigeants ne dénoncent pas de façon très ferme cette prise d'Otages et s'ils ne demandent pas l'intervention armée contre les infidèles takfiristes qui, nous le savons maintenant, n'arrêteront pas les persécutions à l'approche des fêtes de la Nativité.

Chrétiens de tous les pays, à ce jour nous étions assis pour assister mollement aux attaques dont sont victimes nos frères et soeurs chrétiens de Syrie....Passons à l'étape suivante. Mettons-nous debout avant de commencer des marches de protestations, là où vous vous trouvez, en faveur de la Syrie.

Le Veilleur de Ninive


* Suggérez dans les commentaires ci-dessous des idées de protestations et de ruptures avec le chaos établi.
 

vendredi 29 novembre 2013

L'Occident a décidé de ne plus verser de larmes pour les pogroms....

Très Important, à diffuser! 
 
Les pogroms n'émeuvent plus l'Occident. Le 29 novembre dernier, 27 corps de chrétiens tués par les extrémistes étaient exhumés, mais ce fait n'avait même pas  suscité une déclaration de circonstances de la part des autorités occidentales. 

Depuis hier, le village de Maaloula est à nouveau attaqué ; 

Cela fait présage de la violence takifiriste et fanatique, qui risque de se dérouler durant la période de Noël.  Les Etats d'Occident, si mobilisés pour la destruction des armes chimiques en Syrie, vont-ils se ressaisir pour la protection des chrétiens et des autres minorités, à l'approche des fêtes de la Nativité de Noël ?

Quelques communiqués :
 
Maaloula - 1 décembre 2013 - Les rebelles occupent à nouveau Maaloula et se déchaînent contre le village. Ils ont occupé l'antique Couvent de Saint Thècle et s'attaquent aux vestiges qu'il abrite ; ils sèment la terreur autour d'eux et mettent le feu à toutes les maisons...Les autres Eglises et les Couvents ne sont pas épargnés. Nous ne connaissons pas le sort précis des religieuses qui se trouvent à l'intérieur du couvent...mais il semblerait qu'elles aient été enlevées par les takfiristes.

Alep - 29 novembre 2013 - Le terrorisme n'a pas de religion. Le correspondant de la télévision Al-Khabar rapporte que 27 corps de chrétiens, tués par des rebelles de l'opposition au régime syrien, ont été retrouvés près de l'Eglise dans le village de Deir Al-'Attiyeh après que le drapeau de la victoire du Front al-Nosra ait été hissé sur la coupole de l'Eglise. 

Alep - 28 novembre 2013 - A 11h du matin, l'Archevêché grec catholique qui se trouve dans la vieille ville d'Alep été la cible des fanatiques takfiristes qui s'en sont approchés. L'Armée arabe syrienne les en aurait repoussés. Celle-ci a demandé à tous les occupants de l'archevêché d'évacuer les lieux.


Raqa (non daté) - L'Eglise des Martyrs arméniens de Raqa a été transformée en Tribunal de la Charia de l'Etat de Raqa après fracture des Croix et le vol du contenu. 

Lire aussi : Syrie, la traque des chrétiens par les djihadistes se poursuit; Qara, Deir Attiyeh et à présent Nabak. 

Cours de djihad aux enfants et 
enseignement de la haine contre les chrétiens.

Idlib  - Un appel d'un chef salafiste et takfiriste, lâche comme il se doit puisqu'il tourne le dos à la caméra, appelle, dans une vidéo paru sur le réseau social, à haïr et égorger les chrétiens et les membres des autres religions. Cet homme, qui par cet acte proclame l'infériorité de l'Islam sur les autres religions, enseigne l'égorgement des partisans du Président Assad et des Chrétiens.

Messieurs OBAMA, HOLLANDE, FABIUS, CAMERON, quand les chrétiens entendent ces discours, avec qui doivent-ils se ranger ? Le Président Assad ou les rebelles ? Avec vous qui soutenez les rebelles ou contre vous ?


Syrie, la traque des chrétiens par les djihadistes se poursuit; Qara, Deir Attiyeh et à présent Nabak.

Syrie - (Qara) - 28 novembre 2013 - Selon un prêtre syrien, un exode massif des chrétiens a lieu de la ville de Qara, à la suite de l'invasion de la cité par des « djihadistes étrangers ».

Agence Fides - Nous apprenons d'un prêtre syrien que les villages chrétiens qui se trouvent au nord de Damas sont la cible des groupes djihadistes armés qui poursuivent leurs actions criminelles et de destructions.

Dans ses commentaires transmis, hier, à l'Agence Fides, le Père Georges Louis, Curé de l'Eglise de Saint-Michel l'Archange, de rite grec melkite catholique  qui fut détruite et incendiée à Qara, affirme que des éléments armés djihadistes ont suivi la méthode qui fut appliquée à Maaloula, à Sadnaya et Sadad. Il fut ainsi de même à Qara, Deir Al'Attiyeh et à présent à Nabak où ils visent les villages, qu'ils investissent et tuent leurs habitants avant de le détruire, rendant ainsi la vie toujours plus difficile pour les habitants chrétiens et les autres. Il note que les milices étrangères se comportent hors de toute emprise des syriens de l'Armée Syrienne libre (ASL) qui serait estimée de tous le monde. Ces étrangers ne voulant que la destruction du pays dans son entièreté, tandis que les membres de l'ASL sont malheureusement souvent contraints de se retirer devant les groupuscules armés étrangers. 

Le Père Louis a rappelé que l'équilibre s'est rompu dans la région, lorsque le 16 novembre dernier, plus de trois milles djihadistes sunnites ont investi le village d'Ersal, pénétrant en Syrie par le Liban. Ils ont pénétrés dans le village en le transformant en champ de bataille ; les éléments de l'ASL ont du se retirer car ils étaient minoritaires. Les habitants ont commencé à fuir. Ainsi près de 6000 personnes se sont immédiatement échappés en direction des villes et villages avoisinants tandis que les habitants chrétiens se regroupaient dans le centre historique de la cité. Ils refusèrent de se déplacer; les roquettes se mirent alors à pleuvoir sur les maisons ; près de 35 familles chrétiennes virent se réfugier à l'Eglise Notre-Dame; puis ce fut le tour de l'Eglise de subir dont la porte a été détruite par des miliciens armés et cagoulés, aux cheveux longs. Ils n'étaient pas syriens ; leur nationalité n'était pas claire. ils déclarèrent : « Nous voulons vous tuer tous chiens de chrétiens et brûler cet endroit païen ».

Puis le Père catholique a indiqué qu'à partir de ce moment, un des membres de la communauté melkite a entamé des pourparlers en langue arabe et a commencé à discuter hardiment avec le chef du groupe, témoignant de sa connaissance des versets du Coran, ajoutant que l'Islam respectait les chrétiens et les minorités ; l'homme armée indiqua alors qu'il allait demander à son supérieur de décider de notre sort puis il conduisit ses hommes hors du bâtiment. Dans ce laps de temps, nous avons laissé l'Eglise par une porte secondaire et nous nous sommes enfuis à travers les ruelles de la vieille ville. Nous nous sommes rendus à l'évidence que ces combattants extrémistes étaient des étrangers désireux de répandre la haine, la violence confessionnelle et la destruction sauvage. Ils avaient un véritable mépris des civils ; il ajouta nous ne sommes pas de l'Armée Syrienne Libre (ASL) et il ne vous reste plus que la prière. Le Père termina son commentaire à l'Agence Fides en disant : « Dans l'exil commun, nous avons expérimenté la solidarité et la belle affection entre chrétiens, catholiques et orthodoxes. »

Traduit de l'arabe par le Veilleur de Ninive

mardi 26 novembre 2013

Syrie, Deux photographies parlantes....

Un soldat de l'Armée Arabe Syrienne....M. François Hollande, qui portez un prénom qui nous est cher, la solution négociée n'était-elle pas possible avec cette armée pour éviter tant de morts ?

L'Eglise du village Deir Attieh, après le passage des rebelles et takfiristes.

samedi 23 novembre 2013

Les chrétiens de Syrie fuient les enlèvements, viols et exécutions.

Par Jamie Dettmer - Comment échapper à l’agression, l’enlèvement et l'assassinat des mains des djihadistes et des rebelles de l’Armée Syrienne « Libre », telle est l’inquiétude de l'ancienne communauté chrétienne de Syrie craint qu’un pogrom religieux ne soit prêt d'éclater.

Traumatisés par ce qu'ils ont eu à endurer à l’intérieur de la Syrie et craignant pour leur avenir, les chrétiens, fuyant les 32 mois de guerre civile, disent que la persécution des chrétiens s’aggrave dans les territoires nord du pays tenus par les rebelles. ils affirment que l'enlèvement, le viol et les exécutions de chrétiens ne sont pas seulement menées par des groupes djihadistes, mais aussi par d'autres rebelles sunnites, notamment ceux affiliés à l'Armée Syrienne « Libre » soutenu par l'Occident.

Parmi les réfugiés chrétiens récemment arrivés dans le sud de la Turquie, beaucoup traversent les étapes franchies par leurs ancêtres, qui avaient fui la persécution menée dans la partie  sud de la Turquie au cours du siècle dernier. Disons que les chrétiens sont perçus comme une cible légitime par toute une série de djihadistes et de rebelles islamistes, y compris par les  combattants de l’Armée Syrienne « Libre » alliées de l’Occident et par d’autres mercenaires de « l'Armée de l'Islam ».

La plupart des atteintes aux chrétiens syriens ont été imputés aux affidés de Al-Qaida, le mouvement dénommé « Jabhat al-Nosra » [Front de la Victoire] et « l'Etat islamique d’Irak et du Levant » ;  toutefois, des réfugiés tel que la directrice de l’école, Rahel, disent qu’à l’intérieur de ces organisations la perception est plus confuse.

Rahel affirme que les djihadistes n’étaient pas majoritaire dans son village chrétien d’Al-Ya’qoubieh situé dans la province Nord-Ouest de Syrie, près d’Idlib. Le problème venait des combattant de l’Armée Syrienne « Libre » qui se trouvaient dans les villages sunnites voisins.

Au mois de février dernier, l’Agence France-Presse (AFP), écrivait à propos d’Al-Ya’qoubieh, qu’en dépit du fait qu’une des trois églises avait été pillée, les relations entre les musulmans sunnites syriens et les chrétiens étaient localement cordiales, mais dans les mois qui ont suivi, presque tous les chrétiens avaient du fuir, après qu’une demi-douzaine, d’entre eux, avaient été exécutés, que leurs têtes furent tranchées et que vingt parmi-eux avaient été enlevés. L'évacuation d’Al-Ya’qoubieh est venue s’ajouter à un exode des chrétiens qui laisse craindre que la guerre civile pourrait signifier la ruine du christianisme syrien.

« Al Nusra » n'est pas venu dans notre village ; ceux qui y sont entrés étaient des villages proches et ils étaient membres de l’Armée Syrienne Libre, dit Rahel ». Les chrétiens étaient la cible de ces gens, car ils étaient considérés comme des partisans du Président Assad. La persécution fut aussi causée par la cupidité ; les plus aisés étant choisi en premier et leurs biens partagés par de puissantes familles musulmanes sunnites locales.

Assise à la terrasse d'une maison en pierre restaurée dans la petite ville turque de Midyat où elle vit gratuitement avec son mari et ses quatre enfants, grâce à la générosité de chrétiens locaux, Rahel dit qu'elle « ne peut entrevoir aucun avenir pour les chrétiens en Syrie ». Elle dit que » les derniers mois ont enseigné qu’il n'est pas possible pour les chrétiens d’y vivre plus longtemps ».

Son mari, âgé de 53 ans est resté silencieux durant l'entrevue. Selon Rahel, « il est en état de choc ; il ne dort pratiquement pas et quand cela lui arrive de le faire, il est en proie à des cauchemars ». « La semaine dernière, nous avons entendu dire qu’un parent aurait été enlevé ».

Dès les premiers temps du christianisme, les chrétiens ont vécu et prié en Syrie. Mais la guerre civile a vu un demi- million d’entre, soit près d'un quart des chrétiens fuir, avec une majorité toutefois qui se rendaient en Turquie et au Liban chaque jour.

Près de 300 ont cherché refuge dans la petite ville de Midyat et dans les villages environnants, dans la région de Tur Abdin qui se trouve à moins de 45 kilomètres de la frontière.  Le Tur Abdin est le cœur historique de l'Eglise syrienne orthodoxe ; c’est une région parsemée d'églises et de monastères antiques ; le plus ancien remonterait à l'an 397.

L’inquiétude la plus grande des chrétiens au sujet de la Syrie est l’éventuelle victoire des rebelles. Tout de suite, ils font référence à ce qui s’est produit dans l’Irak voisin, après la chute de Saddam Hussein, lorsque des crimes confessionnels, la persécution des chrétiens ainsi qu’un accroissement de la culture politique islamiste a entrainé l’exode de plus de la moitié de la population chrétienne irakienne.

Avant la guerre, la Syrie avait une population chrétienne estimée à 2,5 millions. La prédominance revenant à l’Eglise grecque orthodoxe, mais il y a aussi des catholiques et des chrétiens syriaques orthodoxes, ainsi que des protestants et des fidèles de l’Eglise assyrienne Orientale. Le groupe d’opposition, la Conseil national syrien, soutenu par l’Occident, a cherché à apaiser la crainte des chrétiens, avec peu d’efficacité toutefois, alors que des villages et des villes chrétiennes sont atteints et que des massacres sont rapportés.

Beaucoup de réfugiés chrétiens, arrivant au Liban, sont traumatisés, affirme Najla Chada de Caritas, l’Agence du Secours Catholique. « Nombreux parmi-eux sont ceux qui partagent avec nous des histoires sur le fait que des fondamentalistes les ont approchés pour les obliger à leur payer quelques loyers ou des sommes d’argent qu’ils n’avaient pas », dit Najla Chahda.  « Terrorisées, elles ne répondaient pas et partaient ».

Parmi les autres histoires qui nous sont parvenues, il y avait celle de la conversion forcée à l’Islam et celles des Eglises qui ont été profanées au cours de ce conflit confessionnel pervers. Plusieurs membres du clergé ont été enlevés, notamment deux évêques, et dans les villages de la province de Homs, un grand nombre de chrétiens ont été forcés de quitter leurs maisons et leurs fermes. Une des pires atrocités qui nous a été rapportées au début de ce mois, par l’Archevêque syrien orthodoxe de Homs, Mar Selwanos Boutros Al-Nemeh, qui accusait les djihadistes soutenus par Al-Qaïda, d’avoir tué plus de quarante chrétiens durant leur occupation de la ville de Sadad dans le nord de Damas.

« Toutes les maisons de Sadad ont été volés et leurs contenus pillés », a déclaré l'archevêque Al-Nemeh dans un communiqué. « Les églises sont endommagées et profanées, privés des vieux livres et des meubles précieux. Les écoles, les bâtiments publics, les bâtiments municipaux ont été détruits ».

Quelques chefs chrétiens de la partie ouest de la Syrie et qui sont dans le voisinage du Liban ont critiqué les Patriarches Chrétiens du Moyen-Orient pour être apparus du côté du Président Assad dans la guerre civile, en disant qu’ils sont partiellement responsables de ce qui arrive à leurs adhérents.

« Malheureusement, les chrétiens ont lié leur sort non seulement au régime, mais à Bachar al-Assad lui-même, et ce que je redoute c’est ce qui advenu en Irak ». dit Bassem Shabb, un député libanais et le seul protestant au sein du Parlement libanais. Il affirme : « Les chrétiens d'Irak ont été persécutés non pas en raison du fait qu'ils étaient chrétiens, mais parce qu'ils appuyaient le régime ».

Heyfa , 50 ans, mère de trois filles et d’un garçon, originaire d'un petit village au sud de la ville d'Al- Qamishli, contrôlée par les Kurdes, n'accepte pas cette critique. Elle affirme que la plupart de ses voisins n'étaient pas des partisans d'Assad ; certains même étaient favorables à la rébellion, tandis que d'autres étaient restés neutres mais cela n’a pas empêché les Djihadistes de harceler les chrétiens et d’attaquer les femmes. « Nous sommes partis car j’avais peur pour les filles – Je ne voulais pas que des choses mauvaises leur arrive. Je craignais qu’elles ne soient violées. Je les ai gardées à l’intérieur.

Sa fille aînée, Dima, âgée de 22 ans, est restée la plupart du temps de la guerre à Alep, où elle a tenté de poursuivre ses études d'anglais à l'Université. Mais dit-elle c’est devenu plus dangereux là-bas, non seulement à cause des combats entre les forces d’Assad et les rebelles autour des souks exceptionnels de Syrie. Elle a quitté Alep il y a un an pour rejoindre sa famille après qu’une de ses amies eut été enlevée, violée puis tuée. « Nous ne savons pas qui a fait cela ou pourquoi », dit Dima . Certains viols et le meurtre des chrétiens sont des actes opportunistes, dit-elle, tandis que d'autres sont clairement visés par les djihadistes et les islamistes . (Elle ajoute que les jeunes filles musulmanes sont également à risque.)

Jolie fille aux cheveux bruns, Dima est assise recroquevillé dans un appartement à Midyat avec sa mère et sa sœur Marie âgée de 16 ans, Marie. Son Père et ses deux frères et sœurs sont dans un camp en Allemagne après la famille se fut séparée. L'appartement n’est pas chauffé, et Dima semble avoir le poids du monde sur ses épaules, elle est la seule à travailler comme sa mère est malade et sa sœur ne comprend pas le kurde ou le turc et ne peut pas trouver du travail.

« C’est difficile. Je suis celui qui travaille et l'argent que je reçois n'est pas suffisant. Je reçois 400 livres turques (198 dollars) par mois et 300 de ce montant passe en loyer. Nous ne pouvons nous permettre d'utiliser la chauffage. Plusieurs fois, nous n'avons pas de quoi manger ».

Dima n'est pas la seule femme d’intérieur parmi les réfugiés chrétiens de Midyat. Warda Saliba, est âgée de 40 ans ; elle a cinq filles dont les âges vont de cinq à vingt ans. Son fils et son mari sont également en Allemagne.  « Pour les chrétiens, il est très difficile de rester en Syrie et il y a beaucoup d’actions mauvaises sur les femmes », dit-elle. « Les djihadistes considèrent qu’ils ont sur les femmes chrétiennes un droit ». Je ne voulais pas prendre de risques pour mes filles ». Dans les rues, ils les toucheraient et les harcèleraient. Je ne sais pas s’ils appartenaient à al-Nusra ou pas, bien que quelques uns étaient libyens et tunisiens. Mais de toutes les façons, c’étaient des des terroristes.

Traduite de l'anglais par le Veilleur de Ninive.

vendredi 22 novembre 2013

Syrie, ces combattants qui n'ont tiré aucun enseignement de quinze années de conflit libanais.

Les combattants qui se battent aujourd'hui sur le territoire syrien n'ont tiré aucun enseignement de quinze années de conflit libanais. Il apparaît déjà qu'en Syrie, 

1° - les chefs de guerre d'aujourd'hui deviendront les riches féodaux de demain.

2° - les combattants djihadistes de l'heure ne sont que les instruments et la chair à canons, sur laquelle s'assiéront les hommes politiques de l'après-guerre.

3° - le peuple d'hier qui s'est plaint de la corruption, de l'injustice et de l'indifférence des dirigeants, laissera à la génération future, une corruption totalement incontrôlable, une injustice désespérément irréparable, une indifférence encore plus répressive.

4° - le pays avait des richesses qui étaient plus ou moins partagées ; elles se retrouveront bien réduites et dans les mains d'une poignée de nouveaux riches.

5° - le peuple était fier de son pays mais il ne sera désormais plus qu'un étranger pleurant le passé. Il découvrira ses paysages défigurés, son environnement pollué, ses voisins dispersés, sa famille divisée, ses moeurs délabrés et son islam méconnaissable car bâti sur la persécution des minorités.

6° - les gens instruits qui pouvaient encore donner un peu de justice, d'éducation et de sagesse dans ce pays, auront disparu laissant la place à l'iniquité d'hommes ignorant le droit, qui n'éprouvent aucune considération pour la culture et l'instruction et ne reconnaissant que les intérêts matériels sans aucun sens du bien des autres.

7° - les combattants étrangers qui convoitent les biens du peuple ne seront jamais syriens car ce titre qui n'est pas seulement une nationalité mais un titre signifiant, dans le passé chrétien, se mérite par la fidélité et non par le crime sous des vociférations sacrilèges: « Le nom de Dieu, tu ne prononceras qu'avec respect ».

8° - les assassins sans scrupules qui ont coupé des têtes et tué des innocents seront rongés de culpabilité, comme ils seront plus tard consumés par le feu de l'enfer. 

9° - Nul ne sera heureux, ni les djihadistes et leurs suzerains, ni les victimes et leur proches, ni les dirigeants d'aujourd'hui et de demain, car le pays deviendra ingouvernable, appauvri, dépendant...et les crimes commis resteront des crimes commis.

10 - De la guerre du Liban qui fut un échec total, les protagonistes de cette nouvelle guerre syrienne n'ont pas tiré les leçons et il n'y a pas pire échec que celui qui n'a pas intégré les leçons du passé.

Le Veilleur de Ninive.

mercredi 20 novembre 2013

La Secrétaire d’Etat britannique, la musulmane et Baronne Saïda Warsi appelle à sauver le Christianisme d'Orient.

La Secrétaire d’Etat Britannique en charge des questions religieuses au sein du Foreign-Office, la Baronne Saïda Warsi, première femme musulmane à avoir accédé à une responsabilité ministérielle dans l’histoire de la Grande-Bretagne, a appelé au sauvetage du christianisme du Moyen-Orient des premiers temps, des dangers d’effusion du sang qui le guette.

La Baronne Warsi a fait sa déclaration au cours d’une tournée aux Etats-Unis où elle a visité l’Université Georgetown évoquant l’extrémisme armé qui cible toutes les confessions chrétiennes, Catholiques, Protestants et Orthodoxes au Moyen-Orient.

Madame Warsi a appelé à ce qu’elle a décrit comme « l’unité des nations et de la foi » dans le but de sauver les minorités chrétiennes ; elle a déclaré au magazine Times : Au cours de l’histoire, nous avons du faire face à des phases d’affrontements religieux dans le monde mais par ailleurs, il a existé d’autres périodes historiques au cours desquelles les  croyances et les religions ont vécu ensemble et ont collaboré de manière proche.

La Baronne Warsi a ajouté que la région est en train d’être purgée de la religion chrétienne et de sa présence dans les pays qui ont vu sa naissance. La ville syrienne de Maloula a été l’objet d’une attaque au moment où un kamikaze se faisait exploser à Peshawar et que l’Iran arrêtait des centaines de chrétiens, à la tête desquels se trouve le Révérend Père Saïd Abdini.

La Secrétaire d’Etat britannique a considéré que le rejet des adeptes des autres religions était l’expression d’une faiblesse et de rappeler au magazine Time que la précédente Secrétaire d’Etat des Etats-Unis, Hilary Clinton, a salué son nouveau rôle, qu’elle a décrit comme une occasion de procéder à des changements réels.

Saïda Warsi a déclaré que son expérience personnelle se reflétait par les idées qu’elle avançait surtout qu’elle a grandi dans une famille musulmane originaire du Pakistan et que sa famille se distinguait par la tolérance et la présence d’un mélange de sunnites et de chiites en son sein ; à cela s’ajoute le fait qu’elle a appris l’amour et le respect de toutes les religions et que l’on ne peut être un vrai musulman que s’il y avait des chrétiens et des musulmans et que l’Islam est une extension à d’autres formes de la foi.

mardi 19 novembre 2013

"Chrétiens du Proche-Orient, nous sommes vos amis et nous le serons toujours".

A son arrivée en Israël, M. François Hollande déclarait à l'adresse des Israéliens : "Je suis votre ami et je le serai toujours". Les Français auraient sûrement apprécié une telle déclaration dans leur direction, mais ont-ils encore une bonne idée d'eux-mêmes, pour demander à leur Président un telle expression de sentiments ? Nous sommes tentés de dire, qu'en France, il semble mieux valoir être Israélien que Français.

Cette phrase, le Président Hollande ne l'a pas, non plus, prononcé à l'égard des minorités Chrétiennes du Proche-Orient qui sont souvent francophones et traditionnellement alliées de la France, dont de nombreux citoyens français, aujourd'hui, sont originaires. 

En France les minorités sexuelles auraient, semble-t-il, plus d'importance que les minorités religieuses du Proche-Orient en grand danger de disparition ? 

Curieuse politique, si l'on compare l'idéal des minorités sexuelles qui est focalisée sur le plaisir et le caprice, à celui des minorités du Proche-Orient qui se retrouve dans un idéal de coexistence islamo-chrétienne, de démocratie au coeur d'un monde arabe tenté par les dictatures, de non-violence dont les chrétiens, ont fait heureusement le choix, à la suite de l'échec de la résistance chrétienne au Liban.

Pour nous, Veilleur de Ninive et porte-parole des silencieux qui ne s'accommodent pas de l'extermination ou du départ des chrétiens du Proche-Orient, ce ne peut être ainsi. Ensemble, veilleurs et silencieux, nous clamons et proclamons à nos frères chrétiens de Syrie, d'Irak, du Liban, de Jordanie, d'Egypte et de Terre-Sainte, d'Arabie et des Emirats-Arabes-Unis.

Nous sommes vos amis et nous le serons toujours.

يا اخوة بالمسيح المقيمين في الشرق الاوسط، نحن اصدقاءكم، سنكون معكم داءما

Nous le serons en dépit de toutes les trahisons, de toutes les lâchetés, de toutes les indifférences, de toutes les arrogances que vous ont laissées, en héritage, ceux qui vous ont tourné le dos.

samedi 16 novembre 2013

Mismiyye, un village entièrement chrétien encerclé par les takfiristes qui préparent leur entrée.

Important & Urgent.

Syrie - le 16 novembre 2013 - (11h15) - Le village chrétien de Mismiyye est actuellement encerclé par les éléments de l'Armée Syrienne "libre", alliés de l'Occident. Son Prélat actuel n'est autre que Mgr. ANTIBAS, ancien Exarque Patriarcal de l'Eglise Saint-Julien-le-Pauvre à Paris. Ce village est un des hauts lieux de pèlerinage qui fut traversé par Saint-Paul, dans sa marche vers Damas pour aller persécuter les Chrétiens avant sa conversion qui allait en faire le disciple le plus zélé de Jésus-Christ. 

Il semble que les menaces takfiristes sur les villes et les villages de Syrie où se trouvent des chrétiens ne sont pas prêtes de s'arrêter. Après Sadnaya, Maaloula et la vallée du Barada et à la suite de nombreux sanctuaires chrétiens qui furent attaqués dans de nombreuses villes, régions et gouvernorats de Syrie, un nouveau village, Mismiyye, risque fort de connaître le sort de Maaloula et Sadad ; Mismiyye est actuellement encerclé par l'Armée Syrienne "libre" qui préparerait son entrée dans le village en recevant des renforts.

Le bourg de Mismiyye est habité par près de 2000 chrétiens de rite grec melkite catholique dont la plupart, restés sur place, sont des femmes, des enfants et des vieillards. Mismiyye se trouve dans la plaine du Hauran et se situe à une quarantaine de kilomètres au sud de Damas et à 70 kms au Nord-Ouest de la ville de Deraa, à 20 kms de la ville de de Sanmin et à 7 kms du village de Khabab. 

Mismiyye fut fondé, au Ier siècle, le long de la voie romaine qui relie Damas à Basra. Ses constructions sont noirâtres car construites en pierres basaltiques. Il portait le nom de Phaena jusqu'à la conquête arabe au VIIe siècle après laquelle il adoptera son nouveau nom de Mismiyye qui signifie en arabe "village-mère".

Ce village eut des évêques importants notamment Marcus au VIe et Malkus au Ve siècle. Selon la tradition religieuse, Saint Paul serait passé plusieurs fois par Mismiyye durant ses trois années de séjours. Il aurait été caché et protégé par ses habitants. 

Signalons qu'il existe plusieurs villages grecs melkites catholiques voisins dont Khabab entièrement catholique, Tibneh, Sawara Koubra, Sougra, Soueida et le village de Philipolis [en arabe, Chahba], qui est la ville de Philipe l'arabe, Premier Empereur protecteur des chrétiens.

Violence inouïe de la rébellion, surdité européenne et manques alimentaires sont les trois misères des Chrétiens de Syrie.

Alep - 14 Novembre 2013 - (22h) - A Alep, la situation se dégrade de jour en jour et peut-être même d’heure en heure. 

Dire et redire qu’à Alep rien ne va plus, est un bien triste refrain. Rappeler que la ville est privée d’électricité, d’eau, de médicaments, de viandes, de fromages est une bien inquiétante routine. Enfin, écrire que les réfrigérateurs dans les maisons d’Alep font désormais office d’armoires et de placards, voilà qui sort du commun, mais illustre de façon dramatique la détresse des alépins.

Ce qu’il y a de très grave c’est la surdité des dirigeants européens, incapables de dénoncer les massacres de chrétiens actuellement en cours en Syrie, notamment à Alep, Damas, Sadad, Tabqa, Wadi el-Nassara [la vallée des chrétiens] et à présent depuis peu, Mismieh dans la région de Soueida ; Surdité « assourdissante », elle fait ressortir avec acuité la politique lamentable menée par les gouvernements occidentaux vis à vis de la Syrie car ils tiennent des discours favorables aux minorités en Europe, mais reste muets, peut-être parce que complices, sur le massacre des minorités religieuses en Syrie.

L’Europe a souscrit à la guerre en Libye pour défendre un camp contre l’autre, mais elle assiste, placide, aux massacres des chrétiens syriens, des alaouites et des chiites dans ce pays. Elle n’a élevé la voix que pour combattre les armes chimiques, utilisées par les rebelles qu’elle appuie, car elles pouvaient par ailleurs menacer Israël.

Quel discrédit cette politique partisane et injuste jette-t-elle sur la politique européenne et des Etats qui compose l'Union. Comment désormais croire les discours moraux sur l’attitude à l’égard des minorités en Europe, alors que nous assistons à la passivité européenne, concernant les minorités syriennes. En vérité nous ne les croyons plus…Leur discours ne sont plus crédibles ? Nos oreilles se ferment lentement à leurs poncifs moraux et sectaires.

Les affrontements se font de plus en plus féroces sur tous les fronts à Alep. L’armée syrienne montre, non seulement de la résistance, mais progresse par encerclement des mercenaires ; le coût humain est toutefois très élevé. 

Dans leur rage à détruire, les rebelles alliés de l’Occident font feu de toutes armes. Depuis 5 jours, les missiles anti-aériens Hawn ainsi que des projectiles de gaz sont lancés sur les quartiers sous contrôle de l’armée, spécialement sur les quartiers à population majoritairement chrétienne : Azizieh , Salibeh, Villat, Midane et Syriane el-Jedideh. C’est à Azizieh que se trouvent les Eglises grecques, maronites et arméniennes et c’est sur ces Eglises que sont tombés les obus qui ont fait des morts et une centaine de blessés, sans évoquer les dégâts matériels importants. A cela s’ajoute le fait que dans l’obscurité de la nuit, le bruit des cannons se propageant à travers toute la ville, devient très impressionnant.

Vendredi après-midi, alors que nous faisions le tour du pâté d’immeubles, la stupeur était indescriptible à la vue de cadavres suspendus aux arbres sous l’effet de l’explosion qui a tué 20 personnes et fait une centaine de blessés devant une boulangerie de l’Etat. Dans la rue, des familles entières traînent sans couvertures, sans abris, attendant patiemment la fin des événements, au milieu d’une température en baisse avec l’arrivée de l’hiver. C’est une situation qui appelle une Mère Térésa.

Les nouvelles qui nous parviennent de l’hôpital universitaire d’Alep sont aussi dramatiques….Des centaines de malades et blessés gisent là dans un Centre hospitalier privé d'électricité, d’eau, et dépourvu de médicaments et de médecins. Est-ce encore un hôpital ? Un tel état de délabrement favorise les maladies. Des cas de polios, disparus de Syrie dans le passé, y sont réapparus.

Ce matin, du côté du palais municipal qui se trouve sur la ligne de démarcation, les tirs des canons, des francs-tireurs et des missiles anti-aériens hawn, sévissaient simultanément. Que va-t-il rester de ce palais municipal alors que celui de la justice, où se trouvaient tous les documents relatifs aux litiges et aux procès en cours, ont été brûlés ? Tous les registres de l’état-civil ont également disparu dans l’incendie qui a consumé le Palais de Justice. Du côté religieux, les actes de baptême, mariage, décès sont perdus pour des milliers de chrétiens de Raqqa, Tabqa, Homs, Yabroud  et Sadad car les Archevêchés ont été incendiés par les rebelles.

Dans les régions contrôlées par l’Armée Islamique de l’Irak et du Levant et l’Armée Syrienne Libre, le couvre-feu est instauré. Les mercenaires recherchent les jeunes âgés de 17 à 30 ans pour les enrôler dans leurs milices et exiger d’eux qu’ils tirent sur l’armée. Celui qui refuse est exécuté.

Beaucoup de personnes souffrent de dépression et souhaitent la mort. En dépit des risques aigus, les alépins doivent toujours sortir de chez eux pour trouver un minimum d’approvisionnement en nourriture et en eau dont le prix des bouteilles a atteint des niveaux inqualifiables. L’indifférence à la mort progresse dans les esprits car sa perspective semble devenir plus douce que le cauchemar qu’ils vivent, la misère, la peur, la panique, le manque, etc…

La situation à Damas n’est pas meilleure ; les quartiers chrétiens de Bab-Touma, Qassa’ et Germana... reçoivent également leur lot d’obus...

Tous les jours il se lit de nouveaux faire-parts nécrologiques de jeunes soldats tombés parmi les chrétiens.

Finalement, la violence inouïe de la rébellion, la surdité des gouvernements européens et le manque des besoins essentiels finiront pas avoir raison de notre présence sur la terre de Syrie. Faute de pays pour nous réfugier, quel sera notre sort ? Le génocide ? Nous savons que l'Europe et la Turquie en ont été capables...Vont-ils rééditer le phénomène par mercenaires interposés ?
Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.