dimanche 3 juin 2012

Chrétiens de Syrie : Etat des lieux sur leur situation.

Nous essayons de donner plus loin un aperçu de la situation des chrétiens de Syrie en procédant par questions/réponses.

Quelles sont les zones chrétiennes en Syrie ?

Les chrétiens, au nombre de 1,7 millions sont répartis partout dans le pays, même s’il existe des villes dans lesquelles s’effectue le regroupement comme Damas, Alep et la région de la Djézireh.

A – Damas et ses environs (S.O.) : on note également trois villages (Maaloula, Djoubaadine et Bakhaa) où un des dialectes araméens se parle encore ; le plus célèbre est Maaloula avec son dialecte propre.

B – Alep et ses environs (N.O.) : Nombreux sont les chrétiens à Alep ; en revanche, malgré la présence de nombreux vestiges des villes mortes du IIIème au VIIème siècle, aucun chrétien ne vit dans les environs d’Alep, à l’exception de la ville « d’Idlib ». Dans cette province d’Idlib, plus précisément à Jisr al-Shugur, il y a aussi quelques familles ainsi que deux ou trois villages chrétiens.

C – Djézireh, à la frontière turque (N.E.) : Les villes principales sont Qamichliyeh, Hassaké ainsi que des villages sur le fleuve khabour autour duquel sont installés des familles chrétiennes.

D – Lattakieh et Tartous (N.O.).

E – Le village « estival » arménien de Kesab, dans la montagne au Nord du Pays à la frontière turque.

F – Plus au S.O., non loin du Liban, la région du « Wadi al-Nasara », la région estivale à dominante grecque orthodoxe où se retrouvent de nombreux villages chrétiens qui ne furent pas annexés au Liban, à la demande du patriarcat maronite, pour conserver la prééminence de cette communauté au pays du cèdre.

G : Homs (N.O.) : La ville la plus marquée par les événements ; les chrétiens ont récemment été chassés de la ville. En revanche, je ne saurais être précis sur ce qu’il est advenu des chrétiens syriaques qui habitaient les environs de Homs (pensons au village d’Al-Sadad).
H – Au (S.O) de la Syrie, à Deraa et dans ses environs : Il y a des grecs orthodoxes et des villages qui les abritent.
I – Dans la région du Hauran, et dans la ville de Hama, on compte aussi des chrétiens.

Quels sont les effets de la rébellion et les villes aux populations plutôt stables ?

Les Chrétiens de Damas (S.O), d'Alep (N.O) et de Lattaquieh (N.O.) n’ont pas abandonné leurs quartiers qui sont plutôt à une seule confession ». En effet, dans chacune de ces trois villes, il existe des quartiers chrétiens, arméniens, et même un quartier syriaque comme le « Haï al-Syrian ». Sur place, ces chrétiens n’en sont pas moins la cible facile des terroristes, en raison de leur désarmement et de l’absence de protection officielle.

« Djébel al-Druze » (S.O.) qui, comme dit son nom se trouve dans les mains des Druses (le régime soutenant les minorités). Cette région semble pour le moment sans problèmes pour les chrétiens.

Quelles sont les villes où les départs sont forcés et effectifs ?

Quelles sont les raisons des départs ? Les chrétiens connaissent les enlèvements, les menaces écrites de mort, les appels à la conversation à l’Islam, les actions d’intimidations pour forcer le départ, car selon les termes proférés par les « terroristes » dans leurs menaces : « la Syrie ne peut tolérer deux religions ». 

Parmi les villes dont les départs sont forcés et effectifs, on doit retenir :  

A - « Homs » (N.O.) : où les chrétiens ont du fuir leurs quartiers et leurs maisons dans des délais extrêmement brefs ; ils ont été désappropriés de leurs logements qui furent occupés par des sunnites. Les expulsions étaient accompagnées de cris : « Tous vos biens doivent être pour l’islam. Allez-vous-en autrement nous vous tuerons ». 

B - « Djézireh » (N.E.), les chrétiens ont pris le chemin de l’exil, car les Kurdes, qui les avaient déjà fait souffrir en 1914-15, se prépareraient à proclamer leur autonomie.

C – « Villages frontaliers de la Turquie » (N.) : les Chrétiens sont attaqués par les salafistes et les éléments armés d’Al-Qaïda qui viennent du territoire turque.

D – Frontière libanaise (N.O.) : Selon l’Agence Fides, Plus de 10.000 chrétiens ont fui la petite ville de Kusayr, à la frontière avec le Liban, suite aux pressions de groupes islamistes sunnites.

Quels sont les effets de la rébellion et les villes aux populations plutôt stables ?

A - Les régions frontalières avec la Turquie : les chrétiens y sont les plus vulnérables. Dans cette zone, les chrétiens ont affaire à des mercenaires terroristes venus de Libye. Nous avons appris que la semaine dernière, une jeune fille avait été enlevée. Elle a subit les sévices que les hommes incontrôlés font subir aux femmes plus fragiles ; elle fut ensuite assassinée. 

B – Au N.O., la région de Homs et de ses environs : les villages de Kusayr, Dmayneh, Rableh, Fairouzeh, Sadad. Au Nord, la ville de Hama et ses banlieues, Idlib et ses banlieues, Ghassanieh, Yaacoubieh, Qnaye...
C – Au S.O., les banlieues de Damas : Qarra et un peu moins Saidnaya.
D – Au N.E. à Deir-ez-Zor, les Chrétiens commencent à vendre leur maisons pour s'installer a Alep, plus à l’Ouest avant de quitter le pays.

En résumé, nous atteignons un point où peu de zones sont encore à l’abri pour les chrétiens.

Quelles sont les destinations de ceux qui partent ?

A - Migration intérieure : Les chrétiens de Homs (N.O.) qui furent chassés par les Salafistes se sont réfugiés dans la région estivale de Wadi al-Nasara (S.O. – non loin du Liban). Les chrétiens des villages dans la région (Deir ez-Zor - N.E.) se sont rabattus sur Alep.

B – Emigration vers l’extérieur : Toutefois, depuis un an, l’émigration se fait vers l’extérieur : les chrétiens aisés et fortunés qui souvent détiennent la double nationalité, surtout la nationalité française sont venus élire domicile en France ; l’autre pays européens qui reçoit des chrétiens de Syrie, est la Suède où se trouve déjà depuis plusieurs décennies une importante minorité syriaque et kurde. La remise de visas par d’autres pays d’Europe est plus parcimonieux.

Le reste de l’émigration s’effectue en direction de Chypre, du Liban, ou encore des Etats-Unis et du Canada mais, dans ces deux pays, de façon plus exceptionnelle en raison de la difficulté à obtenir des visas.

C- Emigration de la Jeunesse : Actuellement il y a beaucoup de jeunes chrétiens qui prennent le chemin du départ par la Turquie, empruntant le bateau vers la Grèce et moyennant une forte somme d'argent.

Les estimations du Patriarcat Grec Orthodoxe concernant l’émigration vers l’extérieur, jeunes inclus, s’élèveraient à plus que 90.000 départs.

En attendant, la hiérarchie de l’Eglise, fait entendre sa voix en appelant les Chancelleries étrangères à ne pas délivrer de visas d’immigration ou de permis de séjour à la population chrétienne.

Il semble toutefois que ces mouvements ne soient pas définitifs (on ne peut donc parler d’exode) mais provisoires, en attendant des temps plus paisibles.

Comment réagissent les chrétiens irakiens en Syrie ?

Les Chrétiens irakiens sont concentrés à Jarmana, un quartier du Sud de Damas, à Damas même et à Jabrieh, un quartier d'Alep. Ils sont aussi inquiets car ils sont autant visés et ne trouvent plus de travail...

Au pire de la guerre et de la persécution en Irak, les chrétiens irakiens réfugiés en Syrie auraient été, selon les chiffres qui ont circulé, de près de 600.000 sur le 1.500.000 de refugiés. Actuellement il ne resterait plus que 200 000 chrétiens irakiens sur le territoire car le reste a obtenu des visas d’émigration pour les E.U. et le Canada, tandis que d'autres ont laissé la Syrie pour le Liban ; les derniers sont revenus chez eux en Irak.

Qu’est-ce qui distingue les chrétiens de Syrie des autres chrétiens ?

A – L’attachement à leur terre.
B – Les très bonnes relations qu’ils entretiennent avec leurs compatriotes musulmans.
D – A la différence du Liban, il n’y pas eu a en Syrie un mouvement indépendantiste chrétien.  Contrairement au Liban voisin où les signes de l’appartenance religieuse sont fréquents, en Syrie il n’est pas toujours nécessaire de décliner sa confession.
E – La fusion des chrétiens avec la société musulmane est plus importante que partout ailleurs.
F – Leur rôle social et politique qui les rapprochent du rôle des chrétiens au Liban, n’est pour autant inscrit dans la constitution.
Parmi les officiels chrétiens on note :
            - Un ministre de la défense et de l’armée Daoud Rijha ainsi que deux autres ministres.
            - Le gouverneur de la Banque centrale.
            - La secrétaire générale de la Présidence Mme Khoury.
            - Le Directeur générale de la planification économique.
            - Des gouverneurs de régions.

Quel est le rôle de l'Eglise syrienne ?

Plus généralement, l’Eglise ou les Eglises syriennes ont un pouvoir qui s’étend aux affaires civiles, notamment à l'enseignement et à la santé à travers la gestion d’écoles et d’hôpitaux...

Entre-elles, les Eglises sont solidaires ; elles manifestent un esprit fortement « Oeucuménique » : A Alep, Damas et Raqqa, il existe même des lieux de culte communs aux catholiques et aux orthodoxes.

Sur le plan du dialogue avec l’Islam, l’Eglise fait preuve d’une grande ouverture et d’une réelle fraternité avec les musulmans. Est-ce réciproque ? A chacun de répondre car ici chacun a son avis et son expérience. Il est arrivé au Grand Mufti de Syrie d’intervenir à l’intérieur de la Cathédrale Orthodoxe et à un Evêque de procéder à une conférence au sein d’une Mosquée.

Quels sont les groupes qui leur sont les plus hostiles ?

Les forces de l’opposition syrienne se sont rendues coupables de violences, d’abus et de tortures. C’est ce qu’affirme un rapport rendu public tout récemment par l’ONG Human Rights Watch.

Les groupes les plus hostiles sont Al-Qaïda avec la brigade Faruq qui lui est proche, les salafistes puis les frères musulmans qui contrôlent le Conseil National Syrien, Organe de l’Opposition, basé à Istanbul.

A Homs, « un nettoyage ethnique a eu lieu à l’encontre des chrétiens » nettoyage mis en œuvre par la « Brigade Faruq », proche d’Al Qaeda. Les militants se sont rendus de maison en maison, dans les quartiers de Hamidiya et de Bustan al-Diwan, pour obliger les chrétiens à s’enfuir, sans leur donner le temps de prendre quoi que ce soit avec eux. C’est ce qu’affirme une note envoyée à l’Agence Fides par l’Eglise orthodoxe syrienne, qui rassemble 60% des chrétiens en Syrie.

Les scénarios de sortie.

Le régime bascule par la violence sans intervention internationale

A – Les islamistes l’emportent. Les chrétiens sont menacés ; l’Occident ne fait rien pour les protéger. Des visas sont accordés. L’émigration est rapide. d’autres, restés sur place, s’inclinent devant la très probable Charia. Le dialogue islamo-chrétien devient très difficile.

Le régime bascule par la violence avec intervention internationale

A – Une certaine protection est assurée aux chrétiens.
B – Sous-scénario optimiste, la communauté internationale demande, en échange, des garanties pour les minorités.
C – A long-terme l’avenir des chrétiens est compromis car ils ne seront jamais reconnus par les islamistes.
D – L’émigration s'effectue plutôt lentement.

Le régime se maintient avec ou sans le départ du Président B. Assad et la transition est négociée.

A – C’est la solution dans l’esprit de la conférence des évêques syriens.
B - Cabinet Union nationale.
C – La confiance chrétiens-musulmans peut reprendre progressivement.
D – Les Chrétiens collaborent avec toutes les parties sans exception.
E – L’émigration est freinée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de votre commentaire....Il passera par le modérateur avant d'être publié.

Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.