jeudi 25 novembre 2010

Mésopotamie, Terre Chrétienne, Terre de Croyances et Terre de Foi.

Toi, Chaldée, ayant eu Ur pour capitale, dont les origines sont antérieures au déluge, tu comptes parmi les plus fidèles des terres puisque tu fus le vrai berceau d’Abraham. Comment t’accuse-t-on aujourd’hui d’infidélité ?

Toi, terre des Sémites et de Sumer, qui es en Babylonie, tu as donné l’écriture, baptisée du nom très évocateur de « Cunéiforme », que même les conquêtes des Rois Sargon, par leur empire, n’ont pu faire disparaître.

Toi Babylonie, qui éleva Nabopolassar ton Empereur, lequel mit sa main dans celle des Perses pour former un Empire qui fit la gloire des Darius; Nest-ce pas sur ton sol qu’Alexandre le Grand termina sa longue route et s’y éteignit ?

Toi Mésopotamie, terre des croyances et de foi, peu d’événements t’affecteront trois siècles durant, avant l’arrivée du Messie ; C’est de chez toi que les mages virent le signe étoilé, et entreprirent la longue marche vers Bethléem. Aussi, n’est-ce pas de ta race que furent parvenus les premiers hommes à son chevet ?

Terre de Mésopotamie, toi la chrétienne tu le fus au tout début ; Terre d’Abraham et terre des mages ; terre d’accueil et terre de gloire, tu n’as pas connu le repos ; N’est-ce pas sur ton sol que l’esprit de l’homme fermenta si activement ?

Terre de Babylonie, plus connue de nos jours sous le vocable de terre d’Irak. Sapor y relanca la conquête. Yazgard Ier roi des Perses apporta calme et tolérance, qu’il en soit béni, tandis que Vahram V, son successeur, fut l’infâme roi de la persécution anti-chrétienne.

Mésopotamie, Ô terre d’Abraham, Héraclius parvint à tes portes. Il peina à rentrer dans Ninive. Plus tard, les hommes de Mohammed le suivirent, l’épée à la main, ils l’emportèrent ; mais les fidèles du Christ, qui l’habitaient ne se découragèrent pas d’écrire et de continuer à diffuser lettres et enseignements de foi.

Terre des lettres et du savoir, tu donnas Rabboula puis ensuite Ibas qui professa à « l’école des Perses » ; c’est de toi que nous virent Barsauma, Accacius, Mana et Narsès.

Terre des « écoles spirituelles », celle des Perses et celle de Nisibe ». L’une tombe, l’autre se fonde… Zenon détruit « l’ Ecole d’Edesse »,  Narsès la refonde à Nisibe. Terre de défis et terre de recommencements qui vous abrite toujours en dépit de vos tribulations, vous « Nestoriens », « Syriens  Orientaux » et ultérieurement « Syriens Occidentaux », Orthodoxes et Catholiques, mais tous frères en Christ.

De ton sol sortirent Elisée bar Kozbâyé avec ses traités contre les mages et les  hérétiques, Joseph Ahwaz le « grammairien » et Abraham bar Kardahé dont les discours sur la consolation des défunts est une réponse aux événements.

Toi, Mésopotamie orientale, ta terre ne fut jamais en friche : on ne peut citer tous les esprits qui donnèrent du fruit mais évoquons Mar Aba I, évêque de Nisibe, Thomas d’Edesse, Théodore de Merv, Hanana d’Adiabène, successeur d’Ahwaz à l’école de Nisibe qui attira huit cents disciples. Que de thèmes ils développèrent et qu’ils n’ont su taire !  

Ô Chrétiens de Mésopotamie, à l’intention de ceux qui vous ignorent ou qui vous combattent, il suffit de mentionner les Syriens Orthodoxes, Siméon évêque de Beit-Arscham, dit le « sophiste perse », pour avoir combattu les doctrines adverses, Théodore Bar Koni, evêque de Kaschkar, Jesuyab II originaire de Gedala près de Mossoul, Jésuyab d’Adiabène, Jean de Beit-Garmai. Et Marouta évidemment, le Métropolitain orthodoxe de Tagrit, Mar Aba II, patriarche, et Cyprien de Nisibe.

Chrétiens syriaques et nestoriens, vous surent vivre avec éclat au milieu des cours musulmanes lorsque ces cours étaient glorieuses ; Gabriel Boktjesu y fut médecin sous trois califes Haroun el-Rachid, Amin et Al-Ma’moun. Que dire de Honein rendu célèbre pour ses traductions syriaques et arabes de livres grecs ?

Terre du Christ, Terre chrétienne, Terre syriaque, Terre nestorienne, de votre sol et avec ses roches furent élevés de nombreux couvents et monastères. Les couvents de Mar Abraham de Naptar, de Bet Nestorus, dans la montagne d’Adiabène, ceux d’Isho’sawran et de Mar Gorguis, de Bar Sabta ; à Marga, le couvent de Bar ‘Eta. A Ninive, Notre-Dame des moissons, le couvent de Jonas et celui de Mar Behnam ; à Bahadra, les couvents du Safran. N’essayons pas de les citer intégralement, la tâche serait insurmontable.

La Mésopotamie, par la diversité de croyants et des croyances fut une terre de prière et d’inspiration spirituelle qu’illustrent bien ce florilège d’auteurs que nous avons évoqués. Prions pour son peuple entier avec une pensée particulière à la communauté syriaque, bâtisseuse de pensées et médiatrice de l’Esprit-Saint.

mercredi 24 novembre 2010

Les armes du Shaïtan* , les armes de Yessou'...**

Préparons la mission, rejetons les armes du Shaïtan et affutons celles que Jésus, dans sa bonté infinie et éternelle, nous a laissées pour notre salut et pour nous défendre face à la corruption des esprits et des cœurs.

Choubho l'Abo wa l'Bro wa l'Rouho Qadisho
Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit.

Les armes du Shaïtan, c'est la jeunesse d'une poignée d'assaillants.
Les armes de Yessou’, c'est la femme et l'enfant surpris en priant.

Les armes du Shaïtan, ce sont les camps d'entrainement et la haine vociférée.
Les armes de Yessou’, c'est la Cathédrale où règne Notre-Dame bien-aimée.

Les armes du Shaïtan, ce sont les enfants dressés dans la langue de bois.
Les armes de Yessou’, ce sont les foyers à genoux, faisant le signe de Croix.

Les armes du Shaïtan, c'est la propagande mensongère et la menace sévère.
Les  armes de Yessou’, c'est la vérité toute simple et l'âme brulante qui espère.

Les armes du Shaïtan, c'est la prise d'otages et la menace des exécutions.
Les armes de Yessou’, c'est le bon samaritain interrompant sa mission.

Les armes du Shaïtan, c'est la cagoule sur la tête et l'assaillant en embuscade.
Les armes de Yessou’, c'est le sourire sur les lèvres et le refus de la dérobade.

Les armes du Shaïtan, c'est la ceinture d'explosifs nouée autour des reins.
Les armes de Yessou’, c'est le zounoro***, le zendo*** et la Chasuble vif-carmin.

Les armes du Shaïtan, c'est la kalachnikov tirant par rafales infernales.
Les armes de Yessou’, ce sont les sacrements et le salut du confessionnal.

Les armes du Shaïtan, c'est le fracas des armes et la chute brutale des corps.
Les armes de Yessou’, c'est le silence eucharistique et l'enfant Jésus qui dort.

Les armes du Shaïtan, c'est le regard impitoyable et la violence sans égards,
Les armes de Yessou’, c'est le visage de la piéta et la tendresse de son regard.

Les armes du Shaïtan, c'est le sang humain répandu, le gâchis et la désolation.
Les armes de Yessou’, c'est le "vin" dans la coupe face à des fidèles en adoration.

Les armes du Shaïtan, c'est la terreur parsemée et la mort sans espoir,
Les armes de Yessou’, c'est la paix, la tranquillité et la fierté de croire.

Les armes du Shaïtan, c'est Bagdad divisée et Jésus, le Messie, recrucifié.
Les armes de Yessou’, c'est Ninive accueillante et le citoyen protégé.

Aux assaillants, ce sera le feu de la fournaise et la consumation éternelle.
A leurs victimes sera donné l’Eden retrouvé et une douce vie immortelle.

                                                                           Le Veilleur de Ninive

* du Shaïtan (arabe) = Da Shido (syriaque) = de Satan (français). 
** de Yessou’ (arabe) = di Yechou’ (syriaque) = de Jésus (français).
*** Zounoro (syriaque) = ceinture liturgique
**** Zendo (syriaque) = manchettes que met le prêtre en revêtant son habit liturgique.

mardi 23 novembre 2010

Et si Tarek Aziz était gracié ?

Et si Tarek Aziz était gracié ?
Les autorités irakiennes se révèleraient magnanimes
Et les églises chrétiennes y consentiraient unanimes.

Et si Tarek Aziz était libéré ?
Le gouvernement irakien éloignerait la démence
Et la famille chrétienne entreverrait la clémence.

Et si Tarek Aziz était acquitté ?
Le parlement irakien se montrerait bien plus fort. 
Et les citoyens chrétiens goûteraient au réconfort.

Et si Tarek Aziz était relâché ?
Les dirigeants irakiens transformeraient la donne
Et les fidèles chrétiens remercieraient la madone.

Et si Tarek Aziz était épargné ?
Le pouvoir irakien ferait germer une lueur d’espoir
Et les groupes chrétiens renonceraient au désespoir.

Et si Tarek Aziz était amnistié ?
Les gouvernants irakiens lâcheraient le don du pardon. 
Et les chrétiens assyro-chaldéens le don de rémission.

Pour tous ces bienfaits, nous sollicitons du 
Président de la République Irakienne la grâce 
et la clémence pour Mr. Tarek Aziz ainsi que sa libération.

dimanche 21 novembre 2010

Des Initiatives de Conversion au Christianisme.

Suite à la tragédie du 31 Octobre 2010 à Bagdad, des Musulmans voisins et amis des victimes, horrifiés par le crime lâche et abominable, ont décidé de passer au Christianisme.

Dieu en soit loué et Bienheureux sont les Martyrs chrétiens de Saydet el-Najat; merci à nos frères musulmans qui vont rejoindre la foi du Christ-Roi, lequel est assis sur son Trône en "Croix". Ces conversions sont déjà les premiers fruits du martyr...Il y en aura d'autres...Patientons.

Soyons tous affectueusement et amicalement attentifs à nos frères musulmans qui veulent aller à la rencontre de Jésus-Christ et découvrir la miséricorde et la tendresse du Nazaréen. Assistons-les, entourons-les, accompagnons-les ; ouvrons-leur grand la porte.

Aussi nous faut-il prier et travailler avec dévouement pour que chaque chrétien tombé, en pays musulmans, sous les balles d'un fanatique soit relevé par la conversion de deux musulmans, au Sacré-Coeur de Jésus. C'est ainsi que les vivants pourrons servir la cause du Salut et aider leurs frères menacés par les fanatiques sur la planète.

samedi 20 novembre 2010

Tirons la leçon et avec nos Martyrs entonnons le Hallel...

Les Martyrs sont tombés le 30 Octobre 2010, dans la Cathédrale Saydet el-Najat à Baghdad. Ils ne sont pas morts inutilement. 

Ils sont morts en suppliant leurs bourreaux qui tenaient le mauvais rôle des suppliés. Ils sont tombés dans l'innocence pour entrer dans la Gloire de Dieu ; leurs assassins, naïvement persuadés de leur martyr, sont allés alimenter la fournaise de l'enfer.

Oui! Nos morts et nos blessés syriaques sont Martyrs, les vrais, les reconnus, les reçus de Dieu.

Et nous, restés sur place, qui sommes désemparés, essayons de lire l'événement....

Chrétiens, on nous a rappelé plus d'une fois, que nous sommes également appelés au martyr; nous le savons par l'histoire car c'est bien le martyr qui a permis à l'église de se bâtir. Oui! le sang versé durant les premiers siècles est le liquide qui a permis de couler le ciment de l'église.

En nous désolant, en nous lamentant, en suppliant le Créateur suite à ce drame, ne voyons-nous pas déjà, le début de la purification se produire en nos coeurs et la sanctification transformer nos vies ? Convertissons-nous, et que nos richesses ne nous aveuglent plus pour que nous mettions nos ressources au service des rescapés qui sont blessés dans leur corps ou dans leur coeur.

Mais auparavant, inclinons-nous devant le sang de nos martyrs suppliants...et pleurons car nous saisissons déjà la souffrance infernale, qui attend les bourreaux suppliés.

Avec nos martyrs, entonnons : Hallelluya! Hallelluya! Hallelluya! pour les siècles des siècles.

jeudi 18 novembre 2010

Le film de l'Infamie, de la Profanation et du Sacrilège.

Les dix-neuf minutes et vingt-trois secondes les plus longues de votre vie, si vous visionnez

Le film de l'Infamie, de la Profanation, du Sacrilège

reprenant l'acte commis le 30 octobre 2010 en la Cathédrale Saydet el-Najat à Baghdad.


Le Châtiment de Dieu tombera comme une chappe sur les mécréants qui ont commis cet acte bestial et sur les inspirateurs qui en ont eu l'idée.

Nous appelons de nos voeux, de nos prières et de nos sacrifices, la Béatification et la Canonisation de tous ceux qui sont tombés en ce lieu Saint. Espérons et prions pour que cette Cathédrale devienne un jour, 

un sanctuaire et un lieu de pélerinage
chrétien par la volonté des musulmans irakiens eux-mêmes.

Pourquoi tant de haine entre gens de même souche ?

Pour ceux qui le savent pas, en dehors des Assyro-Chaldéens chrétiens, se trouvent en Mésopotamie, d'autres populations de même souche et de religion musulmane. Ce sont :
  1. les Kurdes et les Turckmènes qui vivaient à Baradost dans le Nord du Hakkiari et dans la province Perse de l'Iran ;
  2. les Kurdes-Assuran qui habitent à l'ouest de la région Mossoul ;
  3. les Kurdes Miran autrefois nomades (qui se trouvaient au Sud de Mardin); 
  4. les Arabes Sleiba ; les montagnards de Maaloula (nord de Damas) ; 
  5. enfin plusieurs groupes kurdes, Arabes et Turckmènes...
qui gardent encore la langue ou les moeurs chaldéennes et qui se rattacheraient facilement à leur frères chrétiens.

Alors pourquoi tant de haine, de la part de certains fanatiques aveugles, à l'égard des chrétiens ?

Est-ce un ordre du prophète Mohammed ?

A t-il donné ordre de tuer aveuglément, comme ce fut le cas en la Cathédrale de Saydet en Najat ?

Il est urgent que les officiels musulmans répondent non à cette question et qu'ils le vocifèrent afin que nous les entendions.

Pétition pour la canonisation des Martyrs irakiens.

Une nouvelle initiative en soutien non seulement aux chrétiens d'Irak mais à tous les Chrétiens du Moyen Orient.
  1. Elle émane de Terre Sainte.
  2. Elle s'adresse au Pape
  3. Elle demande la canonisation, rapide, des Martyrs d'Irak, 
Si vous souhaitez y participer, il suffit de signer la pétition et de la diffuser
Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.Purifions notre coeur pour combattre le mensonge qui y habite.