mercredi 3 octobre 2012

Dialogue ouvert avec des enfants d'Alep.

Nous reproduisons ici un dialogue enregistré Lundi 1er octobre à Alep avec un groupe de jeunes alépins âgés de 11 à 16 ans ; nous rapportons ce dialogue pour vous lecteur afin que la cause des enfants d'Alep devienne votre cause. Avec ce qui se passe sur place l'innocence est assassinée.

Notez seulement que dans notre transcription, nous n’avons pas repris la forme et le langage des enfants qui se sont exprimés en langue arabe. Toutefois dans la mise en forme nous avons tenté de rester le plus fidèle possible aux réflexions des jeunes.

1 - Pensais-tu que la guerre c'était cela ?

Autrefois, la guerre était   pour nous un jeu  vidéo dans lequel on tuait l'ennemi. Nous croyions que la guerre se passait entre 2 pays, entre deux armées. Nous ne pensions pas qu'elle consistait à enlever les gens, à les tuer pour exposer et parader avec leurs cadavres. La guerre ce n’était pas exécuter devant les caméras de télévision…

Aujourd’hui on détruit les maisons et les quartiers ; on ne sait pour qui ? pour quoi ? Combien de temps cette guerre va-t-elle durer ? Longtemps ? Serons-nous victimes un jour ? 

Pourquoi les enfants meurent-ils dans cette guerre ? Pourquoi deviennent-ils orphelins ? Pourquoi détruit-on les maisons de Dieu ? Pourquoi le mal et l'injustice sont rois ? Ou est Dieu ?
2 - Qu'est-ce qui est le plus moche dans la guerre ?

Ce qui est le plus moche, ce sont les rancunes, les innocents qui meurent, un pays que l’on tue ; notre maison qui s'écroule, la peur et la panique ; la Syrie a reculé de 10 ans ; nous n’avons plus d'avenir ; nous perdons tout, même nos rêves. On ne peut plus dormir ; à chaque bombe qui tombe, nous tremblons ; nous pleurons…

3 - Penses-tu que des belles choses soient possibles dans la guerre ?

Très peu, mais on admire nos voisins d’immeuble ; ils nous ont beaucoup aidé, plus que nos proches ; nous sommes maintenant plus sensibilises aux autres, surtout aux pauvres et aux orphelins. On sent que la Syrie est notre « mère », qu'il ne faut pas la perdre. Nous sommes plus sensibles à notre hymne national. Nous sommes devenus plus proches de Dieu, notre unique abri ; Notre foi et notre religion est plus forte. Nous sommes plus conscients de ce que représente la vie et plus attachés à la patrie.
4 - D'après toi qui souffre le plus ?

Ceux qui souffrent les plus ce sont les orphelins, les familles des martyrs, les soldats qui sont le plus visés par les criminels…Nos parents ont vécu des années plus ou moins faciles ; nous nous commençons notre vie par des moments trop difficiles ; même nos parents s'inquiètent pour notre avenir, pour nos études, notre service militaire ; sur la manière de se procurer notre pain quotidien…

5 – Désires-tu encore rester en Syrie ?

D’une seule voix ils clament : Nous ne quitterons jamais la Syrie ! Parmi les jeunes, certains ont une double nationalité – eux aussi objectent : On ne jette pas des pierres dans le puits qui nous a abreuvé ; on ne quitte pas une mère qui nous aime ; on ne quitte pas une terre qui nous a nourri et qui garde les tombes de nos ancêtres.


6 - Qu'est-ce qui a changé dans ton regard sur la vie et sur les autres ?

Nous avons aujourd’hui un grand désespoir dans la vie. Nous ressentons un grand ennui et un vide dans notre existence : toujours rester à la maison. Pourquoi vit-on ? Nous sommes trop petits pour porter des responsabilités ; celle-ci est trop lourde. Nous devenons plus agressifs. Nous nous sentons au bord d’une grande pente ; va-t-on tous tomber dans le labyrinthe ou revenir à la douce Syrie que nous avons connue ? Va-t-on revoir la Syrie qui nous a donné des moments d'amour, de solidarité entre les différentes confessions et ethnies ?

7 - Qu'attendrais-tu des chefs de guerre et du gouvernement ?

Nous attendons : qu’ils combattent la grande corruption et qu’ils fassent revenir la sécurité. Nous voulons pouvoir partir de la maison et y revenir sans avoir peur. Nous voulons que les chefs parlent entre eux. Tous doivent savoir qu’il n’y a pas de pays qui veulent du bien à la Syrie ; il n'y a que les syriens qui doivent l'aimer ; le proverbe arabe est cité : « Rien ne peut gratter ta peau que tes propres ongles ».

8 - Est-ce que la guerre te fait plus aimer les autres ou les détester ?

Cette guerre m'a appris, ainsi qu’à mes copains à donner plus de valeur à la vie. Elle m’a fait voir que la violence, la sauvagerie et la mort brutale ne sont pas les nôtres. Notre vraie vie, notre culture nous vient de nos premiers ancêtres. C'est une vie d'amour, de tolérance et de paix.



2 commentaires:

  1. Laissons les enfants gouverner. Il y aurait moins de dégâts.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tout à fait d'accoed avec vous;leurs propos sont pleins de bon sens
      Trianon

      Supprimer

Merci de votre commentaire....Il passera par le modérateur avant d'être publié.

Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.