mercredi 30 mars 2011

Pakistan : Troisième église catholique attaquée en une semaine.


ROME, Mardi 29 mars 2011 (Zenit) - Au Pakistan, un groupe armé composé de 7 personnes a attaqué une église catholique du district militaire de Wah situé à 45km de la capitale Islamabad, a rapporté Radio Vatican en citant l'agence Asianiews. Il s'agit de la 3e attaque contre une église pakistanaise en moins d'une semaine. Les extrémistes ont jeté des pierres sur l'édifice mais n'ont pas tiré.

Selon le curé de l'église, interrogé par Asianews, « c'est une réaction à la profanation du Coran en Floride, même si la communauté catholique a condamné ce geste. Nous avons souligné clairement que n'avions aucun lien » avec ce qui s'est passé en Floride.

L'évêque d'Islamabad, Mgr Rufin Anthony, a quant à lui invité à prendre des mesures urgentes et a affirmé son intention d'organiser une rencontre avec les responsables de l'Eglise anglicane et d'autres églises protestantes pour examiner la situation actuelle des minorités.

samedi 19 mars 2011

La barbarie de la guerre libyenne

Bien que ce ne soit pas l'objet de ce blog....nous ne pouvons rester silencieux. Nous nous tenons obligés de vous informer sur la barbarie de la guerre qui se déroule en Libye. Suivez les informations de l'opposition. (Non recommendées au moins de 18 ans).... Depuis notre écrit de ce jour, nous venons d'apprendre avec tristesse que le blogger, Mohammed al-Nabbous, "la voix de la Libye libre" qui informait pour l'opposition sur la situation à Benghazi vient de tomber (vers 13h20 ce samedi 19/3) sous les balles d'un franc-tireur. Que Dieu ait son âme...(une autre annonce sur son décès avec l'annonce de la voix de son épouse.) 

Quoique l'on pense au sujet des parties en présence, il y a une évidence : Même le plus parfait des hommes n'a pas le droit de conserver le pouvoir 42 ans....A fortiori l'homme moins que parfait...Il est temps que cet homme, dénommé Kadhafi, et son entourage qui tolère et accepte que cette violence se déroule sur son territoire, laisse la place.

Nous savons qu'il ne partira pas de lui-même; il refusera de renoncer, tant il est orgueilleux....Et puis il a la fierté du bédouin.

Aux puissants de ce monde de tirer la conclusion.

Nous lisions, il y a peu, sur le site de TF1 :

Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a prévenu samedi Paris, Londres et l'ONU qu'ils regretteraient toute ingérence dans les affaires intérieures de la Libye. "Si vous intervenez dans notre pays, vous le regretterez", a rapporté le porte-parole du régime.

Dans un message "urgent" adressé à Barack Obama, Nicolas Sarkozy , David Cameron et au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon, le colonel Kadhafi affirme : "Tout le peuple libyen est avec moi et ils sont prêts à mourir pour moi, les hommes, les femmes et les enfants". ple

Sûrement, comme Kadhafi l'affirme, son peuple, qui l'a supporté près de 42 ans, l'aime plus, que lui le "Guide" n'a aimé son peuple.

En effet le peuple libyen serait prêt à mourir pour Kadhafi , mais lui, l'Orgueilleux de Tripoli ou sa progéniture sont loin de vouloir mourir pour leur peuple. Ils n'ont pas de place à la tête de la Libye.

Rappelons seulement à Kadhafi que les peuples français, britanniques, américains et bien d'autres peuples encore sont derrière leur dirigeants, prêts à se donner et à mourir pour les déloger.

mercredi 9 mars 2011

Egypte: 10 morts au Caire dans des affrontements entre chrétiens et musulmans

LE CAIRE — Des affrontements entre chrétiens coptes et musulmans ont fait officiellement dix morts au Caire, relançant les tensions confessionnelles en Egypte au moment où le pays s'engage dans une difficile transition politique après la chute du président Hosni Moubarak.

Ces heurts mardi soir dans le quartier déshérité à forte population copte de Moqattam (est) ont également fait 110 blessés, a déclaré mercredi le ministère de la Santé, sans toutefois préciser la confession des morts et blessés.

La situation restait tendue dans ce quartier misérable d'éboueurs, en grande majorité chrétiens, où un prêtre a indiqué à l'AFP avoir dénombré dans le petit hôpital qui jouxte sa paroisse six Coptes tués et au moins 45 autres blessés.

"Tous les morts ont été tués par balles, et les blessés ont aussi été touchés par des tirs", a déclaré le père Samaane Ibrahim. Le religieux a mis en cause des "voyous" et des "salafistes", des islamistes fondamentalistes.

Selon lui, des cocktails Molotov ont été lancés contre des habitations, et les attaquants ont incendié des entrepôts et des ateliers de recyclage.

Un autre prêtre, Boutros Rouchdi, a assuré avoir compté sept morts coptes, et un musulman tué alors qu'il tentait de défendre ses voisins chrétiens.

Les affrontements ont éclaté après que des habitants de Moqattam soient sortis manifester pour protester contre l'incendie d'une église samedi au sud de la capitale.

Les services de sécurité ont fait état d'affrontements à coups de pierre entre chrétiens et musulmans, et des témoins ont indiqué que l'armée, présente sur les lieux, avait tiré en l'air pour disperser la foule.

Les autorités avaient assuré mardi soir que les forces armées "faisaient face avec succès aux émeutes" à Moqattam et dans des quartiers voisins.

Mais mercredi des habitants chrétiens ne cachaient pas leur ressentiment à l'égard l'armée, en charge du pays depuis le départ de M. Moubarak, contraint de quitter le pouvoir le 11 février par une vague de manifestations contre son régime.

"Nous nous attendions à ce que l'armée nous défende. Mais maintenant nous savons qu'elle est contre nous, comme la police", affirme un menuisier du quartier, Saleh Ibrahim.

Des milliers de Coptes ont également manifesté ces derniers jours devant le bâtiment de la radio-télévision, dans le centre du Caire, pour protester contre des violences contre leur communauté samedi au cours desquelles l'église Al-Chahidaine, à Soul, dans le gouvernorat de Helwan au sud du Caire, a été en grande partie détruite par un incendie. Les autorités ont promis de faire reconstruire l'église pour tenter de faire baisser la tension.

De Mona SALEM (AFP) – 08-03-2011 - 18h

 

Egypte: Incendie d'une église près du Caire, des chrétiens manifestent

Une église a été incendiée samedi à Helouan, ville du bord du Nil, en raison d'un conflit déclenché par la relation entre un homme chrétien et une femme musulmane, ont rapporté des témoins et une source de sécurité.

 

Edifice reconstruit avant Pâques


Cette relation amoureuse a provoqué une violente rixe au sein de la famille de la femme et deux hommes musulmans ont été tués. Des musulmans du village de la femme ont brûlé l'église samedi, selon des témoins.

Mohamed Hussein Tantaoui, qui dirige le Conseil suprême des forces armées au pouvoir, a dit que l'édifice serait reconstruit avant les vacances de Pâques.

mercredi 2 mars 2011

Le ministre des Minorités religieuses du Pakistan assassiné

Le ministre pakistanais des Minorités religieuses, Shahbaz Bhatti, en février 2010
AFP/Jewel Samad

Le chrétien Shahbaz Bhatti, ministre pakistanais des Minorités religieuses, a été tué ce mardi 2 mars 2011, par des hommes armés qui circulaient en moto, et qui ont tiré sur sa voiture dans un quartier huppé de la capitale Islamabad. « Il était mort à son arrivée », a déclaré Dr Azmatullah Qureshi, le porte-parole de l’hôpital Shifah, où son corps a été transporté. Ce meurtre a été commis après celui de Salman Taseer, le gouverneur du Penjab, qui dénonçait la loi sur le blasphème.

Le ministre des Minorités religieuses a été assassiné alors qu’il se rendait sur son lieu de travail. Sa voiture a été prise en embuscade par plusieurs hommes armés qui lui ont tiré dessus. Le politicien est mort de ses blessures avant même d’avoir pu être transporté à l’hôpital.

Shahbaz Bhatti avait été récemment menacé de mort par des extrémistes pour ses positions contre la loi sur le blasphème qu’il voulait réformer. Une loi qui punit de mort quiconque est accusé d’avoir insulté le prophète. Le gouvernement n’avait pas condamné ces menaces, ce dont se plaignait le ministre. Il se disait abandonné par les autorités. Des autorités qui ont réaffirmé haut et fort, ces dernières semaines, qu’elles n’avaient nullement l’intention d’amender la loi sur le blasphème.

On a ce jour le sentiment que l’histoire se répète, et même qu’elle s’aggrave. Cet assassinat en plein cœur de la capitale rappelle celui qui s’est produit le 4 janvier dernier. A l’époque c’est Salman Taseer, le gouverneur du Penjab qui avait été tué par l’un des policiers chargés de le protéger. Le politicien avait dénoncé le caractère inique de la loi sur le blasphème.

Aujourd’hui c’est donc la consternation au Pakistan avec cet assassinat qui a coûté la vie à une nouvelle personnalité publique. C’est un signe du degré qu’a atteint l’extrémisme religieux dans le pays.
Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.