lundi 21 mai 2012

Syrie : Des Chrétiens seraient forcés de payer la "Jizya" et le "Kharadj".

Des nouvelles de Homs, l'une des villes de Syrie, la plus durement touchée par les affrontements entre l'armée syrienne et les rebelles, donnent à penser que l'avenir des chrétiens en Syrie ne sera pas rose si la longue dictature du parti Baas, contrôlée par la minorité alaouïte du clan Assad devait prendre fin. En effet, "l'armée"  d'opposition a imposé la taxe islamique aux chrétiens de Homs. Les nouvelles ont commencé à circuler voici une semaine; plus les jours passent, plus elles se confirment.

En reprenant un passage du Coran, on lit ce qui suit : " Combattez ceux qui ne croient pas en Allah,  ceux qui n'interdisent pas ce que Allah et Son disciple ont interdit, ceux qui ne suivent pas la religion vraie et parmi eux ceux qui ont reçu le livre, jusqu'à ce que ils paient l'impôt en reconnaissance de la supériorité et du fait qu'ils sont dans un état de sujétion ". La référence à ceux qui ont reçu le Livre concerne les Juifs et les Chrétiens. Ce qui semblait être une coutume des premiers siècles de l'Islam et de l'époque médiévale, n'a manifestement pas été appliquée pendant un certain temps dans les pays du Moyen-Orient aux majorités islamiques qui avaient adopté, après la chute de l'Empire ottoman, puis après la Seconde Guerre mondiale, des modèles politiques démocratiques et représentatifs. La plupart des porte-paroles musulmans vivant en Occident diraient que ce verset ne peut pas être appliqué dans le monde moderne d'aujourd'hui.

Peut-être! Le site arabe "Al haqîqah" (la vérité) a récemment publié un rapport, à partir de Homs et confirmé par des sources locales qui souhaitent garder l'anonymat par crainte de représailles, affirmant  que le bataillon wahabite "Al-Faruq", affilié à l'Armée syrienne libre, l'aile militaire des opposants au régime de Bashar el-Assad, a imposé la "Jizya" aux chrétiens qui vivent dans le "Governorat" de Homs et dans les zones controllées par le bataillon. Le rapport d'"Al haqîqah" ajoute que des "centaines de Pakistanais armés" arrivent à Homs pour combattre l'armée régulière. Les nouvelles ont également été confirmées de manière indépendante par l'Agence "AsiaNews" (Nouvelles d'Asie). Ces sources n'ont pas mentionné de nationalité spécifique mais ont établi que les éléments armés étrangers sont venus à l'appui des fondamentalistes musulmans qui se battent dans la ville.

Selon le rapport d'Al-Haqiqah et d'autres sources, les hommes armés du bataillon wahabite "al-Faruq" qui est actif à Homs et dans ses environs, a commencé à exiger des habitants d'un certain nombre de villages chrétiens, qu'ils payent la "Jizya" et le "Kharadj" (un impôt islamique sur la terre). Il s'agit d'un premier cas de ce genre depuis le début de la rébellion il y a plus d'un an, affirment des observateurs syriens établis en France et ce fait est révélé par le glissement progressif du mouvement, qui "a démarré d'une révolte aux prétentions démocratiques et progressistes vers une révolution armée islamique dominée par les fondamentalistes".

La forme qu'a pris cette oppression est similaire à celle subie par les Chrétiens d'Irak. Les membres du bataillon forcent les habitants à payer les taxes islamiques et les menacent. S'ils ne s'inclinent pas, ils menacent de les tuer ou prennent des membres de leur famille en otage. Al Haqiqah rapporte le témoignage d'un homme habitant près de Homs : La campagne qui traverse Tell Kellakh est contrôlée par des membres du bataillon qui se déplacent librement dans la région comme s'ils appartenaient aux forces de sécurité ou faisaient partie d'un corps d'Etat. Le témoin, anonyme, a affirmé que les enfants des familles qui refusent de payer la "Jizya" sont tués ou violé(e)s. Jusqu'à présent, plus de vingt chrétiens de la région auraient connu ce sort. Certains ont disparu, alors que d'autres ont été emprisonnés dans des camps de détention érigés dans le village de Ammar al-Husn, la quartier-général du bataillon.

Des sources locales affirment qu'il y aurait un grand nombre de combattants pakistanais dans la région de "Dayr B'albah" et dans la "Ter M'allah" près de Homs. La plupart de ces Pakistanais sont arrivés d'Europe et de Turquie, en particulier du Royaume-Uni, qui abrite une importante communauté pakistanaise et où l'intégrisme islamique est omniprésent. Cela pose un problème, non seulement pour les habitants des deux villes, mais aussi pour les alliés arabes de la "Ligue étrangère pakistanaise" parce que ces Mudjahidines ne parlent pas arabe. "Dayr B'albah" et "Ter M'allah" sont deux villes, parmi, les plus radicalement islamiques. Durant la crise syrienne des années 80, elles furent une source importante en combattants pour les Frères musulmans, avant qu'Assad, père, ne se mette à écraser le soulèvement de Hama.


Source - Vatican Insider

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de votre commentaire....Il passera par le modérateur avant d'être publié.

Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.